Trélivan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trélivan
Trélivan
L'église paroissiale Saint-Magloire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Dinan
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Claude Le Borgne
2014-2020
Code postal 22100
Code commune 22364
Démographie
Gentilé Trélivannais, Trélivannaise
Population
municipale
2 719 hab. (2016 en augmentation de 9,9 % par rapport à 2011)
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 02″ nord, 2° 06′ 59″ ouest
Altitude 112 m
Min. 66 m
Max. 132 m
Superficie 11,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trélivan

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trélivan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trélivan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trélivan
Liens
Site web Site officiel de la commune de Trélivan

Trélivan [tʁelivɑ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trélivan se situe au sud-ouest de Dinan.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Melonii de Trelivan au milieu du XIIe siècle, Trelivan en 1182, 1187 et en 1266[1].

Trélivan vient du breton treb (village) et Livan, le « village de Livan ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Trélivan existe dès le XIIe siècle.Elle se nomme déjà Trélivan en 1182 (elle tiendrait, paraît-il, son nom d'un saint Livan mais ce personnage ne figure dans aucun recueil hagiographique . Il faudrait alors traduire Trélivan par trève de Livan) mais n'est désignée comme telle qu'en 1266 et appartient au diocèse de St-Malo .

Elle est liée au développement du château de Vaucouleurs où se succèdent plusieurs familles . En 1248, Alain d'Espinay , marquis de Vaucouleurs , participe à la croisade menée par Saint Louis .

L'église de Trélivan , rattachée à l'abbaye de Léhon , est naturellement placée sous le patronnage de St-Magloire .

En 1790, la commune élit son premier maire , Pierre Quellin. La commune de Trélivan est supprimée en 1792 et réunie à Vildé Guingalan , avant de retrouver son statut initial en 1803 et de se voir rattacher à Aucaleuc juqu'en 1820.

Le terrain de manœuvre destiné aux régiments implantés à Dinan (le 19ème dragon et le 71ème RI) est installé sur la commune jusqu'en 1932 et occupé par l'armée allemande entre 1940 et 1944 .

L'inauguration de l'aérodrome par Pierre Cot , ministre de l'air du Front populaire , remonte à 1933.

Trélivan fait partie des sept communes qui ont été à l'origine du district de Dinan créé en 1963.

Depuis le 1er janvier 2017, elle fait partie des 65 communes de Dinan Agglomération .

Elle bénéficie d'atouts favorables au développement harmonieux de la commune :

- proximité de la ville de Dinan ;

-de la RN 176 ...

Une zone d'activités s'est implantée à Grosbois .

La population dispose d'un cadre de vie agréable et de nombreux commerces et services de proximité de qualité .

La commune a la volonté de faire découvrir son patrimoine culturel (église St-Magloire , ancien presbytère , maison d'ouvriers datant des XVIIIe et XIXe siècles) et environnemental (étang du Val , parc du Val Drouet ...) grâce à :

- l'aménagement de chemins de randonnées ;

- la mise à disposition d'un espace de stationnement pour les camping-cars .

Près d'une vingtaine d'associations animent la commune tant sur le plan culturel que sportif.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Trélivan Blason D'azur à la croix d'hermine.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1992 Marie-Joseph Raguenel    
1992 en cours Claude Le Borgne DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 2 719 habitants[Note 1], en augmentation de 9,9 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
518559521619563641678726749
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
797778764814833820831835769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
759741723643637598638622627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6577411 5382 2022 2892 1702 2602 5012 693
2016 - - - - - - - -
2 719--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]