Languédias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Languédias
Languédias
La mairie.
Blason de Languédias
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Plancoët
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Jérémy Dauphin
2014-2020
Code postal 22980
Code commune 22104
Démographie
Gentilé Languédiaçais, Languédiaçaise
Population
municipale
502 hab. (2016 en augmentation de 8,42 % par rapport à 2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 20″ nord, 2° 12′ 42″ ouest
Altitude 95 m
Min. 73 m
Max. 115 m
Superficie 8,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Languédias

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Languédias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Languédias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Languédias

Languédias [lɑ̃gdja] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cadre géologique[modifier | modifier le code]

Carte géologique du Massif armoricain, avec au nord-est le batholite mancellien et ses nombreux plutons de granite cadomien (Lanhélin, Louvigné, Avranches…). Ce batholite dessine une ellipse de 150 km (d'Alençon à la Rance) sur 90 km (de Vitré à Vire)[1].

Languédias est localisée dans le domaine nord armoricain, dans la partie orientale du Massif armoricain qui est le résultat de trois chaînes de montagne successives. Le site géologique de Languédias se situe plus précisément dans le massif granitique à biotite et muscovite de Dinan - Bobital, qui recoupe en direction le massif de Lanhélin, pluton faisant partie d'un ensemble plus vaste, le batholite mancellien[2].

Déjà exploité à l’époque gallo-romaine (Corseul), le granite de Languédias est toujours apprécié. Isogranulaire, finement grenu, il offre une teinte gris très clair (il est alors commercialisé sous l’appellation de « gris perle »), passant superficiellement à une nuance beige (« beige de Languédias »)[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement *Lann Catihern d'après Bernard Bernard Tanguy[4].
Le nom de la localité est attesté sous les formes Langadiar au XIVe et au XVe siècle[5], Landiago au XVIe siècle[5], Langadyaye, Langadias en 1476, Languediar en 1477[6], Langadias en 1731 et en 1779[5].

Languédias vient du breton lann (ermitage) et de saint Catihern[6]. L'étymologie de Languédias est pour Land Guédias, « ermitage de Guédias »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un ermitage (Lan) serait à l'origine de la fondation de Languédias, Bernard Tanguy puis Bertrand Merignac[7] reprennent cette hypothèse à partir d'un écrit datant du VIe siècle (510-520) intitulé "Lettre à Lovocat et Catihern"[8]. Cette lettre, adressée à deux prêtres bretons, par trois évêques (Licinius, Saint-Melaine et Eustochius), les réprimande sur leur comportement religieux. Cette lettre ferait suite à une dénonciation qui pourrait émaner du clergé de Corseul mécontent de la présence de Lovocat et Catihern à proximité de leur paroisse. Languedias aurait ainsi été créé à partir de l'ermitage de Catihern (Lan Catihern, devenu ensuite Langadiar puis Languédias)[7].

L'ancienne église de Languédias, se situait à l'origine au Vieux Bourg, elle fut détruite au XIXe siècle[9].

Le bourg actuel de Languédias, le site de l'abbaye de Beaulieu, et le hameau de Saint-René appartenaient autrefois à la commune de Mégrit, cette enclave fut intégrée à Languédias en 1834[10].

La nouvelle église a été bâtie dans le bourg actuel en 1868[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2014 Michel Lemétayer DVG Commercial
2014 en cours Jérémy Dauphin DVG (http://www.le-petitbleu.fr/2016/10/05/jeremy-dauphin-un-maire-de-terre/) Ingénieur agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fasce nouée d'or accompagnée de trois coquilles d'argent.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154167135155160457430461503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501489524455542602621624635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
644652630571535540504502509
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
463514547539464403450455465
2016 - - - - - - - -
502--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-la-Tour.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte géologique de la France au 1/50000 Fougères 13-17, éditions du BRGM, 1981, p. 5
  2. De Mancellia, nom latin de la région du Maine, domaine structural de la partie nord-est du Massif armoricain dénommé en 1949 par le géologue Pierre Pruvost. Il est caractérisé par un Précambrien récent au sein duquel se sont mis en place des granitoïdes intrusifs antérieurement au dépôt des terrains paléozoïques ; ce domaine surélevé a été épargné par les transgressions marines du Cambrien.
  3. Louis Chauris, « Brest : vieilles pierres et pierres neuves dans une cité reconstruite », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. XC=,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  4. Noms de lieux bretons, Paris, Editions Jean-paul Gisserot, coll. « Universels Gisserot » (no 22), Universels Gisserot, p. (ISBN 978-2-877-47482-5, OCLC 2877474828, lire en ligne), p. 77
  5. a b et c Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis » (consulté le 13 février 2017)
  6. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Languedias » (consulté le 13 février 2017)
  7. a et b P.R Giot, Philippe Guigon et Bernard Merdrignac, Les premiers Bretons d'Armorique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, , 246 p. (ISBN 2-86847-788-7), p. 107-108
  8. Duchesne Louis, « Lovocat et Catihern », Revue de Bretagne et de Vendée, 6e série, vol. 7,‎ 1885 (1er semestre), p. 5-18 (lire en ligne)
  9. Panneau d'information (Fontaine Saint-Armel)
  10. François Merlet, « Les limites des diocèses à la veille de la révolution dans le département actuel des Côtes du Nord et considérations sur les enclaves de Dol », Bulletin de la Section de géographie / Comité des travaux historiques et scientifiques,‎ , p. 122-124 (lire en ligne)
  11. R. Couffon, « Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier », Bulletins et mémoires de la société d'émulation des Côtes-du-Nord, vol. 70,‎ , p. 192 (lire en ligne)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]