Saint-Maden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maden.

Saint-Maden
Saint-Maden
Mairie de Saint-Maden.
Blason de Saint-Maden
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Broons
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Luc Lechevestrier
2014-2020
Code postal 22350
Code commune 22312
Démographie
Gentilé Madennais, Madennaise
Population
municipale
230 hab. (2016 en augmentation de 15 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 53″ nord, 2° 04′ 34″ ouest
Altitude 55 m
Min. 17 m
Max. 70 m
Superficie 6,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Maden

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Maden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maden
Liens
Site web Site officiel de Saint-Maden

Saint-Maden [sɛ̃madɛ̃] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Madigni en 1169 et en 1182, Sanctus Madinus en 1173 et en 1180[1], Sancto Madino en 1184[2], Parochia de Saint Maden en 1346, Ecclesia Sancti Madeni en 1405, Saint Maden au XVe siècle[1].

Saint-Maden doit son nom à saint Maden, compagnon de saint Goulven[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Jean-Luc Lechevestrier DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en augmentation de 15 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494475466495452448481492485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
485501508495505507496487498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
492455443390368331315310320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
295282272283246206205201224
2016 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Jean.
  • Église Saint Jean (XIIe-XVIIIe siècles)[7]. Initialement, l'édifice roman adoptait un plan à nef unique prolongée d'un chevet rectangulaire. Il a été agrandi au XVIIIe siècle par deux chapelles latérales donnant dans le chœur par des arcades. La porte ouest est gothique (XVe siècle). Le chevet plat roman est adossé de trois contreforts maçonnés. Celui du centre, plus bas, est surmonté d’une petite fenêtre de plein cintre. Deux baies modernes rectangulaires ont été ouvertes de part et d’autre. La sacristie construite au XVIIIe siècle vient s'y adosser à gauche, le masquant partiellement. Dans le mur sud, traces d’étroites fenêtres romanes, de plein cintre, murées. A l'intérieur, maître-autel polychrome en bois avec imitation de marbre (XVIIe siècle) classé[8]. Statues du XVI, XVII et XVIIIe siècles classées[9],[10],[11]. Dalles funéraires du XVe siècle classées[12],[13].
  • Chevet

  • Chevet

  • Fenêtres murées dans le mur sud

  • Porte ouest

  • Porche nord

  • Le monument aux morts situé place de l'Église commémore les enfants de Saint-Maden morts pour la France.
  • Le site de "France-Genweb" retrace l'identité de ces combattants de Saint Maden (Régiment,Classe,Grade,Matricule,lieu et cause de décès,voire parents,sépultures et décorations).

D'autre part par la loi du 25 octobre 1919,l’État lance le projet d'un "Livre d'or" comprenant les noms de tous ces héros jusqu'alors anonymes, qui serait déposé au Panthéon.Le ministère des Pensions, nouvellement créé, est chargé d'établir, à partir du fichier existant, la liste des Morts pour la France de chaque commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :