Hugo Cabret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Martin Scorsese. Pour le livre, voir L'invention de Hugo Cabret.
Hugo Cabret
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Titre original Hugo
Réalisation Martin Scorsese
Scénario John Logan
Acteurs principaux
Sociétés de production GK Films
Infinitum Nihil
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Durée 127 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hugo Cabret (Hugo) est un film d'aventure fantastique américain en relief produit et réalisé par Martin Scorsese, sorti en 2011.

Écrit par John Logan, c'est l’adaptation cinématographique du roman pour enfants L'Invention de Hugo Cabret de Brian Selznick. Le film met en scène Asa Butterfield dans le rôle d'Hugo Cabret, Chloë Moretz dans celui d'Isabelle, Ben Kingsley en Georges Méliès et Sacha Baron Cohen en inspecteur de gare.

Distribué par Paramount Pictures, ce film est sorti le aux États-Unis. En France, il est sorti le , distribué par Metropolitan FilmExport.

Le film est présenté en avant-première lors de la 6e édition du Festival international du film de Rome en octobre 2011[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, au tournant des années 1930, Hugo Cabret, un garçon d'une douzaine d'années, vit humblement avec son père, horloger. Il se retrouve orphelin suite à un incendie causant sa mort. Il se réfugie alors dans une gare, derrière les horloges qu'il entretient. Il passe le reste de son temps à tenter de réparer l'automate mécanique que son père cherchait à restaurer avant sa mort. Hugo est convaincu que le robot, dont la vocation est d'écrire, renferme un ultime message de son père. Il n'hésite pas à voler viennoiseries ou petits objets, et il est pris en flagrant délit par un vieux monsieur tenant une boutique de jouets, qui lui confisque son carnet de croquis. Hugo, en tentant de récupérer son carnet, rencontre la fille du marchand de jouets, qui devient alors son amie.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

En 1931 à Paris, Hugo Cabret, un garçon d'une douzaine d'années, vit avec son père, veuf et dévoué à son fils, qui lui enseigne son métier, l'horlogerie. Avec lui, Hugo va souvent au cinématographe ; ses films préférés sont ceux de Georges Méliès.

Quand le père d'Hugo meurt dans l'incendie d'un musée, Hugo est pris en charge par un oncle alcoolique, qui entretient les horloges de la gare Montparnasse. Avant de disparaître, l'oncle poursuit durement l'enseignement qu'avait entamé le père d'Hugo. Hugo prend alors discrètement la place de son oncle à la gare, ce qui lui permet d'entretenir une vie secrète tant que les horloges sont à l'heure. Vivant de petits vols, il doit éviter l'inspecteur Gustave et son doberman Maximilien, tout comme les autres orphelins que l'inspecteur recherche. Pendant ce temps, Hugo poursuit l'ambitieux projet que son père n'a pu achever : réparer un automate cassé, un homme mécanique créé pour écrire au stylo. Pour cela, il a besoin de pièces, qu'il vole au magasin de jouets de la gare. Un jour, son propriétaire le prend en flagrant délit et lui confisque son précieux carnet.

Il manque une pièce vitale au fonctionnement de l'automate : une clé en forme de cœur. Convaincu que la machine renferme un message de son père, Hugo va désespérément la chercher. Il se lie d'amitié avec Isabelle, la filleule du propriétaire du magasin de jouets. Il lui apprend ce qu'il sait des films, que son parrain ne lui a jamais laissé voir. Hugo découvre alors qu'Isabelle détient la clé qu'il cherche. Quand ils l'utilisent sur le robot, celui-ci dessine une scène de film que Hugo connait : c'est bel et bien un message de son père. Ils découvrent que le film du dessin a été réalisé par le parrain d'Isabelle, Georges Méliès, une légende du cinéma, qui est maintenant négligé et qui a perdu toutes ses ambitions. L'automate de Hugo est le seul vestige de sa vie en tant que magicien, avant qu'il ne commence le cinéma. Cherchant des indices chez Méliès, les deux enfants trouvent une boîte remplie de dessins et de scènes de films. Mais, pris sur le fait, Hugo est banni de la maison.

