Historiographie du débat sur la localisation d'Alésia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Vercingétorix par Aimé Millet à Alise-Sainte-Reine. Expression de la volonté de monumentaliser le site et de signifier sa reconnaissance officielle sous le Second Empire, elle reçut un accueil mitigé[1].

Le siège d'Alésia est un événement qui a fortement marqué l'historiographie française, en particulier à partir du XIXe siècle. Marquant la fin de l'époque de l'indépendance des peuples celtiques de la Gaule ainsi que le début du contrôle romain de la région, cet affrontement fut au cœur des problématiques de définition de l'identité nationale et de recherche des origines de la nation française.

Les débats ont essentiellement porté sur la question de la localisation du lieu de la bataille, et donc de l'oppidum d'Alésia. En dépit de la localisation archéologique du siège antique à Alise-Sainte-Reine en Bourgogne, résultat de fouilles effectuées sous le Second Empire, de nombreux sites alternatifs sont successivement proposés, pour la plupart situés dans le Jura.

Entre 1991 et 1997, des fouilles archéologiques franco-allemandes confirment l'identification d'Alésia avec le site d'Alise-Sainte-Reine, soit par une reprise des pistes ouvertes au XIXe siècle, soit grâce à la découverte d'éléments inédits et probants[2]. Les débats historiques sont aujourd'hui clos puisque la communauté scientifique internationale et française, dans son immense majorité, s'accorde sur le site archéologique localisé dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté[3].

Cependant, la polémique survit actuellement en France par quelques échos médiatiques périodiquement relancés par des non-professionnels de l'archéologie.

Les raisons d'un débat[modifier | modifier le code]

Phénomène exclusivement français, les raisons qui ont conduit à la prolifération de différentes « Alésia » sont multiples. S’il n’est pas un seul colloque, un seul ouvrage d’archéologie militaire romaine qui ait remis en cause la localisation Alésia/Alise-Sainte-Reine, la question est tout autre en France où l’enjeu dépasse, souvent, le domaine de la recherche archéologique en raison de la dimension symbolique que revêtent Alésia et Vercingétorix. L’origine de la querelle a précédé de quelques années l’entreprise des fouilles de Napoléon III[4]. Mais le débat a été perturbé par le caractère officiel de cette démarche organisée par celui qui était arrivé au pouvoir grâce à un coup d’État : la passion fut d’autant plus vive qu'au même moment son ouvrage sur l'histoire de Jules César et la Guerre des Gaules allait établir la vérité officielle, fatalement entachée de suspicion et truquée : « on n’a jamais rien trouvé à Alise-Sainte-Reine » et « tout a été inventé pour faire plaisir à l'empereur » sont ainsi des reproches couramment faits à l'encontre des fouilles d'Alise Sainte Reine, malgré les résultats incontestables vérifiés dans les années 1990.

Le principal reproche formulé par les détracteurs de la localisation à Alise-Sainte-Reine est l'inadéquation réelle ou supposée du site avec le texte césarien. Sur la base de cette constatation, le site d'Alaise est alors proposé le 10 novembre 1855 entrainant une vive polémique entre Francs-Comtois et Bourguignons[5]. D’autres « Alesia » vont émerger par la suite, parmi lesquelles se sont surtout illustrées : Salins (Jura, 1952) ; Syam-Chaux-des-Crotenay (Jura, 1962). Ces Alesia franc-comtoises ont pour origine les textes de Plutarque « C'est pourquoi il fit mouvement et traversa le pays des Lingons pour atteindre celui des Séquanes, peuple ami, qui sépare l'Italie du reste de la Gaule. Là, les ennemis l’assaillirent et l'enveloppèrent avec de nombreuses myriades d'hommes »[6] et Dion Cassius « Vercingétorix l'intercepta sur le territoire des Séquanes et l'encercla »[7] qui situent tous les deux Alésia en pays séquane, le seul texte de Jules César (B.G, VII, 66,2.), trop vague[8],[9],[10],[11], ne permet aucune certitude sur l'emplacement où a eu lieu l'embuscade de Vercingétorix.

Une localisation sans grand débat du Haut-Moyen Âge au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Avant le XIXe siècle la localisation d'Alésia ne soulève pas de grand débat.

L'identification d'Alise-Sainte-Reine à Alésia (voir site archéologique d'Alésia) apparaît pour la première fois au Haut-Moyen Âge. Vers 865, le moine Héri de Saint-Germain d'Auxerre, dans son récit du transfert des reliques de sainte Reine d'Alise jusqu'à Flavigny, fait explicitement le lien entre Alise et le siège mené par César[12],[13]. La figure de sainte Reine témoignerait d'une tradition hagiographique attestée depuis le Ve siècle, à l'époque où le territoire était un Pagus Alisiensis [14] ; Héri était un des élèves de Loup de Ferrières, abbé érudit qui, curieux de manuscrits, avait redécouvert une copie de la Guerre des Gaules de César. Son poème entérinera l'assimilation de l'oppidum d'Alise-Sainte-Reine avec le lieu où se déroula la bataille d'Alésia ; à partir de cette époque la tradition ne variera pas. Cette localisation entraînera le lancement des recherches au XIXe siècle.

La localisation à Alise est celle généralement retenue par ceux que l'on appelle les antiquaires comme J. B. Bourguignon d'Anville[15] qui donna en 1755 une carte tirée d'un relevé précis du site[16]. D'autres hypothèses apparaissent. Certaines sans chercher de fondement réel, comme lorsqu'on rapproche Alésia d'Alès[17].

En 1784, Pierre Laureau, écuyer du comte d'Artois, effectue des fouilles sur le mont Auxois, qui permettent de mettre au jour des monnaies et des inscriptions[16]. La découverte à Alise, en 1839, de l'inscription mentionnant ALISIIA (CIL XIII, 2880) ajouta un élément important pour l'identification du site[18], et malgré les débats linguistiques sur le radical celtique alis-, il est un élément déterminant de la localisation.

Les débats du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'hypothèse d'Alaise (1855)[modifier | modifier le code]

À partir du milieu du XIXe siècle, plusieurs scientifiques commencent à contester la localisation du site à Alise et mettent en avant le village d'Alaise, dans le Jura, à une vingtaine de kilomètres au sud de Besançon. Les principaux soutiens à la thèse d'Alaise ne viennent pas de la région jurassienne mais de scientifiques très sceptiques sur le site bourguignon, en raison de l'incompatibilité avec le texte de César.

La première contestation de la localisation à Alise en faveur d'Alaise est faite par Alphonse Delacroix qui présente en 1855 un mémoire historique à une société savante du Doubs. Il s'appuie principalement sur les textes anciens pour estimer que le site ne peut être Alise. Son choix d'Alaise est principalement motivé par le rejet d'Alise et par une ressemblance phonétique entre les deux toponymes. D'autres facteurs, moins importants, sont parfois cités : l'existence d'un lieu-dit Champ de guerre et des traditions locales voulant qu'Alaise fut autrefois une ville – devenue pour eux un mystère[19].

Il y a aussi la découverte de tumuli avec des armes, comme on en trouve beaucoup sur le territoire, vaguement interprétées comme appartenant à la période de la guerre des Gaules, à une époque où l'exploration archéologique est encore balbutiante[réf. nécessaire]: l'absence d'études typochronologiques et stratigraphiques empêche de dater ces armes. Le datage gaulois de ce tumulus se révélera erroné et anachronique[réf. nécessaire], même s'il était alors largement soutenue par les érudits locaux[réf. nécessaire] et les sociétés savantes régionales[réf. nécessaire]. Il n'existe cependant pas de traces de ce soutien.

D'autres scientifiques extérieurs à la région du Jura appuient l'hypothèse d'Alaise. Ernest Desjardins, par exemple, spécialiste de la géographie antique[20]. Jules Quicherat, historien et archéologue reconnu de l'époque, prend lui aussi position contre Alise, en 1857[21] : l'homme est un scientifique, archéologue, jamais engagé en politique. Au moment où il rédige son mémoire L'Alesia de César rendue à la Franche-Comté, sa démarche scientifique l'amène à prendre parti pour une localisation franc-comtoise, région où il n'a encore jamais mis les pieds, sans privilégier alors un site en particulier. Ce n'est que plus tard qu'il défend la localisation séquane la plus crédible à l'époque : Alaise.

Les savants du milieu du XIXe siècle ne peuvent ni connaître les règles de la phonétique historique, ni la méthodologie en toponymie, largement ignorées à l'époque, et les formes anciennes connues d'Alaise se révèleront ensuite incompatibles avec la forme Alesia, à moins que les auteurs romains n'aient commis une cacographie. Le nom d'Alaise n'est pas connu avant le XIe siècle[22] ou le XIIe[23] sous la forme Alasia, puis en 1278 sous la forme Elaise[24]. Ernest Nègre interprète ce toponyme comme le nom de personne germanique Alati-us, cité par Marie-Thérèse Morlet[25], + -a, c'est-à-dire *Alatia (villa)[24], seul capable de rendre compte du [a] d’Alasia, forme qui a régulièrement abouti à Alaise.

