Nurieux-Volognat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nurieux-Volognat
La mairie de Nurieux-Volognat.
La mairie de Nurieux-Volognat.
Blason de Nurieux-Volognat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Canton Pont-d'Ain
Intercommunalité Haut Bugey
Maire
Mandat
Arlette Berger
2014-2020
Code postal 01460
Code commune 01267
Démographie
Population
municipale
1 027 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 42″ nord, 5° 31′ 02″ est
Altitude Min. 448 m
Max. 840 m
Superficie 19,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Nurieux-Volognat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Nurieux-Volognat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nurieux-Volognat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nurieux-Volognat
Liens
Site web nurieux-volognat.fr

Nurieux-Volognat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants n'ont pas d'appellation particulière. Toutefois, les habitants de Volognat étaient parfois appelés les « Troyans » et ceux de Nurieux les « Riclets ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire communal.

Situation[modifier | modifier le code]

Nurieux-Volognat (vue depuis la montée du Berthiand).

Nurieux-Volognat se situe au centre-est du département de l'Ain dans le Haut-Bugey, dans le massif du Jura. La commune actuelle résulte de la fusion le 1er mars 1973 des communes de Mornay et de Volognat. Son territoire est vallonné par les Monts Berthiand. Il est délimité par les communes de Sonthonnax-la-Montagne, Izernore, Béard-Géovreissiat, Brion, Saint-Martin-du-Frêne, Peyriat et Leyssard.

La commune comprend cinq agglomérations : Nurieux, Volognat, Mornay, Vers et Crépiat auxquelles il faut ajouter les fermes de Berthiand. Elle est située à 35 kilomètres de Bourg-en-Bresse, 7 kilomètres de Nantua, 5 kilomètres d'Izernore.

Le bâtiment de la mairie actuelle a été édifié symboliquement sur la limite qui séparait jadis les territoires de Mornay et de Volognat.

La forêt, surtout située sur les monts du Berthiand, est importante. On y trouve beaucoup de gibier et de champignons[1].

L'Oignin.

Le territoire communal est longé par la rivière l'Oignin qui est alimentée par les deux biefs l'Évouaz et le Bionnaz et qui sert de limite à l'est de la commune. Au Moyen Âge, l'Oignin permettait de faire tourner le moulin de Gravière. Puis, pendant le dernier demi-siècle, il alimente les turbines de l'usine électrique du même nom.

Le Bionnaz ou bief de Volognat traverse le village du sud vers le nord en direction de l'Oignin sur une longueur de quatre kilomètres. Il longe la D11 et serpente dans le village parfois en dessous des maisons. Le bief d'Évouaz traverse Mornay du sud au nord. Il marque le limite avec la commune d'Izernore.

Climat[modifier | modifier le code]

La station d'observation pour Nurieux-Volognat est la station de Cerdon[2], située à une altitude de 596 m.

Voici un aperçu, dans le tableau ci-dessous, pour l'année 2007 :

Mois Jan. Févr Mars Avr. Mai Juin Jui. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Températures maximales moyennes (°C) 3 6 9 13 18 22 24 24 21 14 8 4
Températures minimales moyennes (°C) -2 -1 1 3 7 11 12 11 9 6 2 -1
Températures moyennes (°C) 1 2 5 9 13 17 19 18 15 10 5 2
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 74 74 74 61 71 84 66 79 79 74 89 81
Source: Météo France et Météo123[3]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à environ 4 kilomètres de l'entrée "La Croix Châlon" de l'autoroute A 404. Celle-ci rejoint l'autoroute A 40 en 6 kilomètres.

Nurieux-Volognat est située le long de la route départementale 979 en direction de Bourg-en-Bresse en passant par le col de Berthiand. De l'autre côté, elle rejoint Montréal-la-Cluse (la Cluse), et se trouve prolongée par la route départementale 1084 en direction de Bellegarde-sur-Valserine, en passant par Nantua. Le passage du col de Berthiand interdit l'accès aux poids-lourds, et limite donc le passage des camions dans la commune.

Nurieux et Volognat sont également traversées par la route départementale 11 entre Cerdon et Matafelon-Granges.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]
Article détaillé : gare de Nurieux-Volognat.

La ligne du Haut-Bugey a été rénovée en vue du passage du TGV le long de la ligne Paris - Genève, mais également pour la desserte des TER. Il ne s'agit pas d'une ligne à grande vitesse, c'est-à-dire que les trains circulent à des vitesses d'environ 80 à 120 km/h[4].