Hugo et Isabelle décident d'aller à la grande bibliothèque des films de Paris, où ils trouvent des informations biographiques dans un livre sur Méliès. Ils y rencontrent René Tabard, l'auteur-même du livre, un expert cinématographique vénérant Méliès, et qui, comme beaucoup de gens, pensait que le réalisateur était mort, puisqu'il n'avait pas été vu depuis la Première Guerre mondiale qui avait brutalement mis un terme à sa carrière. René montre aux enfants les rares vestiges de la carrière de Méliès. Incrédule à l'annonce que Méliès est toujours vivant, il a l'ambition de le rencontrer.

Hugo et Isabelle invitent René au domicile de Méliès, où ils rencontrent la femme de Méliès, Jeanne, que René reconnait immédiatement comme la vedette de nombreux films de Méliès. René, qui avait apporté avec lui un projecteur portatif, montre au groupe sa copie d'un des rares films de Méliès encore existant, Le Voyage dans la Lune. Lorsque Méliès découvre cette scène dans son salon, il est indigné. Jeanne le convainc alors de chérir ses glorieuses réalisations plutôt que de regretter son rêve perdu. Il raconte alors son histoire, tout d'abord en tant que magicien puis en tant que cinéaste ainsi que sa faillite durant la Grande Guerre, pendant laquelle les rêves et les illusions de ses films ne trouvaient plus leur place au milieu de des esprits meurtris par la guerre. S'ensuivit alors la faillite et une nuit, désespéré, Méliès mit le feu à ses costumes et décors, tandis que pour payer les dettes ses films furent vendus et fondus pour en faire des semelles de chaussures. La seule de ses créations qu'il n'avait pu se résoudre a détruire était un automate de sa conception capable de dessiner et qu'il donna à un musée où il fut finalement ignoré et détruit dans un incendie.

Réalisant que son automate est en fait la création de Méliès, Hugo retourne en courant à la gare pour le récupérer et le restituer à son propriétaire légitime. Cependant il se fait repérer par l'inspecteur Gustave et son chien qui se lancent à sa poursuite à travers toute la gare. Alors qu'il s'enfuit le long d'un quai, Hugo trébuche et l'automate lui échappe des mains pour atterrir sur les rails. Tandis qu'Hugo saute sur les voies pour le récupérer, un train entre en gare et arrive vers lui à vive allure. Dans un revirement de compassion, l'inspecteur saisit Hugo par le bras et le hisse sur le quai avant qu'il ne soit écrasé. Cette scène reprend partiellement le rêve qu'avait fait Hugo un peu plus tôt dans lequel un train se précipitait sur lui, continuait au-delà de la piste, traversait toute la gare en détruisant le sol sur son passage pour finalement fracasser la façade du bâtiment et s'écraser sur la route en contrebas.

Dans la scène finale, Méliès — accompagné de sa femme, sa filleule et Hugo — est l'invité d'honneur d'une grande fête où ses contributions au cinéma sont reconnues et louées.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (VF) selon le carton de doublage français.

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Quelques années après la naissance de sa fille Francesca en 1999, Martin Scorsese veut réaliser un film qu'elle puisse voir. Sachant cela, le producteur Graham King lui parle du roman L'Invention de Hugo Cabret (The Invention of Hugo Cabret)[4]. De plus, Martin Scorsese, alors âgé de 69 ans, manifeste la volonté de rendre hommage à l'art qui est au cœur de sa carrière, tout en rendant hommage à Georges Méliès, pionnier du cinéma[5]. L'œuvre témoigne de la passion de son réalisateur par la rencontre inattendue du cinéma primitif et de la technique du film en trois dimensions qu'il utilise, de manière jugée « maladroite » par les critiques[5]. L'immersion ainsi créée permet de simuler l'émotion qu'avaient ressentie les spectateurs des tout premiers films[5]. Pourtant moderne, ce film est un concentré de tout ce qui a constitué les balbutiements du cinéma[5]. Comme le souligne le personnage de Méliès à la fin du film, un des plus grands privilèges du cinéma est d'offrir des happy ends, tel un remerciement au cinéma et à ses inventeurs[5]. Par ailleurs, le film est un encouragement à une formation précoce des enfants au cinéma du fait de la représentation d'enfants sensibilisés très tôt à cet art[6].

