Guitté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guitté
Mairie de Guitté.
Mairie de Guitté.
Blason de Guitté
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Broons
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Éric Dartois
2014-2020
Code postal 22350
Code commune 22071
Démographie
Gentilé Guittéen, Guittéenne
Population
municipale
686 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 50″ nord, 2° 05′ 36″ ouest
Altitude Min. 45 m – Max. 137 m
Superficie 14,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Guitté

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Guitté

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guitté

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guitté
Liens
Site web Site officiel de Guitté

Guitté [gite] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Guite en 1148 et en 1158, Guiteium en 1164, Guteium en 1170, Guite en 1249, Guyte en 1405, Guitte au XVe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms de 44 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au monument aux morts de Guitté s'ajoutent les noms de 6 soldats morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la croix d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 Aout 1815 Joseph Piedvache   Percepteur
Aout 1815 1844 Mathurin Sablé   Marchand
1844 1874 Jean Baptiste Dartois   Laboureur
1874 1880 Constant Renault    
1881 1888 François Revault    
1888 mai 1900 Léon de Carné Trécesson   Propriétaire
1900 1908 Paul Sébert    
1908 1912      
1912 1919      
1919 1925      
1925 1929      
1929 1935      
1935 1941      
1941 1945      
1945 1947 Henri de Carné Trécesson    
1947 1953 Louis Cardinal    
1953 1959 Adolphe Briand   Agriculteur
1959 1989 Henri Levacher   Artisan couvreur
1989 2008 Jean Desportes   Agriculteur
2008 en cours Éric Dartois DVD Responsable magasin
Les données manquantes sont à compléter.

Guitté élit sa première municipalité au début de 1790. Durant la Révolution, la paroisse de Guitté dépendait du doyenné de Saint-Jouan-de-l'Isle. En 1832 (arrêté du 3 octobre 1832 et loi du 25 mars 1835), les limites territoriales de Guitté sont modifiées et Guitté reçoit de Médréac les villages suivants : la Ville-Beaujonc, l’Orme, la Bourdonnais, la Fauvelais, le Tertre, le Fouy, la Hannelais et la Cholletais. En échange, Guitté cède à Médréac les villages de Courtus, de Carmorvan ou Carcouvrans, de Porte-Brosse, de Pisse-Pré, du Chesnot et du Lislou.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 686 habitants, en augmentation de 9,94 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 025 974 1 025 974 1 044 1 072 1 022 1 002 1 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
960 952 1 020 988 991 1 011 1 005 996 983
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
975 999 962 793 779 776 770 655 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
606 611 554 541 524 526 623 668 686
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Saint-Mathurin [8] du XVIIe siècle.
  • L'église Saint-Servan du XVe et XVIe siècles et son saint Jacques.

Manoir[modifier | modifier le code]

  • Le manoir des Touches XVIIe, XVIIIe siècles : lieu de naissance de René Auguste de Chateaubriand en 1718

Monument aux Morts[modifier | modifier le code]

Monument aux Morts Guitté

Le monument aux Morts commémore les enfants de Guitté Morts pour la France lors des deux Dernières Guerres mondiales.

  • Le 25 septembre 1920, le Conseil Municipal décide d'apposer une plaque de marbre blanc sur la face Sud de l'église St-Servan.L'architecte Georges Dugenet de Dinan est chargé de l'étude, la Société Bouvier spécialisée en céramique située 8 rue Sèvres à Paris est chargée de fournir la plaque.

En haut, une Croix latine symbole de la foi chrétienne, ornée d'une couronne de laurier rappelle les croix marquant les tombes sur les champs de bataille.Au-dessous, une épitaphe " A la gloire des enfants de Guitté Morts pour la France" affirme la reconnaissance de la commune et du pays pour le sacrifice des soldats.Au-dessous, une Médaille militaire est gravée ainsi et qu'une croix de guerre symbole d'une récompense d'une action méritante ou glorieuse d'un soldat.

  • Le 3 octobre 1921, l'architecte Dugenet propose d'encadrer la plaque de marbre déjà placée d'une moulure en ciment avec un pied droit au-dessous et une vasque destinée à contenir un massif fleuri. Ce travail serait exécuté par Botha spécialiste en ciment.

Au centre, les noms des 44 soldats de Guitté morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale sont gravés en lettre d'or entourant une épée représentant la force, dont la garde est en forme de couronne de lauriers symbole de récompense.

  • Par la suite une autre plaque sera apposée au-dessus de la vasque, avec la gravure des 6 soldats morts pour la France lors du conflit de la Seconde Guerre mondiale.

La liste de ces enfants de Guitté morts pour la France apparaît sur le site de France-Genweb

Autres[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Guitté »
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Château de Couëllan », sur http://www.culture.gouv.fr, (consulté le 14 juin 2016)
  7. « Château de Beaumont », sur http://www.culture.gouv.fr, (consulté le 14 juin 2016)
  8. « La chapelle de Saint-Mathurin », sur http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1908_num_24_3_1304, (consulté le 14 juin 2016)
  9. Loïc Langouët, Les mégalithes de l'arrondissement de Dinan, Institut Culturel de Bretagne, , 92 p. (ISBN 9782868220936), p. 25
  10. Le Pays de Dinan, 1996, p. 89

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Chapelle Saint Mathurin en Guitté: de Fèbes Ch. La chapelle de Saint-Mathurin, en Guitté. In: Annales de Bretagne. Tome 24, numéro 3, 1908. p. 372-381.
  • "La Chouannerie de l'Abbé Emmanuel Neveu (Saint-Hilaire-du- Harcouët, Imp. Lechaplais, 1972)