Shutter Island (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de Martin Scorsese. Pour le livre, voir Shutter Island.
Shutter Island
Description de l'image Shutter Island.png.
Titre original Shutter Island
Réalisation Martin Scorsese
Scénario Laeta Kalogridis
Acteurs principaux
Sociétés de production Phoenix Pictures
Sikelia Productions
Appian Way
Hollywood Gang Productions
Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller psychologique
Durée 130 minutes
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shutter Island est un thriller psychologique américain réalisé par Martin Scorsese, sorti en . C'est l'adaptation du roman Shutter Island de l'écrivain Dennis Lehane.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1954, les Marshals des États-Unis Teddy Daniels et Chuck Aule débarquent sur Shutter Island, une île au large de Boston, pour enquêter sur la disparition de Rachel Solando, une patiente d'un hôpital psychiatrique de « haute sécurité » sur l'île. À leur arrivée, le docteur Cawley leur explique que cette patiente a tué ses trois enfants en les noyant.

Lors de la recherche de Rachel Solando, Teddy Daniels aperçoit un phare, déjà fouillé aux dires de McPherson, le directeur-adjoint de l'hôpital. En interrogeant le personnel, l'agent Daniels apprend que le psychiatre de Rachel, le docteur Sheehan, a quitté l'île le matin même. Daniels se voit de plus refuser l'accès aux fichiers du personnel médical. Pendant la nuit, il rêve de sa femme, Dolores Chanal, disparue dans un incendie deux ans auparavant. Dans ce rêve, elle lui dit que Rachel est toujours sur l'île, tout comme Andrew Laeddis, le pyromane responsable de l'incendie qui a tué Dolores.

Le lendemain, alors que Teddy Daniels interroge les patients de la thérapie de groupe à laquelle participait Rachel, l'un d'entre eux lui enjoint de quitter l'île. Teddy avoue alors à Chuck Aule le motif réel de sa visite sur l'île : prouver que l'on mène des expériences sur les cerveaux des patients.

Contre toute attente, Rachel Solando réapparaît soudain, saine et sauve. Après leur rencontre, Daniels tombe malade, développant une photosensibilité et de violents maux de tête. Il s'évanouit. Au réveil, il se joint au personnel de l'hôpital qui tente de remettre de l'ordre dans le bâtiment C : avec la tempête, le générateur de l'hôpital est tombé en panne, libérant les patients les plus dangereux de l'institut. Daniels y rencontre George Noyce, qui lui explique que tout ceci n'est qu'un jeu destiné à l'attirer sur l'île et qu'il craint qu'on ne le conduise au phare afin de le lobotomiser.

Teddy Daniels et Chuck Aule s'échappent de l'institut afin de pénétrer dans le phare. Chuck disparaît, et Teddy découvre une caverne dans laquelle se cache la vraie Rachel Solando. Celle-ci lui explique qu'elle était une psychiatre réputée avant d'être internée, et que les patients sont drogués pour ne sentir ni amour ni douleur, afin de devenir des agents dormants de la Guerre froide. Teddy aurait été drogué de cette façon, dès son arrivée sur l'île.

Teddy Daniels parvient alors au phare, sans y trouver quoi que ce soit d'anormal. Lorsqu'il arrive au sommet, il rencontre le docteur Cawley, qui l'attendait. Cawley explique alors à Daniels que celui-ci s'appelle en réalité Andrew Laeddis et qu'il est l'un des patients de Shutter Island depuis deux ans, et que Chuck n'est autre que le docteur Sheehan, qui le suit depuis son arrivée sur l'île.

Pour éviter d'affronter une réalité difficile — Andrew Laeddis a tué sa femme en 1952 après avoir découvert qu'elle avait noyé leurs enfants —, il s'est créé un univers de personnages dont les noms sont des anagrammes : Dolores Chanal, sa femme, est devenue « Rachel Solando », et Andrew Laeddis s'est transformé en « Edward (Teddy) Daniels ». Le docteur Cawley lui explique que son état est cyclique : il redécouvre régulièrement sa véritable histoire, puis le cycle recommence. C'est pour cette raison que Cawley et Sheehan ont décidé cette fois de jouer son jeu et d'organiser un jeu de rôle à l'échelle de l'île : si Andrew Laeddis ne guérit pas cette fois-ci, c'est la lobotomie qui l'attend, pour l'empêcher de nuire. Finalement, outre les traitements par adjonction de psychotropes, on pratique véritablement la lobotomie trans-orbitale sur cette île : « Ils vous lobotomiseront Andrew, est-ce que c'est clair ?! », lui dit le docteur Cawley.

Andrew Laeddis reconnaît son histoire. Cependant, quelque temps plus tard, en discutant avec le docteur Sheehan, il s'adresse à lui en utilisant le prénom de « Chuck ». Le docteur Sheehan adresse alors un signe discret au docteur Cawley, qui vient chercher Laeddis avec deux infirmiers, dans l'intention de le lobotomiser.

Cependant, Andrew ajoute les phrases suivantes : « Cet endroit me laisse un peu perplexe. […] Qu'est-ce qu'il y a de pire pour vous ? Vivre en monstre ou mourir en homme de bien ? ». Par cette phrase, il laisse comprendre à son psychiatre qu'il est redevenu sain d'esprit, mais qu'il préfère oublier son passé grâce à la lobotomie, au lieu de vivre avec la mort de sa femme sur la conscience. Confus devant cette tragique révélation, Sheehan regarde son patient s'éloigner avec le personnel médical[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

L'acteur Leonardo DiCaprio, pour la présentation du film à la Berlinale 2010.
L'actrice Michelle Williams, également à la Berlinale 2010.