Ainsi, Scorsese signe un film plus enfantin et plus technique qu'à son habitude[7]. Il allie le potentiel du livre L'Invention de Hugo Cabret à l'admiration qu'il a pour Méliès ; comme il l'affirme : « en tant que cinéaste, j’ai le sentiment que l’on doit tout à Georges Méliès. Et quand je revois ses premiers films, je suis ému. Ils m’inspirent, parce que cent ans après leur création, ils font toujours naître ce frisson lié à l’innovation et à la découverte. Méliès a exploré et inventé la plus grande partie des techniques que nous utilisons aujourd’hui. Les films fantastiques et les films de science-fiction des années 30, 40, 50, les créations de Ray Harryhausen, et aussi celles de Spielberg, Lucas, James Cameron, descendent de Méliès. Tout était déjà dans le travail de ce précurseur »[7].

Dans un premier temps, la société GK Films de Graham King obtient les droits d'adaptation du roman, juste après sa publication en [8]. L'écriture de l'adaptation est confiée à John Logan qui a déjà travaillé avec Martin Scorsese pour Aviator. Le titre original du film Hugo Cabret est par la suite raccourci en Hugo en [9].

Références historiques[modifier | modifier le code]

Les Automates Jaquet-Droz (ici le modèle du dessinateur) sont à l'origine de l'automate du film.

Les quelques éléments de la vie de Georges Méliès, qui sont mis en scène dans le film, sont exacts, sauf bien entendu la rencontre avec le jeune garçon. Le "maître" du cinéma primitif s'est intéressé à la projection d'images animées dès la première démonstration des Frères Lumière[10]. Ayant racheté le Théâtre Robert Houdin, il y pratiquait son art : la prestidigitation, et utilisait pour certains tours des automates qu'il fabriquait lui-même. Plus tard, ayant depuis longtemps abandonné la production de films, son affaire, Star Film, a fait faillite et il a dû vendre son stock de négatifs au prix de la matière première récupérée. Ruiné, oublié, il est devenu vendeur de jouets en Gare Montparnasse (qui était alors la gare de l'Ouest[6]), et c'est là qu'il a été reconnu par un admirateur. Le tirant d'une misère certaine, on lui a décerné la Légion d'honneur et une modeste pension. Les extraits de films, comme Le voyage dans la lune (1902), restaurés à partir de diverses copies retrouvées, sont aujourd'hui de véritables pièces de musée.

En revanche, le film ne mentionne pas les deux enfants de Méliès, ou son frère Gaston Méliès (qui a travaillé avec lui sur ses films et a participé à sa ruine), ou sa première femme Eugénie, dont le mariage était encore d'actualité durant la carrière cinématographique de Méliès, avant sa mort en 1913. Le film le montre marié à Jeanne d'Alcy durant sa carrière, alors qu'en réalité, Méliès n'épousa son ex-principale actrice qu'en 1925.

L'apparence de l'automate a été inspirée de celle de Henri Maillardet que Selznick a vu au Franklin Institute de Philadelphie[11] tout comme par « l'écrivain » des Automates Jaquet-Droz[12].

On voit plusieurs fois le court-métrage L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat dans le film, et Scorsese reconstitue l'épisode controversé selon lequel les premiers spectateurs de cette entrée en gare auraient été horrifiés et se seraient précipités vers la sortie[13].