Nurieux a été choisi pour accueillir une halte[5]. Les travaux ont débuté par la démolition, en 2007, des quais[6],[7] et des voies existantes. Par la suite, la construction d'un tunnel[8] sous les voies et de deux ascenseurs permettant l'accès aux quais a eu lieu. L'ancienne gare[9] vieille de plus de cent ans a été abattue[10] en octobre 2008 pour permettre la construction d'un bâtiment plus moderne et plus proche des nouveaux quais.

La halte est composée de trois voies et de deux quais. La quai central est long de 400 mètres et réservé au TGV, le latéral est utilisé pour les TER et sera long de 200 mètres. La voie opposée à la gare, est la voie dite directe. Elle sera empruntée à partir du 12 décembre 2010 par les TGV ne s'arrêtant pas à Nurieux-Volognat.

Ces travaux sont également l'occasion d'un aménagement du réseau routier à l'entrée de la commune[11], avec notamment la construction d'un carrefour giratoire sur la route départementale 979, permettant un accès direct au parking de la gare, et desservant également la future zone industrielle.

Les prévisions SNCF du début de l'année 2009 offre deux arrêts TGV par jour[12]. Ceci pour permettre aux habitants du secteur de pouvoir effectuer une journée complète à Paris, avec un départ tôt le matin à 6 h 45 en semaine et 8 h 30 les samedi et dimanche. Un arrêt dans le sens des retours est fixé à 20 h 30.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Nurieux-Volognat est approximativement un rectangle. La frontière ouest est marquée par la crête du mont Berthiand. L'autre versant étant la commune de Leyssard. Au nord-nord-ouest se trouve Sonthonnax-la-Montagne puis Izernore au nord-est. La commune de Béard-Géovreissiat est séparée de Nurieux par l'Oignin. Ensuite, il y a Brion puis Saint-Martin-du-Frêne, et enfin Peyriat au sud.

Rose des vents (Matafelon-Granges par D11)
Sonthonnax-la-Montagne
(Oyonnax par D85)
Izernore
Béard-Géovreissiat Rose des vents
N Brion
Sortie: La Croix Châlon (A404)
(Nantua par D979)
O    Nurieux-Volognat    E
S
Leyssard
(Bourg-en-Bresse par D979)
Peyriat
(Cerdon, Ambérieu-en-Bugey par D11)
Saint-Martin-du-Frêne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Nurieux-Volognat est divisée en trois secteurs. Mornay à flanc de montagne et Volognat sont les chef-lieux des deux communes qui se sont unies en 1973. Elles sont composées d'habitats relativement anciens et de peu d'industries. Au contraire, Nurieux, le long de la départementale 979, possède des habitats plus récents. Plusieurs industries y sont implantées ainsi qu'une gare SNCF conçue pour les TER et TGV.

Les hameaux de Vers et de Crépiat sont situés également sur la montagne et sont composés de fermes et d'habitats anciens.

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 375[13]. Parmi ces logements, 89,9 % sont des résidences principales, 6,4 % sont des résidences secondaires et 3,7 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 80,7 % des maisons individuelles, 16,9 % sont d'autre part des appartements et enfin seulement 2,4 % sont des logements d'un autre type. La part d'habitants propriétaires de leur logement est de 70,9 %[13]. Ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. En conséquence, la part de locataires est de 23,1 % sur l'ensemble des logements est inversement inférieure à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[13]. On peut noter également que 5,9 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 0,9 % sont des studios, 5,6 % sont des logements de deux pièces, 14,2 % en ont trois, 31,5 % des logements disposent de quatre pièces, et 47,8 % des logements ont cinq pièces ou plus[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Nurieux-Volognat est issu de la fusion en 1973 des deux communes de Mornay, dont Nurieux était un hameau, et de Volognat.

Panneau d'entrée de Volognat

Héraldique de la maison de Mornay[modifier | modifier le code]

Blason de Nurieux-Volognat Blason La maison de Mornay porte :
D’argent au lion de sable[14].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Ancienne commune de Volognat[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune de Volognat n'a cessé de changer au cours des siècles, en voici la liste[15] :

Volognat Berthiand
Date Nom Date Nom
 ? Volumniacus 1483 In monte supra Bertuans
1165 Mansus de Voloniaco 1808 Bertiand
1299 Volumpnia 1843 Granges Bertiant
1394 Voloignia 1887 Berthiand
XVIe siècle Vollogna
1611 Vollagniaz
1743 Vollognat
1789 Vologniat

Le site de Volognat était habité à l'époque celtique. La paroisse, placée sous le vocable de Saint-Martin existait déjà au haut Moyen Âge et dépendait des seigneurs de Coligny, puis de ceux de Thoire. Ces derniers donnèrent la terre de Volognat en fief à la maison de Mornay. La seigneurie de Volognat perdurera jusqu'à la Révolution française.

Volognat traverse les siècles suivants sans trop de bouleversements. En 1973, elle unit son destin avec sa voisine Mornay en fusionnant avec cette dernière.

Évolution démographique
1666 1791 1808 1846 1891 1941 1973
200 298
52 feux
350 400 269 182 160
Source démographie[16]

NB : de 1664 à 1774 sous l'Ancien Régime le reccessement était exprimé en « feux » qui correspond à une famille moyenne de 5 personnes.

Panneau d'entrée de Mornay

Ancienne commune de Mornay[modifier | modifier le code]

Il en est de même pour les communes et hameaux de Mornay, et Nurieux[15] :

Nurieux Mornay Crépiat Vers
Date Nom Date Nom Date Nom Date Nom
1299 Niruel 1164 Moornaco 1394 Crépia 1299 Apud Vert
1337 Neyruel 1176 Mornacus 1483 Crepiacus 1510 Vert parrochie de Mornay
1650 Nuyriel 1250 Mornais 1503 Crépiaz 1650 Vers
XVIIIe siècle Nurieu 1306 Mornay XVIIIe siècle Crépiat

Le territoire de Mornay était déjà occupé à l'âge du bronze. La voie romaine Lyon-Besançon le traverse et des cimetières des époques burgondes et mérovingiennes ont été mis au jour au XIXe siècle.

Au Moyen Âge, la seigneurie de Mornay passa des mains de la famille de Mornay à celles des Chalant, Verjon, Moyria pour être vendue en 1770 au baron d'Heyriat, Jean-Pierre-Emmanuel Laguette. À la Révolution, Mornay devient chef-lieu de canton mais est remplacé en 1827 par Izernore.

Aux XIXe et XXe siècles, le hameau de Nurieux connaît un grand essor économique et démographique avec la construction en 1875 de la ligne de chemin de fer Bourg-La Cluse et l'apparition de la gare à Nurieux. Le percement du tunnel sous la montagne du Berthiand nécessita beaucoup de main d'œuvre ouvrière et de mineurs.

Vers 1890, Emmanuel Reffay, un meunier jurassien, fit construire une minoterie à proximité de l'Oignin. Celle-ci était pourvue d'un moulin à eau relié à une centrale électrique nécessaire pour lui fournir l'énergie. Mais la production en électricité étant excédentaire, elle permit d'alimenter, vers 1902, les villages de Nurieux et Izernore. En 1912, les dirigeants de la minoterie créèrent la société « Les Forces de l'Oignin » et assurèrent l'électrification de tout le canton d'Izernore. Cette société fut neutralisée en 1946, et l'usine fut vendue en 1958 à la société « Stamp », qui deviendra une importante usine de transformation de matières plastiques.

Henry Massonnet[17] est le fondateur de cette société, il achète une première partie des bâtiments le 7 octobre 1958, et la seconde (à l'ouest de la RD11) le 19 décembre 1962. L'entreprise s'est spécialisée dans la fabrication de grands bacs, ayant une capacité de 1 500 litres, puis dans des objets plus petits destinés à un public plus large tels des casiers à bouteilles ou des glacières de camping.

La plus célèbre invention[18] d'Henry Massonnet est le tabouret « Tam Tam[19] ». Il a été conçu, en 1967, à la demande de sa clientèle qui souhaitait un « petit tabouret qui pourrait servir aussi aux pêcheurs ». D'une forme « paraboloïde hyperbolique », à ses débuts, il était peu apprécié, jusqu'à la parution d'un reportage sur la propriété de Brigitte Bardot, « La Madrague », à Saint Tropez. On y voyait un de ces tabourets au milieu du salon. Ceci permit d'augmenter les ventes, et la société produisait entre 500 000 et 600 000 pièces par an. Aujourd'hui, il inspire nombre de designers qui le décline sous une infinité de couleurs et de motifs.

