Évran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Évran
Évran
La mairie.
Blason de Évran
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Lanvallay
Intercommunalité Communauté d'agglomération Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Patrice Gautier
2014-2020
Code postal 22630
Code commune 22056
Démographie
Gentilé Evrannais, Evrannaise
Population
municipale
1 705 hab. (2016 en diminution de 0,23 % par rapport à 2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 00″ nord, 1° 58′ 47″ ouest
Altitude Min. 9 m
Max. 75 m
Superficie 23,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Évran

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Évran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Évran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Évran

Évran [evʁɑ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Évran est une commune rurale de l'ouest du département des Côtes-d'Armor, limitrophe de celui d'Ille-et-Vilaine. Elle est à 10 km au sud-est de Dinan et à à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Rennes. Le canal d'Ille-et-Rance y rejoint la Rance.

Communes limitrophes de Évran
Calorguen Les Champs-Géraux Plesder (Ille-et-Vilaine)
Calorguen Évran Plesder(Ille-et-Vilaine)
Saint-André-des-Eaux Le Quiou Trévérien (Ille-et-Vilaine)
Saint-Judoce
Plouasne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Ivran en 1218, du gaulois [eburos] « ifs »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux dix billettes d'argent ordonnées 4, 3, 2 et 1.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1989 Alain Leclaire SE Médecin
1989 2001 Remy Lecorvaisier SE Agriculteur
2001 2014 Marie-Annick Mauffrais DVG Infirmière
2014 En cours Patrice Gautier SE Vétérinaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3923 4263 6433 7624 0564 0694 1634 2734 397
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 4864 3604 4024 1834 2084 0094 0803 8873 874
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7003 8183 6343 0863 0593 0211 7731 6301 527
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 5561 4681 5241 5961 5611 4731 5991 6641 712
2016 - - - - - - - -
1 705--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

La chute brutale de la population entre 1931 et 1936 est due à la partition de la commune en deux par la loi du 6 avril 1934[4] et la création de la commune distincte Les Champs-Géraux dont la population est comptabilisée séparément par la suite.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Écluse sur le canal d'Ille-et-Rance à Évran.

La commune abrite deux monuments historiques :

  • le château de Beaumanoir, datant de 1628, devenu hôpital psychiatrique. La porte d'entrée et les deux tours carrées ont été inscrites par arrêté du 21 novembre 1925 ; l'ensemble des bâtiments a été classé par arrêté du 23 avril 1965[5] ;
  • la Croix Macquerel, datant du XIVe siècle, a été inscrite par arrêté du 12 octobre 1964[6].

Autres monuments :

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  • Château du Mottay
  • Manoir de la Touche-Chartier avec dans sa tour un escalier en bois en colimaçon dont le noyau en spirale est taillé d'un seul bloc dans le tronc d'un même chêne[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Haouïssée, né le 1er octobre 1877 à Évran, mort le 9 septembre 1948 à Shanghaï où il était évêque depuis vingt ans[8]
  • Eugène Gallée (1896-1971)[Note 1], sculpteur, meilleur ouvrier de France 1925 en « marbrerie et taille de pierre »[9]. On lui doit la réalisation de plusieurs monuments aux morts et sculptures ou bas-reliefs d'édifices religieux de la région.
  • Georges Coudray (1902-1998), député-maire de Paramé
  • Henri Pinault (1904-1987), évêque en Chine, qui passa sa jeunesse et ses dernières années à Évran où il est enterré.
  • Yann Fouéré (1910-2011), haut fonctionnaire, homme de presse et nationaliste breton condamné pour collaboration avec l'Occupant.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Gallée est né et à vécu à Évran. Grièvement blessé pendant la Première Guerre mondiale, il avait évité de peu l'amputation. Il a réalisé les monuments aux morts Calorguen, Saint-Judoce, Saint-Juvat, Saint-Thual et Plesder. Il réalisera aussi celui d'Évran en 1947, qui n'en possédait pas jusqu'à là. il est également le sculpteur de la vierge de l'Église de la Sainte-Trinité de Tinténiac, de l'autel de l'église Notre-Dame-de-Toutes-Joies à Nantes. Il fut plusieurs fois distingués localement (Grand prix à l'exposition régionale du travail de 1923 à Rennes, diplôme d'honneur à l'exposition artisanale de la Chambre des métiers des Côtes-du-Nord), croix d'honneur de la Ligue d'enseignement et d'éducation (1953), chevalier (1954) puis officier (1955) du Mérite artisanal, médaille d'argent des Arts, Sciences et Lettres (1969) et chevalier du Mérite national (1970). Il meurt à 75 ans d'un œdème pulmonaire en octobre 1971 (source: Christian Martin, Évran, mon village !, 2017.)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 67, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 » (consulté le 6 février 2017)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  4. « Loi distrayant de la commune d'Évran (Côtes-du-Nord) le hammeau de “les Champs-Géraux” et les villages avoisinants pour les ériger en une commune distincte » publiée dans le Journal Officiel no 83 du 8 avril 1934, page 3626.
  5. Notice no PA00089147, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Notice no PA00089148, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Christian Martin, Évran, mon village !, Le Cercle culturel Rance-Linon, , 272 p., p. 18.
  8. Yvonne Henry, Auguste Haouïssée (1877-1948), évêque de Shanghaï, in Le Pays de Dinan, 1999, p. 213-234
  9. Christian Martin, ibid, p. 185 et 186.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]