Ligne de Savenay à Landerneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Savenay à Landerneau
Ligne de (Nantes) Savenay à Landerneau (Brest)
via Vannes et Quimper
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Un TGV passe sans arrêt en gare de Drefféac.
Pays Drapeau de la France France
Gares desservies Savenay, Redon, Vannes, Auray, Lorient, Quimper, Landerneau
Historique
Mise en service 1862 – 1867
Électrification 1991 – 1992 (électrification partielle)
Concessionnaires PO (1855 – 1933)
État (Non concédée) (1934 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 470 000
Longueur 299,651 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 12 
Nombre de voies Double voie jusqu'à Quimper,
Voie unique au-delà
Signalisation BAPR jusqu'à Quimper (sauf Redon-Questembert et Auray-Hennebont : BAL),
BM-VU SNCF au-delà
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TGV, TER, fret
Schéma de la ligne

La ligne de Savenay à Landerneau est une ligne de chemin de fer française à voie normale reliant les villes de Savenay et Landerneau. Le tronçon de Quimper à Redon via Lorient, Auray, et Vannes permet la circulation du TGV Atlantique de Paris à Quimper via Rennes, et son tronçon de Quimper à Savenay via Lorient, Auray, et Vannes permet la circulation des trains Intercités vers les villes du sud de la France via Nantes. La ligne est également utilisée dans son intégralité par les trains TER Bretagne et sur une portion par les TER Pays de la Loire qui desservent les anciennes petites gares devenus de simples arrêts.

En 1862, la ligne Savenay - Landerneau est la première ligne de pénétration du chemin de fer en Bretagne sud pour y desservir les principales villes que sont Vannes, Auray, Lorient et Quimper. Elle permet dès cette époque des liaisons grandes lignes avec Paris via Rennes ou Nantes par le nœud ferroviaire de Redon[a 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De Nantes à Châteaulin, et embranchement Napoléonville[modifier | modifier le code]

1855 concession[modifier | modifier le code]

  • loi

Le une loi est promulguée pour un « Chemin de fer de Nantes à Châteaulin, avec embranchement sur Napoléonville[1] », elle précise que l'État s'engage à verser une subvention de 25 millions de francs pour la réalisation de ce chemin de fer[a 1].

  • Convention

Le une convention est signée entre l'État et la compagnie du chemin de fer d'Orléans donnant, dans son article premier, la concession à cette compagnie. L'article 2 précise qu'il doit y avoir, à ou près de Savenay, un détachement de la ligne Nantes - Saint-Nazaire, puis un passage par les villes de Redon, Lorient et Quimper en allant en direction de Châteaulin. l'emplacement de l'embranchement pour Napoléonville n'est pas déterminé, il le sera par « l'administration supérieure ». Le décret Impérial[a 2] fournira la date de départ des temps imposés pour l'exécution des sections : de Savenay à Lorient (5 ans), de Lorient à Quimper (8 ans), de Quimper à Châteaulin (9 ans), et une même durée de 9 années est fixée pour l'embranchement vers Napoléonville[a 1].

  • Cahier des charges

Un cahier des charges précise certaines données techniques, notamment que l'ensemble des achats d'emprises et les travaux doivent être exécutés pour un chemin de fer comportant deux voies, mais que les rails ont la possibilité de n'être posés que pour une voie, d'autres précisions concernent entre autres des obligations pour des services publics : l'acheminement postal, les lignes télégraphiques et les services attachés, des secours en cas d'accidents, le transport des militaires et des marins[a 3].

  • Ingénieurs attachés au contrôle des travaux

Des ingénieurs des chemins de fer sont nommés pour le « contrôle des travaux du chemin de fer de Savenay à Châteaulin et de l'embranchement de Napoléonville », il s'agit de l'ingénieur en chef Jégou et des ingénieurs ordinaires François Watier et de Fréminville[a 4]. L'embranchement de Auray à Napoléonville, également à voie unique sur des infrastructures pour deux voies, est inauguré le [2]

1862-1864 inaugurations[modifier | modifier le code]

La compagnie du PO tient ses délais et les inaugurations des sections vont se succéder au fur et à mesure de la fin de la pose d'une voie unique sur des infrastructures construites pour deux voies comme prévu dans le cahier des charges de la concession. La section de Savenay à Lorient est inaugurée le , de Lorient à Quimper le , et de Quimper à Châteaulin le [3]. L'embranchement d'Auray à Napoléonville, également à une voie sur des infrastructures prévue pour deux, est inauguré le [4].