Lors de la fusion avec Volognat en 1973, c'est le nom de Nurieux, le hameau, qui est conservé au détriment de Mornay et au grand dam des habitants de l'ancien chef-lieu.

Évolution démographique
1666 1790 1808 1846 1891 1906 1941 1973
45 feux 445 533 512 335 281 239 340
Source démographie[16]

NB : de 1664 à 1774 sous l'Ancien Régime le recensement était exprimé en « feux » qui correspond à une famille moyenne de 5 personnes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux ou trois meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1973 mars 1983 Henry Massonnet UDF Chef d'entreprise, ancien maire de Mornay
mars 1983 juin 1995 Simone Benoît DVD  
juin 1995 mars 2014 Michel Genoux DVD  
mars 2014 en cours Arlette Berger DVG Retraitée

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Haut Bugey.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 027 habitants, en diminution de -4,29 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
458 405 533 698 463 500 470 512 484
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
453 422 406 410 360 332 321 335 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
317 281 303 271 304 282 269 264 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
297 340 567 656 856 952 1 045 1 044 1 027
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Évolution de la pyramide des âges de la commune de Nurieux-Volognat, comparaison entre l'année 1999 et 1982[27] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
18 
75 à plus
35 
39 
60 à 74
42 
138 
40 à 59
140 
135 
20 à 39
135 
144 
0 à 19
126 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
17 
75 à plus
17 
34 
60 à 74
45 
64 
40 à 59
59 
96 
20 à 39
97 
107 
0 à 19
120 

Ces pyramides permettent d'observer un vieillissement de la population. En effet, en 1982, la majorité de la population, par tranche d'âge, se situait entre 0 et 19 ans, que ce soit pour les hommes ou les femmes. En 1999 soit 17 ans plus tard, la tranche d'âge la plus peuplée est celle des 40 à 59 ans avec un total de 278 personnes, contre 270 de 0 à 19 ans.

Le rapport de population des 40 à 59 ans sur celui des 0 à 19 ans est d'environ 1,03 en 1999, alors qu'il n'était que de 0,54 en 1982, soit un rapport quasiment deux fois plus élevé.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Nurieux

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

Durant des années, trois écoles ont existé à Nurieux-Volognat[28]. Mornay et Volognat possédaient chacun leur école. En 1924, l'école de Nurieux est construite. À la fin des années 1980, les écoles de Mornay et de Volognat ferment.

Il ne reste aujourd'hui que cette dernière, qui a été agrandie et complétée par une école maternelle en 1990.

Le groupe scolaire a une capacité d'accueil de 150 élèves, même si leur nombre varie entre 115 et 120. Le groupe est également composé d'une cantine et d'une bibliothèque, cette dernière étant ouverte aux écoliers, mais également à la population.

Collège et lycée[modifier | modifier le code]

Le collège le plus proche de Nurieux-Volognat est le collège Théodore-Rosset de Montréal-la-Cluse. Le département de l'Ain met à disposition un transport scolaire gratuit le matin et le soir qui passe par plusieurs arrêts dans les différents hameaux de la commune.

Il en est de même pour le transport jusqu'au lycée. Nurieux-Volognat se situe dans le secteur du lycée Xavier-Bichat de Nantua, mais certaines navettes permettent aux jeunes d'aller jusqu'aux lycées Arbez-Carme de Bellignat ou Paul-Painlevé d'Oyonnax suivant les orientations choisies.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas développé d'association de jumelage.

Santé[modifier | modifier le code]

Les pharmacies les plus proches sont celles d'Izernore et de Montréal-la-Cluse. Des médecins s'y trouvent également.

Nurieux-Volognat se situe dans le secteur du centre hospitalier du Haut-Bugey à Oyonnax. Ce bâtiment ouvert en 2007 a permis le regroupement des hôpitaux d'Oyonnax et de Nantua qui dataient de l'avant-guerre, mais également une mise aux normes de leurs infrastructures.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Tour de l'Ain 2008 à Nurieux

Plusieurs associations sont regroupées dans la commune :

  • Le Football-club de Nurieux-Volognat a été fondé en 1968 et permet aux jeunes de la commune, et des villages alentour, la pratique du football et de la compétition. Pour la saison 2007 - 2008, il y avait 2 équipes senior et 4 équipes de jeunes. La première équipe senior évolue en deuxième Division de District. L'équipe s'entraîne et joue sur le terrain de football de Nurieux. Le football est également représenté par les vétérans du Football club.

