Sonthonnax-la-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonthonnax.

Sonthonnax-la-Montagne
Sonthonnax-la-Montagne
Église Saint-Martin de Napt.
Image illustrative de l’article Sonthonnax-la-Montagne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Canton Pont-d'Ain
Intercommunalité Haut Bugey
Maire
Mandat
Dominique Garbe
2014-2020
Code postal 01580
Code commune 01410
Démographie
Population
municipale
318 hab. (2016 en augmentation de 0,95 % par rapport à 2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 02″ nord, 5° 31′ 29″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 783 m
Superficie 14,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sonthonnax-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Sonthonnax-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sonthonnax-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sonthonnax-la-Montagne
Liens
Site web sonthonnax-la-montagne.fr

Sonthonnax-la-Montagne est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle se situe à 37,6 kilomètres de Bourg-en-Bresse et 15,4 kilomètres de Nantua.

Ses habitants n'ont pas d'appellation particulière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Territoire communal depuis 1974.
Heyriat et la forêt.

Sonthonnax-la-Montagne se situe au centre-est du département de l'Ain dans le Haut Bugey, dans le massif du Jura. La commune actuelle résulte de la fusion en 1973 des communes de Sonthonnax-la-Montagne et de la commune la moins peuplée du département de l'époque : Napt. Son territoire est vallonné par les Monts Berthiand. Il est délimité par les communes de Matafelon-Granges, Izernore, Nurieux-Volognat, Leyssard et Bolozon.

La commune comprend quelques hameaux : Heyriat et les deux anciennes fermes Revers et Vernon étaient déjà rattachées à Sonthonnax, le ferme du Pin étant, à l'époque, rattachée au hameau de Napt.

Le territoire communal est traversé par deux ruisseaux : celui de Mailloux qui se jette dans l'Ain et celui de Nébois qui se jette dans l'Oignin.

La forêt occupe une place importante sur le territoire communal.

Climat[modifier | modifier le code]

La station de référence pour Sonthonnax-la-Montagne est la station de Arbent[1], située à une altitude de 534 m.

Voici un aperçu, dans le tableau ci-dessous, pour l'année 2007 :

Mois Jan. Févr Mars Avr. Mai Juin Jui. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Températures maximales moyennes (°C) 3 6 9 13 18 22 24 24 21 14 8 4
Températures minimales moyennes (°C) -2 -1 1 3 7 11 12 11 9 6 2 -1
Températures moyennes (°C) 1 2 5 9 13 17 19 18 15 10 5 2
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 74 74 74 61 71 84 66 79 79 74 89 81
Source: Météo France et Météo123[2]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à environ 9 km de l'entrée "La Croix Châlon" de l'autoroute A 404. Celle-ci rejoint l'autoroute A 40 en 6 km.

Sonthonnax-la-Montagne est située sur la route départementale 11d qui relie Mornay à Nébois. Cette route croise la route départementale 11e ou « route de la Serra » à Heyriat, et permet de rejoindre Napt. Cette route permet de rejoindre Bolozon et les bords de l'Ain par une petite route dans une longue descente.

L'étroite route de la Serra

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune située sur un versant est des monts Berthiand est allongée sur un axe nord-sud. Tout au sud, Leyssard est limitrophe à Sonthonnax par une petite pointe. Bolozon se situe au sud-est, mais sur le versant ouest. À l'est se trouvent les communes de Nurieux-Volognat et d'Izernore. Enfin, du nord-est à l'ouest, Matafelon-Granges est limitrophe à Sonthonnax.

Rose des vents Matafelon-Granges Rose des vents
N Izernore
Sortie: La Croix Châlon (A404)
(Oyonnax par D11d)
O    Sonthonnax-la-Montagne    E
S
Bolozon
(Rives de l'Ain par D11e)
Leyssard Nurieux-Volognat
(Mornay, Col de Berthiand par D11d)

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 132[3]. Parmi ces logements, 80,3 % sont des résidences principales, 12,9 % sont des résidences secondaires et 6,8 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part 97,2 % des maisons individuelles, aucun appartement et enfin seulement 2,8 % sont des logements d'un autre type. La part d'habitants propriétaires de leur logement est de 85,8 %[3]. Ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. En conséquence, la part de locataires est de 9,4 % sur l'ensemble des logements qui est inversement inférieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[3]. On peut noter également que 4,7 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1,9 % sont des studios, 2,8 % sont des logements de deux pièces, 14,2 % en ont trois, 24,5 % des logements disposent de quatre pièces, et 56,6 % des logements ont cinq pièces ou plus[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

La dernière consonne est rarement prononcée, ou bien sa prononciation indique l’origine étrangère du locuteur. Pour les noms multisyllabiques, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé dans sa langue d'origine.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts devant la mairie

Le village[4] de Napt est mentionné au XIIe siècle par un document au nom de Guillaume de Nat en 1164, celui de Sonthonnax apparaît au XIIIe siècle.

Les communes de Napt et Sonthonnax-la-Montagne dépendaient de la province du Bugey[5] et du diocèse de Saint-Claude. Napt dépendait du mandement de Montréal et Sonthonnax de celui de Matafelon.