Les fouilles d'Alise sous Napoléon III[modifier | modifier le code]

La passion de l'empereur Napoléon III pour l'histoire romaine et la guerre des Gaules suscite la première grande campagne de fouilles archéologiques en France, en particulier à Alise-Sainte-Reine (voir site archéologique d'Alésia).

C'est la découverte d'un important dépôt d'armes de l'âge du Bronze près de la ferme de l'Épineuse, aux environs d'Alise, qui incite en 1861 l'empereur Napoléon III à programmer des fouilles autour du Mont Auxois (voir site archéologique d'Alésia). L'association de ces armes à l'époque gauloise et à la bataille constitue un anachronisme notable, mais l'absence de typologies établies et datées est une lacune dont souffre aussi au même moment les découvertes de tumulus du site concurrent, Alaise, qui se révéleront être elles aussi de l'âge du bronze.

Les fouilles sont commencées sous le patronage de Félix de Saulcy, savant responsable de la Commission de la topographie des Gaules, puis sont placées, à partir de 1862, sous la direction du baron Eugène Stoffel. Ces fouilles ne font pas l'objet d'une publication détaillée et précise, mais furent réétudiées par la suite par la mission franco-allemande des années 1990. Leur déroulement exact, l'emplacement des trouvailles, la nature des vestiges ne sont pas non plus précisément exposés. Ce n'est que la redécouverte tardive d'archives, à la fin des années 1950 qui permet de mieux comprendre ces fouilles, et leur valeur[26]. La commission de topographie effectue 282 coupes sur les fortifications de César, fouillant d'avril à juillet, puis de novembre à décembre 1861, essentiellement dans la plaine des Laumes en été, puis vers le Réa dans l'automne[27]. L'année 1862, jusqu'à la nomination de Stoffel en septembre, est consacrée à retrouver tout autour du site l'acquis de l'année précédente. Les fouilles sont donc effectuées dans toutes les directions. Selon Jacques Harmand, « la probité et l'efficacité de ces travaux apparaissent avec évidence lorsque l'on suit sur les plans et planche de la Commission comme sur une sorte de film la progression des découvertes »[28]. De la fin 1862 à 1865, Stoffel dirige les fouilles, s'appuyant sur place sur Paul Millot et Victor Pernet. Les fouilles s'attachent alors à préciser le tracé des contrevallations, à retrouver les camps, à rechercher systématiquement les dispositifs de défense, comme les trous de loup[29]. Des fouilles ont aussi lieu sur le plateau du Mont-Auxois : des puits sont fouillés et des sondages pratiqués sur l'enceinte de l'oppidum[30]. Les fouilles de Stoffel s'achèvent avec la publication de l'Histoire de Jules César écrite par Napoléon III. Le contexte d'après la guerre de 1870 limite momentanément les débats, qui réapparaissent dans les années 1900. En 1913, la commission des enceintes dresse une bibliographie sur la querelle occupant quatorze pages du Bulletin de la société préhistorique française[31].

Les comparaisons topographiques de Victor Revillout[modifier | modifier le code]

En 1856, un livre de Victor Revillout passe au crible les deux sites en concurrence, ceux d'Alise et d'Alaise, sur le critère d'un confrontation rigoureuse et détaillée des écrits de César concernant la description topographique du siège et des combats militaires[32]. L'auteur estime que le site ne peut en aucun cas être à Alise-Sainte-Reine, mais découvre aussi des incompatibilités topographiques avec celui d'Alaise.

C'est à partir de ce livre que des recherches s'orientent aussi vers les régions à l'est du pays, plus compatibles avec les écrits de César que la Bourgogne[32]. En 1862, on envisage le site d'Alise-Izernore, au sud de Jura, et en 1866 celui de Novalaise[33] en Haute-Savoie.

Nouveaux débats au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les fouilles d'Alaise dans les années 1950[modifier | modifier le code]

En 1950 parait à titre posthume La bataille d’Alésia, de Georges Colomb, savant botaniste également connu comme dessinateur du sapeur Camember, qui avait déjà présenté des arguments en faveur d'Alaise en 1922, dans l'Énigme d'Alésia[34]. Cette publication amène Lucien Febvre à réclamer en 1951 de vraies fouilles pour éclairer le cas d'Alaise[35]. Des campagnes de fouilles sont menées en 1952 et 1953 par Maurice Dayet, puis complétées en 1953 par des sondages dirigés par Louis Déroche pour une association de soutien à Alaise. Ces fouilles ne révèlent que des vestiges bien antérieurs à la bataille ou médiévaux[36],[37]. Jean Bérard, auparavant plutôt peu convaincu par Alise, conclut : « il n’y a rien à Alaise »[38].

André Berthier, la méthode du portrait-robot et l'hypothèse de Chaux-des-Crotenay[modifier | modifier le code]

En 1960, André Berthier, archiviste paléographe, conduit des fouilles, à Tiddis, en Algérie[39]. Il s'intéresse à la question d'Alésia en lisant la nouvelle édition d'Alésia et les ruses de César, livre de Jérôme Carcopino[40] qui présente les Mandubiens comme des « Séquanes de l'Ouest ». Berthier grand admirateur de Carcopino[41] attend beaucoup de cet ouvrage, il est déçu par la faiblesse de l'argumentation et enverra d'ailleurs en 1966 à Carcopino un mémoire intitulé « Scepticisme devant Alise ». Déjà perplexe sur la topographie du site d'Alise Sainte-Reine[42], il n'est pas plus convaincu par le rapprochement Alise = Alésia : pour lui, Alésia est un nom générique, d'origine celte et désignant un escarpement, qui est très répandu[43]. Alise comme Alaise peuvent provenir d'une même étymologie, cela n'en fait pas pour autant l'Alésia des Mandubiens. Selon lui toujours, sur les vingt-sept localités gauloises citées par César, seulement six ont conservé depuis leur nom[44], suivant le même cas de figure, il est donc tout à fait possible que l'Alésia citée par César l'ait perdu. Berthier estime qu'il doit être possible de retrouver Alésia par un moyen inédit en archéologie, la méthode du portrait-robot. Cette démarche consiste à forger, à partir du texte de César, un « portrait-robot » théorique du site d'Alésia, issu de quarante critères géographiques et tactiques[45], et de plaquer le schéma obtenu sur les cartes d'état-major d'une large zone couvrant le centre-est de la France [46]. Il étudiera près de 300 sites. Cette méthode, imaginée en 1962 ne fut formellement nommée que dans les années 1980 par Berthier.

Berthier compare son portrait-robot ainsi obtenu aux deux principaux sites, Alise-Sainte-Reine et Alaise : selon lui, aucun des deux ne correspond à son modèle théorique. Berthier est d'autant plus motivé que le site officiel d'Alise-Sainte-Reine est selon lui en très « nette discordance » avec le portrait-robot, notamment du fait de sa taille.

La superficie de l'oppidum doit être vaste, potentiellement jusqu'à 1 000 ha, car il doit pouvoir accueillir une armée de 80 000 hommes, de nombreux troupeaux et les Mandubiens[47]. Les descriptions employées par Jules César doivent s'appliquer à la lettre[48] et ne pas être édulcorées[49]. Berthier doit donc absolument trouver une plaine d'une longueur de 3000 pas, soit 4,5 km[50] et deux rivières de chaque côté, au pied même (radices) de l'oppidum[51]. Sur les cartes d'état-major qu'il s'est procurées et à l'aide de son « portrait-robot », André Berthier, étudie tout d'abord l'oppidum d'Alise-Sante-Reine et la Côte-d'Or, puis il descend progressivement jusque dans le Jura, éliminant sites après sites avant de s'arrêter sur un vaste éperon barré, montagneux et totalement inconnu[52].

À partir de 1964, il multiplie les demandes de fouilles qui se heurtent presque systématiquement à des refus, M. Reddé emploie d'ailleurs le terme de « guerres picrocholines » avec les services de l'état pour qualifier cette période, quand A. Berthier parle lui de véritable comédie. Le professeur Lucien Lerat directeur des Antiquités de Besançon, farouche adversaire de Berthier de la première heure, mettra sa démission dans la balance dès 1965, elle fut refusée mais une deuxième demande aboutira en 1971[12],[53]. Berthier finit par se rendre directement auprès des ministres. Il obtient d’eux quelques autorisations de courte durée et s'attire les foudres des autorités archéologiques[54]. Une campagne de fouilles de sauvegarde réalisée en tranchées de sondage met au jour plusieurs structures. Il obtiendra quatre autres campagnes de fouilles, de durée et d'espace très limités (comme toutes les fouilles archéologiques programmées), qui ne feront pas l'objet de publications scientifiques. Par la suite, les sondages menés sur le site viendront cependant fortement compromettre les interprétations de Berthier : parmi tous les échantillons de céramique prélevés sous la côte Poire, lieu présumé du camp nord décrit par César, la période de la Tène Finale, celle de la guerre des Gaules, est quasiment absente de la documentation, le site s'avérant plutôt être occupé au haut-empire qu'à l'époque de César[55]. Au total cinq fouilles et neuf sondages ont été autorisés à Chaux-des-Crotenay[56]. Ces campagnes très modestes n'ont pas fait l'objet de publication scientifique véritable.

