Les Affranchis (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Affranchis
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film.

Titre original Goodfellas
Réalisation Martin Scorsese
Scénario Nicholas Pileggi
Martin Scorsese
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film de gangsters
Durée 146 minutes
Sortie 1990


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Affranchis (Goodfellas ou GoodFellas en version originale) est un film de gangsters américain réalisé par Martin Scorsese, sorti en 1990.

Basé sur le livre Wiseguy du journaliste Nicholas Pileggi publié en 1986, qui raconte l'histoire vraie de Henry Hill, un gangster new-yorkais, le film retrace la montée et la chute d'Henry Hill (interprété par Ray Liotta) et deux de ses amis, Jimmy Conway (Robert de Niro) et Tommy DeVito (Joe Pesci), des complices de la famille Lucchese, une des cinq familles mafieuses de New York ; la période couverte par l'histoire va de 1955 à 1980.

Originellement, Scorsese voulait appeler le film Wiseguy, du nom du livre de Nicholas Pileggi, mais ce titre était déjà utilisé pour une série télévisée en fin de diffusion ; il se tourna donc vers le titre Goodfellas. Pileggi a participé à l'écriture du scénario avec Scorsese.

Les Affranchis est un succès au box-office américain avec 46,8 millions de dollars de recettes pour un budget de 25 millions de dollars. Il reçoit aussi d'excellentes critiques. Le film est nommé six fois aux Oscars, incluant celui de meilleur film et de meilleur réalisateur ; Joe Pesci remportera celui du Meilleur acteur dans un second rôle. Scorsese reçoit cinq récompenses des BAFTA, incluant celles de Meilleur film et de Meilleur réalisateur. Le film est par ailleurs nommé « Meilleur film de l'année » par plusieurs groupes de critiques.

Les Affranchis est généralement perçu comme l'un des meilleurs films de gangster de tous les temps. En 2000, il est sélectionné par le National Film Preservation Board du National Film Registry afin d'être conservé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Par la suite, Scorsese réalisera trois autres films sur le crime organisé : Casino (1995) (dont la distribution comprend à nouveau Robert de Niro et Joe Pesci), ainsi que Les Infiltrés (2006) et The Irishman (2019). Sa réalisation et son style de narration dans Les Affranchis ont inspiré d'autres réalisateurs de films et de séries télévisées.

Résumé[modifier | modifier le code]

New York, théâtre de l'intrigue.

Dans la scène d'ouverture du film, le personnage principal, Henry Hill, un citoyen américain d'origine italo-irlandaise parle de son enfance à New York en 1955 et admet : « Autant que je me souvienne, j'ai toujours rêvé d'être gangster ». En effet, déjà à cette époque, Henry est fasciné par le train de vie qu'ont les truands de la mafia, notamment ceux de la famille Lucchese, une équipe de truands qui évolue dans son quartier ouvrier de Brooklyn, majoritairement peuplé d'habitants d'origine italienne.

Rêvant de leur ressembler, Henry décide d'embrasser une carrière de criminel. Il abandonne l'école sans le dire à ses parents et intègre l’équipe des mafieux de son quartier, dirigée par le parrain local Paulie Cicero[a], en leur rendant de petits services. Mais le père d'Henry, un irlandais au tempérament sanguin et brutal qui connaît la véritable nature de la mafia, bat son fils régulièrement quand il apprend par des lettres de l'école qu'Henry ne va plus en classe. Henry est cependant aidé par les « Affranchis » (le surnom que les mafieux utilisent entre-eux pour se désigner) qui interviennent en menaçant le postier du quartier, et font par la même occasion interrompre la distribution des lettres de l'école.

Grâce à ses activités illégales qu'il réalise pour les « Affranchis », Henry commence très jeune à bien gagner sa vie et à apprendre les ficelles du métier, notamment deux notions parmi les plus importantes pour un gangster : « Ne jamais balancer ses copains et toujours la mettre en veilleuse ». En grandissant, il réussit à se faire une place dans l'organisation criminelle de Paulie en suivant les conseils de ses aînés ; il est notamment présenté à l'associé de Paulie, Jimmy Conway[b], un américain d'origine irlandaise, ainsi qu'au truand américano-italien Tommy DeVito[c], un psychopathe dangereux et impulsif. Henry sera leur partenaire à plusieurs occasions.

Après avoir fait ses classes dans l'organisation de Paulie en réalisant divers crimes (et avoir été arrêté lors d'un trafic de cigarettes où, à l'époque adolescent, il saura se taire lors de son procès), Henry Hill organise en 1967 le casse du vol Air France ; il est alors âgé de 23 ans[d]. Ce vol marque l'entrée de Hill dans le grand banditisme. À cette époque, il fréquente le Copacabana Club, une boîte de New York où les mafieux ont leurs habitudes, et rencontre à la même période celle qui deviendra son épouse, Karen, une américaine d’origine juive. Au début de leur relation, Karen admet être excitée par les histoires de bandits auxquelles Henry est mêlé, ce dernier utilisant son aplomb et son charme pour la séduire après un premier rendez-vous qui s'était mal passé entre-eux ; Karen tombe également sous le charme quand Henry la venge d'un homme, un voisin en face de chez elle qui avait essayé d'abuser d'elle, Henry lui cassant le nez avec la crosse de son revolver tout en menaçant de le tuer. Ils se marient ensuite et fondent une famille, Karen apprenant les activités de son mari sans que cela ne l'émeuve beaucoup, et fréquentant la famille des « Affranchis », notamment les épouses des autres truands, qui vivent en milieu clos les uns avec les autres.

