Trévron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trévron
Trévron
L'église paroissiale Saint-Laurent.
Blason de Trévron
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Lanvallay
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Pierre Massart
2014-2020
Code postal 22100
Code commune 22380
Démographie
Gentilé Trévronnais
Population
municipale
690 hab. (2016 en diminution de 3,36 % par rapport à 2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 31″ nord, 2° 03′ 41″ ouest
Altitude 60 m
Min. 25 m
Max. 112 m
Superficie 9,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trévron

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trévron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trévron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trévron
Liens
Site web http://www.trevron.fr/

Trévron [tʁevʁɔ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Ses habitants se nomment les Trévronnais et les Trévronnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 45 km au nord de Rennes et à 35 km de la mer, Trévron est une commune à vocation rurale mais aussi une commune "verte" avec ses randonnées, ses gîtes d'étapes et sa rivière première catégorie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Laurentii de Treveron au milieu du XIIe siècle, Treveron en 1156, 1181, 1253, 1277 et au XVe siècle[1].

Trévron vient du breton treb (village) et, semble-t-il, de saint Gouron ou Méron ou de Sainte-Marie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Etablie au bord de la voie romaine conduisant d'Alet à Nantes par Dinan, le territoire de Trévron est initialement une dépendance de la paroisse de Plumaudan. La première mention de Trévron en tant que paroisse du diocèse de St-Malo date de 1254, mais elle se nommait déjà en l'an mil "Ecclesia Sancti Laurenti de Trevron". Elle dépend de l'abbaye royale Saint-Magloire de Léhon. Trévron élit sa première commune en 1790, mais est rattachée au Hinglé en 1792. Elle retrouve néanmoins son autonomie en 1847. Le château du Chalonge est attaqué en 1791 par un millier de paysans qui brûlent les titres de redevance. Au milieu du XIXe siècle, Trévron dont la principale vocation économique est la polyculture, accuse une forte baisse de la population.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason de la ville de Trévron (Côtes-d'Armor).svg Blason Taillé ondé : au premier d'azur à la croix celtique au pied élargi en tau d'or, au second de sinople à une grappe de gueules tigée, feuillée et vrillée d'argent ; à la cotice en barre ondée d'argent brochant sur la partition ; le tout sommé d'un chef d'hermine plain.
Notes Le "blasonnement" officiel est peu orthodoxe, pour ne pas dire fautif: Ecu barré d’une onde d’argent, au chef d’hermine sans nombre, en dextre d’azur timbré à la croix nimbée d’or, en sénestre de sinople à la grappe d’argent engrainée de gueules.
Statut Modèle accepté par le conseil municipal de Trévron en 1995

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Henri Suas    
1983 2008 Didier Voisin    
2008 2014 Francis Guerzider   Retraité
2014 En cours Jean-Pierre Massart DVG Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 690 habitants[Note 1], en diminution de 3,36 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
796750722814864936902874948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
937911870895887873875877912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
870859832726695708686616613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
628615565594679664642704696
2016 - - - - - - - -
690--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Croix nimbée, place de l'église
Croix nilbée, place de l'Église.

Le patrimoine : le bourg et ses alentours sont parsemés de petites croix et de sites intéressants.

  • Le Château du Chalonge (XVe-XVIe siècle).
  • La Croix Celtique (XIIe - XIVe siècle - en granit, place de l'Église).
  • La Croix de la Huballerie (XVe siècle).
  • Le Manoir de Pestivien (XVIIe siècle).
  • L'Église Saint-Laurent (XVe - XIXe siècle) - Mobilier.
  • La Statue de St-Laurent (XVIIIe siècle - bois polychrome)
  • les Fontaines.
  • Les Villages anciens.
  • VTT et randonnée pédestre - 1 parcours: "Circuit du Guinefort".

- Carte IGN 1117 Ouest - 12 km - 3h

  • Château, fontaines, villages anciens, bois.
  • Tennis, pêche.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Cardevily
  • Maumusson
  • La Guérinais
  • Pennet
  • La Haute Landerie
  • La Basse Landerie
  • Le Pommeret

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :