La Valse des pantins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Valse des pantins
Titre original The King of Comedy
Réalisation Martin Scorsese
Scénario Paul D. Zimmerman
Acteurs principaux
Sociétés de production Embassy International Pictures
20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Valse des pantins (The King of Comedy) est une comédie dramatique américaine, réalisée par Martin Scorsese, sortie en 1983.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Rupert Pupkin n'a qu'un rêve : devenir un grand comique. Un soir, à la sortie d'un enregistrement de l'émission télévisée The Jerry Langford Show, il parvient à approcher l'animateur vedette, Jerry Langford, et à l'accompagner (contre son gré) dans sa limousine. Persuadé que c'est le signe du début de sa grande carrière, Rupert n'aura de cesse de harceler Jerry pour être invité dans son show ...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : (sortie limitée)
Drapeau de la France France : (festival de Cannes 1983 - compétition officielle)
Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé Raging Bull, Martin Scorsese et Robert De Niro veulent à nouveau travailler ensemble. Le premier souhaite adapter le roman La Dernière Tentation du Christ de Níkos Kazantzákis avec De Niro en Jésus Christ. L'acteur préfère cependant faire une comédie. Il cherche alors à acheter les droits d'un script écrit par le critique Paul D. Zimmerman (en)[2]. Le poste de réalisateur est d'abord proposé à Michael Cimino, mais il est trop occupé par la production de son film La Porte du paradis qui s'éternise[3]. Martin Scorsese explique qu'il ne pourra pas faire le film car une grève de la Writers Guild of America s'annonce. Le producteur Arnon Milchan sait qu'il peut cependant monter le projet en dehors de Hollywood en le tournant entièrement à New York et avec l'appui d'une petite société de production[2].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pour le rôle de Jerry Langford, Martin Scorsese voulait l'animateur de télévision Johnny Carson, mais il a refusé. Dean Martin et Frank Sinatra sont ensuite envisagés, avant que le rôle ne revienne à Jerry Lewis[4]. L'acteur-humoriste trouve ici son premier rôle dramatique.

Shelley Hack, l'ex-star de la série Drôles de dames, fait son grand retour au cinéma après 4 ans d'absence.

Dans la scène où Robert De Niro et Sandra Bernhard se disputent dans la rue, les gens autour d'eux les regardent, amusés. Parmi eux, on peut voir Mick Jones, Joe Strummer et Paul Simonon, membres du groupe britannique The Clash[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à New York (Paramount Building, Manhattan, ...) et dans le New Jersey (Union City)[5].

Pour le tournage de la scène où Rupert Pupkin (Robert De Niro) s'introduit dans la maison de Jerry Langford (Jerry Lewis), Robert De Niro proféra des remarques antisémites pour mettre en colère Jerry Lewis qui, peu habitué à la « méthode », semble finalement réellement furieux à l'écran. La scène où Jerry Lewis se fait insulter par une femme, parce qu’il n'a pas voulu parler au téléphone à un de ses proches, est réelle, non jouée et donc fruit du hasard[6]. Faux, cette anecdote est réellement arrivée à Jerry Lewis, mais dans le film, elle est belle et bien "jouée". Scorsese raconte d'ailleurs dans les bonus du Bluray que c'est Jerry Lewis lui-même qui a mis en scène cette séquence avec un rythme très précis.

Bande originale[modifier | modifier le code]

The King Of Comedy
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de divers artistes
Sortie 1983
Genre soul, rhythm and blues, rock
Format LP
Producteur Robbie Robertson
Label Warner Bros. Records[7]
Critique
Liste des titres
No Titre Auteur(s) Interprètes Durée
1. Back On The Chain Gang Chrissie Hynde The Pretenders 3:51
2. 'Taint Nobody's Bizness (If I Do) Everett Robbins, Porter Wagoner B. B. King 3:33
3. Swamp David Byrne Talking Heads 5:13
4. King Of Comedy Bob James Bob James 4:23
5. Rainbow Sleeve Tom Waits Rickie Lee Jones 3:39
6. Between Trains Robbie Robertson Robbie Robertson 3:25
7. Steal The Night Ric Ocasek Ric Ocasek 3:55
8. Come Rain Or Come Shine Harold Arlen, Johnny Mercer Ray Charles 3:40
9. The Finer Things Donald Fagen David Sanborn 4:27
10. Wonderful Remark George Ivan Morrison Van Morrison 3:57

Sortie[modifier | modifier le code]

La Valse de pantins est l'un des plus gros échecs commerciaux de la carrière de Martin Scorsese. Il ne rapporte que 2,5 millions de dollars sur l'ensemble de son exploitation[9], soit le plus faible chiffre d'affaires pour un film produit par un studio en 1983[4]. En France, le film enregistre 193 810 entrées[10]. Le film avait malgré tout obtenu de bonnes critiques.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[11]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le film décrit « le malaise d'une civilisation obsédée par la célébrité, le besoin de reconnaissance, et où la réussite se vit et s'expérimente sur le mode de la performance scénique »[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  2. a et b Baxter 2002, p. 219-220
  3. Leighton Grist, The Films of Martin Scorsese, 1978-99: Authorship and Context II, Basingstoke, UK, Palgrave Macmillan, , 69 p. (ISBN 978-1-403-92035-5)
  4. a, b et c Secrets de tournage - Allociné
  5. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  7. (en) Various – The King Of Comedy - Discogs
  8. (en) « Various Artists - The King of Comedy », sur AllMusic (consulté le 1er février 2016)
  9. (en) The King of Comedy - Box Office Mojo
  10. La Valse des pantins - JP's box-office
  11. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  12. Samuel Blumenfeld, Le Monde-Télévision du 25/26 mai 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]