Plouër-sur-Rance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plouër-sur-Rance
Plouër-sur-Rance
Le port de plaisance de Plouër-sur-Rance.
Blason de Plouër-sur-Rance
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Yann Godet
2020-2026
Code postal 22490
Code commune 22213
Démographie
Gentilé Plouërais, Plouëraise
Population
municipale
3 539 hab. (2018 en augmentation de 3,81 % par rapport à 2013)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 43″ nord, 2° 00′ 07″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 99 m
Superficie 19,89 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Malo
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pleslin-Trigavou
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plouër-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plouër-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouër-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouër-sur-Rance
Liens
Site web Site officiel de la commune de Plouër-sur-Rance

Plouër-sur-Rance [pluɛʁ syʁ ʁɑ̃s] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième de gueules aux six quintefeuilles d'or ordonnés 3, 2 et 1, au deuxième et au troisième d'argent au sautoir de gueules cantonné de quatre billettes du même.

Géographie[modifier | modifier le code]

La majeure partie de la commune se situe en hauteur sur une colline.

En contrebas, la cale des moulins donne accès à l'estuaire de la Rance, avec son port de plaisance, son centre nautique, ses cales et son moulin à marée.

La commune s'étend aussi sur une grande zone moins habitée plus à l'ouest, jusqu'à la tour du chêne vert où se situe le château médiéval de Péhou, au bord de la Rance, face à Mordreuc.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • la Fosse-Gorhan
  • la Moinerie
  • la Chiennais
  • la Cale aux Moulins
  • la Paumerais
  • la Mettrie-Paumerais
  • la Guérais
  • la Minotais
  • le Verger
  • la Rusais
  • la Giolais
  • le Pont Mévault
  • le Rocheret
  • Sur le Pré
  • le Bouillon

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 718 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dinard », sur la commune de Pleurtuit, mise en service en 1950[7] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 11,4 °C pour la période 1971-2000[9] à 11,6 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,9 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Plouër-sur-Rance est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Plouër-sur-Rance, une unité urbaine monocommunale[15] de 3 531 habitants en 2017, constituant une ville isolée[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Malo, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35,3 %), zones agricoles hétérogènes (31,7 %), prairies (12,6 %), forêts (9,4 %), zones urbanisées (9,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %), zones humides côtières (0,5 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploiern et Ploern à la fin du XIe siècle, Pluer vers 1221, Ploern en 1179, Ecclesia de Ploher en 1181, Ecclesia parochia de Ploher en 1187, Ploar à la fin du XIIe siècle, Ploer en 1218, Ploar en 1231, Plouer en 1277, Ploer vers 1330, Plouarn en 1371[25].

Plouër-sur-Rance vient du breton ploe (paroisse) et, semble-t-il, de saint Hernin ou Hern[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le néolithique sur le territoire de la commune est attesté par la présence de l'allée couverte de Bel Evan.

En 1987, la réalisation de la déviation de la RN 176 occasionna une fouille de sauvetage à la Boisanne. Dans un des fossés fouillés furent découverts des tessons de céramiques datés du 5e millénaire avant JC (environ -4500). Ces tessons appartiennent à un vase de grande taille (diamètre : 30 cm, hauteur : 35 cm) disposant de deux anses à ruban et orné d'une série de boutons alignés à proximité de l'ouverture. Ce style de céramique se rapproche du celui de la culture du Groupe de Cerny, ce qui renforce l'hypothèse d'échanges ente l'Armorique néolithique et le Bassin Parisien, hypothèse déjà évoquée par d'autres découvertes en Armorique. Le fossé où ont été trouvés ces fragments de céramique pourrait avoir été une sépulture[26],[27].