Emil Lager, Ben Addis et Robert Gill font un caméo, respectivement en tant que Django Reinhardt, Salvador Dalí et James Joyce ; le nom des trois personnages apparaît vers la fin du générique[14].

Le livre que Mr Labisse donne à Hugo, Robin Hood le proscrit, a été écrit par Alexandre Dumas en 1864 en tant que traduction française du travail de Pierce Egan the Younger, en 1838 en Angleterre. Le livre est symbolique, tout comme Hugo doit éviter la « juste » application de la loi par l'inspecteur Gustave en vivant dans la station et plus tard comme restaurer l'automate et le rendre à son propriétaire légitime.

Pré-production[modifier | modifier le code]

GK Films a acquis les droits cinématographiques sur L'Invention de Hugo Cabret peu après la sortie du livre en 2007. Initialement, Chris Wedge a été choisi pour la réalisation de l'adaptation et John Logan a été engagé pour l'écriture du scénario[15]. Plusieurs acteurs ont été embauchés dont Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Asa Butterfield, Chloë Moretz et Helen McCrory ; en revanche, Jude Law, Ray Winstone, Christopher Lee, Frances de la Tour et Richard Griffiths ont rejoint le projet plus tard. Le budget initial prévu pour le film était de 100 millions de dollars mais le film coûta finalement entre 156 millions de dollars et 170 millions de dollars[16]. En février 2012, Graham King a résumé son expérience de production de Hugo Cabret : « disons juste que ces quelques mois n'ont pas été faciles pour moi — beaucoup de somnifères ont été nécessaires »[17].

En , Martin Scorsese convie Ben Kingsley et Sacha Baron Cohen à participer à son projet[18], l'un jouera le rôle du réalisateur français Georges Méliès et l'autre l'inspecteur de gare, avant que les jeunes Asa Butterfield et Chloë Moretz ne les rejoignent[19] pour les rôles principaux de Hugo Cabret et d'Isabelle. Quelques jours avant la production, en , Jude Law est choisi pour interpréter le père de Hugo, de même que Ray Winstone en Oncle Claude, ainsi que Christopher Lee, Helen McCrory, Frances de la Tour et Richard Griffiths[20]. Ce film marque ainsi la seconde collaboration de Scorsese avec Jude Law (Aviator, 2004) et Ben Kingsley (Shutter Island, 2010).

Tournage[modifier | modifier le code]

La production débute fin aux Studios de Shepperton et de Longcross dans le comté de Surrey avant de partir pour Paris entre le 16 et 25 août 2010[21].

« Une gare parisienne des années 1920 a été reconstituée, essentiellement en stuc, dans les studios londoniens de Pinewood. […] Ferretti s'est appuyé sur une foule de documents d'époque fournis par le Français Clive Lamming tant pour l'architecture des trains que pour les costumes du personnel ferroviaire. Les moindres détails ont été respectés, jusqu'à la calligraphie désuète des panneaux d'information aux voyageurs »[22]. Le Chemin de fer de la vallée de la rivière Nene, près de Peterborough, a également prêté son matériel roulant de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits au studio[23],[24].

Le réalisateur et l'équipe de production ont transformé l'intérieur de la Sorbonne et la bibliothèque Sainte-Geneviève en décors des années 1930 en France durant une semaine, du 16 au 23 août 2010, dans le 5e arrondissement, puis, jusqu'au 25 août 2010, le square de l'Opéra-Louis-Jouvet et la place Édouard-VII dans le 9e arrondissement[21] ainsi que le théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet dans le même arrondissement[25].

Certaines scènes reprennent des extraits de grands classiques du cinéma. Il s'agit notamment du Voyage dans la Lune et de Monte là-dessus !.

Les séquences dans l'atelier de Méliès, quant à elles, sont en grande partie inspirées par Le Royaume des fées, Le Cake-walk infernal et Le Palais des mille et une nuits.