En , alors propriétaire d'un bar dans le Queens, Henry assiste les truands Tommy DeVito et Jimmy Conway quand ces derniers tabassent dans son établissement le capo (en) (chef) Billy Batts de la famille Gambino, après que ce dernier, récemment sorti de prison ait manqué de respect à Tommy en le traitant de « cireur de chaussures » (une occupation de Tommy quand il était jeune). Batts, en tant que haut gradé de la famille Gambino, s'était permis de railler Tommy en se croyant intouchable car, du fait de son « titre », il ne pouvait pas être attaqué sans l'accord des autres membres de la « famille ». Se rendant compte que cet acte pourrait entraîner leur mort à tous les trois, Henry, Jimmy et Tommy cachent le corps de Batts tout ensanglanté (mais encore vivant, sans que ces derniers ne le sachent) dans le coffre de la voiture d'Henry et, après l'avoir entendu se débattre dans le coffre, décident d'aller le tuer et de l'enterrer dans un endroit désolé, hors de la ville, le déterrant et le changeant d'endroit six mois plus tard, craignant que son cadavre ne soit découvert lors d'un projet immobilier.

Tout en étant marié, Henry entretient une relation extra-conjugale notoire avec une autre femme, Janice Rossi. Quand Karen s'en aperçoit, elle menace de tuer Henry avec son revolver, mais ce dernier parvient in extremis à lui faire entendre raison. Essayant d'arranger le coup, Paulie envoie Henry accompagner Jimmy Coonway, les deux se rendant en Floride récupérer l'argent d'un bookmaker. Pour intimider le mauvais payeur, Henry et Jimmy le suspendent au-dessus d'une cage à lion dans un zoo mais finiront néanmoins en prison, la sœur du parieur se révélant être une secrétaire du FBI, ce qui leur attire des ennuis. En prison, Henry retrouve Paulie — qui purge six mois pour fraude fiscale — et, par manque d’argent, se résout à faire secrètement un trafic de médicaments pour subvenir aux besoins de sa famille. Il est libéré en 1978.

Par la suite, Henry et la bande des « Affranchis » de Paulie commettent un très gros coup, le vol de la compagnie Lufthansa, volant près de six millions de dollars à l’aéroport de New York. Cette affaire fait sensation, étant relayée dans les médias, les policiers s'activant pour retrouver les coupables. Dans le même temps, Henry s'implique de plus en plus dans son trafic de stupéfiants et, du fait de son succès, prend comme associés Jimmy Conway et Tommy, malgré le fait que Paulie ait interdit à quiconque de son équipe de tremper dans ce genre d'activité. Henri poursuit aussi son infidélité avec Sandy, une jeune femme (amie de Janice Rossi) toxicomane qui participe à son trafic de drogue.

Les choses commencent à mal tourner quand plusieurs membres de la bande se mettent à acheter des biens extravagants et tapageurs avec leur part de l'argent du vol de la Lufthansa, ne suivant pas le conseil de Jimmy Conway qui leur avait pourtant dit de ne pas attirer l'attention sur eux. Conway, devenu paranoïaque, fait assassiner petit à petit tous les membres de l'équipe ayant participé à l'opération, de peur de se faire prendre par la police, recevant à cette occasion l'aide de Tommy. Henry, qui s'était tenu tranquille, est épargné.

Tommy se fait ensuite tuer. Alors qu'il est nommé capo lui aussi par ses chefs, il est tué par Teddy, le frère de Paulie et Vinnie (les chefs de l'organisation) après que ces derniers ont découvert qu'il était impliqué dans le meurtre de Billy Batts (et aussi pour plusieurs autres choses). Cette mort entraîne le chagrin de Conway, ami proche de Tommy, mais Henry affirme qu'ils ne peuvent rien y faire, car ce sont des « histoires de macaroni », dont lui et Jimmy (n'étant pas intégralement issus de parents italiens) sont étrangers.

En 1980, Henry Hill est l'un des rares survivants de la bande des « Affranchis » de Paulie et s'apprête à faire un gros coup avec ses associés de Pittsburgh dans le trafic de stupéfiants. Mais, à cause de sa forte dépendance à la cocaïne, il commet des impairs et après avoir été « trahi » par une de ses équipières (qui a fait l'erreur de téléphoner de chez lui et non d'une cabine téléphonique publique), il est arrêté par les policiers de la DEA qui l’attrapent chez lui par surprise dans une opération menée de longue date. De retour chez lui à sa sortie d'interrogatoire, Karen l'informe qu'elle a vidé l'équivalent de 60 000 dollars de cocaïne dans les toilettes, ayant eu peur que les agents des narcotiques ne fouillent leur domicile. Ce qui était la planche de salut pour Henry, maintenant évanouie le met, lui et sa famille, dans un total dénuement.

Henry, désespéré, sollicite en derniers recours Paulie pour le dépanner, mais celui-ci lui rappelle qu'il lui avait interdit de se mêler au trafic de drogue. Ne croyant plus en sa loyauté et cerné par la police qui cherche à le coincer lui-aussi, Paulie se voit forcé de tourner le dos à Henry ; mais, ému par sa déchéance, il lui donne toutefois 3 200 dollars (tout ce qu'il a en poche) et lui dit de ne plus chercher à le revoir.