Voici la liste des autres associations :

  • Amis de Mornay Berthiand Vers
  • Chasse
  • Foyer Rural
  • Lire à Nurieux-Volognat
  • Les Fidèles de Nurieux
  • Sou des écoles
  • Don de Sang

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal Le Progrès propose une édition locale aux communes du Haut-Bugey. Il parait du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international. La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Économie[modifier | modifier le code]

Nurieux-Volognat

L'agriculture était l'activité principale du village jusqu'au début du XXe siècle. Mais les sols étant peu fertiles, les ressources s'en trouvaient limitées. Ainsi, chaque hiver, certains habitants partaient en Champagne ou en Lorraine comme peigneurs de chanvre pour gagner un peu d'argent. Actuellement le nombre d'exploitations agricoles est réduit à une dizaine, mais l'espace cultivé n'a pas diminué de surface, et le volume de production globale est en progression, grâce notamment aux moyens techniques agricoles d'aujourd'hui.

Mais aujourd'hui, Nurieux-Volognat étant située à proximité de la Plastics Vallée, l'industrialisation, avec une spécialisation dans la plasturgie depuis les années 1960, a pris le dessus. De nombreuses usines d'injection ou de fabrication de pièces en plastique y sont implantées. On y retrouve également des entreprises de mécanicien mouliste, et de polisseur à proximité.

Il existe aussi des entreprises artisanales et commerciales, telles la scierie, la menuiserie-charpentes, la maçonnerie, le terrassement, la plomberie-chauffage, les hôtels, les cafés-restaurants, ou les petits commerces.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Selon l'enquête de l'INSEE en 1999[29], les revenus moyens par ménage sont de l'ordre de 16 733 euros par an, alors que la moyenne nationale est de 15 027 euros par an. Il n'y a pas de redevables de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) à Nurieux-Volognat.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 1999, la population de Nurieux-Volognat se répartissait à 49,9 % d'actifs, ce qui est légèrement supérieur au 45,2 % d'actifs de la moyenne nationale, 12,6 % de retraités, un chiffre inférieur au 18,2 % national. On dénombrait également 26,7 % de jeunes scolarisés et 10,8 % d'autres personnes sans activité.

Le taux d'activité de la population des 20 à 59 ans de Nurieux-Volognat était de 86 %, avec un taux de chômage de 5,9 %, donc bien inférieur à la moyenne nationale de 12,9 % de chômeurs.

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Nurieux-Volognat 2,4 % 4,9 % 7,3 % 26 % 20,3 % 39 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[29]
Arca System

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

On dénombre, en 2004[30], 47 entreprises dont la majorité sont des industries des biens intermédiaires (12), des entreprises de construction (10) et des commerces (9).

L'entreprise ARCA SYSTEMS est la plus importante de la commune. Avec un chiffre d'affaires de 54 millions d'euros, elle est spécialisée dans la transformation de matière plastique, pour la conception de pièces telles des palettes ou des bacs.

Commerce[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste

On trouve à Nurieux une épicerie, une boucherie et un salon de coiffure ainsi qu'un bar-tabac.

La poste[modifier | modifier le code]

Le premier bureau de la commune se trouvait dans une maison privée, et avait été ouvert en 1899.

Le bureau de poste actuel se situe le long de la route départementale 979. Il y est implanté depuis 1935, le bâtiment est un spécimen de l'architecture des années 1930. Il est surmonté d'un clocher et d'une horloge.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Le château de Volognat[31] fut construit pour Hugonet de Mornay, petit-fils de Guillaume de Mornay. Le pouvoir de construction fut établi en 1301 et permit ainsi la création de la seigneurie de Volognat. Par le biais d'une suite de successions et de ventes, il appartient aujourd'hui aux descendants de la famille Vaffier[32].
Le château, remanié au XIXe siècle, est situé en amont de Volognat, au centre d'un domaine de 9 hectares formé de parc, jardins et bois. Le bâtiment principal rectangulaire de 17 × 28 mètres possède trois étages. Le toit est recouvert d'ardoise. Au sud, une tour de 5 mètres de diamètre lui est accolé. Deux autres bâtiments sont annexés au château.

Le château de Volognat.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle de Mornay[33] datant du XIe siècle, classée monument historique depuis 1982. Cet édifice couvert est idéalement situé sur un belvédère. On y accède par un chemin en forte pente, celui-ci est bordé d'un mur de pierres sèches puis d'une haie de buis. Le château des seigneurs de Mornay se trouvait à proximité.