Proto-histoire[modifier | modifier le code]

Toujours à la Boisanne, à proximité du site néolithique, a été mise à jour une ferme occupée durant quatre siècles à partir du VIe siècle av. J.-C., elle était installée en surplomb de la Rance sur une superficie d'environ un hectare. Des bâtiments de ferme ayant évolué durant les quatre siècles ont été révélés par la présence de trous de poteau. La ferme était entourée de palissades et comportait un réseau de fossés avec talus (voir les reproductions en aquarelle de la ferme à différentes époques dans [28], p 29). Deux salles souterraines creusées dans le sous-sol furent également découvertes, ces salles étaient accessibles par un puits de 3 m de profondeur et de 1,3 m de diamètre. La présence de salles souterraines, relativement fréquente à l'ouest de la France, est caractéristique des fermes de l'Armorique à l'époque de la Tène (voir exemples et bibliographies dans [29]). La ferme est abandonnée au Ier siècle av. J.-C.[30].

L'analyse des fragments de céramiques découverts sur le site de la Boisanne ont permis de mettre en évidence des échanges, à l'époque de la Tène[31], avec le Bassin Parisien et avec le monde méditerranéen[28].

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, la région dépendait de la civitas des Coriosolites (capitale Fanum Martis, actuelle Corseul). Le territoire de la commune était proche du port fluvial gallo-romain de Taden et de la cité d'Aleth[32].

Un petit sanctuaire gallo-romain a été découvert à proximité immédiate du site de la Boisanne[30]. Ce bâtiment à colonne de briques et couvert de tuiles a dû exister entre le Ier siècle av. J.-C. et le début du IIe siècle ap. JC. Plus de 70 fragments de statuettes en terre blanche y ont été découverts attestant d'un culte de Vénus à cet endroit (voir reproductions dans [33]).

En 2002, une nouvelle fouille préventive liée à des travaux sur la D766 permit la découverte d'un site gallo-romain au lieu-dit La Mezeray à proximité du ruisseau de la Houssaye. Constitué de bassins successifs, ce site aurait pu abriter une activité de teinture de laine (l'une des hypothèses), il aurait fonctionné entre les IIe et IIIe siècles ap. J.-C. [32] .

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Raoul de Plouer chevalier, certifie que le seigneur de Plouer gratifie l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet en 1243 d'une vigne et un champ en culture de Raoul de la Touche et de son épouse, Agathe, de Robert, Roland et Abraham leurs fils. En accord avec son épouse et Rualen, son aîné, Raoul de Plouer confirme cette donation., se réservant seulement le droit de dîme et de bouteillage sur les deux biens. En 1251, cette donation est ratifiée devant Godefroy, dit Leesfant, chevalier, sénéchal d'Alain de Dinan, par Hamond Ruffier et ses trois fils[34]. Le bailliage de la Moinerie en Plouër était dépendant de l'abbaye du Tronchet, mais il fut aliéné d'après les Déclarations de 1685 et 1790 (vraisemblablement à l'Abbaye Saint-Magloire de Léhon)[35].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La terre de Plouër est érigée en comté par Henri III en 1575, au profit de la famille Gouyon-La-Moussaye.

Le Comté de Plouër est racheté à Charles-Auguste de Gouyon (1647-1729), Maréchal de France en 1695 par Jean de la Haye, Capitaine de Dragons[36].

La famille de la Haye sera à l'origine de deux édifices du XVIIIe : l'église actuelle et le château de Plouër.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 151 soldats morts pour la Patrie[37] :

  • 110 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 38 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Algérie.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Indochine.
  • 1 est mort dans le cadre des Troupes Françaises d'Occupation en Allemagne (TFOA)

Administration communale[modifier | modifier le code]

En 1973, la commune est fusionnée avec Langrolay-sur-Rance pour former Plouër-Langrolay-sur-Rance ; les deux communes se séparent en 1984.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1929 Marie-Joseph Pépin SE Officier
1929 1941 Mathurin Roger SE ?
1941 1945 François Parnet SE ?
1953 1959 Sévère Gaultier SE ?
1959 1977 Joseph Chas SE Capitaine
mars 1977 mai 1988
(décès)
Dr Joseph Castel SE Médecin
1988 mars 1989 Claude-Noël Martin DVD PDG
mars 1989 juin 1995 Jérôme Wenz PS Psychologue
juin 1995 octobre 1996 Marie-Annick Barada-Jouadé UDF Médecin
novembre 1996 mars 2001 Yves Gervaise UDF Professeur agrégé de géographie et d'économie
mars 2001 mars 2014 Jean-Claude Havard DVG Retraité de l'enseignement, maire honoraire
mars 2014 mai 2020 Serge Simon DVG Inspecteur de l'Education Nationale
mai 2020 En cours Yann Godet DVG Agent de collectivité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[39].