Henry sollicite ensuite Jimmy Conway mais, n'ayant que peu de confiance en ce dernier, il envoie Karen récupérer l'aide promise par Conway. Au retour d'une Karen affolée et en pleurs, qui a découvert que Jimmy se préparait à la faire tuer, Henry accepte de parler aux policiers. Après sa déposition à un agent du FBI, il témoigne au cours d'un procès contre ses anciens associés criminels, qui finissent en prison. En contrepartie, il intègre le programme fédéral de protection des témoins qui le protège lui ainsi que sa famille, en lui donnant une nouvelle identité et un lieu de résidence secret.

Finalement, Henry Hill, séparé par la force des choses de ses liens avec la mafia et ses anciens comparses « Affranchis », voit son existence se transformer radicalement pour vivre la petite vie normale d'un homme ordinaire (selon lui, une vie de « plouc » où il attend, où rien ne se passe), chose dont il s'était moqué naguère et à laquelle il avait échappé durant toute sa vie de gangster flamboyant.

Le film se termine avec un message informant les spectateurs du devenir de plusieurs des protagonistes : Henry Hill, divorcé de Karen, est « clean » depuis 1987 ; Paul Cicero est mort en prison en 1988, des suites d'une maladie respiratoire ; Jimmy Conway purge une peine de vingt ans de prison à New York[e].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources pour la version française (VF) sur RS-Doublage[3] et AlloDoublage[4].

Personnages[modifier | modifier le code]

Acteur Personnage Basé sur
Ray Liotta Henry Hill Henry Hill

Henryhillmugshot.jpg

Robert De Niro Jimmy Conway Jimmy Burke
Joe Pesci Tommy DeVito Thomas DeSimone
Lorraine Bracco Karen Hill Karen Hill (née Friedman)
Paul Sorvino Paul Cicero Paul Vario

Paul Vario.png

Frank Sivero Frankie Carbone Angelo Sepe
Tony Darrow Sonny Bunz Angelo McConnach « Sonny Bamboo »
Mike Starr Frenchy Robert McMahon
Frank Vincent Billy Batts William « Billy Batts » DeVino
Chuck Low Morrie Kessler Martin Krugman
Frank DiLeo Tuddy Cicero Vito « Tuddy » Vario
Johnny Williams Johnny Roastbeef Louis Cafora
Jim Colella Jim Colella Jim Colella
Samuel L. Jackson Parnell « Stacks » Edwards Parnell Steven « Stacks » Edwards
Frank Adonis Anthony Stabile Anthony Stabile
Catherine Scorsese Mère de Tommy DeVito Mère de Thomas DeSimone
Gina Mastrogiacomo Janice Rossi Linda Coppociano
Debi Mazar Sandy Megan Cooperman
Margo Winkler Belle Kessler Fran Krugman
Welker White Lois Byrd Judy Wicks
Julie Garfield Mickey Conway Mickey Burke
Ed Deacy Lui-même Lui-même (inspecteur de police)
Christopher Serrone Henry Hill (jeune) Henry Hill (jeune)
Charles Scorsese Vinnie Thomas Agro
Michael Vivalo Nicky Eyes Lui-même
Michael Imperioli « Spider » Michael « Spider » Gianco
Tony Ellis Bridal Shop Owner Jerome Asaro
Elizabeth Whitcraft Rosie (fiancée de Tommy) Theresa Ferrara
Anthony Powers Jimmy Two-Times Bobby « The Dentist »
Ed McDonald Lui-même Lui-même (procureur fédéral)
Ray DeBenedictis « Peter »
Tony Lip Frankie « The Wop » Francesco Manzo
Kevin Corrigan Michael Hill Michael Hill

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Les Affranchis est basé sur le livre Wiseguy de Nicholas Pileggi, un journaliste spécialisé dans le monde de la mafia[5].

Martin Scorsese qui, à l’époque, ne voulait plus faire d'autres films sur la mafia après Mean Streets (1973), consulte un jour une critique du livre de Pileggi, ce qui l'incite à le lire[6] tout en travaillant sur le long-métrage qu'il réalise à cette époque, La Couleur de l'argent (1986)[7]. Ayant été toujours fasciné par le mode de vie des mafieux, Scorsese est attiré par le livre de Pileggi car il s'agit, selon lui, de la représentation la plus honnête des gangsters qu'il ait jamais lu[8].

Le réalisateur est également attiré par les aspects documentaires du livre. « Le livre Wise Guys donne une idée de leurs vies [des gansters] au quotidien, l'ennui, comment ils travaillent, comment ils prennent en charges les boîtes de nuit de certains et pour quelles raisons. Cela montre comment ils fonctionnent[9] ». Scorsese imagine Les Affranchis comme le « troisième film d'une trilogie imprévue des films qui ont examiné la vie des Italo-Américains sous des angles légèrement différents[10] » et l'a souvent décrit comme un « film sur la mafia "fait-maison" » dont le sujet est l'argent : « c'est de cette manière qu'ils font des affaires »[8].

Par la suite, le cinéaste sait quelle approche utiliser pour ce film :

« Démarrer Les Affranchis comme un coup de feu et constamment accélérer à partir de là, presque comme une bande-annonce de deux heures et demie. Je pense que c'est la seule façon de percevoir l'exaltation que produit ce mode de vie et de comprendre pourquoi celui-ci captive des tas de gens[11]. »

Selon Pileggi, Scorsese l'aurait appelé sans prévenir et lui aurait affirmé : « J'ai attendu ce livre ma vie entière », ce à quoi Pileggi lui aurait répliqué : « J'ai attendu cet appel ma vie entière[9],[12] ».

