La Chapelle-Blanche (Côtes-d'Armor)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle-Blanche et La Chapelle.

La Chapelle-Blanche
L'église Notre-Dame-de-Pitié.
L'église Notre-Dame-de-Pitié.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Broons
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Gérard Bertrand
2014-2020
Code postal 22350
Code commune 22036
Démographie
Gentilé Chapellois
Population
municipale
197 hab. (2015 en diminution de 1,5 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 59″ nord, 2° 08′ 36″ ouest
Altitude 123 m
Min. 52 m
Max. 123 m
Superficie 7,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

La Chapelle-Blanche [la ʃapɛl blɑ̃ʃ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Ses habitants sont les Chapellois et les Chapelloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à l'est du département, en limite avec le département d'Ille-et-Vilaine.

Elle est traversée par la RN 12, voie rapide Rennes − Saint-Brieuc.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme La Chapelle-Blanche en 1513[1].

La Chapelle-Blanche n’est d’abord qu’une chapelle qui se trouvait au lieu-dit la Croix Joubeau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Gérard Bertrand[2] DVD Ingénieur Chargé d'études, ancien conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Armes des Grignard de Champsavoy
  • L'église Notre-Dame-de-Pitié
  • La légende de la chapelle Blanche

Le premier édifice de la commune se trouvait au lieudit la Croix Joubeau. À l'époque, les habitants de la commune discutaient sa reconstruction, à cause de son usure, sans arriver à conclure pour son nouvel emplacement, lorsque apparut une colombe, blanche comme neige, qui prit une petite pierre dans son bec et la transporta à l'endroit où se trouve actuellement le cimetière. L'oiseau répéta sa manœuvre plusieurs fois en présence des paroissiens émerveillés, lesquels ne doutèrent pas que le Ciel leur envoyait ce messager pour résoudre la question qui les embarrassait. Telle est la légende de la chapelle Blanche.

  • Le château ou manoir de la Hunaudière

La château ou manoir de la Hunaudière date du XVIe siècle mais l'essentiel du bâti actuel remonte aux XVIIIe et XIXe siècles. Il comporte plusieurs dépendances telles qu'une orangerie, des écuries, et un pigeonnier remarquable, possédant trois portes les unes au dessus des autres[3]. Le manoir possède une tour lanterne ou lanternon. L'ensemble des construction est en bauge, matériau typique du bassin rennais. Le nom hunaudière est vraisemblablement un anthropotoponyme : les noms médievaux en -ière ou en -erie désignaient initialement la ferme ou le domaine d'une famille fondé sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements des XIe – XIIIe siècles. Par la suite, on a utilisé ces suffixes pour noter simplement la propriété. Ainsi la Hunaudière était la propriété d'un dénommé Hunaud. Hunaud ou Hunault est la francisation du prénom Hunald d'origine germanique composé de "hunn", l'ours, et "waldan", gouverner.

Selon le Dictionnaire historique et géographique de la province de la Bretagne de Jean Ogée, publié en 1779, la Hunaudière fait partie, avec la Guerinais, des deux maisons nobles de La Chapelle-Blanche. Elle appartenait en 1350 à Jean Grignard, Sieur de Champsavoy (aujourd'hui lieu-dit de Saint-Judoce). Selon le même auteur, la Hunaudière appartenait toujours en 1779 à M. Grignard de Champsavoy, de la même famille.[4]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498507526526475478494486514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
512490509456482488468474467
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472475449380349365351333283
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
280236181180169165210190197
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 62, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  2. « Gérard Bertrand élu pour un sixième mandat de maire », Ouest-France, 9 avril 2014.
  3. site de la mairie de la chapelle blanche|http://lachapelleblanche.pagesperso-orange.fr/Histoire.html
  4. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, page 280, version numérisée par l'université d'Ottawa disponible en ligne|https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]