De sang-froid (film, 1967)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De sang-froid.
De sang-froid
Titre original In Cold Blood
Réalisation Richard Brooks
Scénario Richard Brooks
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Film historique
Durée 134 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

De sang-froid (titre original : In Cold Blood) est un film de Richard Brooks réalisé en 1967, adapté de l'œuvre littéraire éponyme de Truman Capote.

Synopsis[modifier | modifier le code]

C'est l'histoire, inspirée d'un fait divers, de deux jeunes repris de justice qui, le à Holcomb, petite ville du Kansas, assassinent froidement et sans aucun mobile une famille d'agriculteurs.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La caractéristique du film est dans sa construction : il démarre sur les retrouvailles des deux jeunes gens et leur voyage jusqu'à Holcombe, émaillé de flashbacks, retraçant principalement l'histoire de Perry. La séquence du meurtre est totalement éludée, et n'est révélée que par la découverte des corps le lendemain par des amis et le début de l'enquête. S'ensuit une partie en montage parallèle, entre la cavale des deux jeunes gens et l'enquête, jouant souvent d'effets de mouvements d'image pour passer de l'un à l'autre. Ce n'est que lorsque les deux protagonistes sont arrêtés et interrogés que sont insérés des flash backs sur le meurtre lui-même. Ce choix de construction, ainsi que le souci apporté aux portraits psychologiques, permet au film de conserver le recul pris par Truman Capote lors de son enquête sur ce fait divers authentique.

Comparaison avec le livre[modifier | modifier le code]

Le film In Cold Blood est très proche du roman, de Truman Capote, notamment car l’auteur du roman lui-même, a pris la décision de participer à ce projet et a aussi travaillé sur le film. En effet, nous observons que le rythme binaire du roman est largement conservé et même mis en avant par les procédés propres au genre cinématographique, surtout dans le début du film avec les passages sur la famille Clutter et d’autres sur l’arrivée de Perry et Dick, une image particulièrement lors de laquelle le père Clutter se rase, baisse la tête vers le lavabo, et la scène change et on voit la tête de Perry en train de se raser qui apparaît à l’écran.

Le film est donc très fidèle au récit de Capote, dans le sens où le but est de retranscrire le fait divers et le travail d’enquêteur, et qu’il parvient à merveille de retranscrire à l’image. Le réalisateur de Richard Brooks va plus loin dans le réalisme : des scènes sont tournées dans la maison même des Clutter qui nous apparaît comme décor de cinéma alors que c’est la vraie maison de la famille assassinée, la scène du procès du film se déroule dans la salle même du procès de 1960 lorsque les deux accusés son jugés, plus loin encore, nous savons que certaines personnes réelles deviennent acteurs de leur propre personnage (jurés, commerçant…). D’autre part, nous pouvons remarquer, notamment avec un article signé Claire Sécail et intitulé "In Cold Blood de Truman Capote. Histoire médiatique d’une fiction et de ses résurgences"[2], que le film instaure deux ruptures par rapport au récit de Capote : le réalisateur change certains détails du livre, il fait notamment apparaître un journaliste qui représente Capote tout en étant son opposé physique. Et surtout, le film se revendique comme étant contre la peine de mort lors de la dernière scène du film qui, contrairement au livre, ne suggère aucun dédoublement de fin mais uniquement la mort des criminels.[3]

Distinction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.boxofficestars.com/article-21515101.html
  2. Claire Sécail, « In Cold Blood de Truman Capote. Histoire médiatique d'une fiction multiple et de ses résurgences (1959-2007), Abstract », Le Temps des médias, no 14,‎ , p. 124–141 (ISSN 1764-2507, lire en ligne)
  3. « La Séance du Père Sheppard : In Cold Blood, de Richard Brooks (De sang froid, 1967) », Daily mars,‎ (lire en ligne)