Source : AlloDoublage (V. F.)[3]

Musique[modifier | modifier le code]

Shutter Island :
musique du film
Bande originale de divers musiciens
Sortie
Durée 116 minutes 41 secondes
Genre Musique de film
Producteur Robbie Robertson
John Powell
Label Rhino Records

Aucune bande originale n'a été composée pour le film. Martin Scorsese a cependant demandé à son collaborateur et ami Robbie Robertson, ainsi qu'au compositeur John Powell, d'assembler différents morceaux pré-existants.

Disque 1
  1. Tropes (Ingram Marshall) – (Orchestra of St. Lukes & John Adams)
  2. Symphonie nº 3 de Penderecki – Allegro Moderato (Krzysztof Penderecki) – (National Polish Radio Symphony & Antoni Wit)
  3. Music for Marcel Duchamp (John Cage) – (Philipp Vandré)
  4. Hommage à John Cage – (Nam June Paik)
  5. Lontano (György Ligeti) – (Wiener Philharmoniker & Claudio Abbado)
  6. Rothko Chapel 2 (Morton Feldman) – (UC Berkeley Chamber Chorus)
  7. Cry – (Johnnie Ray)
  8. On the Nature of Daylight – (Max Richter)
  9. Uaxuctum: The Legend of the Mayan City Which They Themselves Destroyed for Religious Reasons – 3rd Movement (Giacinto Scelsi) – (Vienna Radio Symphony Orchestra)
  10. Quartet for Strings and Piano in A Minor (Gustav Mahler) – (Prazak Quartet)
Disque 2
  1. Christian Zeal and Activity (John Adams) – (The San Francisco Symphony & Edo de Waart)
  2. Suite for Symphonic Strings: Nocturne (Lou Harrison) – (The New Professionals Orchestra & Rebecca Miller)
  3. Lizard Point – (Brian Eno)
  4. Four Hymns: II for Cello and Double Bass (Alfred Schnittke) – (Torleif Thedéen & Entcho Radoukanov)
  5. Root of an Unfocus (John Cage) – (Boris Berman)
  6. Prelude – The Bay – (Ingram Marshall)
  7. Wheel of Fortune – (Kay Starr)
  8. Tomorrow Night – (Lonnie Johnson)
  9. This Bitter Earth / On the Nature of Daylight – (Dinah Washington & Max Richter ; arrangements de Robbie Robertson)

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Martin Scorsese retrouve dans ce film la monteuse Thelma Schoonmaker qui monte tous ses films depuis Raging Bull (1980), le chef décorateur Dante Ferretti qui travaille avec lui depuis Le Temps de l'innocence (1993), ainsi que le chef opérateur Robert Richardson, avec qui il avait déjà travaillé sur Casino, À tombeau ouvert (1999) et Aviator.

La musique est supervisée par Robbie Robertson, ancien leader du groupe The Band, dont Scorsese a filmé le dernier concert dans le film La Dernière Valse.

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

C'est la quatrième fois que Martin Scorsese dirige Leonardo DiCaprio, après Gangs of New York (2002), Aviator (2004), Les Infiltrés (2006) et avant Le Loup de Wall Street (2013). DiCaprio produit également le film via sa société de production Appian Way.

Il s'agit de la seconde fois que Mark Ruffalo et John Carroll Lynch se partagent la vedette après Zodiac, de même pour Ben Kingsley et Emily Mortimer, qui se retrouvent après Transsibérien.

Sortie[modifier | modifier le code]

La sortie du film était initialement prévue pour le , mais a finalement été repoussée au , ce qui énerva beaucoup Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio car cela les éliminait de la course aux Oscars.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • D'autres romans de Dennis Lehane ont été adaptés au cinéma : Mystic River de Clint Eastwood (avec Sean Penn, Tim Robbins et Kevin Bacon) et Gone Baby Gone de Ben Affleck (avec Casey Affleck, Ed Harris et Morgan Freeman).
  • Le personnage joué par Leonardo DiCaprio a un pansement sur la tête tout au long de son « enquête » et ne le retire qu'une fois la vérité dévoilée. Le pansement symbolise la blessure du personnage et le fait qu'il ne l'ait plus à la fin symbolise la guérison.
  • De la même façon, il arrive habillé en civil sur l’île, puis par un concours de circonstance se retrouve affublé d'une tenue de soignant, symbolisant qu'il appartient déjà à l'île. En effet, plus sa folie devient probable, plus ses vêtements deviennent gris, comme l'uniforme des patients.
  • Dans un entretien accordé au Times, Martin Scorsese a laissé entrevoir le fait que le personnage joué par Leonardo DiCaprio retrouve finalement la raison et de ce fait préfère être lobotomisé plutôt que de vivre avec la mort de sa femme sur la conscience[réf. nécessaire].
  • Le film évoque le massacre de Dachau, notamment par des flashback.

Autre adaptation[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le film fut bien accueilli par la presse anglo-saxonne. En effet, 69 % des critiques sur le site Rotten Tomatoes étaient positives, pour une note moyenne de 6,610[5], et le site Metacritic lui attribuait 63 % d'avis positifs[6]. En France les critiques ont aussi été bonnes ; sur le site AlloCiné, la moyenne des 31 critiques compilées était 3,95, tandis que la note moyenne des internautes est 4,45[7].

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Monde Monde : 294 804 195 $[8]
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 128 012 934 $
  • Drapeau de la France France : 3 108 773 entrées, soit 26 406 255 $[9]

Par ailleurs, Martin Scorsese a réalisé son meilleur score au box-office en France avec Shutter Island.

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source : IMDb [10]

National Board of Review Awards 2010
  • National Board of Review Award de la meilleure direction artistique pour Dante Ferretti
Saturn Awards 2011
Art Directors Guild Awards 2011
  • Nomination à l'Art Directors Guild Award de la meilleure direction artistique
Empire Awards 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]