En 2018, la commune comptait 3 539 habitants[Note 6], en augmentation de 3,81 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,42 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9253 3043 7823 5043 8013 7373 8293 8754 023
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 9103 8503 9323 3043 7383 6273 5823 6073 483
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4083 4573 1862 7702 8242 6732 5742 4852 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 2602 2292 5412 8202 4382 7233 0583 3783 520
2018 - - - - - - - -
3 539--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a fait l'objet d'un inventaire de son patrimoine bâti de mai à [42].

Principaux lieux et monuments de la commune :

Le château est reconstruit au début du XVIIIe siècle par Joseph de La Haye, récent seigneur de Plouër, à l'emplacement du vieux château de Saint-Paul, probablement détruit à l'époque des guerres de la Ligue. Le château est de style Louis XIII entouré d'un grand parc d'agrément[36].

  • La chapelle de la Souhaitier[47] (XIXe).
  • La tour du chêne vert, à l'extrémité ouest du territoire de la commune.
  • Le dernier moulin à marée de la commune[48] se situe à proximité du port de plaisance. Il a produit de la farine jusque dans les années 1960. Dans les années 1970, le bâtiment a été converti pour construire des bateaux. Puis, dans les années 1980, le vieux moulin accueille une fabrique de cirés de marque Valot. Enfin, depuis les années 1990, ce moulin est une résidence d’appartements d'habitation.

Le moulin est mentionné dès 1480, il était alors en bois et comportait deux roues à aube. Après le Moyen Âge, il appartient au seigneur de la Haye et est reconstruit en pierre vers 1780. À partir du XIXe, il change plusieurs fois de propriétaires, le bâtiment, la digue et l'étang sont plusieurs fois remaniés. Une description complète est disponible sur le site du Ministère de la Culture[48].

  • Dans les temps anciens, la terreur de rester célibataire poussait bon nombre de jeunes Bretonnes à se lancer des défis. En grimpant au sommet d'un menhir ou d'un rocher (la pierre de Lesmont) et en se laissant glisser, sept fois de suite, elles pouvaient, si elles n'arboraient aucune égratignure ou écorchure, espérer trouver un fiancé, jusqu'ici rétif à les affronter, face-à-face. Ces pierres s'appellent des pierres à glissade.
  • Une fontaine sculpture et un buste de Marianne du sculpteur Georges Delahaie (1933-2014)

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul[modifier | modifier le code]

La construction de l'église de Plouër-sur-Rance débute en 1703. Sa construction a été décidé par Pierre de la Haye au début du XVIIIe après avoir eu l'autorisation de l'évêque de Saint-Malo de détruire l'ancienne église en 1700. À la Révolution, le clocher n'était toujours pas construit, son édification débuta en 1791 mais ne fut pas terminée avant l'an II puisqu'un devis pour son achèvement date cette année. Elle est bâtie selon un plan en croix latine composée d'une nef à quatre travées avec collatéraux, un transept et le chœur en abside, le clocher surplombe la première travée de la nef[49]. Conformément aux préconisations du concile de Trente qui souhaitait rassembler les fidèles auprès de l'autel, le chœur est de faible dimension . Le clocher en façade évoque le style "à la française" des ingénieurs du roi au XVIIIe siècle (bandeaux horizontaux séparant les niveaux, encadrement de fenêtres en arcades, angles de la tour constitués de pierres en bossage plat)[50].

L'église possède un certain nombre d'objets classés :

  • trois retables du XVIIIe siècle (influence des modèles lavallois) :

le retable du maître-autel à trois panneaux (composition ternaire à pans coupés), œuvre en bois et marbre datant du début du XVIIIe siècle[51]

deux retables dans chacun des bras du transept datant également du XVIIIe siècle[52],[53]

  • Trois gisants du XVe siècle sont classés monuments historiques[54]. Ils proviennent de l'ancienne église :

Alain de Plouër en cuirasse et cote d'armes, une épée à son côté, ses pieds chaussés de souliers de fer reposent sur un arc d'arbalète (?). Ce sont peut-être les armoiries des Plouër qui sont figurés de chaque côté de sa tête[55].