En 1966, Berthier adresse un mémoire à Jérôme Carcopino, ex-ministre et auteur de la loi du 27 septembre 1941 sur les fouilles archéologiques, pour expliquer son scepticisme au sujet du site d'Alise-Sainte-Reine. En 1980, il fonde l'Association Lemme et Saine d'intérêt archéologique (A.L.E.S.I.A.)[N 1] pour soutenir ses hypothèses. En 1984, il récapitule sa démarche et ses hypothèses, en particulier « La Méthode du portrait-robot » au 109e Congrès national des sociétés savantes tenu à l'université de Dijon[57]. En 1990, il publie un ouvrage en collaboration avec André Wartelle[58].

En 2008, le journaliste spécialisé en histoire Franck Ferrand appelle à accomplir des fouilles « ambitieuses[59] », et déplore leur absence, même si la ville a été « brûlée, rasée, promise au néant » au terme du siège[60].

André Berthier et son successeur Danielle Porte, ou encore le cinéaste Jean-Pierre Picot, estiment avoir retrouvé des fortifications gauloises, des murs délimitant un espace urbain, des monuments cultuels protohistoriques[61], des camps et des fortifications romaines[62], mais n'en ont pour l'instant publié aucun résultat probant.

L'association ArchéoJuraSites, qui poursuit la « promotion » du site, a hérité des archives et documents rassemblés par André Berthier jusqu'à son décès en 2000. La mairie de Chaux-des-Crotenay lui a permis d'installer une petite exposition dans l'ex-poste du village. L'association a par ailleurs entrepris la numérisation des archives d'André Berthier, l’essentiel des documents est désormais en ligne sans faire l'objet d'une publication scientifique vérifiée puisqu'il s'agit des archives personnelles de Berthier, notamment constituées de très nombreuses correspondances[63].

La méthode du portrait-robot, qui n'est pas considérée dans l'enseignement universitaire comme probante, a été réfutée en 1984 par Gilbert Charles-Picard[64] et Richard Adam qui publie aussi une critique du site de Chaux dans son ensemble[65]. En 2001, Marie-Pierre Rothé, auteur de la Carte Archéologique de la Gaule pour le Jura considère que sur les communes de Crans et de Syam, secteur de la Grange d'Aufferin, si des occupations datées de la Tène III ainsi que de l'époque gallo-romaine sont bien attestées, l'époque républicaine n'est pas représentée significativement et « il n'y a aucune preuve de camp romain » [66], concernant Chaux-des-Crotenay, elle explique qu'André Berthier a voulu y voir un grand oppidum sans fournir d'indices archéologiques [67]. La thèse est de nouveau critiquée en 2003 par Michel Reddé, ancien vice-président du Conseil national de la recherche archéologique (C.N.R.A.) et Directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études (E.P.H.E.) qui insiste sur le caractère abstrait de la méthode du « portrait-robot »[68], forcé[69] voire erroné [70]. Les critiques de l'hypothèse insistent aussi sur l'absence de découverte archéologique probante (matériel daté par stratigraphie et typologie[71]) et sur le caractère exceptionnel qu'occuperait ce site dans la typologie des oppida celtiques de la fin de l'époque de la Tène (surface, organisation). Du 14 au 26 octobre 1996, le quartier du Pont de la Chaux est fouillé par l'État, qui veut y installer une ZAC, sans concertation avec l'association d'André Berthier. Celle-ci critique le rapport[72]. Pour autant les conclusions du rapport d'opération indiquent que les 31 sondages se sont révélés négatifs et ne comportent pas de traces d'occupation gauloise.

Autres sites hypothétiques proposés[modifier | modifier le code]

Dans une étude de 1985, Jean-Yves Guillaumin, proche d'André Berthier, avait souligné que seuls trois sites (Alise-Sainte-Reine, Chaux-des-Crotenay et Alaise) avaient fait l’objet d’études et de débats de niveau national[73]. À partir de la fin des années 1980, la plupart des sources secondaires et tertiaires parlent d'un débat entre Alise et le Jura[74],[75], [76],[77]. En 2003, M. Reddé signale qu'« on compte plusieurs dizaines de sites régulièrement proposés à l'attention du public », et il précise que la plupart des Alésia alternatives sont situées en Franche-Comté[78].

Pour autant, Elisabeth Rabeisen, conservateur d’Alise-Sainte-Reine, affirme en 1999 que nous disposons de 3 850 sites potentiels bien qu'elle n'en énonce que 17, proposés entre 1695 et 1984[79], quant à la médiatrice culturelle du MuséoParc Alésia, Maud Goldscheider, elle indique en 2016, sans les lister, que depuis « cent cinquante ans, plus de 1 200 sites ont déjà revendiqué être Alésia, jusque dans le sud-ouest de la France. »[80]. Parmi ceux qui ont été défendus sur la base de sources historiques, outre Alaise et Chaux-des-Crotenay, deux autres sont aussi situés dans le Jura :

  • Izernore a dès 1865 été proposé comme lieu possible de la bataille par Jacques Maissiat[81]. Il est encore défendu par Férréol Butavand, ingénieur polytechnicien originaire du village proche de Nurieux-Volognat dans les années 1930[82], puis ne fait plus parler de lui.
  • Un autre site escarpé est proposé à Salins-les-Bains[83], par un livre de Pierre et Marcel Jeandot de Mouchard, en 1974, se basant une nouvelle fois exclusivement sur les indications topographiques du récit de Jules César[84]. L'oppidum « Le Camp du Château » de Salins-les-Bains n'a finalement livré aucune trace archéologique attestant d'une occupation ou d'une bataille à l'époque de la guerre des Gaules[85], même s'il a bien abrité un important habitat celte durant la période de Hallstatt et au début de l'époque de La Tène, soit respectivement huit et quatre siècles avant les événements de la guerre des Gaules.

De nombreux sites ont été proposés sans sources historiques, ni écrites ni archéologiques. En 1936, Xavier Guichard propose de retrouver dans le toponyme Alésia l'indice d'une géométrie sacrée perdue[86], spéculations qui paraissait à l'historien Lucien Febvre du temps et de la peine perdus à base de calembours[87]. La commune de Guillon en Bourgogne a été proposée en 1984 comme site de la bataille par Bernard Fèvre, carrier à Guillon[88],[89]. Les structures vues comme des témoignages des fortifications par les partisans du site sont interprétées par les services locaux d'archéologie comme des épierrements agraires, des vestiges médiévaux ou plus récents encore[90]. B. Fèvre développe une interprétation ésotérique de sa découverte, la mettant en rapport avec la légende de l'Atlantide[91]. La localisation d'Alésia à Guillon est reprise par l'auteur Sylvain Tristan[92], selon qui Alésia aurait été l'héritière d'un peuple qui aurait été à l'origine des monuments mégalithiques. Elle ne repose sur aucun constat scientifiquement publié. L'hypothèse du village de Luzy, chef-lieu de l'arrondissement de Château-Chinon, dans le département de la Nièvre est également proposée[93].

Le site d'Alise Sainte-Reine : la reprise progressive des enquêtes de terrain[modifier | modifier le code]

À partir de 1905, Émile Espérandieu mène des fouilles régulières au Mont-Auxois. Ces campagnes, comme en 1911 et 1912, sont d'abord limitées[94]. Il pense identifier plusieurs destructions successives de la ville d'Alésia et plusieurs batailles dans l'antiquité : celle de César, une sous les empereurs Julio-Claudiens, une autre à la fin du IIe siècle, une autre encore vers 275 et une dernière enfin au IVe siècle. On sait désormais que ces destructions supposées sont en fait très hypothétiques, étant déduites ou supposées à partir de traces très ponctuelles, notamment pour les destructions postérieures à celle de César.

Après 1908, c'est Jules Toutain qui reprend la direction des fouilles à Alise, en association avec Victor Pernet d'abord, puis seul, et ce jusqu'en 1958[95]. Les fouilles, qui ont lieu sur le plateau, révèlent surtout la ville gallo-romaine mais se heurtent aussi à des difficultés matérielles[96]. Toutain défend régulièrement la localisation à Alise arguant d'un faisceau de preuves lui permettant de dire que le doute s'évanouit[95]. Jusque vers 1950, le dossier d'Alise ne connaît donc pas de bouleversement important, l'intégralité des fouilles du XIXe siècle n'étant alors pas contestée. Le bimillénaire de la bataille en 1949 suscita cependant un nombre important de publications dont plusieurs réfutations de la thèse d'Alaise[97]. Dans ces publications, la toponymie est avancée comme un argument en faveur d'Alise, dans un problème déjà résolu, selon l'expression utilisée par Raymond Lantier dans son bilan des recherches archéologiques publié en 1953[98].