À l'origine, le film devait être tourné avant La Dernière Tentation du Christ (1988) mais, lorsque les fonds de La Dernière Tentation du Christ furent rassemblés, Scorsese décida de reporter le tournage des Affranchis.

Scénario[modifier | modifier le code]

Scorsese et Pileggi collaborent main dans la main au scénario du film. Au cours des douze projets de scripts qui seront élaborés avant d'atteindre le script idéal, le journaliste se rend compte que « le style visuel devait être entièrement refait... nous avons donc décidé de partager le crédit du scénario[9],[13] ». Ils décident alors de choisir les passages du livre qu'ils ont aimés et d'en faire un tout cohérent[14]. Pour ce faire, Scorsese persuade Pileggi de ne pas suivre une structure narrative traditionnelle. Le réalisateur veut traiter ce film de gangsters épisode par épisode, mais en commençant par le milieu et en se déplaçant dans le passé et le présent. Il raccourcit les scènes après s'être rendu compte que si elles sont courtes, « l'impact après environ une heure et demie serait formidable »[14].

Certains personnages du film sont modifiés, notamment les noms de plusieurs gangsters ayant une existence réelle : Tommy « Two Gun » DeSimone devient Tommy DeVito, Paul Vario devient Paulie Cicero et Jimmy « The Gent » Burke est présenté en tant que Jimmy Conway[13]. Pileggi et Scorsese décident aussi de changer le titre de leur film de Wise Guys en Goodfellas (argot de « good fellows », en français « les bons garçons » ou « les bons camarades ») parce que deux projets contemporains au sien utilisaient déjà dle terme : le film Wise Guys de Brian de Palma, sorti en 1986 et la série télévisée Wiseguy, diffusée entre 1987 et 1990[14]. Le terme d'« affranchi », bien qu'utilisé pour le titre en français, désigne dans le film un membre à part entière d'une famille, ce qu'aucun des trois goodfellas ne sera (le seul italo-américain de l'équipe, Tommy, est d'ailleurs tué au moment où il pense pouvoir le devenir).

Dans ce film, Martin Scorsese casse par deux fois le « quatrième mur », tout à la fin du film. Tout d'abord, Henry Hill s'adresse au spectateur à la fin du procès en déambulant dans la salle, puis un plan montre Joe Pesci tirant sur les spectateurs, en référence au film muet qui brisa pour la première fois ledit quatrième mur en 1903, The Great Train Robbery de Edwin S. Porter.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Dès lors que Robert De Niro accepte d'interpréter le rôle de Jimmy Conway, Martin Scorsese obtient l'argent nécessaire pour tourner le film[7]. Le réalisateur repère également Ray Liotta, après que De Niro l'ait vu dans Dangereuse sous tous rapports ; dans ce film, Scorsese est surpris par l'« énergie explosive » du jeune comédien[15]. Ray Liotta, qui avait lu le livre de Pileggi quand il était sorti, avait été fasciné par celui-ci. Quelques années plus tard, son agent lui annonce que Scorsese va réaliser une version cinéma. En 1988, l'acteur rencontre Scorsese sur une période de plusieurs mois et auditionne pour le film, insistant avec pugnacité pour obtenir le rôle d'Henry Hill alors que le studio souhaite un acteur plus célèbre. Liotta a affirmé « qu'ils auraient plus préféré Eddie Murphy que moi »[16].

Robert De Niro, en bon élève de l'Actors Studio, contacte à plusieurs reprises le véritable Henry Hill pour le consulter sur le personnage de Conway qu'il allait incarner, jusqu'à lui demander la manière dont Burke tenait sa cigarette[17],[18] et fait de nombreuses recherches sur ceux qui ont été écartés du livre[19]. Ray Liotta, de son côté, écoute les cassettes audio du FBI afin de parler comme Hill[19]. Lorraine Bracco, qui incarne l'épouse d'Henry Hill, Karen, a quant à elle essayé de se rapprocher d'une femme de gangster, mais en fut incapable car ce genre de femmes forment une communauté très soudée et très fermée aux étrangers. Elle décida également de ne pas rencontrer la vraie Karen, car elle pensait que la création du rôle serait mieux si cela venait d'elle, et a utilisé la vie du personnage avec ses parents pour ligne directrice émotionnelle[20]. Paul Sorvino, l'interprète de Paulie n'a aucun mal à trouver la voix et la démarche du rôle, mais par contre a eu des difficultés à trouver le « noyau de froideur et de dureté absolue » du personnage car c'est contraire à sa nature du comédien, sauf quand sa « famille est menacée »[21].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film est tourné du printemps à l'été 1989, notamment à New York dans l’arrondissement du Queens, dans les États de New York et du New Jersey ainsi que dans certains endroits à Long Island[22], pour un budget estimé à 25 millions de dollars[23].