Perinne Eder, épouse de Jean de Saint-Pol, elle porte un hénin pointu, la tête reposant sur un coussin orné de glands[56].

le troisième gisant n'a pas été identifié, il s'agit d'une femme représentée sous un dais gothique[57].

  • La chaire datée de 1846 est également classée monument historique[58].
  • Un lutrin en forme d'aigle datant du XVIIIe[59].

La majorité des vitraux sont signés Jean-Baptiste Anglade, peintre verrier à Paris à l'époque de leur création (1889, 1890).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Plouër-sur-Rance.

Dans le chœur, saint Pierre est représenté au nord (remise des clefs), saint Paul au sud (départ de Milet).

Dans le transept, un appel à la protection de Marie pour les marins au nord, l'apparition du Sacré-Cœur de Jésus à Sainte Marguerite-Marie Alacoque au sud.

Dans la nef, des scènes de la vie de Jésus sont représentées au nord (la Cène, l'atelier de Nazareth, la présentation de Jésus au temple, l'adoration des mages), au sud, ce sont Saint-Nicolas, les Sacrés-Cœurs de Marie et de Jesus, Saint-François-Xavier prêchant en Asie et l'apparition de la vierge à Bernadette.

La façade occidentale est décorée d'un vitrail ornemental.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bienheureux Alain de la Roche, né à Plouër au XVe siècle.
  • Henri Kowalski (1841-1916), pianiste célèbre (ancien élève de Chopin). Fils d'un officier polonais, il épousa à Paris, le , Marie Éloy, chanteuse, dite La Ferrari, propriétaire des châteaux du Chêne-Vert et du Vau carheil, où il vécut de 1867 à 1916.
  • Amiral André Roux (1907-1983), Compagnon de la Libération, Grand officier de la Légion d'Honneur, Médaille de la Résistance avec rosette, Croix de Guerre 39/45 (5 citations) et des T.O.E...
  • Thierry Magon de La Villehuchet financier français, propriétaire de son château familial[60] à Plouër qui s'est suicidé à la suite du scandale de l'affaire Bernard Madoff.
  • Guizmo, un membre du groupe de musique Tryo y a vécu.
  • Roger Gicquel (1933-2010), y a vécu en retraite jusqu'à son décès, le .
  • Joseph Gautier ( à Plouër sur Rance - à Dundee) mécanicien puis quartier maitre sur le sous marin le Surcouf, la Junon puis sur le Morse, basé à Dundee, Écosse, durant toute la guerre. Parti de Plouer sur Rance en pour rejoindre l'Angleterre, (affectation en ) M.M. Croix de Guerre.
  • Georges Delahaie (1933-2014) Sculpteur français.
  • Sharon Kivland, née en 1955, artiste contemporaine

