Le Coq-Héron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Coq-Héron  
Discipline Psychanalyse
Langue Français
Rédacteur en chef Eva Brabant-Gero
Publication
Maison d’édition Éditions Érès (France)
Période de publication 1969-
Fréquence trimestrielle
Indexation
ISSN (papier) 0335-7899
ISSN (web) 1951-6290
OCLC 421649001
Liens

Le Coq-Héron est une revue scientifique d'orientation psychanalytique, fondée en 1969, dont les objets concernent également la sociologie, la philosophie et la littérature.

Historique[modifier | modifier le code]

La revue a été fondée en 1969, par un petit groupe de travail du Centre médico-psycho-pédagogique Étienne Marcel[1] (Paris). Le nom de cette revue lui vient de celui d'une rue voisine du centre[2]. La revue devient progressivement indépendante du Centre Étienne Marcel, mais garde assez longtemps des liens privilégiés avec lui. C'est une revue scientifique trimestrielle, à comité de lecture[3].

Les fondateurs et les premiers contributeurs de la revue[modifier | modifier le code]

Au moment de sa fondation par quatre personnes, Judith Dupont et Madeleine Casanova notamment, rejointes par Bernard This, la revue est interne au Centre Étienne Marcel. Le comité de rédaction s'élargit ensuite et s'ouvre à des contributeurs issus des différentes écoles psychanalytiques, la Société psychanalytique de Paris, l'Association psychanalytique de France, le Quatrième Groupe et l’École freudienne de Paris. Cette pluralité d'origines a poussé à l'adoption d'une clause particulière dans les statuts du comité de rédaction : ainsi, la décision de repousser la publication d'un article ne peut être prise qu'à l'unanimité. Si un seul membre du comité de rédaction souhaite que l’article paraisse, il sera publié, quitte à encourager les opposants à le faire suivre par leurs critiques ou à introduire un débat à son propos[4].

Judith Dupont, psychanalyste et médecin, est héritière des droits littéraire sur l'œuvre de Michael Balint et de Sandor Ferenczi[5] et constitue une équipe de traduction en français des ouvrages de Ferenczi, jusqu'alors inédits. La revue se spécialise peu à peu dans la diffusion d'articles et de textes originaux français, de Françoise Dolto, Maud Mannoni, Pierre Sabourin, Jean-Luc Donnet, François Gantheret, Alain Didier-Weill, Christophe Dejours, Jean-François Chiantaretto. Certains textes, inédits jusque-là en France, sont traduits dans la visée d'une publication dans la revue, particulièrement des textes hongrois d'Alice Balint et Vilma Kovács, mais aussi allemands, anglais et néerlandais[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabio Landa, « Interview de Judith et Jacques Dupont », Le Coq-héron, 2007/2, no 189, p. 69-81, en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]