Le Troisième Homme (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Troisième Homme
Le Troisième Homme
Titre original The Third Man
Réalisation Carol Reed
Scénario Graham Greene
Carol Reed
Alexander Korda
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film noir
Thriller
Durée 104 minutes (USA : 93 min)
Sortie 1949

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Troisième Homme (The Third Man) est un film britannique réalisé par Carol Reed sur un scénario de Graham Greene, tourné en 1948 sur le champ de ruines de la ville de Vienne, sorti en 1949. Le Troisième Homme a reçu le Grand prix du festival de Cannes 1949, et est souvent considéré comme l'un des meilleurs films noirs.

Le célèbre Thème d'Harry Lime de l'indicatif à la cithare connut alors un succès planétaire. Cet air répétitif et enivrant a été composé puis joué par Anton Karas, qui se fit connaître ainsi, après avoir été repéré par Carol Reed dans un restaurant viennois proche de la Grande Roue du Prater[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

La Grande Roue au Prater à Vienne, où se déroule l'entrevue entre Lime et Martins.
L'hôtel Sacher (vers 1890), à l'époque hôtel militaire, où se déroulent plusieurs séquences.

L'Américain Holly Martins, petit écrivain besogneux, se rend à Vienne sur l'invitation de son ancien compagnon d'études Harry Lime, qui lui a fait miroiter l'occasion de gagner de l'argent. Mais il y arrive pour assister aux obsèques de son ami, qui a été écrasé par une voiture. Désireux d'en savoir plus, Martins rencontre d'anciens amis de Lime, tous quelque peu louches. Officiellement, deux d'entre eux auraient recueilli le corps de Lime juste après l'accident. Mais le concierge de l'immeuble où habitait Lime assure qu'un troisième homme se trouvait là.

Le concierge est retrouvé assassiné peu après. Martins échappe de justesse à des tueurs. Un officier de la police militaire britannique, le major Calloway, lui déclare que ce qu'il a de mieux à faire est de quitter Vienne, et lui révèle que Lime était impliqué dans un réseau qui trafiquait de la pénicilline frelatée sur le marché noir. Martins choisit de rester, résolu à tirer au clair cette affaire et à identifier le troisième homme, soupçonnant que Harry Lime puisse en fait être toujours en vie, et attiré aussi par Anna, l'amie de Harry.

Martins va aller de surprise en surprise dans les décombres de cette Vienne misérable et cynique de l'immédiat après-guerre, divisée en quatre secteurs d'occupation alliés. La ville est dépeinte par Carol Reed avec un véritable souci documentaire, et en même temps la force d'un style cinématographique qui se ressent de l'influence de l'expressionnisme allemand.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Anton Karas en 1951.

Distribution[modifier | modifier le code]

Orson Welles en 1941.
Réseau social des principaux rôles avec les tailles et les genres indiquant l'intensité de leurs contacts dans le complot

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film a été tourné entre fin 1948 et début 1949 à Vienne même, et est donc aussi un témoin de la situation physique de la ville plus de trois ans après la fin du conflit.
  • Le film est généralement connu pour avoir innové avec des cadrages obliques, pour le visage d'Orson Welles subitement éclairé dans l'embrasure d'une porte et surtout pour la scène finale de poursuite dans les égouts de Vienne.
  • La musique du film, composée et jouée à la cithare par Anton Karas, demeure très célèbre. Elle se classa durant onze semaines en tête des meilleures ventes américaines de disques entre avril et juillet 1950.
  • Graham Greene écrivit un roman homonyme d'après son scénario.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Graham Greene, Le Troisième Homme suivi par Première Désillusion, Robert Laffont, 1951
  • (en) Gene D. Phillips, Graham Greene: the Films of his Fiction, New York, Teachers College Press, 1974
  • Charles Drazin, In search of the Third Man, London, Methuen, 1999

Liens externes[modifier | modifier le code]