Izenave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Izenave
Izenave
Mairie.
Blason de Izenave
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Intercommunalité Haut-Bugey Agglomération
Maire
Mandat
Thiery Druet
2020-2026
Code postal 01430
Code commune 01191
Démographie
Population
municipale
157 hab. (2018 en diminution de 7,65 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 20″ nord, 5° 31′ 33″ est
Altitude Min. 663 m
Max. 1 008 m
Superficie 13,04 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Hauteville-Lompnes
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Izenave
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Izenave
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izenave
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izenave

Izenave est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé dans la partie méridionale de la Combe du Val. Le village est traversé par le Borrey, formé par deux autres ruisseaux: le bief Sommière venu de Rougemont et la Jarine venu du val d'Aranc. Cette dernière alimente la cascade du Moulin de Merlet. Cette partie de la combe du val est enserrée entre deux barrières montagneuse. À l'ouest, la chaîne de l'Avocat (1 011 mètres); à l'est, le crêt de Chatillon avec la forêt du Limand, le bois de la Veillière, des lingnières, du mollard Granger et de la Bordellière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Izenave est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Village mentionné dès le XIIe siècle. Il apparait en 1164. La seigneurie appartenait aux sires de Coligny puis aux Thoire-et-Villars. Berthier de Rougemont en fait l'acquisition en 1301. Une maison forte exista dans l'est du village. Elle fut incendiée par son propriétaire le (le baron, apprenant l'abolition des privilèges, perdit la raison et brula la maison forte). Celle-ci a été bâtie par Guillaume de Rougemont. Ce dernier construisit aussi le château de Vellière dont il fait hommage en 1306 (Peincedé volume20 page 64) dont il reste des ruines. Dans cette bâtisse se succédèrent les Luyrieux, Sénozan, Moyriat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il existe différentes interprétations à propos de l'origine du nom du village. Elle serait peut-être un composé de la racine pré-latine is = eau et de nana = plaine encaissée. Une autre interprétation prétend qu'izenave tirerait son nom de la déesse Isis. En effet, le culte d'Isis aurait été apporté par les Rhodiens et les massillies. Ces négociants grecs ont commercé dans la région du Buggy, qu'ils considéraient comme lucratif. C'est pour cela qu'ils auraient bâti des temples à l'honneur d'Isis à Izenave, Izernore et Izieu[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Izenave est membre de l'intercommunalité Haut-Bugey Agglomération, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Oyonnax. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[7].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Nantua, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[8]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Hauteville-Lompnes pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[8], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Jacques Quelin    
mars 2001 2014 Michel Mathieu    
mars 2014 Identité=Thierry Druet      
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 157 habitants[Note 2], en diminution de 7,65 % par rapport à 2013 (Ain : +4,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
537473529514451460448441464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
437402409388337341357306297
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
282288237191203229213228203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
177169138117130146151152169
2017 2018 - - - - - - -
156157-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château de Vellière.
  • Cascade du Moulin de Merlet.
  • Église Saint-Jean-Baptiste.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Izenave

Les armes d’Izenave se blasonnent ainsi[14] : De gueules à la colonne d'argent à l'antique, chaussé de sinople

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021)
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. Baron Achille Raverat, Les vallées du Buggy : excursions historiques, pittoresque et artistiques, 1867
  7. « Haut-Bugey Agglomération - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 19 avril 2020)
  8. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Izenave », sur le site de l'Insee (consulté le 19 avril 2020).
  9. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 19 avril 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Izenave”)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]