Il existait un château sur le territoire de la commune de Napt. Celui-ci fut construit par les sires de Thoire. Il n'est reste rien aujourd'hui. Le 13 août 1839, un immense incendie détruisit une partie des habitations et réduisit le tiers des habitants de Napt à la mendicité.

Il existait également un château à Heyriat. La famille de Bussy y était installée. Ils étaient seigneurs de Brion et d'Izernore et vécurent à Heyriat entre, environ, 1300 et jusqu'à la fin du XVIIe siècle.

Le nouveau propriétaire devint baron d'Heyriat en 1749, ensuite ses fils prirent la succession en y ajoutant les titres de baron de Mornay pour Jean-Pierre en 1751. Marie-Anthoyne de Moyria racheta le titre de baron de Mornay en 1770, puis enfin Joseph-François devint maire de Sonthonnax.

Durant la Seconde Guerre mondiale, des forces de la Résistance s'abritaient à Heyriat. C'est pour cela que les Allemands provoquèrent de cruelles représailles en 1944. Les fermes de Vernon et de Revers furent complètement incendiées, leurs habitants furent fusillés. Une partie de la population fut déportée, mais tous ne revinrent pas des camps.

Le , Napt est intégrée à Sonthonnax.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Résultats politiques[modifier | modifier le code]

La mairie.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Élections référendaires :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Gérard Frolin DVG  
2014 En cours Dominique Garbe SE Industriel

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas développé d'association de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 318 habitants[Note 1], en augmentation de 0,95 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
424487537388450445435487505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
458439412399404407402360360
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
331276243242219182190157159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
157140153194242302312329322
2016 - - - - - - - -
318--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution de la pyramide des âges de la commune de Sonthonnax-la-Montagne, comparaison entre l'année 1999 et 1982[11] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
10 
75 à plus
15 
12 
60 à 74
10 
36 
40 à 59
40 
44 
20 à 39
39 
50 
0 à 19
47 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
75 à plus
13 
16 
60 à 74
17 
16 
40 à 59
19 
26 
20 à 39
25 
30 
0 à 19
26 

Ces pyramides permettent d'observer une constante dans la répartition de la population par âge. En effet la catégorie des 0 à 19 ans reste la plus nombreuse, que ce soit en 1982 ou en 1999, et ceci pour les hommes ou les femmes. On observe ensuite une diminution de la population par âge vieillissant. Une petite curiosité apparait en 1999. Le nombre de femmes de plus de 75 ans est plus grand que celui des femmes de 60 à 74 ans.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école à Heyriat

La mairie-école de Sonthonnax fut construite en 1866. Ce bâtiment de deux étages abritait deux salles de classes au rez-de-chaussée. Elle est aujourd'hui fermée. Il en est de même pour la mairie-école de Napt, qui a été construite en 1866, elle a été fermée en 1954 car tous les enfants de la commune se rendent aujourd'hui à l'école d'Heyriat. Elle date de 1899 et est composée de deux salles de classe. Les enfants de Crépiat[12] s'y rendent également.

Le collège le plus proche de Sonthonnax est le collège Théodore-Rosset de Montréal-la-Cluse. Le département de l'Ain met à disposition un transport scolaire gratuit le matin et le soir qui passe par plusieurs arrêts dans les différents hameaux de la commune.

Il en est de même pour le transport jusqu'au lycée. Sonthonnax se situe dans le secteur du lycée Xavier-Bichat de Nantua, mais certaines navettes permettent aux jeunes d'aller jusqu'aux lycées Arbez-Carme de Bellignat ou Paul-Painlevé d'Oyonnax suivant les orientations choisies.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu le 10 août[4].

Santé[modifier | modifier le code]

Les pharmacies les plus proches sont celles d'Izernore et de Montréal-la-Cluse. Des médecins s'y trouvent également.

Sonthonnax se situe dans le secteur du centre hospitalier du Haut Bugey[13] à Oyonnax. Ce bâtiment ouvert en 2007 a permis le regroupement des hôpitaux d'Oyonnax et de Nantua qui dataient de l'avant-guerre, mais également une mise aux normes de leurs infrastructures.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes du Haut-Bugey. Il parait du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènement sportifs et culturels au niveau local, national, et international. La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le baron Jules Frédéric Auguste Amédée Laguette-Mornay[14] est né au château d'Heyriat en 1780. Il fit l'école militaire de Pont à Mousson en 1797, puis Polytechnique en 1799. Il participa à la bataille d'Austerlitz et à la guerre d'Espagne. Par la suite, il entra dans la garde impériale, mais perdit son bras droit à Wagram. L'Empereur le fit Officier de la Légion d'honneur. Il se retira ensuite à Heyriat pour faire de la politique et de l'agriculture. En 1812, il devient député de l'arrondissement de Nantua. En 1827 il siège à la Chambre des députés, mais démissionne en 1833. Après avoir été nommé maire de Volognat, il y meurt le 19 mai 1845.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a longtemps vécu de l'agriculture[15], jusqu'en 1950 environ. L'amélioration des techniques agricoles permettait de conserver les mêmes surfaces du culture qu'auparavant, sauf qu'en 1992 elles étaient réparties pour sept exploitations. Celles-ci sont également spécialisées dans la production de lait et de fromage[4].

