Locmiquélic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Locmiquélic
Ensemble de maisons à proximité du port de Sainte-Catherine
Ensemble de maisons à proximité du port de Sainte-Catherine
Blason de Locmiquélic
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Hennebont
Intercommunalité Lorient Agglomération
Maire
Mandat
Nathalie Le Magueresse
2014-2020
Code postal 56570
Code commune 56118
Démographie
Gentilé Locmiquélicain(e)s ; Familier : Minahouëts
Population
municipale
4 109 hab. (2014)
Densité 1 148 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 34″ nord, 3° 20′ 22″ ouest
Altitude 20 m
Min. 0 m
Max. 24 m
Superficie 3,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Locmiquélic

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Locmiquélic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locmiquélic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locmiquélic
Liens
Site web Site officiel de la commune de Locmiquélic

Locmiquélic [lɔkmikelik] (Lokmikaelig en breton) est une commune française de l'Ouest de la France, située dans le sud du département du Morbihan et de la région Bretagne. Situé à proximité de la côte Atlantique et donnant directement sur la rade de Lorient, Locmiquélic est une commune essentiellement tournée vers la mer.

L’appellation bretonne Locmikaëlig apparait dès 1385, alors que le territoire de la ville fait partie de la paroisse de Riantec du XIVe au XXe siècle, après le démembrement de la paroisse primitive de Plouhinec. La croissance démographique du territoire pousse à la séparation en 1907, avant d'obtenir son statut de commune le .

Locmiquélic constitue le deuxième territoire de son canton par sa densité en habitants et elle possède un patrimoine historique et touristique. On y trouve notamment le retranchement de Pen Mané, édifié lors de la guerre de Sept Ans. Avec ses nombreuses façades maritimes, la ville propose également un ensemble paysages maritimes qui se renouvellent sans cesse par les jeux de lumière du ciel breton, en perpétuel changement.

La ville est jumelée avec la ville irlandaise de Castletownbere. C'est devant Locmiquélic, près de l'île Saint-Michel, qu'a été coulé le bateau L'Isère qui a transporté la statue de la Liberté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Locmiquélic (en rouge) sur une carte du Morbihan.

Locmiquélic se situe à proximité de la côte Atlantique qui borde le Sud de la Bretagne. La ville est située à 2 kilomètres à vol d'oiseau au Sud-Est de Lorient (et 19 kilomètres par la route), à 44 kilomètres à l'Ouest de Vannes et à 130 kilomètres au Sud-Ouest de Rennes.

À quelques kilomètres de l'océan Atlantique nord, la commune est bordée à l'Ouest par la rade de Lorient et par le Blavet au Nord. La commune est limitrophe de Port-Louis au Sud, de Riantec à l'Est et de Kervignac au Nord-Est. Locmiquélic est une commune de la première couronne de l'agglomération lorientaise, malgré la séparation par la mer.

Communes limitrophes de Locmiquélic
Lanester Lanester Kervignac
Lorient Locmiquélic Riantec
Larmor-Plage Port-Louis Riantec

Site[modifier | modifier le code]

Vue sur l'île Saint-Michel depuis Locmiquélic.

Locmiquélic offre 7 kilomètres de façade sur la rade, ayant favorisé l'installation de 2 ports et de 2 chantiers navals. Les côtes accueillent également une réserve ornithologique dans la vasière de Pen Mané, ainsi que des promenades aménagées.

  • Grande rue commerçante, une zone industrielle de 3 ha avec 15 entreprises.
  • Bibliothèque-médiathèque
  • Tous commerces en centre-ville, supermarchés. Le vendredi est le jour de marché.
  • Une grande église moderne a également été bâtie sur une ancienne chapelle.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La situation géographique de Locmiquélic, excentré par rapport à Lorient notamment, fait que la ville n'est pas à proximité direct des grands axes routiers de la région. Locmiquélic est desservi par la route départementale 781, qui mène à la route nationale 165, distant de 8 kilomètres vers le Nord et reliant Nantes à Brest. Cette même route départementale relie également la ville aux communes voisines de Port-Louis et Riantec et se poursuit sur l'ensemble du littoral Sud du Morbihan.

Sa côte maritime permet à la ville de se doter de deux ports, avec le port de Sainte-Catherine à l'Ouest de la ville, et celui de Pen Mané au Nord. Ces ports se jettent dans la rade de Lorient et permettent de rejoindre la sous-préfecture en moins de dix minutes de bateau, notamment grâce aux services de transports en communs de la CTRL. La compagnie fournit deux liaisons : la première entre le port Saint-Catherine et le port de pêche de Lorient, et la seconde entre le port de Pen Mané et le port de plaisance du Quai des Indes, situé au centre de Lorient[1]. Chaque port propose également des pontons (457 à Sainte Catherine et 150 à Pen Mané) pour accoster les bateaux de plaisance[2].