De Châteaulin à Landerneau[modifier | modifier le code]

Cette section est déclarée d'utilité publique par décret impérial le 14 juin 1861[5].

1863 concession[modifier | modifier le code]

La petite section, moins de 53 km, de Châteaulin à Landerneau n'est pas comprise dans la concession de 1855, bien que cela soit envisagé, du fait de son profil difficile et d'une alternative possible avec un service de bateaux à vapeur sur l'Aulne et la rade de Brest. Une étude attentive de l'option prévue fait apparaître les inconvénients de cette solution. La ligne « de Châteaulin à Landerneau » est concédée à titre définitif à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée le 11 juin 1863 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 6 juillet 1863[6]. La compagnie dispose de 8 années pour construire et mettre en service la ligne. Les travaux débutent en septembre 1865[a 5].

1867 inauguration[modifier | modifier le code]

L'inauguration le du tronçon de Châteaulin à Landerneau permet le lien extrême ouest entre les voies du nord et du sud de la Bretagne[a 6].

Tracé et profil[modifier | modifier le code]

Après Savenay, qui permet le lien avec Nantes par la ligne de Nantes à Saint-Nazaire, c'est la traversée de la Vilaine et l'arrivée à Redon, nœud ferroviaire qui permet le lien avec Rennes via la ligne Rennes - Redon. Le profil de la ligne jusque-là très favorable, devient plus difficile, avec des rampes allant jusqu'à des taux de 9 [7]. En quittant Redon, la ligne traverse le canal de Nantes à Brest, et l'Oust avant de pénétrer dans le Morbihan, elle dessert les gares de Saint-Jacut et Malansac avant l'arrivée à Questembert, point de départ du détachement de la ligne de Questembert à Ploërmel.

À Vannes, la ligne atteint le littoral, ne pouvant le suivre en raison de l'extrême découpage de la côte, elle passe par les anciennes villes situées au fond des rias. À Auray, la ligne reçoit l'antenne de Quiberon et l'embranchement vers Saint-Brieuc via Pontivy. Après Hennebont la voie arrive à Lorient, puis pénêtre dans le Finistère à Quimperlé la ligne traverse Rosporden, où une antenne mêne à Concarneau, avant d'atteindre la gare de Quimper, comptant quatre quais et desservant la préfecture du Finistère. Au-delà, la ligne continue vers Châteaulin puis Landerneau où elle fait le lien avec la ligne Paris - Brest.

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Vitesses limites de la ligne en 2014 pour les TGV entre Savenay et Quimper, pour les AGC au-delà (voie non électrifiée). Ces vitesses sont données en sens impair et certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent généralement des limites plus faibles :

De À Limite
Savenay (Km 469,5) Sévérac (Km 498,6) 140
Sévérac (Km 498,6) Redon (Km 511,4) 130
Redon (Km 511,4) Malansac (Km 528,6) 160
Malansac (Km 528,6) Km 544,2 220
Km 544,2 Auray (Km 584,9) 160
Auray (Km 584,9) Hennebont (Km 611,3) 200
Hennebont (Km 611,3) Km 622,5 140
Km 622,5 Gestel (Km 628,3) 150
Gestel (Km 628,3) Km 667 160
Km 667 Km 678,5 130
Km 678,5 Quimper (Km 684,8) 160
Quimper (Km 684,8) Quéménéven (Km 702,6) 120
Quéménéven (Km 702,6) Châteaulin (Km 715,2) 110
Châteaulin (Km 715,2) Quimerc'h (Km 728,7) 115
Quimerc'h (Km 728,7) Viaduc de Daoulas (Km 752,1) 120
Viaduc de Daoulas (Km 752,1) Landerneau (Km 769,1) 110

Note: entre Quimper et Landerneau, les vitesses limites ont été abaissées en 2015, jusqu'à 60 km/h sur certains tronçons, en raison de l'état de la ligne[8].

Équipement[modifier | modifier le code]

La portion de ligne de Savenay à Quimper est à double voie, et électrifiée en courant alternatif 25 kV depuis le 10 septembre 1991 (sauf la section Gestel - Quimper, électrifiée un an plus tard). Elle est de plus équipée du système de sécurité ferroviaire block automatique à permissivité restreinte (BAPR)[7]. La portion de la ligne entre Quimper et Landerneau est à voie unique. L'ensemble est commandé depuis la gare de commande de Quimper. Elle est équipée du système de signalisation Block Manuel de Voie Unique type SNCF (BMVU).

