Tréfumel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tréfumel
Tréfumel
Mairie de Tréfumel.
Blason de Tréfumel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Lanvallay
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Françoise Hédé
2015-2020
Code postal 22630
Code commune 22352
Démographie
Gentilé Tréfumellois, Tréfumelloise
Population
municipale
275 hab. (2016 en augmentation de 1,1 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 20″ nord, 2° 01′ 29″ ouest
Altitude 20 m
Min. 15 m
Max. 50 m
Superficie 5,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréfumel

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréfumel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréfumel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréfumel

Tréfumel [tʁefymɛl] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Origine du nom : de l'ancien breton tre, quartier, puis trève, et de l'anthroponyme Fernael.

Géographie[modifier | modifier le code]

commune située entre deux fleuves.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Trefermel à la fin du XIe siècle, Parochia de Trefermel en 1187, Trefemel vers 1330, Treffemel en 1405, Treffumel au XVe siècle et en 1592, Trefumel en 1557[1].

Tréfumel vient du breton tre (« quartier, trève, village »), et du vieux-breton Fermael (nom d'homme) signifiant le « village de Fermael »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

De l'époque du Miocène, quand la mer des Faluns recouvrait tout le territoire de l'Anjou, du Blésois et isolait l'actuelle péninsule armoricaine du continent en s'étendant jusqu'en Touraine, Tréfumel a gardé de nombreux gisements sablonneux encore exploités. Entre le Ve et le XIIe siècle, Tréfumel appartenait à la paroisse de Plouasne et son église fut construite au XIe siècle. En 1187, le finage de Tréfumel, c'est-à-dire les nouvelles limites de sa circonscription juridique, attestent son indépendance. La ville connaît une grande prospérité au XVIIe, grâce à la culture et au commerce du lin. Le témoignages de cette vitalité sont les demeures, à l'ornementation raffinée, construites à cette époque. En 1750, le dernier greffier aux États de Bretagne, Gilles François de la Bintinaye, fit reconstruire le château de La Rivière-Bintinaye au centre du bourg de Tréfumel. Après la Révolution, et jusqu'au Premier Empire, Tréfumel devint chef-lieu de canton, regroupant plusieurs communes, dont Guenroc, Guitté, Plouasne, Saint-Juvat, Saint-Maden et Trévron. Démantelé, l'ancien chef-lieu redevenu commune se rattache au canton d'Evran. À cette occasion, le régiment de gendarmerie, premier de la région, qui occupait le château de la Rivière-Bintinaye, fut également transféré dans le bourg d'Evran. Source: FLOHIC - Éditions

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire actuel
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 28 novembre 2015 Francis Reynes[Note 1] DVD Retraité
29 novembre 2015 En cours Françoise Hédé[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 275 habitants[Note 2], en augmentation de 1,1 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
478450483485463461436420387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375410459465505498509496496
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
443406395363349366365313314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
301325321278262246254255256
2013 2016 - - - - - - -
283275-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte-Agnès de Tréfumel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gilles François de la Bintinaye - Greffier aux États de Bretagne - 1750.

Jean Lebranchu, ancien maire de Tréfumel, maire honoraire de Tréfumel, instituteur, grand résistant alias Commandant Helen, Commandant FFI à l'État-Major Cotes-du-Nord (anc cotes d'armor), survivant héroïque du massacre des nazis avec l'aide de la milice bretonne Perrot à l'école publique d'Uzel (22) chevalier de la légion d'Honneur[13],[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. décédé dans la nuit du 27 au 28 novembre 2015[3]
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]