En plus des bateaux, la CTRL dessert Locmiquélic depuis 2002 avec des lignes de bus régulières, traversant les communes avoisinantes. Les navettes maritimes assurent les correspondances avec la rive gauche et notamment Lorient, desservi de l'autre côté par le réseau de bus de Lorient également[3].

La ville de Locmiquélic ne possède ni gare ferroviaire ni aéroport. Les gares SNCF les plus proches sont celles de Hennebont, desservi par les TER Bretagne, et la gare de Lorient avec des liaisons nationales, via Rennes. Toutes deux sont situées sur la ligne de Savenay à Landerneau. L'aéroport le plus proche est celui de aéroport de Lorient Bretagne Sud, sur la commune de Plœmeur, à 8 kilomètres à vol d'oiseau et 25 kilomètres par la route.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Locmiquélic, en breton Lokmikaelig, provient de Lok, le monastère, et Mikael, Michel — Ig étant un diminutif[4]. Lokmikaelig signifie donc un lieu de culte dédié à saint Michel[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'embouchure du Blavet devient une zone de frontières à partir du XIe siècle. Alors que sa rive droite appartient au Kemenet-Héboé, la rive gauche — où se trouve Locmiquélic aujourd'hui — est dirigée par la châtellenie de Nostang, qui se compose des paroisses de Nostang, Kervignac, Merlevenez, Plouhinec et Riantec. Entre 1264 et 1278, la ville d'Hennebont est bâtie et devient le chef-lieu de cette châtellenie[5].

Le nom breton « Locmikaëlig » apparait lui dès 1385. Il désigne un lieu dédié à saint Michel, par le préfixe « Loc », ermitage en breton, et « Mikaëlig » pour Michel. Il est presque certain qu'il s'agit de l'île Saint-Michel, au milieu de la rade, où se trouvait un monastère, dont Locmiquélic, avec l'emplacement de l'actuel port Sainte-Catherine, aurait constitué l'embarcadère. L'île Saint-Michel est surmontée d'un tumulus sur lequel a été bâti une chapelle dédiée à saint Michel[6].

Le propriétaire de l'île, seigneur d'Hennebont, maitre du Kemenet-Héboé, disposait dès avant le XIe siècle du droit de prélever une taxe sur les marchandises circulant par bateau sur la rade, ainsi que sur le vin débarqué au port de Blavet. Cependant, Huelin d'Hennebont fit don en 1037 de cette ile stratégique ainsi que des églises Saint-Gurthiern et Saint-Méloir de l'ile de Groix à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, lui assurant de confortables revenus. Les abbés y établirent le prieuré de Saint-Michel-des-Montagnes. Les droits ecclésiastiques sur la rade prirent fin avec la création de Port-Louis, le 17 juillet 1618. En 1447, les moines cordeliers fondent un couvent sur l'îlot de Sainte-Catherine.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, les carrières de granit dont est pourvu le littoral de Locmiquélic servent à la construction de la ville de Lorient qui s'agrandit rapidement avec l'essor de la Compagnie des Indes. À cette époque, les habitants de Locmiquélic se consacrent essentiellement à la pêche et à la construction navale.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Du XIVe au XXe siècle, le territoire fait partie de la paroisse de Riantec. Sa propre paroisse ne date que de 1907 et son statut de commune du . Au XIXe siècle, la pêche à la sardine devient florissante. Une flotte de pêche est constituée à la pointe de Pen Mané.

Locmiquélic est érigée en commune le à partir de Riantec avec 3 842 habitants, mais elle doit attendre 1936 pour atteindre le seuil des 2 000 habitants agglomérés au chef-lieu pour s'appeler « ville ».

De 1920 à 1940, la pêche artisanale au chalut est en plein essor. La langoustine est la plus pêchée et donne lieu, de nos jours, à une fête traditionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1921. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 109 habitants, en diminution de -1,23 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
3 842 3 585 3 508 3 517 3 396 3 917 4 456 4 542 4 284
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
4 002 4 094 3 945 4 178 4 141 4 109 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les ports[modifier | modifier le code]

Locmiquélic compte deux ports de plaisance, l'un d'eux étant également port de pêche.

Sainte-Catherine[modifier | modifier le code]

Ce port, autrefois essentiellement de pêche, est aujourd'hui un havre de paix pour de nombreux bateaux de plaisance. À partir du XIe siècle, l'emplacement de l'actuel port servit sans doute d'embarcadère pour le monastère de bénédictins implanté sur l'île Saint-Michel.

Le quai et la promenade du port portent le nom d'un illustre Minahouet : Raymond Rallier du Baty. Celui-ci est né à Lorient en 1881. Après des études en hydrographie, il offre ses services à Jean-Baptiste Charcot qui part en 1903 pour sa première expédition au pôle sud. Engagé comme matelot, il assiste néanmoins les scientifiques. Pendant ce séjour, Charcot baptise un îlot du nom de Rallier du Baty. Au retour il obtient son diplôme de capitaine au long cours. Il atteint les îles Kerguelen en 1908, dont il dresse la première carte exacte. Vers 1925, il acquiert l'île du couvent des récollets. Il meurt en 1977 et est enterré au cimetière de Kerdeff à Locmiquélic.