À la fin des années 1950, cette situation change assez rapidement. Ce sont d'abord les analyses numismatiques de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu qui démontrent l'authenticité des trouvailles monétaires effectuées au XIXe siècle sur le site d'Alise[99]. Les découvertes de Colbert de Baulieu sont rapidement prises en compte par Jérôme Carcopino dans son ouvrage sur la bataille d'Alésia et apportent un argument fort pour la localisation à Alise : le site a bien abrité, à la fin de la guerre des Gaules, un atelier monétaire de crise, émettant des monnaies de Vercingétorix, utilisant même les coin des monnaies d'or pour frapper des monnaies de bronze.

Dans la même période, la redécouverte et la publication d'archives des fouilles du Second Empire révèlent leur précision et donne un aperçu plus précis de ce qui avait été alors dégagé[100],[26],[29],[101], précisant notamment la topographie des considérables structures de siège repérées alors (fossés, palissades, camps, tours).

Canthare en argent trouvé à Alise lors des fouilles de septembre 1862 dans le fossé extérieur de la circonvallation des Laumes[102]. Il est aujourd'hui exposé au Musée d'archéologie nationale.

Enfin, à partir de 1958, Joël Le Gall consacre nombre de recherches historiques au site d'Alise[101]. Revenant sur les destructions multiples supposées, il n'identifie formellement qu'un épisode, à l'époque de Septime Sévère[103]. Il publie de nouvelles découvertes archéologiques et surtout met systématiquement en rapport les fouilles passées, surtout les archives des fouilles du Second Empire et les nouveaux apports de l'archéologie : nouveaux objets, nouvelles méthodes.

En 1963, dans Alésia. Archéologie et histoire, il s'attache à présenter l'état des connaissances archéologiques du site d'Alise[104], entraînant dès la fin des années 1960 la conviction de beaucoup d'historiens, en France et aussi ailleurs. Ainsi, à propos de son livre, André Chastagnol dit en 1969 : « l'identification ne saurait plus désormais être remise en question »[105]. En 1974, Joël Le Gall publie l'une des tessères portant le nom des Alisienses, habitants d'Alésia[106]. Ses travaux portent aussi sur la publication des textes antiques concernant le site[107] et surtout sur la publication, en 1989, des archives des fouilles de Napoléon III[108]. Ces archives montrent la minutie et la précision des fouilles menées par la commission de 1861 et par contraste le côté brouillon de celles menées par Stoffel, qui procédait cependant à une toute autre échelle[109]. À cette date toutefois, la fiabilité des découvertes du Second Empire a reçu une autre confirmation. Les décennies suivant 1960 connaissent aussi le développement de la prospection aérienne. Les photographies prises par René Goguey au cours de multiples survols du Mont Auxois révèlent les très nombreux dispositifs de sièges que les tranchées des fouilles du XIXe siècle avaient recoupées[110],[111]. En 1983, dans une étude consacrée au célèbre canthare en argent trouvé à Alise, Michel Lejeune montre que l'on ne peut contester l'authenticité de la trouvaille et qu'il faut exclure une fraude des fouilleurs du second empire. Il rappelle toutefois que cela n'entraîne pas une certitude absolue sur sa date, l'objet précieux ayant pu être enfoui par son propriétaire bien après la bataille[112]. En 1987, la Revue historique des armées publie un dossier sur « Alésia au Mont-Auxois »[113] qui fait le point sur l'état des connaissances acquises à l'époque par les spécialistes[114].

La question après les fouilles franco-allemandes d'Alise[modifier | modifier le code]

Les nouvelles fouilles[modifier | modifier le code]

Dans la perspective d'une mise en valeur du site d'Alise, la direction archéologique du ministère de la Culture propose en 1990 la reprise de fouilles importantes[115]. C'est l'occasion de reprendre avec des méthodes contemporaines l'exploration scientifique du site, et la possibilité de trancher les querelles ouvertes par Berthier sur la localisation. Sous la direction du ministère de la Culture français et en collaboration avec la Römisch-Germanische Kommission de l'institut archéologique allemand, un programme de fouilles commence en 1991 sous la direction de Michel Reddé et de Siegmar von Schnurbein. Il s'achève en 1997.

Des sondages préliminaires sont exécutés durant l'année 1990, et les années suivantes voient des campagnes de fouilles plus conséquentes : trois mois en 1991 et en 1992 durant lesquels est pratiquée l'exploration archéologique de grandes surface planes. Un premier bilan est présenté en 1993 à l'Académie des inscriptions et belles lettres[115].

Un consensus dans la communauté des historiens et archéologues[modifier | modifier le code]

La dédicace de Martialis avec la mention « Alisiia », exposée au MuséoParc Alésia, Alise-Sainte-Reine en Côte-d'Or, Bourgogne-Franche-Comté.

Les fouilles réalisées sur le site d'Alise-Sainte-Reine dans les années 1990, et la publication de leurs résultats en 2001[116] tranchent définitivement la question pour la communauté scientifique des historiens et archéologues. Leur apport a été entériné dans des ouvrages de référence issus de coopérations scientifiques internationales[117] et en particulier dans un colloque international qui a comparé les approches scientifiques et archéologiques des champs de bataille d'Alésia et de Teutoburg[118]. Les fouilles d'Alésia permettent le développement d'une archéologie du champ de bataille et offrent un site de référence pour la datation des artefacts.

L'historien Maurice Sartre n'en prophétise pas moins que :

« [l]es superbes volumes qui présentent les résultats des fouilles franco-allemandes des années 1991-1997 ne mettront pas un terme à cette polémique ignorée à l'étranger puisqu'elle relève du fantasme, non de la recherche scientifique. (...) Gageons (...) qu'en dépit de toutes les preuves accumulées, des Alésia fantasmatiques continueront longtemps d'apparaître aux endroits les plus improbables, pour le bonheur de leurs inventeurs et des journalistes en mal de copie. C'est que, contre les mythes, l'historien reste impuissant[119]. »

L'archéologue, philologue et historien Michel Reddé observe que ce type de polémique trouve un terreau favorable dans le cadre de « la professionnalisation récente de l'archéologie, inévitable et nécessaire ». Autrefois « peu structurée autour de grands laboratoires de recherche ou d'une administration patrimoniale ayant une large capacité d'intervention sur le terrain » au profit d'un « réseau dense d'amateurs et d'associations savantes locales », l'archéologie métropolitaine s'agence actuellement selon un schéma exactement inverse. Les difficultés de financement des sociétés savantes s'ajoutent à la part congrue qu'elles occupent aujourd'hui sur le terrain des fouilles. En conséquence, Michel Reddé relève que :

« Cette situation crée d'inévitables conflits d'intérêts avec les professionnels, et l'on met volontiers en regard les sommes réputées fantastiques investies dans les récentes fouilles franco-allemandes autour du Mont-Auxois, commandées par le Ministère de la Culture, avec le refus du site de Syam d'une autorisation de fouille accompagnée de moyens adéquats. Ceci alimente nécessairement la thèse d'un complot. À la vérité « officielle » on oppose donc une recherche pauvre, mais faite d'intuition, de bon sens, de bonne volonté et d'enthousiasme. Au mandarin universitaire, réputé sûr de lui, on préfère l'image sympathique de l'amateur persécuté, car tout homme qui sait le latin et est doué d'un sens aigu de l'observation peut faire des fouilles archéologiques. Du moins le croit-on volontiers. C'est là une vision naïve et obsolète de la recherche, qui conduit à de terribles mécomptes, et explique, notamment, la grande déficience technique des sondages pratiqués à Syam / Chaux-des-Crotenay, qu'illustre involontairement, mais cruellement, la publication consacrée à ce site par ses inventeurs [à savoir l'ouvrage de Danielle Porte, L'imposture Alésia, 2004][120]. »

Les polémiques médiatiques au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En décembre 2008, un reportage d'investigation intitulé Alésia, la bataille continue produit par Canal+ et portant sur les sites d'Alise-Sainte-Reine et Chaux-des-Crotenay, provoque une vive réaction parmi certains grands noms de l'archéologie française. S'ensuit un communiqué co-signé par douze scientifiques qui dénoncent la partialité du reportage, les erreurs historiques et archéologiques qui y sont commises ainsi que la tentative de promotion d'une thèse depuis longtemps récusée [121].