À cause du style de narration choisi, le réalisateur Martin Scorsese découpe le film en séquences, celles-ci étant toutes storyboardées. Selon lui :

« Je voulais beaucoup de mouvements, à travers l'ensemble du tableau, et je voulais du mouvement jusqu'au moment où Henry se fait arrêter et que tout son univers s’effondre à la fin. Pour le dernier jour de [Henry] en tant qu’affranchi, la séquence entière devait être hors de contrôle, donner l'impression qu'il est tout simplement au bord du précipice et qu'il va chuter[14]. »

Scorsese met aussi en place une narration en voix-off, s'inspirant de la séquence d'ouverture du film Jules et Jim (1962) de François Truffaut. Le style nerveux du Goodfellas s'inspire également des premières minutes de ce film[14], Scorsese utilisant les mêmes procédés de la Nouvelle Vague : une vaste narration, des modifications rapides et l'arrêt sur image[24]. À ce sujet, Scorsese fit la remarque suivante : « Donc, [quand] vous faites le film, vous [vous] dites : "Je me fiche de savoir s'il y a trop de narration. Trop de coupes rapides ? Tant pis" — C'est ce genre d'attitude vraiment punk que nous essayons de montrer »[25]. Il adopte aussi un style visuel frénétique, qui cherche presque à submerger le public d'images et d'informations[14], mettant dans chaque séquences beaucoup de détails pour montrer cette vie de gangster tellement riche. Il utilise l'arrêt sur image notamment pour montrer les moments où une étape dans la vie de Henry Hill est atteinte[14].

Le long travelling dans la discothèque du Copacabana est due à un problème pratique : les producteurs n'avaient pas obtenu la permission d’entrer dans la salle, ce qui les força à tourner dans les coulisses[14]. Scorsese décida de filmer la séquence d'un seul coup, de manière ininterrompue, afin de symboliser le fait que la vie d'Henry Hill était devant lui, indiquant : « C'est [sa] manière de la séduire [Karen] et c'est aussi un style de vie qui séduit »[14]. Cette scène a été tournée huit fois[26].

Deux semaines avant le début du tournage, le véritable Henry Hill est payé 480 000 $.[réf. souhaitée] La distribution n’a pas rencontré Hill durant le tournage, mais seulement quelques semaines avant la première, Ray Liotta le rencontrant dans une ville non divulguée. Hill déclara avoir vu le film et l'avoir apprécié[8].

L'acteur Joe Pesci (Tommy DeVito) ne juge pas son personnage, mais trouva que la scène dans laquelle il tue le personnage de Spider (parce que ce dernier lui avait répondu) difficile à faire car il eut du mal à justifier l'acte de tuer, avant de s'obliger à ressentir la même chose que Tommy[8]. Selon lui, certaines scènes improvisées du film sont issues des répétitions, au cours desquelles Scorsese laissa les acteurs faire ce qu'ils voulaient. Il retranscrit ces séances, repérant les lignes de texte que les acteurs proposaient les plus à son goût pour les intégrer dans un scénario revisité, à partir duquel le casting travaillait lors de la prise de vue principale. Par exemple, la scène où Tommy raconte une histoire et que Henry lui répond qu'il est drôle (le qualifiant de « funny guy ») et que le personnage de Pesci lui rétorque : « Drôle ? Je suis drôle comment ? Je t'amuse ? » est basée sur un événement réel dont Pesci a été témoin. Il indique aussi s'être inspiré de répétitions où lui et Liotta ont improvisé. Scorsese enregistra quatre ou cinq prises de la scène, réécrit leurs dialogues et l'inséra dans le scénario[26]. La scène du dîner avec la mère de Tommy est aussi en grande partie improvisée. Par ailleurs, la peinture de l'homme barbu avec les chiens montrée dans la scène est basée sur une photographie du magazine National Geographic[27].

L'actrice Lorraine Bracco (Karen) trouva que le tournage était émotionnellement difficile à supporter, étant donné qu'il s'agissait d'un casting à dominance masculine, et se rendit compte que si elle ne s'impliquait pas à fond pas dans son travail, ses scènes finiraient probablement par être coupées au montage[8]. En ce qui concerne la relation entre Henry Hill et Karen, Bracco ne vit aucune différence entre son personnage et une femme maltraitée[8].

Le dernier jour d’Henry Hill en tant qu’« affranchi » fut la partie la plus difficile du film pour Scorsese, car il voulait montrer correctement l’état d’angoisse de Henry, sa paranoïa et ses pensées qui s'emballent, causées par sa consommation de cocaïne et d'amphétamines[14]. Dans une interview au critique de cinéma Mark Cousins, le réalisateur confia le motif du tir en direction des spectateurs du personnage de Pesci dans la dernière scène du film : « C'est une référence au film de 1903, Le Vol du grand rapide, c'est ainsi que se termine le film, et fondamentalement l'intrigue de cette image est très similaire à Le Vol du grand rapide. Ça n'a pas changé 90 ans plus tard, c'est la même histoire, les coups de feu seront toujours là, il va toujours regarder derrière son dos, il doit avoir les yeux derrière son dos, car ils vont l'avoir un jour »[14]. Le réalisateur termine le film avec le personnage d’Henry regrettant qu'il ne soit plus un « affranchi », à propos duquel Scorsese déclara : « Je pense que le public devrait se fâcher contre lui et j'espère qu'il le fera, et peut-être mettre en cause le système qui [lui permet de devenir un affranchi] »[14].

Montage[modifier | modifier le code]

Le scénario du film ayant été longuement travaillé, la monteuse du film, Thelma Schoonmaker déclara qu'il lui semblait qu'elle n'avait coupé qu'une seule scène tournée : celle où Henry, petit garçon apprend à boire des expressos[28].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée de plusieurs titres, pour la plupart connus[29]: les morceaux choisis correspondent à l'évolution narrative chronologique du film. Par exemple lorsque l'action se passe en 1973, on peut entendre un morceau correspondant à cette époque ou d'une époque antérieure, ceci pour recréer l'ambiance de l'époque.