Lors de la séquence finale, on peut voir projetés les extraits des films suivants : Le Roi du maquillage, À la conquête du pôle, Le Mélomane, Le Royaume des fées, Le Papillon fantastique, La Fée Carabosse ou le Poignard fatal, Les Illusions fantaisistes, Les Quatre Cents Farces du diable, Le Voyage à travers l'impossible et Le Voyage dans la Lune.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Outre la musique originale composée par Howard Shore, Jean-Michel Bernard a produit, orchestré et dirigé Dominique Cravic et Les Primitifs du futur, qui ont notamment enregistré une dizaine d'œuvres de Vetese Guerino et Émile Vacher (valses, javas, pasos dobles et fox trots) pour les scènes de bal musette se déroulant dans la brasserie de la gare, ainsi que la reprise d'une chanson de Fragson[26].

Pendant les séquences utilisant d'anciennes œuvres cinématographiques, on peut entendre de la musique classique française du XIXe siècle. On décèle un arrangement de la La Danse Macabre de Camille Saint-Saëns, notamment quand les deux jeunes personnages feuillettent le livre de René Tabard. Puis, au cours des séquences qui montrent les tournages de Méliès jeune, ce sont deux œuvres pour pianos qui accompagnent les images. Pendant le tournage avec le dragon, il s'agit du premier mouvement, Manière de commencement des Morceaux en forme de poire, d'Erik Satie. Ensuite, lorsque le personnage de Méliès brûle ses bobines et ses décors, il s'agit de la Première Gnossienne, du même compositeur.

La dernière chanson (générique de fin) intitulée Cœur volant est interprétée par la chanteuse française Zaz.

No Titre Durée
1. The Thief 4:20
2. The Chase 2:50
3. The Clocks 4:28
4. Snowfall 1:50
5. Hugo's Father 3:24
6. Ashes 2:33
7. The Station Inspector 1:10
8. Bookstore 1:51
9. The Movies 1:29
10. The Message 4:36
11. The Armoire 2:32
12. Purpose 2:04
13. The Plan 2:48
14. Trains 2:50
15. Papa Georges Made Movies 1:52
16. The Invention of Dreams 6:28
17. A Ghost In the Station 6:00
18. A Train Arrives in the Station 3:25
19. The Magician 2:33
20. Coeur Volant (feat. Zaz) 4:19
21. Winding it Up 4:11
1:05:00

Accueil et box-office[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Hugo Cabret connait un accueil très mitigé, du fait du virage à 180o opéré par Scorsese avec cette réalisation, dans un style bien plus enfantin ; une partie des spectateurs considère ce changement réussi vu l'adaptation soudaine du réalisateur non seulement à ce style mais aussi à la 3D, tandis qu'une autre grande partie trouve la tentative maladroite et trop décalée[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Hugo Cabret a notamment lancé la carrière cinématographique d'Asa Butterfield qui était pressenti pour jouer dans le prochain Spider-Man[29] ; l'acteur ayant diffusé la nouvelle sur Reddit, il a été exclu de la course au rôle[30].

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source principale [31]: IMDb