En mai 2014, les éditions Pygmalion publient Alésia, la supercherie dévoilée. Cet ouvrage collectif, dirigé par Danielle Porte, entend démontrer que la bataille n'a pas eu lieu à Alise-Sainte-Reine. Outre Danielle Porte (latiniste, ancien professeur de l'Université Paris IV-Sorbonne), les contributions sont l’œuvre de non-professionnels de l'histoire et de l'archéologie[122]. À la suite de cette publication, le journaliste Franck Ferrand, qui a préfacé l'ouvrage, fait paraître sur le site Vox histoire du Figaro, une chronique titrée « Site d'Alésia : admettons la vérité ! »[123].

Jean-Louis Brunaux, Yann Le Bohec et Jean-Louis Voisin, trois enseignants-chercheurs en archéologie et en histoire, répondent le à cette chronique : « Non Franck Ferrand, le site d'Alésia n'est pas une supercherie ». Ils rappellent l'imprécision du texte de César, le caractère minutieux des fouilles successives (originellement sous Napoléon III puis par l'équipe franco-allemande entre 1991 et 1997) ainsi que l'ensemble des découvertes archéologiques effectuées à Alise-Sainte-Reine par contraste avec le site de Chaux-des-Crotenay qui ne comporte aucun élément antérieur à l'époque gallo-romaine. Partant, Brunaux, Le Bohec et Voisin observent que « cette querelle n'émeut aucun historien de l'Antiquité en France et hors de France : le Barrington Atlas du monde grec et romain édité par l'université de Princeton qui fait autorité en la matière situe Alésia là où elle doit être, au Mont Auxois. Et personne parmi les archéologues et les spécialistes de l'Antiquité n'a pensé à rectifier cette localisation[124]. »

Anticipant la réaction de Franck Ferrand « et consort », les trois chercheurs notent que leurs contradicteurs adoptent la posture de frondeurs solitaires luttant pour une vérité historique censément dissimulée par des institutions fantasmées. Brunaux, Le Bohec et Voisin pointent ainsi le fait que le journaliste croit dénoncer une soi-disant « histoire "officielle" » dispensée par de prétendus « mandarins » qui souhaiteraient « étouffer une voix discordante[124]. »

En août 2016, vingt-et-un chercheurs, principalement issus d'universités ou d'unités de recherche, rédigent et envoient un manifeste à plusieurs journaux ainsi qu'à divers élus francs-comtois[125]. Ils y expriment leur exaspération face aux contre-vérités proférées par les défenseurs du site de Chaux-des-Crotenay. Dans ce message de quatre pages, ils récapitulent l'histoire de la polémique, rappellent que les éléments permettant la localisation du siège à Alise-Sainte-Reine sont nombreux et probants, puis invitent les associations de défense du site de Chaux à tourner leur regard vers l'oppidum du Mont Rivel dont la qualité archéologique est incontestable. Ils expriment aussi la crainte que le peu de fonds disponible pour l'archéologie française soit détourné au profit d'une recherche peu sérieuse[126].

Dans un texte daté du et publié par L'Est républicain, vingt-cinq chercheurs universitaires reviennent plus précisément sur certains éléments textuels, puis s'attardent sur l'historique des fouilles entreprises à Chaux-des-Crotenay en dénonçant le peu de résultats obtenu et leur non-publication. Les signataires affirment que Berthier « s’est trompé sur toute la ligne » et demandent aux défenseurs du site d'élaborer un projet scientifique rigoureux pour valoriser un patrimoine archéologique réel se rattachant à l'antiquité tardive et à la période médiévale. Estimant également que la communauté archéologique est lassée par cette polémique, ils demandent qu'elle cesse d'être soutenue par la presse comme par certains pouvoirs publics[127].

Le 21 novembre 2016, l'association archéojurasites, s'estimant particulièrement visée par les manifestes des universitaires et les articles de l'Est-républicain, met à disposition du grand public un argumentaire dénonçant ce qu'elle considère comme des contre-vérités et des approximations dans les textes cités. Elle réfute les données comptables fournies par les auteurs des manifestes et s'insurge sur le fait qu'on tente par ces moyens d'empêcher la réalisation d'une investigation LIDAR sur le territoire de Chaux-des-Crotenay[128]. Il faut cependant noter qu'une première prospection LIDAR a déjà été menée (mais non publiée) par l'équipe de Danielle Porte, comme en attestent les nombreuses allusions sur son site personnel[129].

Chronologie des recherches[modifier | modifier le code]