Pen Mané[modifier | modifier le code]

Pen Mané est un lieu prisé par les promeneurs. Situé près du marais au lieu-dit Nézenel, c'est une réserve ornithologique où nichent de nombreuses espèces d'oiseaux, notamment des hérons cendrés. Au bout du marais se trouve la pointe de Pen Mané, ancien petit port de pêche reconverti dans la plaisance.

Au XIXe siècle, ce petit port connaît une forte activité avec la pêche de la sardine. Les cotres sardiniers et les chaloupes reposaient à l'échouage sur la grève faute d'équipements portuaires plus élaborés. De 1920 à 1940, la pêche artisanale au chalut est en plein essor et la langoustine est la plus pêchée dans ce port.

Aujourd'hui, il reste quelques barques de pêcheurs amarrées à Pen Mané. Le port de Pen Mané est désormais essentiellement utilisé par la CTRL pour relier Locmiquélic à Lorient, par bateau.

Port de Pen Mané en 2011, avec sur la gauche le bateau-bus de la CTRL.

Retranchement de Pen Mané (1761)[modifier | modifier le code]

Ce retranchement a été édifié pendant la guerre de Sept Ans, alors que les Britanniques venaient d'occuper Belle-Île. Son but était d'empêcher un débarquement des Britanniques sur la presqu'île de Pen Mané. De ce site, ils auraient pu bombarder le port, les installations de la compagnie des Indes et la ville de Lorient.

Ce retranchement, prévu pour une garnison de 800 hommes et construit sur un promontoire, a sa défense tournée surtout vers la terre afin d'empêcher la prise de cette plateforme dominant Lorient. La marine nationale y installe en 1920 une station de radiotélégraphie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands en font une batterie de défense contre les avions et, en liaison avec la base sous-marine de Lorient, une station de démagnétisation des sous-marins. Il est racheté par la commune de Locmiquélic en 1986 en vue de le restaurer et de l'ouvrir au public. Les travaux sont en cours (2005).

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Locmiquélic (Morbihan).svg

Les armoiries de Locmiquélic se blasonnent ainsi :

Parti, d’azur à un navire de gueules sous voiles d’argent issant du flanc, et aussi d’azur à un bâtiment d’argent (mairie du lieu) issant de la partition ; au chef d'hermine ; une ancre de sable sans anneau brochant sur les partitions.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La ville fait partie de la communauté d'agglomération de Lorient. En plus des services de bus de la CTRL, la façade maritime permet de se déplacer à Lorient par bateau en peu de temps.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1920 Jean-Louis Danic    
1920 1931 Jules Le Bourdiec    
1931 1934 Joseph Marie Le Garff    
1935 1945 Emmanuel Le Visage    
1945 1947 Joseph Guillemoto    
1947 1969 Emmanuel Le Visage    
1969 1983 Louis Le Scouarnec    
1983 2001 Francis Pahun DVD[12]  
2001 2014 André Le Roux DVG  
2014 En cours Nathalie Le Magueresse DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Calendrier annuel des animations[modifier | modifier le code]

Mois Animation
Juin Fête de la musique
Juillet Fête du Port à Sainte-Catherine
2e week-end d'août Fête des langoustines

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel.

Origine du terme Minahouët et personnes célèbres[modifier | modifier le code]

Le minahouët est un outil utilisé dans la construction des bateaux en bois. À l'époque, beaucoup de monde croyait que ce mot désignait un outil utilisé uniquement à Locmiquélic, d'où le surnom de leurs habitants. Cette coutume est restée dans les mœurs et les habitants sont encore surnommés ainsi aujourd'hui[13].

Artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H.-F. Buffet, « Lorient sous Louis XIV », Annales de Bretagne, vol. 44, no 1-2,‎ , p. 58-99 (lire en ligne). 

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiches des lignes régulières », sur CTRL (consulté le 20 septembre 2017).
  2. « Les ports », sur Ville de Locmiquélic (consulté le 20 septembre 2017).
  3. « La CTRL arrive à Locmiquélic », (consulté le 20 septembre 2017).
  4. a et b Christophe Le Bellec, « MORBIHAN: Toponymes des communes », sur tchinggiz.org (consulté le 30 mai 2015)
  5. H.-F. Buffet 1937, p. 59
  6. « Locmiquélic - Histoire », sur La Mémoire Des Minahouets (consulté le 24 septembre 2017).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Temps, Arc en ciel, Maires depuis 1919, vieux gréments en rade sur locmiquelic.org
  12. Élections municipales de 2001, sur ouestfrance.fr
  13. Le « MINAHOUET » est un mot et nom utilisé très couramment à Locmiquélic, consulté le 25 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]