Le bâtiment est de style roman. Il est construit en moellons, avec des murs d'environ 1,15 mètre d'épaisseur. Le toit est en lauzes.
À l'intérieur, la nef est une voûte en berceau brisée. Le chœur, d'une dimension de 4,5 × 1,70 mètres, voûté en berceau brisé, est surélevé et légèrement décalé par rapport à la nef.

L'église de Volognat a été construite entre 1828 et 1831 sur l'emplacement de l'ancienne église qui fut jugée irréparable. Elle comporte une grande nef rectangulaire de dimension 30 × 10 mètres, voûtée et prolongée par un chœur de même dimension et voûté en cul de four. Le sol de la nef est un plancher, celui du chœur en carrelage de grès gris clair et parsemé de croix brun rouge. Le clocher flanque l'église au nord-est et mesure 15 mètres de hauteur. Son toit est en cuivre, et surmonté d'une croix et d'un coq-girouette.

L'église de Volognat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Nurieux-Volognat, sur nurieux-volognat.fr
  2. Prévisions météorologiques de Nantua (près de Nurieux), sur meteofrance.com
  3. Base de données météo par Météo123 (À Oyonnax) et Météo France.
  4. Diagramme des vitesses de la ligne du Haut-Bugey. Nurieux se situe au point kilométrique 33.
  5. À la différence d’une gare, une halte ne dispose que de billetteries automatiques, mais pas de guichetiers.
  6. Photo avant démolition des quais.
  7. Photo après démolition des quais.
  8. Photo de la construction du tunnel.
  9. Photo de l'ancienne gare.
  10. Destruction de l'ancienne gare.
  11. Plan de la future halte de Nurieux (Document-RFF), sur jacquemin77.free.fr
  12. Arrêts TGV en gare de Nurieux-Volognat, communiqué de Charles de La Verpillière député de l'Ain
  13. a, b, c et d Données INSEE compulsées par Linternaute - Logement à Nurieux-Volognat.
  14. http://armorialdefrance.fr/departement_communes.php?dept=1
  15. a et b Raymond Bergeret, Le moulin de Nurieux & le château de Volognat, A. Bonavitacola, 1999, p. 50-51 (ISBN 2-908208-34-2).
  16. a et b S. Benoit, F. Récamier, J. Trouvel, C. de Chivré, I. Lecourt-Lançon, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 128 (ISBN 2-907656-29-5).
  17. Raymond Bergeret, Le Moulin de Nurieux & le Château de Volognat, A. Bonavitacola, 1999, p. 145 - 151 (ISBN 2-908208-34-2).
  18. Raymond Bergeret, Le moulin de Nurieux & le château de Volognat, A. Bonavitacola, 1999, p. 148 - 149 (ISBN 2-908208-34-2).
  19. Historique de la chaise moulée,(texte et photos) sur placeaudesign.com
  20. Résultat des élections européennes de 2009.
  21. Les résultats de ces élections ne sont disponibles que pour l'ensemble du canton d'Izernore.
  22. Source : Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain de 1789 à 2003, Dominique Saint-Pierre, Musnier-Gilbert Editions, 2003.
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  27. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge.
  28. S. Benoit, F. Récamier, J. Trouvel, C. de Chivré, I. Lecourt-Lançon, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 141 (ISBN 2-907656-29-5).
  29. a et b Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par linternaute.
  30. Entreprises, sur linternaute.com
  31. Quelques photos du château, sur chateauvolognat.free.fr
  32. Raymond Bergeret, Le moulin de Nurieux & le château de Volognat, A. Bonavitacola, 1999, p. 194-197 (ISBN 2-908208-34-2).
  33. La chapelle de Mornay, sur nurieux-volognat.fr
  34. a, b et c S. Benoit, F. Récamier, J. Trouvel, C. de Chivré, I. Lecourt-Lançon, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 151-152 (ISBN 2-907656-29-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Nurieux-Volognat.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Benoit, F. Récamier, J. Trouvel, C. de Chivré, I. Lecourt-Lançon, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 126-153 (ISBN 2-907656-29-5)
  • Raymond Bergeret, Le moulin de Nurieux & le château de Volognat, A. Bonavitacola, 1999 (ISBN 2-908208-34-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les monts du Berthiand surplombant Nurieux