  • 1784 : Alise : recherches de Pierre Laureau, écuyer du comte d'Artois[16].
  • 1839 : découverte à Alise de l'inscription mentionnant ALISIIA (CIL XIII, 2880) ajouta un élément important pour l'identification du site[130].
  • 1855 : Alphonse Delacroix présente un mémoire s'appuyant principalement sur les textes anciens, dont l'Histoire Romaine, de Dion Cassius. « Dion Cassius confirma de nouveau, et de la manière la plus précise, mes prévisions »[131], pour estimer que le site ne peut être Alise[132]. Il penche pour Alaise, dans le massif du Jura : « Dion Cassius confirma de nouveau, et de la manière la plus précise, mes prévisions »[133].
  • 1856 : un livre de Victor Revillout passe au crible les deux sites d'Alise et d'Allaise, sur le critère d'une confrontation aux écrits de César, et rejette les deux[134]. C'est à partir de ce livre que des recherches s'orientent aussi vers l'est du pays, plus compatible avec les écrits de César que la Bourgogne.
  • 1861 : l'empereur Napoléon III programme des fouilles autour du Mont Auxois, qui mettent au jour de nombreuses structures de contrevallation entourant et enserrant le Mont Auxois, des camps fortifiés, plusieurs centaines d'armes romaines, celtiques et germaniques, ainsi que des monnaies de Vercingétorix.
  • 1862 : Alise-Izernore, dans le Jura est proposé comme lieu possible par un livre d'A. Gravot, publié par Armand Le Chevalier. Choqué par la promotion d'Alise Sainte-Reine, l'auteur s'y adresse à Napoléon III pour dénoncer l'incompatibilité avec les écrits de César[135].
  • 1866 : l'empereur Napoléon III finit et publie sa grande œuvre l'« Histoire de Jules César ».
  • 1905 : Émile Espérandieu mène des fouilles à Alise, au Mont-Auxois, il met notamment au jour une partie des vestiges gallo-romains de l'agglomération.
  • 1908 : Jules Toutain prend la direction des fouilles à Alise, au Mont-Auxois, en association avec Victor Pernet
  • fin des années 1950: analyses numismatiques de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu démontrant l'authenticité des trouvailles monétaires du XIXe siècle sur le site d'Alise[99], prouvant ainsi que des "monnaies de crise" à l'effigie de Vercingétorix ont bien été frappées au Mont Auxois.
  • 1936 : grand succès de César, portrait magistral par Jérôme Carcopino, faisant suite à son « Points de vue sur l'impérialisme romain » (1934). Carcopino est nommé peu après directeur de l'École française de Rome.
  • 1941 : Jérôme Carcopino, ministre, fait voter l'importante loi du 27 septembre 1941 sur les fouilles archéologiques, dite « loi Carcopino ».
  • 1945 : Seule la première de deux « lois Carcopino » validée, par l'ordonnance du 13 septembre 1945
  • 1958: Joël Le Gall consacre nombre de recherches historiques au site d'Alise[101].
  • 1958: Jérôme Carcopino publie Alésia où les ruses de César, réédition de son César de 1936, visant à clore définitivement la polémique: il explique avoir trouvé des sources disant que les Mandubiens sont des « Séquanes de l'Ouest »[136] et que Vercingétorix a joué sans méfiance, avec une inconscience absolue, le jeu auquel César s'était proposé de l'acculer, pour se réfugier sous l'illusoire protection d'Alésia, tandis que « César a lu avec la même surprenante perspicacité entre les lignes du terrain et dans l'esprit des hommes » pour l'amener « sur l'emplacement prédestiné d'Alésia...comme 18 siècles plus tard Napoléon attira les Autrichiens à Austerlitz »[137].
  • 1966 : André Berthier adresse un mémoire de critiques à Jérôme Carcopino après des fouilles à Chaux-des-Crotenay (Jura), autorisées par André Malraux mais pas par la Direction nationale des antiquités.
  • 1974 : un livre[138] propose le site de Salins-les-Bains, également dans le Jura, en estimant que le « Mand » de « mandubiens », pouvait faire référence au sel[139].
  • Années 1990 : campagnes de fouilles massives à Alise Sainte-Reine menées sous la direction conjointes de Michel Reddé et de Siegmar Von Schnurbein. Ces fouilles reprennent les travaux sur la topographie d'Alésia menés sous Napoléon III, et retrouvent ainsi tous les fossés de contrevallation de César, les aménagements de siège, les grands fossés, des armes. Elles mettent un terme scientifique - mais pas médiatique - au débat sur la localisation du siège.
  • mai 2014 : parution d'Alésia, la supercherie dévoilée (éditions Pygmalion), ouvrage collectif dirigé par Danielle Porte, préfacé par Franck Ferrand. Critique l'identification d'Alésia au site archéologique d'Alise en Bourgogne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Lemme et la Saine sont deux rivières qui coulent de part et d'autre du site et confluent : elles font partie du « portrait-robot » établi par André Berthier à partir des descriptions de César dans la Guerre des Gaules.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Petite histoire d’une statue peu ordinaire » [PDF], sur MuséoParc Alésia (consulté le 24 novembre 2014).
  2. Reddé, Michel Von Schnurbein, Siegmar, Fouilles et recherches nouvelles sur les travaux du siège d'Alésia, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993, vol. 137-2, p. 281-314.
  3. Anne Lehoërff, Préhistoires d'Europe : de Néandertal à Vercingétorix, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 608 p. (ISBN 978-2-7011-5983-6), chap. 12 (« Inventer la ville en Europe tempérée et intensifier l'agriculture »), p. 469, « Ainsi récemment une latiniste française, soutenue par un animateur populaire de radio, parvint encore à relancer le sujet, pourtant clos scientifiquement, depuis les années 1990, grâce aux fouilles franco-allemandes et aux travaux de chercheurs incontestés dans le domaine. »
  4. Ch. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Actes sud/Errance, 2001, pp.  94-99
  5. J. Le Gall, La bataille d'Alésia, Publications de la Sorbonne, Paris, 2000, p. 19.
  6. Plutarque, la Vie de Jules César, 26. D'après R. Weill dans J. Le Gall, E. de Saint-Denis, R. Weil, J. Marilier, Alésia, Textes littéraires antiques et textes médiévaux, Paris, 1973, p.  64.
  7. Dion Cassius, Histoire romaine, XL, 39. D'après R. Weill dans J. Le Gall, E. de Saint-Denis, R. Weil, J. Marilier, Alésia, Textes littéraires antiques et textes médiévaux, Paris, 1973, p.  75.
  8. « Car enfin nous chercherions en vain dans le livre VII du bello gallico... les chemins qu'il a empruntés avant de se heurter à Vercingétorix » J. Carcopino, Alésia et les ruses de César, Paris, Flammarion, 1958, p. 188
  9. « Nous ignorons où a eu lieu la bataille de cavalerie... les indications données par les commentaires sont tellement vagues qu'elles peuvent s'appliquer à maints paysages entre lesquels il est impossible de choisir » J. Le Gall, Alésia - Archéologie et Histoire, Fayard, 1963, p. 76-77
  10. « L'emplacement de cette bataille de cavalerie n'est toujours pas assuré » J.-L. Voisin, Alésia - Un village, une bataille, un site, Éditions de Bourgogne, 2012. p. 49
  11. « Ce membre de phrase du bellum gallicum a été souvent disséqué et utilisé pour prouver qu'Alésia se trouvait à l'est ou à l'ouest de Langres, en Côte d'Or ou dans le Jura. On voit qu'il ne permet pas de trancher » Y. Le Bohec, Alésia -52 avant J.-C., Taillandier, 2012, p. 75-76
  12. a et b Reddé 2003, p. 69.
  13. Heric d'Auxerre, Translation et Miracles de Ste Reine: "Tu quoque Caesareîs fatalis Alesia castris"
  14. J. Le Gall, E. de Saint-Denis, R. Weil, J. Marilier, Alésia, Textes littéraires antiques et textes médiévaux, Paris, 1980, p.  91 .
  15. Reddé 2003, p. 70.
  16. a, b et c Alain Schnapp dans Réddé et von Schnurbein 2008, p. 19.
  17. Louis des Ours de Mandajors, Éclaircissements sur la dispute d’Alise en Bourgogne et la ville d’Alez, capitale des Cévennes en Languedoc, au sujet de la fameuse Alésia assiégée par César, Avignon, .
  18. Ch. Maillard de Chambure, « Rapport sur les fouilles faites à Alise en 1839 », Mémoire de la commission des antiquités du département de la Côte-d’or, Académie des Sciences Arts et Lettres de Dijon, no 1,‎ , p. 101-127 (ISSN 0249-6747, lire en ligne) : « Quoique Strabon, et après lui plusieurs géographes, aient cru trouver ailleurs que sur le mont Auxois les ruines d’Alise, il est bien reconnu aujourd’hui que cette ville, chef-lieu des Mandubiens, au territoire des Éduens, s’étendait sur le plateau de la montagne dont la position est ainsi décrite par César […]. Cette montagne est le mont Auxois. » (p. 102-103). De l’inscription, il dit qu’« elle fixe irrévocablement l’identité, contestée jadis par Strabon, et depuis par un grand nombre de géographes et d’antiquaires modernes. » (p. 126).
  19. "Cependant les indigènes sont loin d'avoir une faible estime de leur pays. Ils conservent la tradition qu'Alaise fut jadis une ville, un refuge dans de grands événements" A. Delacroix, "Découverte d'Alésia", Mémoire de la société d'émulation du Doubs, 1855, p. 15 (reproduit dans Reddé 2003, p. 76.)
  20. Desjardins 1859, p. 127-129.
  21. Jules Quicherat, L'Alésia de César rendue à la Franche-Comté : réfutation de tous les mémoires pour Alise lue à la Société Impériale des antiquaires de France dans ses séances du 13 et du 20 mai 1857, L. Hachette et Cie, (lire en ligne)
