Créhen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Créhen
Créhen
Ruines du château du Guildo.
Blason de Créhen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Marie-Christine Cotin
2020-2026
Code postal 22130
Code commune 22049
Démographie
Gentilé Créhennais
Population
municipale
1 640 hab. (2017 en diminution de 4,15 % par rapport à 2012)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 47″ nord, 2° 12′ 43″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 87 m
Superficie 18,21 km2
Élections
Départementales Canton de Plancoët
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Créhen
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Créhen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Créhen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Créhen
Liens
Site web crehen.fr

Créhen [kʁeɛ̃] ( Qerhin en gallo ) est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans le nord-est des Côtes-d'Armor à quatre kilomètres au nord-est de Plancoët, la commune de Créhen s'étend rive droite de l'Arguenon jusqu'à la baie de l'Arguenon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve côtier l'Arguenon depuis son embouchure et le ruisseau de Montafilan marquent les limites ouest et sud de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Le Guildo et les ruines de son château, la Mérandais, la Prévostais, la Janais, la Ville Beuve, la Croix Janet, les Landes Pelées.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cherehen en 1163, Querhien en 1187, Quirihen en 1230, Querhen en 1231, Querhen en 1269, Crehen en 1297, Kerhan en 1330, et enfin Saint Trehan puis Crehan aux XVIe et XVIIe siècles[1].

Bien que la commune ait adopté plusieurs nomenclatures au fil du temps, l’appellation Créhen est indubitablement liée aux activités agricoles exercées autrefois sur le territoire. Il semble représenter un singulatif du terme Knec'h ou Krec'h signifiant en moyen-breton « hauteur, promontoire », terme courant en toponymie bretonne[2]. Cependant, les formes anciennes du toponyme ne permettent pas de confirmer cette hypothèse puisque la métathèse de [r] n’est que tardivement attestée[3]. Bernard Tanguy estime quant à lui qu’il s'agit d'une formation toponymique en Ker- qui désigne en breton une ferme ou un village, suivi de Hen ou Ehen qui est un anthroponyme brittonique[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs monuments mégalithiques, comme l'allée couverte de la Ville Génouhan et le dolmen de la Ville Tinguy, attestent de l'occupation du territoire de la commune depuis le Néolithique.

Les vestiges du château de Guildo ont permis de retracer la présence humaine sur le territoire créhennais à l’âge de Fer. Ce n’est cependant qu’en 1163 que Créhen est nommée pour la première fois dans les bulles du pape Alexandre III (il y présente l’église de Saint Pierre de Cherehen comme une possession de l’abbaye de Saint-Jacut). Dès lors l’histoire de la commune semble être rattachée à celle de l’église : en 1271 elle figure dans la liste des biens de l’évêché de Saint-Malo ; en 1620 le château de Guildo héberge le couvent des Carmes et l’Abbé Homéry fonde en 1818 un orphelinat puis en 1822 la congrégation des Filles de la Divine Providence. La première municipalité de Créhen a été élue en 1790[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 juin 1995 Louis Hamon    
juin 1995 26 mai 2020 Pierre Lecaillier DVD Enseignant
26 mai 2020 En cours Marie-Christine Cotin[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Kilmore Quay (en), petit port irlandais du comté de Wexford depuis 1991.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2017, la commune comptait 1 640 habitants[Note 1], en diminution de 4,15 % par rapport à 2012 (Côtes-d'Armor : +0,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4541 4381 3231 4451 5941 5891 5371 6721 682
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7221 6971 7221 7051 7211 7691 7081 6341 596
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6111 5501 5071 5041 5731 5911 5821 6291 527
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3141 3001 3181 4521 4931 4791 6211 7161 639
2017 - - - - - - - -
1 640--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre et son portail.
Embouchure de l'Arguenon vue du château du Guildo.
Village du Guildo, panneau.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Allée couverte de la Ville Génouhan.
  • Le château du Guildo, (Vestiges) Il est inscrit au titre des monuments historiques[10]. Il ne reste que des ruines des XIVe siècle et XVe siècles, dont l'histoire a été dominée par Gilles de Bretagne. Il a été construit sur un site de l'âge du fer ; (accès libre).
  • Le château de la « Touche-à-la Vache », (Vestiges) XVe siècle, inscrit au titre des monuments historiques[11]. La famille La Vache portait pour Blason : De gueules à une vache d'argent, (Guy le Borgne); aliàs : de gueules à trois rencontres de vache d'argent (Sceau 1413)[12].Blason fam fr La Vache.svg
  • L'église Saint-Pierre (XIe siècle-XIXe siècle). Reconstruite de 1817 à 1831, elle conserve des éléments romans[13] : son portail du XIe siècle, formé de deux colonnes à chapiteaux qui supportent le linteau, celui de droite portant une tête très abimée, et deux étroites fenêtres. Au fond du chœur, on note une ogive du XVe siècle[14]
  • Le manoir de Bréjerac : datant du XVIIe siècle c’est un monument pittoresque privé.
  • Le Manoir de la Hingandais.
  • Les Pierres sonnantes[15], chaos de roches amphibolites sur la rive gauche de l'Arguenon, face au château du Guildo ; (accès libre).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième de gueules aux deux fusées d'hermines accompagnées de six tourteaux du même, trois en chef, trois en pointe, au deuxième et au troisième d'azur aux onze billettes d'argent 4,3,4, sur le tout de sinople à la tour d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (br) Vallerie, Erwan, 1944-, Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez = Traité de toponymie historique de la Bretagne, Ar Releg-Kerhuon, An Here, , 560 p. (ISBN 2-86843-153-4 et 9782868431530, OCLC 63764620, lire en ligne)
  2. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 34.
  3. Jean-Yves Le Moing, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne, Spézed, Coop Breizh, , 480 p. (OCLC 963221846), p. 155
  4. a et b « Tout savoir sur Créhen », sur crehen.com, (consulté le 17 mai 2020)
  5. « Municipales à Créhen. Marie-Christine Cotin a été élue maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. « Restes du château du Guildo », notice no PA00089069, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Restes du château de la Touche-à-la Vache », notice no PA00089070, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Nobiliaire de Pol potier de Courcy
  13. « Église paroissiale Saint-Pierre (Créhen) », sur patrimoine.bzh
  14. « SITE OFFICIEL DE LA MAIRIE DE CREHEN », sur crehen.fr
  15. Patrimoine des Côtes d'Armor