Beata Rank-Minzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Beata Rank-Minzer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Otto Rank (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Maître

Beata (Tola) Rank-Minzer (ou Münzer) née le à Neu Sandec, en Galicie, et morte le à Boston, est une psychanalyste américaine d'origine polonaise. Elle était l'épouse d'Otto Rank.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît en 1886 près de Cracovie[1], alors dans l'empire austro-hongrois, et s'intéresse très tôt à la psychologie. Elle est présentée par l'une de ses tantes à Otto Rank[1], qu'elle épouse[1] le . Le couple s'installe à Vienne après la Première Guerre mondiale. Ils ont une fille. Beata Rank s'intègre aussi rapidement au cercle des proches de Freud dont son mari fait partie[2]. Elle traduit en polonais l'essai Sur le rêve en 1923[1]. La même année elle présente un exposé d'admission à la Société psychanalytique de Vienne qui paraît dans la revue Imago en 1924 : « Le rôle de la femme dans le développement de la société humaine »[1].

Plus tard, la relation du couple se détériore. Otto voyage beaucoup et la famille s'installe à Paris car elle ne voulait pas émigrer avec lui aux États-Unis. À Paris, elle poursuit ses études sur le rôle des femmes. Son mari finit par s'installer aux États-Unis où Beata Rank part elle aussi à cause des persécutions antisémites, lui à New York, elle à Boston en 1936[1]. Elle y intègre la communauté psychanalytique avec l'aide de ses amis viennois exilés eux aussi, Helene Deutsch et Félix Deutsch[1]. Elle y exerce comme analyste d'enfant et analyste formatrice à l'Institut psychanalytique de Boston. Elle est ensuite une consultante réputée et a été professeure honoraire de psychiatrie à la Boston University School of Medicine. Avec le Dr Marian C. Putnam, elle cofonde et codirige le James Jakson Putnam Children's Center qui est l'un des premiers centres de jour pour les enfants d'âge préscolaire et leurs parents[1].

Elle meurt le à Boston[1],[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (1924): Zur Rolle der Frau in der Entwicklung der menschlichen Gesellschaft (Sur le rôle de la femme dans le développement de la société humaine), Imago, 10, 1924, 278-295; Résumé dans International Journal of Psycho-Analysis, 7, 1926, 89.
  • (1942). Lorsque l'analyse de l'enfant se trouve aujourd'hui., Américaine Imago, 3 (3), 41-60.
  • (1949). Adaptation de la technique psychanalytique pour le traitement des jeunes enfants avec un développement atypique. American Journal of Orthopsychiatry, 19, 130-139.
  • (1955). Étude intensive et le traitement des enfants d'âge préscolaire qui présentent des écarts marqués de personnalité, ou de développement atypique et leurs parents., in G. Caplan (Ed.), les problèmes émotionnels de la petite enfance : Actes de l'Institut international de psychiatrie de l'enfant (pp. 491-501). New York: Basic.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Chantal Talagrand, « Rank-Minzer, Beata [Neusandetz, Pologne 1886 -Boston, Etats-Unis 1967] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 3602
  2. (en) Pierre Geissmann et Claudine Geissmann, A History of Child Psychoanalysis, Routledge, (lire en ligne), p. 134–137
  3. Helene Rank-Velfort, « Beata Rank-Minzer (ou Münzer) », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, t. 2. M-Z, Paris, Calmann-Lévy, (ISBN 2-7021-2530-1), p. 1385-1386

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]