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 8a
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 (lire en ligne)
  24. a et b Ernest Nègre, op. cit.
  25. NPAG, I, 28a.
  26. a et b J. Harmand, « Les travaux de la Commission de la topographie des Gaules autour d'Alésia et l'album inédit conservé au Musée des Antiquités nationales », CRAI, 1960, 104, p. 107-115 lire ligne
  27. J. Harmand, op. cit., p. 111-112
  28. J. Harmand, op. cit., p. 112
  29. a et b J. Le Gall, « Nouveaux aperçus sur les fouilles d'Alésia sous le Second Empire », CRAI, 1961, 105-1, p. 73-79 lire en ligne
  30. J. Le Gall, op. cit., 1961, p. 76
  31. « Séance du 24 juillet 1913 : inventaire bibliographique des enceintes de France, XXIII Côtes d’Or », Bulletin de la Société préhistorique française, 1913, vol. 10, no 7, p. 404-418lire en ligne
  32. a et b Victor Revillout, Alaise, Alise, ni l'une ni l'autre ne peut être Alesia : Études critiques d'histoire et de topographie, A. Durand, , 71 pages p. (lire en ligne)
  33. M. Reddé, "La querelle d'Alésia, hier et aujourd'hui", dans M. Reddé et S. von Schnurbein dir., Alésia et la bataille du Teutoburg : un parallèle critique des sources, Institut historique allemand, 2008, p. 154
  34. L’énigme d’Alésia. Solution proposée d’après le livre VII des Commentaires de César, Armand Colin, Paris, 1922 (sous le nom de Christophe) ; Pour Alésia contre Alisiia : un mot de réponse de G. Colomb à M. Jules Toutain, Colin, Paris, 1926 ; Vercingétorix : Histoire du pays gaulois depuis ses origines jusqu’à la conquête romaine, Fayard, Paris, 1947 (sous le nom de Christophe) ; La Bataille d’Alésia, Marque-Maillard, Paris, 1950
  35. L. Febvre, « Activités régionales », Annales, 1951, 6,1, p. 84n.2 lire en ligne
  36. Gérard-Varet 1962, p. 244.
  37. M. Reddé, Alésia. l'archéologie face à l'imaginaire, Paris, 2003, p. 81
  38. E.W.Marsden, C.R. de Jérôme Carcopino, Alésia et les ruses de César, Journal of Roman Studies, 49, 1959, p. 185
  39. http://laportj.club.fr/maghreb/BerthierAndre.doc.
  40. L'Est républicain du 7 décembre 2014 [1]
  41. Une mosaïque solaire à Constantine, dans Mélanges Carcopino, Hachette, Paris, 1966, p. 113-124 ou Jérôme Carcopino et Tiddis, Hommage à la mémoire de Jérôme Carcopino, Soc. Arch. de l'Aube, Les Belles Lettres, Paris, 1977.
  42. « André s'intéressait-il depuis longtemps à la situation d'Alesia ? ça le tracassait depuis longtemps parce que, voyageant par le train, on passait régulièrement au pied du mont Auxois dominé par la statue de Vercingétorix. Il ne peut pas s'être passé quelque chose ici, on ne peut loger 80.000 hommes là-dessus ! C'est là l'origine de son scepticisme.» Daniel Coulon, André Berthier, un homme, une œuvre , Estimprim, 2012, p. 44, voire aussi Alésia, par André Berthier et André Wartelle, Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1990, p. 13-14
  43. "La méthode du portrait-robot", par André Berthier [2]
  44. "La méthode du portrait-robot", par André Berthier, page 1 [3]
  45. Reddé 2003, p. 113-114
  46. Berthier 1987.
  47. "Les annales d'Alésia, la méthode du portrait-robot dans la recherche d'Alésia", par André Berthier, page 4 [4]
  48.  « J. Carcopino a eu raison d'appeler la description d'Alésia par César  un petit chef-d’œuvre d'exactitude et de transparence descriptive  ». Alésia, André Berthier et André Wartelle, Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1990, p.133
  49. « La plaine n'est pas « à proximité » mais elle est devant l'oppidum (ante id oppidum) ; les hauteurs ne sont pas placées n'importe comment « alentour » mais elles ceinturaient (cingebant) l'oppidum, à même altitude (pari altitudinis fastigio), laissant un faible intervalle de bord à bord (mediocri spatio interjecto). Cet oppidum, les deux rivières ne le bordaient pas tout simplement, mais elles en lavaient (subluebant) le pied ».Alésia, André Berthier et André Wartelle, 1990, p. 133
  50.  « Devant la ville s'étendait une plaine d'environ trois mille pas de longueur ». B.G. 7, 69. « Pendant les travaux, il y eut un combat de cavalerie dans cette plaine entourée de collines et qui s'étendait dans un espace de trois mille pas, comme nous l'avons dit plus haut ». B.G. 7, 70. « Ayant le lendemain fait sortir la cavalerie de leur camp, ils couvrent toute cette plaine que nous avons dit avoir trois mille pas d'étendue ». B.G. 7, 79.
  51.  « Cuius collis radices duo duabus ex partibus flumina subluebant ». B.G.7, 69, 2.
  52.  « Au confluent de la Saine et de la Lemme, à l'endroit où la plaine de Syam aurait pu s'allonger, elle nous est apparue obstruée par une imposante masse montagneuse dressant un mur presque vertical de 250 m de hauteur. Un site privilégié se détachait tout à coup sur la carte et s'isolait de lui-même ». Berthier et André Wartelle 1990, p. 141
  53. André Berthier et André Wartelle, Alésia, 1990, p. 16
  54. Actualité de l'histoire [5]
  55. Marie-Pierre Rothé, Carte archéologique de la Gaule 39 : le Jura, CNRS, Paris, 2001, p. 334 et p. 683
  56. Reddé 2003, p. 120-124 et Alésia retrouvé, site internet défendant le site de Chaux par Jean-Pierre Picot. Voir aussi pour les dernières fouilles au début des années 1990, la Carte archéologique de la Gaule 39, aux pages Syam et Crans.
  57. Berthier 1987, p. 277-300.
  58. André Berthier et André Wartelle, Alésia, Nouvelles éditions latines, Paris, 1990.
  59. Chapitre « Alésia identifiée » dans Franck Ferrand, L'histoire interdite, Tallandier, 2008, p. 15-57.
  60. Chapitre « Alésia identifiée » dans Franck Ferrand, L'histoire interdite, Tallandier, 2008, p. 65.
  61. Photographies de pierres interprétées par les partisans de la localisation de la bataille à Chaux comme des dolmen-menhirs
  62. Site de Jean-Pierre Picot
  63. Archives Berthier sur le site Archeojurasites
  64. Gilbert-Charles Picard, « Alésia ou comment résoudre un problème qui n'existe pas », Actes du 109e congrès national des sociétés savantes, Dijon, t. I : la Bourgogne : Études archéologiques, CTHS, Paris, 1984, p.  273-276
  65. Adam 1984, p. 261-275.
  66. Marie-Pierre Rothé, Carte archéologique de la Gaule 39 : le Jura, CNRS, Paris, 2001, p. 334 et p. 683, elle signale aussi qu'un fanum commémoratif serait en fait médiéval suivant les travaux de l'archéologue Chr. Meloche
  67. Marie-Pierre Rothé, Carte archéologique de la Gaule 39 : le Jura, CNRS, Paris, 2001, p. 286.
  68. Michel Reddé, Alésia. L'archéologie face à l'imaginaire, Paris, 2003, p. 115-116
  69. Reddé 2003, p. 115 il estime que le sens de certains termes latins a été surinterprété ou forcé pour coller à la géographie physique du site
  70. Reddé 2003, p. 115 : « La circonférence d'Alésia n'est, à aucun moment, précisée dans le texte latin. »
  71. voir encore Marie-Pierre Rothé, Carte archéologique de la Gaule 39 : le Jura, CNRS, Paris, 2001, p. 335 sur la confusion faite par André Berthier entre la céramique campanienne et la céramique commune lisse noire.
  72. Rapport AFAN - sondages à Pont-de-la-Chaux - Archives Berthier [6]
  73. Isarnodurum, une ville antique [7]
  74. "La Bourgogne inaugure un "MuséoParc" sur Alésia sans éteindre la polémique" par l'AFP, le 17/03/2012 [8]
  75. "La bataille d'Alésia n'est pas terminée", par Florian Fayolle, dans "Challenges", le 12-05-2014 [9]
  76. "Alésia: en Bourgogne ou dans le Jura ?" par Frédéric de Monicault, dans Historia
  77. "La bataille d’Alésia", dans Le Républicain lorrain du 31/12/2014
  78. Reddé 2003, p. 109-111
  79. Elisabeth Rabeisen, « Comment identifier un site aujourd’hui, des Alesia par dizaines », Historia, n° 627, mars 1999, p. 51-53.
  80. Le Progrès, août 2016 : Plus de 1200 sites ont revendiqué Alésia
  81. Jacques Maissiat, Jules César en Gaule, J. Hetzel, Paris, 1865
  82. Férréol Butavand, La Vérité sur Alésia, Paris, Charles-Lavauzelle et Cie, , 64 p. (notice BnF no FRBNF34091280), p. 62.
  83. P. Jeandot, Les Mandubiens et leur Alésia, Sarreguemines, 1974
  84. "Trois questions à la présidente de l'Association scientifique et historique du Pays de Salins les bains, dans l'Hebdo 3 [10]
  85. Reddé 2003, p. 118.
  86. Guichard, Xavier. Eleusis Alesia. Enquête sur les origines de la civilisation européenne. 1936. (OCLC 25839001)
  87. L. Febvre, "Activités régionales", Annales, 1951, 6,1, p. 84n.2 lire en ligne
  88. Fabien Gruhier, « On se bat toujours pour Alésia », Nouvel Observateur, 20 janvier 1984.
  89. Complexe du siège d'Alésia en Terre-Plaine, Association Alexandre Parat, décembre 1997, ISSN|1159-9359
  90. Fontaine 2007, p. 391-396.
  91. Fontaine 2007, p. 396.
  92. Tristan, Sylvain. Les Lignes d'or. Pourquoi TOUTES les capitales des premières grandes civilisations furent érigées sur ces axes. 2005. Paris: Alphée. (ISBN 2-753-80050-2)
  93. Trésors de l’Histoire, février-mars 2009, no 230, L'alésia Nivernaise, par Jean-Paul Lecomte, p. 6, 7, 8
  94. J. Le Gall, « Nouveaux aperçus sur les fouilles d'Alésia sous le Second Empire », CRAI, 1961, 105-1, p. 75 lire en ligne
  95. a et b Gérard-Varet 1962, p. 222.
  96. Gérard-Varet 1962, p. 234.
  97. Marcel Renard, « Notes d'archéologie gallo-romaine », Revue belge de philologie et d'histoire, 29-2-3, 1951, p. 676-677 Lire en ligne