Liste des musiques par ordres d'apparition dans le film :

  • Rags to Riches par Tony Bennett (1953) : générique d'ouverture et début de narration.
  • Can't We Be Sweethearts par The Cleftones (1955) : le jeune Henry en train de garer les Cadillacs.
  • Hearts of Stone par Otis Williams and The Charms (1954) : le postier de Henry se faisant menacer.
  • Sincerely par The Moonglows (1955) : les mafieux sont ensemble en train de cuisiner dans la maison de Paulie.
  • Firenze Sogna par Giuseppe Di Stefano : nouveau costume ; une victime se fait tirer dessus.
  • Speedo par The Cadillacs (1955) : Henry enfant, distribue des sandwichs ; Jimmy Conway fait une première apparition.
  • Parlami d'amore Mariu par Giuseppe Di Stefano : Henry adolescent se fait attraper par la police de New York en train de vendre des cigarettes.
  • Stardust par Billy Ward and His Dominoes (1957) : aéroport d'Idlewild en 1963 ; première apparition de Henry Hill adulte, vol de camion.
  • This World We Love In (Il Cielo In Una Stanza) par Mina : au Bamboo Lounge, les mafieux sont présentés les uns après les autres ; le cambriolage du vol Air France est planifié.
  • Playboy par The Marvelettes (1962) : le Bamboo Lounge est en faillite ; Henry et Tommy brûlent le restaurant.
  • It's Not for Me to Say par Johnny Mathis (1957) : le double rencart ; Karen fait une première apparition et est ignorée par Henry.
  • I Will Follow Him par Betty Curtis : Karen est furieuse et se querelle fortement avec Henry dans la rue.
  • Then He Kissed Me par le groupe The Crystals (1963) : Henry et Karen entrent au Copacabana par la porte de service.
  • Look in My Eyes par The Chantels (1961) : le braquage du vol Air France ; Paulie prend sa part.
  • Roses Are Red par Bobby Vinton (1962) : Henry et Karen sortent dans une base nautique et reçoivent du champagne de Bobby Vinton au Copa.
  • Life Is But a Dream par The Harptones (1955) : Henry et Karen se marient et font une réception.
  • Leader of the Pack par The Shangri-Las (1964) : la fête du mariage.
  • Toot, Toot, Tootsie Goodbye par Al Jolson (clip de The Jazz Singer) : des inspecteurs de la police de New York (NYPD) présentent un mandat et perquisitionnent la maison des Hill.
  • Happy Birthday to You, chanté par des membres de la famille à l'anniversaire du petit Jimmy : réunion des épouses qui racontent leurs vies quotidiennes.
  • Ain't That a Kick in the Head? par Dean Martin (1960) : la narration continue sur leurs vies d'épouses de mafieux.
  • He's Sure the Boy I Love par The Crystals (1963) : Billy Batts arrive au Suite Lounge ; l'insulte du « cireur de chaussure ».
  • Atlantis par Donovan (1968) : Billy Batts est tabassé et frappé par Tommy et Jimmy.
  • Pretend You Don't See Her par Jerry Vale (1957) : vendredi soir au Copa avec les petites amies ; dîner du dimanche à la maison de Paulie.
  • Remember (Walkin' in the Sand) par The Shangri-Las (1964) : Henry avec Janice au Suite Lounge avant d'enterrer le corps de Billy Batts.
  • Baby I Love You par Aretha Franklin (1967) : appartement de Janice Rossi ; elle fait visiter son appartement à ses amies. Spider fait sa première apparition au jeu de poker.
  • Firenze Sogna par Giuseppe Di Stefano (joué pour la deuxième fois) : autre partie de poker ; Tommy tue Spider.
  • Beyond the Sea par Bobby Darin (1960) : vie en prison (dîner) ; Henry commence à vendre de la drogue.
  • Boulevard of Broken Dreams par Tony Bennett (1950) : dîner à la maison de Paulie après la libération sur parole de Henry.
  • Gimme Shelter de The Rolling Stones (1969) : Henry coupant la cocaïne dans l'appartement de Sandy. Il apporte la came à Jimmy et Tommy au bureau des libertés conditionnelles.
  • Wives and Lovers par Jack Jones (1963) : Karen montre la nouvelle maison et les meubles à sa copine Belle ; Morrie rencarde Henry sur le casse de la Lufthansa.
  • Monkey Man par The Rolling Stones (1969) : la babysitter, Lois Byrd (avec un bébé), fait son apparition ; Henry se retrouve encore à mélanger la coke dans l'appartement de Sandy.
  • Frosty the Snowman The Ronettes (1963) : Henry arrive à la fête de Noël ; Jimmy jette hors de sa Cadillac Johnny Roastbeef.
  • Christmas (Baby Please Come Home) par Darlene Love (1963) : Jimmy engueule Frankie Carbone pour l'achat de sa cadillac rose ; Morrie harcèle Jimmy pour avoir sa part du casse de la Lufthansa.
  • Bells of St. Marys par The Drifters (1954) : L'arbre de noël de Henry Hill ; l'exécution de Stacks Edwards.
  • Unchained Melody par Vito and The Salutations (1963) : au bar, Henry est ennuyé au sujet de Stacks ; Tommy pense qu'il va devenir « affranchi » ; Morrie continue de harceler Jimmy.
  • Danny Boy - Morrie le chante à Henry, puis il quitte le bar après que sa tentative de parler à Jimmy ait échoué.
  • Sunshine of Your Love, du groupe Cream (1967) : Jimmy assiste à l'assassinat de Morrie et d'autres membres de son équipe.
  • le coda jouée au piano du titre Layla par le groupe Derek and the Dominos (1970) : des cadavres sont découverts partout dans la ville ; Tommy est exécuté.
  • Jump into the Fire par Harry Nilsson (1972) : matinée du à h 55 séquence de l'hélicoptère ; Henry livre les flingues à Jimmy.
  • Memo from Turner par Mick Jagger (1970) : Henry quitte Jimmy avec les flingues qu'il ne veut pas.
  • Magic Bus par The Who (1968) : apeuré, conduisant drogué, Henry a presque failli avoir un accident de voiture.
  • Jump into the Fire par Harry Nilsson (joué pour la deuxième fois) : Henry conduit son frère de l'hôpital à la maison ; il commence à préparer le dîner ; encore plus d'hélicoptères.
  • Monkey Man par The Rolling Stones (joué pour la deuxième fois): encore plus apeuré en conduisant ; Henry et Karen cachent les flingues dans la maison de la mère de Karen.
  • What Is Life de George Harrison (1970) : toujours aussi apeuré en conduisant ; il ramène encore les flingues. Il rend visite à son grossiste en cocaïne membre du réseau. Appel de Sandy. Il appelle Lois. Lois appelle d'une ligne intérieure.
  • Mannish Boy par Muddy Waters (1955) : dernière fois dans l'appartement de Sandy, mélangeant la coke. Dîner chez les Hill's avec les enfants de Lois et son frère Michael.
  • My Way par Sid Vicious (1979) : générique de fin.
  • le coda jouée au piano du titre Layla par le groupe Derek and the Dominos (joué pour la deuxième fois) : deuxième chanson du générique.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Les Affranchis a été acclamé par la critique. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, il obtient un score de 96 % d'avis positifs, basé sur 96 critiques professionnelles et une note moyenne de 8,810 ; le consensus du site indique : « Frappant et élégant, GoodFellas est un classique des [films de] gangsters - et sans doute le point culminant de la carrière de Martin Scorsese »[30]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 90% d'avis positifs, basé sur 20 critiques collectées[31]. Le public, lui aussi, salue le film de façon quasi unanime avec une note de 8,710 sur le site Internet Movie Database, basé sur plus de 558 000 avis[32], faisant partie des vingt films les plus côtés du site.