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Dinard - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Plouër-sur-Rance et Pleurtuit », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Dinard - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Dinard - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Dinard - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Plouër-sur-Rance », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plouër-sur-Rance ».
  26. Tinevez J.Y., Cornec Th. et Pihuit P., Fouille de sauvetage d'une fosse préhistorique au lieu-dit Le Boisanne - Commune de Plouër sur Rance -, Ministère de la Culture et de la Communication - Direction des Antiquités de Bretagne, , 16 p. (lire en ligne).
  27. Jean-Yves Tinevez, Thierry Cornec et Patrick Pihuit, « Une fosse néolithique au lieu-dit Le Boisanne à Plouer-sur-Rance (Côtes d'Armor) », Revue archéologique de l'ouest, volume 7,‎ , p. 31-39 (ISSN 1775-3732, lire en ligne).
  28. a et b Catherine Bizien-Jaglin, Livre 2 : La protohistoire ou les ages des métaux, Dinan, Syndicat Mixte du Pays de Dinan, coll. « Patrimoine historique et architectural - Pays de Dinan », , 54 p. (ISBN 978-2-9541569-2-7, lire en ligne), p. 28, 29, 30, 34, 35, 40, 41.
  29. « Un souterrain de l'age du fer : le souterrain de la Ville-ès-Peniaux à Cancale (Ille et Vilaine) », sur www.mondesouterrain.fr, (consulté le ).
  30. a et b Menez, Y., Une ferme de l’Armorique gauloise - Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (22), Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme,, coll. « Documents d’Archéologie française » (no 58), , 267 p..
  31. Jean-Marc Séguier, « Importations et imitations de céramiques de l’Ouest de la Gaule au second âge du Fer en Île-de-France », Revue archéologique du Centre de la France, Tome 53,‎ (ISSN 1775-3732, lire en ligne).
  32. a et b Romuald Ferrette DOI : 10.4000/rao.333 et Laurent Aubry, « Un établissement rural gallo-romain sur la commune de Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor) », Revue archéologique de l'Ouest, no 24,‎ (ISSN 0767-709X, DOI 10.4000/rao.333, lire en ligne).
  33. Catherine Bizien-Jaglin et J.-Ch. Arramond, Livre 3 : L'époque gallo-romaine, Dinan, Syndicat Mixte du Pays de Dinan, coll. « Patrimoine historique et architectural du Pays de Dinan », , 64 p. (ISBN 978-2-9541569-3-4, lire en ligne), p. 48.
  34. Michel Pelé, Les édifices religieux dolois, les Bénédictins du Tronchet, Combourg, Rennes, 1975-2009, p. 5.
  35. Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes.
  36. a et b « Château de Plouër », sur http://patrimoine.region-bretagne.fr, (consulté le ).
  37. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Présentation de la commune de Plouër-sur-Rance », sur http://patrimoine.region-bretagne.fr, (consulté le ).
  43. Allée couverte de Bel Evan Notice no PA00089473, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Château de la Ville Huchet inscrit Monument Historique le 15/06/1964 », notice no PA00089474, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. Château de la Ville Huchet, site inscrit par arrêté du 05/01/1945
  46. « Jardin d'agrément du château de Plouër-sur-Rance », notice no IA22000391, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Chapelle de la Souhaitier », sur http://patrimoine.region-bretagne.fr, (consulté le ).
  48. a et b Notice no IA22001364, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. R. Couffon, « Répertoire des églises et chapelles des diocèses de Saint-Brieuc et Tréguier », Bulletins et mémoires / Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, vol. 71,‎ , p. 144 [360] (lire en ligne).
  50. Anne Suber, Livre 8 : La Contre-Réforme, Dinan, Syndicat Mixte du Pays de Dinan, coll. « Patrimoine historique et architectural du Pays de Dinan », , 36 p. (ISBN 978-2-9541569-9-6, lire en ligne), p. 15, 16.
  51. « Retable du maître autel », notice no PM22000906, base Palissy, ministère français de la Culture.
  52. « Autel, retable, 5 statues, tableau de saint Jean-Baptiste : saint Jean-Baptiste, saint Lunaire, sainte Marguerite, sainte Anne, saint Vincent », notice no PM22000910, base Palissy, ministère français de la Culture.
  53. « Autel, retable, 5 statues, tableau de saint Jean-Baptiste : saint Jean-Baptiste, saint Lunaire, sainte Marguerite, sainte Anne, saint Vincent », notice no PM22000909, base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Église paroissiale Saint Pierre et Saint Paul (Plouër-sur-Rance) », sur http://patrimoine.region-bretagne.fr, (consulté le ).
  55. « Dalle funéraire », notice no PM22000903, base Palissy, ministère français de la Culture.
  56. « Dalle funéraire », notice no PM22000902, base Palissy, ministère français de la Culture.
  57. « Dalle funéraire », notice no PM22000904, base Palissy, ministère français de la Culture.
  58. « Chaire à prêcher », notice no PM22000907, base Palissy, ministère français de la Culture.
  59. « Lutrin », notice no PM22000908, base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. A. Berenson ; M. Saltmarsh "Suicide by Madoff investor only adds to mysteries", International Herald Tribune January 2, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]