  98. Raymond Lantier, « Recherches archéologiques en Gaule en 1951 (suite) », Gallia, 11-2, 1953, p. 327-328 Lire en ligne
  99. a et b Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, « La Localisation d'Alésia et la numismatique gauloise », Ogam, 1956, no 2, p. 111-136-pl. 4-7 voir aussi « Epilogue numismatique de la question d'Alésia », Mélanges d'archéologie et d'histoire offerts à André Piganiol, Paris, 1966, p. 321-342 ainsi que « Les Monnaies de bronze de Vercingétorix : faits et critique », Cahiers numismatiques, 1967, no 13-déc. - p. 356-372
  100. Joseph Joly, « Un plan inédit des recherches faites par Stoffel devant Alésia sous le Second Empire », CRAI, 1956, 100-2, p. 144-147 lire en ligne.
  101. a, b et c Le Gall 1963, p. 294-300.
  102. Reddé 2003, p. 180.
  103. Le Gall 1963, p. 297.
  104. J. Le Gall, Alésia. Archéologie et histoire, Fayard, Paris, 1963.
  105. A. Chastagnol, compte-rendu de J.Le Gall, op. cit., 1963 dans Annales, 1969, 24, 2, p. 441-443 [11]
  106. J. Le Gall, "Une tessère en plomb trouvée à Alésia en 1970…", B.S.N.A.F., 1974.
  107. J. Le Gall, E. de Saint-Denis, R. Weil, J. Marilier, Alésia. Textes littéraires antiques et textes médiévaux, Paris, 1980, p. 139-141
  108. J. Le Gall, Fouilles d'Alise-Sainte-Reine, 1861-1865, Institut de France, A.C.A.I., Paris, 1989
  109. M. Reddé et R. Goguey, "Les recherches actuelles : César devant Alésia", dans Vercingétorix et Alésia, Paris, 1994, p. 247
  110. Le Gall 1963, p. 298.
  111. R. Goguey, « Alésia : les travaux de César sur la montagne de Bussy d'après les dernières révélations de la photographie aérienne », CRAI, 1991
  112. Michel Lejeune, « Le canthare d’Alise, nouvelles discussions sur les avatars et sur l’origine du vase » Monuments et Mémoires. Fondation Eugène Piot, 66, 1983. Compte-rendu dans les CRAI 1983, 127, 4, p. 618-619 lire en ligne
  113. Revue Historique des Armées 1987, 2, « Dossier Alésia au Mont Auxois » avec des contributions de J. Le Gall, J. Benard, A. Duval, S. Deyts, A. Deyber, J.-B. Colbert de Beaulieu, M. Mangin.
  114. Bref compte-rendu par Pierre Lévêque dans les Dialogues d'Histoire anciennelire en ligne
  115. a et b M. Reddé, S. Von Schnurbein, « Fouilles et recherches nouvelles sur les travaux du siège d'Alésia », CRAI, 137-2, 1993, p. 281-314 lire en ligne
  116. Michel Reddé et S. von Schnurbein (dir.) et alii, Fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du mont Auxois (1991-1997), Mémoire de l'académie des inscriptions, 2 vol., Paris, 2001 [12]
  117. L'Architecture de la Gaule romaine : Les fortifications militaires, DAF 100, Paris, 2006.
  118. Reddé et von Schnurbein 2008, p. 1-365.
  119. Sartre 2001, p. 58-61.
  120. Michel Reddé, « La querelle d'Alésia, hier et aujourd'hui », dans Reddé et von Schnurbein 2008, p. 160, [lire en ligne].
  121. Voir sur le site d'Hérodote.net : Alésia : quand investigation rime avec désinformation...
  122. À savoir : Éric de Vaulx (vétérinaire), Régis Sébillotte (retraité des sociétés autoroutières), Yannick Jaouen (chargé d'études dans le BTP), Bernard Gay (retraité de l'armée), Jacques Rodriguez (professeur au Conservatoire), René Marchand (journaliste de presse halieutique), Arnaud Lerossignol (secteur bancaire) et François Chambon (architecte).
  123. Le Figaro.fr. Figaro Vox Histoire. Publié le 22/05/2014, [13]
  124. a et b « Non Franck Ferrand, le site d'Alésia n'est pas une «supercherie» », sur Figaro Vox Histoire,
  125. Le Progrès, août 2016 : Alésia se trouve à Alise-Sainte-Reine et pas dans le Jura.
  126. Voix du Jura, aout 2016 : Réaction de l'archéologue Philippe Barral.
  127. L'Est républicain, novembre 2016 : 25 archéologues comtois enfoncent le clou pour démonter la thèse de l’Alésia dans le Jura.
  128. Réponses de l'association Archéojurasites
  129. « Nous partîmes cinq cents... », sur janua52.blogspot.fr (consulté le 21 février 2017)
  130. Ch. Maillard de Chambure, « Rapport sur les fouilles faites à Alise en 1839 », Mémoire de la commission des antiquités du département de la Côte-d’or, Académie des Sciences Arts et Lettres de Dijon, no 1,‎ , p. 101-127 (ISSN 0249-6747, lire en ligne)
  131. Delacroix 1860, p. 15.
  132. Delacroix 1860.
  133. Delacroix 1860, p. 19.
  134. Victor Revillout, Alaise, Alise, ni l'une ni l'autre ne peut être Alesia : Études critiques d'histoire et de topographie, A. Durand, , 72 p. (lire en ligne)
  135. A. Gravot, Étude sur l'Alesia de César: Alise-Izernore (Ain), Éditions Armand Le Chevalier, (lire en ligne), p. 95
  136. Reddé 2012, p. 111.
  137. " Alise Sainte-Reine est bien l'Alésia de César", fiche de lecture d'Alfred Merlin, dans Le Journal des savants", en 1958, sur le livre de Carcopino, "Alésia et les ruses de César" [14]
  138. Extraits de "LES MANDUBIENS et leur ALÉSIA", 1974, par Pierre JEANDOT [15]
  139. Contradiction toponymique de Pierre et Marcel Jeandot [16]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • XIXe siècle
  • XXe siècle
    • Armand Viré, « Séance du 24 juillet 1913 : inventaire bibliographique des enceintes de France, XXIII Côtes d’Or », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 10, no 7,‎ , p. 404-423 (OCLC 316180589, lire en ligne)
    • Alfred Merlin, « Alise Sainte-Reine est bien l'Alésia de César », Le Journal des savants,‎ , p. 103-104 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Jacques Harmand, « Les travaux de la Commission de la topographie des Gaules autour d'Alésia et l'album inédit conservé au Musée des Antiquités nationales », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 104, no 3,‎ , p. 107-115 (lire en ligne)
    • Joël Le Gall, « Nouveaux aperçus sur les fouilles d' Alésia sous le Second Empire », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 105, no 1,‎ , p. 73-79 (lire en ligne)
    • Louis Gérard-Varet, « La question d'Alésia : d'après les travaux », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 1, no 1-3,‎ , p. 221-245 (ISSN 0220-6617, lire en ligne)
    • Joël Le Gall, « Nouvelles découvertes à Alésia », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 107, no 3,‎ , p. 294-300 (ISSN 1969-6663, lire en ligne)
    • André Berthier, « La recherche d'Alésia », Actes du 109e congrès national des Sociétés savantes (Dijon 1984),‎
    • André Berthier et André Wartelle, Alésia, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 333 p. (ISBN 2-7233-0413-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Reddé, M. et al., 1995. Alésia: fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du Mont-Auxois (1991-1997) / Ph. Barral, J. Bénard, N. Benecke.... - Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : De Boccard, 2001. - (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres). - (ISBN 2-87754-117-7). Fouilles et recherches nouvelles sur les travaux de César devant Alésia (1991-1994), Mainz am Rhein, Allemagne: Philipp von Zabern.
    • Brouquier-Reddé, V., 1996. L’armée romaine en Gaule M. Reddé, ed., Paris, France: Éd. Errance.
    • Serge Lewuillon, Vercingétorix : ou le mirage d'Alésia, Paris, Éditions Complexe, , 224 p. (ISBN 978-2870277126, lire en ligne). 
    • Richard Adam, « À propos d'une nouvelle Alésia Comtoise », Revue archéologique de l'Est et du Centre-Est, vol. 35, no 137-138,‎ , p. 261-275 (présentation en ligne).
  • XXIe siècle
    • Marie-Pierre Rothé, Carte archéologique de la Gaule 39 : le Jura, CNRS, Paris, 2001.
    • Michel Reddé (dir.) et Siegmar von Schnurbein (dir.), Alésia : fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du Mont-Auxois (1991-1997), t. I : Les fouilles, t. II : Le matériel, t. III : Planches hors texte, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres », , XX-571 + 386 p. (ISBN 2-87754-117-7, présentation en ligne)
      1 disque optique numérique (CD-ROM) interactif permet de consulter des photographies aériennes.
    • Maurice Sartre, « Alésia : la dernière bataille », L'Histoire, no 260,‎ , p. 58-61 (ISSN 0182-2411, lire en ligne)
    • Michel Reddé, Alésia : l'archéologie face à l'imaginaire, Paris, Errance, coll. « Hauts lieux de l'histoire », , 209 p. (ISBN 978-2-87772-245-2)
      Réédition revue et corrigée : Michel Reddé (préf. Barry Cunliffe, photographies aériennes de René Goguey, aquarelles de Peter Connolly), Alésia : l'archéologie face à l'imaginaire, Paris, Errance, coll. « Hauts lieux de l'histoire », , 2e éd., 209 p. (ISBN 978-2-87772-484-5). .
    • Michel Reddé, 2006. Alesia -vom nationalen Mythos zur Archa͏̈ologie, Mainz am Rhein, Allemagne: P. von Zabern.
    • Jean-Pierre Fontaine, Les nouveaux mystères de l'Yonne : histoires insolites, étranges, criminelles et extraordinaires, Romagnat, de Borée, , 407 p. (ISBN 978-2-84494-508-2)
    • Michel Reddé (dir.) et Siegmar von Schnurbein (dir.), Alésia et la bataille du Teutoburg : un parallèle critique des sources, Ostfildern, Thorbecke, coll. « Beihefte der Francia » (no 66), , 365 p. (ISBN 978-3-7995-7461-7, lire en ligne)
    • Danielle Porte (dir.), Alésia : la supercherie dévoilée, Paris, Pygmalion, , 425 p. (ISBN 978-2-7564-1450-8)

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]