Box-office[modifier | modifier le code]

Les Affranchis obtient un succès commercial. Aux États-Unis, le film se classe directement premier — durant une semaine — lors de sa première semaine d'exploitation avec 8 971 101 $[33] de recettes. Il parvient à rester dans le top 10 du box-office durant cinq semaines, dont la cinquième place pendant deux semaines, pour finir sa carrière avec 46 836 214 $[33].

En France, le long-métrage de Scorsese n'obtient pas le même succès qu'aux États-Unis, mais frôle le million d'entrées lors de sa première exploitation en salles avec 976 346 entrées en première exploitation[34]. Avec les ressorties dans les années qui ont suivi, le film totalise plus de 991 000 entrées

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 46 836 214 $[35] 11
Drapeau de la France France 991 484 entrées[36] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lors de la cérémonie des Oscars 1991, l'acteur Joe Pesci remporte l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Le film est par ailleurs nommé dans cinq catégories[37] :

Lors de la cérémonie des British Academy Film Award 1991, le film remporte cinq récompenses :

L'acteur Robert De Niro avait également été nommé dans la catégorie du meilleur acteur ainsi que Michael Ballhaus dans celle de la meilleure photographie.

Lors de la cérémonie des César 1991, le film obtient une nomination pour le César du meilleur film étranger.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Animaniacs[modifier | modifier le code]

Les personnages des Affranchis ont été retranscrits sous forme de pigeons dans la série animée Animaniacs, devenant les « Pigeons affranchis » : Squit (le nouveau de la bande, comme Ray Liotta) ; Bobby (diminutif de Robert [De Niro] et Pesto (où on retrouve les lettres P.E.S. rappelant le nom de Joe Pesci).

Les Soprano[modifier | modifier le code]

David Chase, le créateur de la série télévisée Les Soprano, a affirmé que le film Les Affranchis a été une source d'inspiration pour cette série[38].

D’ailleurs, la série commencera avec quatre acteurs ayant participé au film (Lorraine Bracco, Michael Imperioli, Tony Sirico et Vincent Pastore). Plus tard, Frank Vincent et Joseph Gannascoli (figurant non crédité dans le film) rejoignent la série. De nombreux autres acteurs récurrents de la série avaient aussi joué dans Les Affranchis : Nicole Burdette, Tony Darrow, Tony Lip, Frank Pellegrino, John « Cha Cha » Ciarcia, Suzanne Sheperd, Paul Herman, Marianne Leone Cooper, Nancy Cassaro, Daniel P. Conte, Frank Albaneseetc. Au total, 27 acteurs apparaissent dans les deux productions. L'acteur principal des Affranchis, Ray Liotta, fut aussi l'un des premiers candidats pour incarner le rôle de Tony Soprano. Plus tard, Liotta refusa le rôle de Ralph Cifaretto, qui revint finalement à l'acteur Joe Pantoliano.