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Hugo Cabret est le film ayant obtenu le plus de nominations pour la cérémonie des Oscars 2012 (onze citations) et est reparti, comme The Artist, avec cinq statuettes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iREnHH98ff3u6yGjJzfcej-tVYIg?docId=CNG.7a91eec17228a52c453e3e447cb09adc.831
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. Carton de doublage.qc.ca consulté le 14 février 2012.
  4. Making of de Hugo Cabret, Blu-ray, Metropolitan Filmexport
  5. a, b, c, d et e Isabelle Regnier, « "Hugo Cabret" : Méliès n'est pas mort, il s'appelle Scorsese », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  6. a, b et c Frédéric Strauss, Jacques Morice, « Hugo Cabret », sur telerama.fr,‎ (consulté le 22 juin 2015).
  7. a et b Alain Bielik, Paul Schmitt, « Hugo Cabret », sur pixelcreation.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  8. (en) Steve 'Frosty' Weintraub, « Scorsese’s Next Now Called HUGO CABRET; Filming Commences and Full Cast Announced Which Includes Jude Law, Ray Winstone and Christopher Lee », sur Collider,‎ (consulté le 17 juillet 2011)
  9. (en) Anonyme, « Scorsese’s 3D movie Hugo Cabret is now simply called Hugo », sur Rama's Screen,‎ (consulté le 17 juillet 2011)
  10. (en) Jonathan Walters, « Pioneers: Georges Méliès », sur earlycinema.com,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  11. (en) Henry Fountain, « Graceful Moves, for a Boy Made of Metal », sur nytimes.com,‎ (consulté le 15 janvier 2011)
  12. (en) Cristy Lytal, « Working Hollywood: Dick George, prop maker », sur articles.latimes.com,‎ (consulté le 15 janvier 2015).
  13. (en) The Moving Image, vol. 4,‎ , p. 89-118
  14. (en) « Hugo Cabret (2011): Full Cast & Crew », sur imdb.com (consulté le 18 janvier 2015).
  15. (en) Tatiana Siegel, « Chris Wedge to direct ‘Hugo Cabret’ », sur Variety,‎ (consulté le 9 janvier 2015)
  16. (en) Patrick Goldstein, « Graham King on 'Hugo's' box-office woes: 'It's been painful' », sur Los Angeles Times,‎ (consulté le 9 janvier 2015)
  17. « Let's just say that it hasn't been an easy few months for me — there's been a lot of Ambien involved » L'Ambien est une marque sous laquelle est commercialisé le Zolpidem, un somnifère.
  18. (en) Mike Eisenberg, « Martin Scorsese summons Ben Kingsley and Sacha Baron Cohen to star in his next film, The Invention of Hugo Cabret. », sur ScreenRant,‎ (consulté le 22 juillet 2011)
  19. (en) Jack, « More Hugo Cabret casting: Asa Butterfield and Chloe Moretz », sur Filmonic,‎ (consulté le 22 juillet 2011)
  20. (en) Russ Fischer, « Scorsese Begins Filming ‘Hugo Cabret,’ Adds Jude Law, Ray Winstone and More », sur Filmonic,‎ (consulté le 22 juillet 2011)
  21. a et b Garance Hacker, « Martin Scorsese tourne “L'Invention de Hugo Cabret” à Paris », sur Paris Tribune,‎ (consulté le 17 juillet 2011)
  22. « La gare du Nord dupliquée à Londres pour le dernier film de Scorsese », Le Figaro, 9 décembre 2011.
  23. (en) Steve Weintraub, « Hugo Cabret Filming Commences Full Cast Announced Jude Law, Ray Winstone, Christopher Lee », sur The Collider,‎ (consulté le 9 janvier 2015)
  24. (en) Ben Truslove, « Film Legend Scorcese's Peterborough film shoot », sur Peterborough Telegraph,‎ (consulté le 9 janvier 2015)
  25. Anne-Charlotte de Langhe et Aude Vernuccio, « Le cinoche à la trace », in Le Figaroscope, semaine du mercredi 10 au 16 avril 2013, page 6.
  26. Accordéon et Accordéoniste,‎ , 100e éd.
  27. a et b Box-office - JP's box-office
  28. a et b (en) Box-office US - Box Office Mojo
  29. Clément Solym[le lien externe a été retiré], « Asa Butterfield : de Hugo Cabret à Ender... puis Peter Parker ? », sur actualitte.com,‎ (consulté le 22 juin 2015).
  30. Alicia.Paulet[le lien externe a été retiré], « Spider-Man : qui incarnera le nouvel Homme-araignée? », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 22 juin 2015).
  31. (en) Awards - Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]