La plasturgie a pris une place importante dans la commune, car une unité ndustrielle de transformation de matière plastique test implantée à Heyriat. L'artisanat dans les domaines de la menuiserie, de la maçonnerie st également présent dans la commune. En ce qui concerne le reste et la majorité de la population, ils exercent leur activité notamment dans les usines du bassin industriel d'Izernore.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Selon l'enquête de l'INSEE en 1999[16], les revenus moyens par ménage sont de l'ordre de 20 461 euros par an, alors que la moyenne nationale est de 15 027 euros par an. Par contre, aucun foyer n'est soumis à l'impôt de solidarité sur la fortune.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 1999, la population de Sonthonnax-la-Montagne se répartissait à 46,9 % d'actifs, ce qui est à peine supérieur au 45,2 % d'actifs de la moyenne nationale, 11,9 % de retraités, un chiffre inférieur au 18,2 % national. On dénombrait également 29,7 % de jeunes scolarisés et 11,6 % d'autres personnes sans activité.

Le taux d'activité de la population des 20 à 59 ans de Sonthonnax-la-Montagne était de 87 %, avec un taux de chômage de 2,1 %, en 1999 donc bien inférieur à la moyenne nationale de 12,9 % de chômeurs. On peut noter que cette tendance est à la hausse puisque 4,6 % de chômeurs sont recensés en 2004.

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Sonthonnax-la-Montagne 0 % 7,3 % 7,3 % 39 % 17,1 % 29,3 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[16]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

On dénombre, en 2004[17], 12 entreprises dont la majorité sont des services aux particuliers (3), des industries des biens intermédiaires (10) et des commerces (3).

Une seule création d'entreprise a été comptabilisée à Sonthonnax en 2004, ce qui classe la commune au 19 301e rang des communes créatrices d'entreprise en France.

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Heyriat[18] était la résidence de la famille de Bussy. Il date du début du XIVe siècle. La famille de Menthon en fit l'acquisition au XVIIe siècle puis à la famille de Laguette en 1748, la descendance en est encore le propriétaire aujourd'hui. Le passage des Allemands en 1944 fut difficile pour le château puisqu'il fut incendié, mais des travaux de rénovation ont permis une reconstruction partielle par la suite.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église de Sonthonnax-la-Montagne
  • L'église de Sonthonnax-la-Montagne[19] est située au cœur du village. Elle est dédiée à saint Laurent, mais à l'origine, elle l'était à saint Donat. Elle est de style gothique et remonte au IXe siècle.
  • L'église de Napt[19] est de style gothique. Elle est dédiée à saint Martin et date du XIIIe siècle ou du XIVe siècle. Elle est au centre du village et est entourée d'un cimetière. La date de construction exacte est inconnue.
  • Chapelle Notre-Dame de l'Étoile dite « des Chasseurs »
    La chapelle dite « des Chasseurs »
    La chapelle Notre-Dame de l'Étoile[19] ou chapelle « des Chasseurs » est située à Napt. Son nom vient du fait que les chasseurs s'y donnaient rendez-vous pour l'ouverture de la chasse. Elle est située sur un belvédère et propose une vue sur la vallée de l'Ain, du Revermont et de la Bresse. Sa consécration a eu lieu le 7 septembre 1856 et un pèlerinage y a lieu le dimanche précédent le 15 août.
  • On observe des vestiges de murailles et de canalisation en pierres plates[14] sur le chemin menant de d'Heyriat à Bombois, au lieudit Très le Four. Ils indiquent le lieu où était implanté le monastère de femmes fondé par les frères saint Romain et Lupicin vers 430. Il était confié à la direction de leur sœur, sainte Yode. À la fin du VIe siècle 120 nonnes y étaient recensées. Elles observaient la règle de saint Benoît.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prévisions météorologiques de Arbent (près de Sonthonnax-la-Montagne), sur meteofrance.com
  2. Base de données météo par Météo123 (À Oyonnax) et Météo France.
  3. a b c et d Données INSEE compulsées par Linternaute - Logement à Sonthonnax-la-Montagne.
  4. a b et c « Sonthonnax-la-Montagne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur quid.fr
  5. D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 188 - 189 (ISBN 2-907656-29-5).
  6. Les résultats de ces élections ne sont disponibles que pour l'ensemble du canton d'Izernore.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge.
  12. Un hameau de Nurieux-Volognat.
  13. Site du centre hospitalier du Haut Bugey, sur ch-hautbugey.fr
  14. a et b D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 201 (ISBN 2-907656-29-5).
  15. D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 188 (ISBN 2-907656-29-5).
  16. a et b Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par linternaute.
  17. Entreprises, sur linternaute.com
  18. D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 199 (ISBN 2-907656-29-5).
  19. a b et c D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 194 (ISBN 2-907656-29-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D. Maissiat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 188 (ISBN 2-907656-29-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]