Renato Carosone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carosone.
Renato Carosone
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Renato Carosone - Augusto De Luca

Informations générales
Nom de naissance Renato Carosone
Naissance
Naples, Italie
Décès (à 81 ans)
Rome, Italie
Activité principale Chanteur, pianiste
Activités annexes Présentateur télé
Genre musical Variété italienne
Instruments Piano
Années actives 1937 - 2001

Renato Carosone (3 janvier 1920 à Naples ; † 20 mai 2001 à Rome) était un pianiste et chanteur de jazz italien, auteur de chansons très en vogue : Tu vuo' fa' l'americano, Maruzzella, etc[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Renato Carosone grandit au sein d'une famille de trois enfants. Il obtient son diplôme de piano en 1937 et part pour Massawa, en Afrique. Il commence comme pianiste dans diverses formations, avant de gagner Asmara, où son cousin Antonio est directeur du Théâtre Odéon. Ce dernier lui confie la direction musicale du théâtre et de la discothèque attenante[2]. Il y fait la connaissance de sa future femme Lita, avec qui il eut un fils (Pino). Il dirige également l'orchestre de la radio d'Asmara[3].

En 1946, il revint à Naples mais s'installa très vite à Rome où il devint populaire dans le monde musical. En 1949, avec son ami napolitain Gegè Di Giacomo (à la batterie) et le Hollandais Peter Van Wood (à la guitare électrique), il créa le Trio Carosone, qui devint quartette (avec l'arrivée d'Elek Bacsik) puis sextette en 1957. Avec ses six musiciens polyvalents (l'un joue, entre autres de la cornemuse) et beaucoup d'exubérance napolitaine, Renato Carosone, pianiste arrangeur, aborde chaque note avec une optique originale. Il fut principalement remarqué pour ses chansons napolitaines, dont les plus connues : O Sarracino[4], Maruzzella, Tu vuo' fa l'Americano[3] ainsi que Mambo italiano.

Il présenta aussi différentes émissions télévisées jusqu'en 2001. Il a également interprété le titre Istambul, très swing, que l'on peut retrouver sur la compilation Cannes 2001 Palm Beach Villa Mogador (FGL Productions).

Mort à Rome le 20 mai 2001, Renato Carosone est enterré dans le cimetière Flaminio à Rome[5].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

33 Tours[modifier | modifier le code]

  • 1954 - Carosello Carosone (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1955 - Carosello Carosone no 2 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1956 - Carosello Carosone no 3 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1957 - Carosello Carosone no 4 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1957 - Carosello Carosone no 5 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1958 - Carosello Carosone no 6 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1958 - Carosello Carosone no 7 (Pathé) : "Renato Carosone e il suo "Quartetto"
  • 1958 - Carovana Carosone A (Stereo) : "Renato Carosone e il suo "Sestetto"
  • 1975 - Dal vivo alla Bussola (CBS).
  • 1976 - Pianofortissimamente (Dischi Ricordi).
  • 1982 - Renato Carosone '82.
  • 1982 - Sempre (album di Renato Carosone).
  • 1989 - Na canzuncella doce doce (Easy Records Italiana)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Addio Carosone, maestro della musica italiana », sur repubblica.it, (consulté le 9 février 2017)
  2. (it)Diego Librando, Il jazz a Napoli: dal dopoguerra agli anni Sessanta, Guida Editori, (ISBN 9788871888293, lire en ligne), p. 38-41
  3. a et b « Mort de Renato Carosone », sur liberation.fr, (consulté le 9 février 2017)
  4. (it)Ezio Guaitamacchi, 1000 canzoni che ci hanno cambiato la vita, Rizzoli, (ISBN 9788858617427, lire en ligne)
  5. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]