Dans la série, l'acteur Michael Imperioli (celui-là même qui, dans Les Affranchis, joue le rôle du serveur Spider qui reçoit une balle dans le pied de tirée par Tommy DeVito), tire dans le pied d'un commerçant. Pendant que ce dernier crie « Tu m'as tiré dans le pied ! », le personnage d'Imperioli sort en disant : « Ça arrive… ». Par ailleurs, le personnage de Phil Leotardo (Frank Vincent, qui a joué le rôle de Billy Batts dans le film) meurt dans la série de la même façon que dans Les Affranchis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Personnage basé sur le caporegime (en) de la famille Lucchese, Paul Vario.
  2. Personnage basé sur le mafieux James Burke.
  3. Personnage basé sur le truand Tommy DeSimone.
  4. Le véritable Henri Hill vola près de 420 000 dollars contenus dans un avion Air France au terminal de John Fitzgerald Kennedy Airport.
  5. Le mafieux James Burke, inspiration pour le personnage de Jimmy Conway, meurt d'un cancer des poumons en 1996, six ans après la sortie du film.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dates de sortie - Internet Movie Database
  2. « Classification CNC : Les Affranchis », sur CNC.fr (consulté le 4 octobre 2014)
  3. Les Affranchis - RSDoublage.com.
  4. Fiches doublages : Les Affranchis - AlloDoublage.com, 5 juin 2013
  5. (en) « "Goodfellas" turned "Wiseguy"’s simple prose into cinematic gold », Ryan Vlastelica, avclub.com, 18 septembre 2015.
  6. (en) Derek Malcolm, « Made Men », Film Comment,‎ .
  7. a et b (en) Richard Goodwin, The Making of "Goodfellas", Hotdog
  8. a b c d e et f Susan Linfield, « 'Goodfellas' Looks at the Banality of Mob Life », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  9. a b et c (en) Mary Pat Kelly, Martin Scorsese: A Journey, Thunder Mouth Press, mars 2003.
  10. (en) Matthew Gilbert, « Scorsese Tackles the Mob », The Boston Globe,‎ .
  11. (en) Mike Clark, « GoodFellas step from his childhood », USA Today,‎
  12. (en) « Classic Feature: Martin Scorsese talks GoodFellas », Henri Behar, Empire Magazine, 20 juin 2014 (première publication no 17 en novembre 1990).
  13. a et b Howard Hughes, « Crime Wave: The Filmgoers' Guide to the Great Crime Movies ». p. 176–177.
  14. a b c d e f g h i j k et l (en) David Thompson et Ian Christie, Scorsese on Scorsese, Faber and Faber, , p. 150–161.
  15. (en) Matthew Gilbert, « Scorsese Tackles the Mob », Boston Globe, 16 septembre 1990.
  16. (en) Jamie Portman, « Goodfellas Star Prefers Quiet Life », Toronto Star, 1er octobre 1990.
  17. (en) Buck Wolf, « Rap Star 50 Cent Joins Movie Mobsters », ABC News,‎ (lire en ligne).
  18. (en) Stella Papamichael, « GoodFellas: Special Edition DVD (1990) », sur BBC.co.uk, .
  19. a et b Arnold Gary, « Real Fellas Talk about Mob Film », The Washington Times,‎ .
  20. Alex Witchel, « A Mafia Wife Makes Lorraine Bracco a Princess », The New York Times,‎ .
  21. (en) Lawrence Van Gelder, « At the Movies », New York Times,‎ .
  22. (en) Lieux de tournage des Affranchis sur l’Internet Movie Database
  23. (en) Box-office/business des Affranchis sur l’Internet Movie Database
  24. « Les Affranchis : Secrets de tournage », Allociné.fr (consulté le 18 décembre 2010).
  25. (en) « "So if you do the movie, you say, 'I don't care if there's too much narration. Too many quick cuts?—That's too bad.' It's that kind of really punk attitude we're trying to show." » ; Mike Clark, « GoodFellas step from his childhood », USA Today, 19 septembre 1990.
  26. a et b (en) Jonah Kaplan, Stephen Altobellow et Jeffrey Schwartz, « Getting Made: The Making of Goodfellas » ; sur le disque Blu-ray de Goodfellas, Warner Home Video, 2004. (ISBN 1-4198-4306-0)
  27. (en) Alex Godfrey, « Whaddya want from me? » novembre 2013.
  28. Nicolas Saada, « Entretien avec Thelma Schoonmaker », Les Cahiers du cinéma, no 500,‎ , p. 17-19.
  29. (en) Goodfellas (1990) : Soundtracks - IMDb
  30. (en) « GoodFellas (1990) », Rotten Tomatoes.com (consulté le 16 mai 2020).
  31. (en) GoodFellas (1990), Metacritic.com (consulté le 16 mai 2020).
  32. (en) Les Affranchis sur l’Internet Movie Database
  33. a et b (en) Goodfellas (Weekly) - Box Office Mojo.
  34. Calendrier - Sortie du 12 septembre 1990.
  35. « Goodfellas (1990) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 27 avril 2020).
  36. Fabrice BO, « Box office Films 1990 », sur Les Archives du Box-Office, (consulté le 16 mai 2020).
  37. (en) « Awards », Internet Movie Database.com.
  38. (en) Jeff Stark, « Les cas de Jersey inspire une nouvelle saison » [archive du ], Newark Star Ledger,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Casino (1995), film réalisé par Martin Scorsese.
  • Les Soprano (1999-2007), série télévisée sur le thème de la mafia, dont cinq des acteurs du film y participent, comme acteur principal ou secondaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]