Trafic[modifier | modifier le code]

Comme sur les autres lignes bretonnes, le trafic est d'abord caractérisé par la forte domination du trafic voyageurs : sur les 53 trains qui parcouraient quotidiennement la section Rennes-Redon en 1990, 39 transportaient des voyageurs[7], et cette proportion a augmenté depuis l'arrivée du TGV.

Par ailleurs, à l'instar de la ligne Rennes-Brest avec laquelle elle partage de nombreuses similitudes, le trafic est marqué par l'importance des relations avec la capitale, portées par le tourisme : selon le jour de la semaine et le sens, 5 à 8 trains relient la gare de Paris-Montparnasse à celle de Quimper. De plus, un aller-retour hebdomadaire relie le sud de la Bretagne à Lille Europe.

Gares d'arrêt du TGV Atlantique : la gare de Redon en Ille-et-Vilaine ; les gares de Vannes, Auray, et Lorient dans le Morbihan ; les gares de Quimperlé, Rosporden, et Quimper, dans le finistère. La Gare de Landerneau est aussi une gare TGV mais il roule sur la ligne Paris - Brest, le tronçon de Quimper à Landerneau, à voie unique non électrifié, n'étant utilisé que par les TER Bretagne.

Depuis le service annuel 2011 (SA 2011), il existe une liaison TER Nantes - Brest sans changement, assurée par les nouveaux AGC Bimodes capables de rouler à l'électricité comme au diesel. Le changement de mode de traction s'effectue lorsque le train est à l'arrêt aux gares de Quimper et Landerneau.

Améliorations[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du contrat de projet 2007-2013 était envisagé une augmentation des fréquences et une réduction des temps de parcours entre Quimper et Landerneau par l'augmentation des vitesses à 120/140km/h entre Quimper et Châteaulin sur un linéaire cumulé de 19 km, l'aménagement des évitements statiques des gares de Châteaulin et de Dirinon et la création d'une zone de double voie sur 10 km entre Pont-de-Buis-lès-Quimerch et Hanvec. Toutefois, ce programme a été ajourné, face au problème de risques d'éboulements qui rend insuffisant le financement prévu par la région à hauteur de soixante millions d'euros[9],[10]. En 2015, du fait du vieillissement de la ligne, une diminution des vitesses est imposée sur certains tronçons, ce qui augmente la durée des trajets (jusqu'à 1h50 entre Brest et Quimper) et fait craindre un abandon progressif de cette partie de la ligne[8]. La ligne est finalement fermée entre Quimper et Landerneau pour rénovation du 11 décembre 2016 au 9 décembre 2017[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Napoléonville est le nom officiel de Pontivy de 1805 à 1814 et de 1848 à 1871.
  2. François Napoléon Marie Moigno, Les Mondes : revue hebdomadaire des sciences et leurs applications aux arts et à l'industrie, volume 7, 1865 p. 369 lire (consulté le 2 octobre 2009).
  3. Le Télégramme, Quimper ville : quelques repères historiques, article du 14 avril 2009, lire (consulté le 2 octobre 2009).
  4. François Napoléon Marie Moigno, Les Mondes: revue hebdomadaire des sciences et leurs applications aux arts et à l'industrie, Volume 7, 1865, p. 369 lire (consulté le 02/10/2009).
  5. « N° 9340 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer reliant la ligne de Nantes à Châteaulin à celle de Rennes à Brest : 14 juin 1861 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 18, no 953,‎ , p. 251 - 252.
  6. « N° 11559 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 juin 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer d'Orléans : 6 juillet 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 313,‎ , p. 188 - 193 (lire en ligne).
  7. a, b et c Gérard Blier, Nouvelle Géographie ferroviaire de la France, Tome 2 : L'organisation régionale du trafic, 1993, éd. La Vie du Rail.
  8. a et b « Quimper Lourdes menaces sur la ligne Quimper-Brest », sur Côté Quimper (consulté le 21 septembre 2015)
  9. « TER. La modernisation de la ligne Brest-Quimper pourrait coûter plus cher », Le Télégramme, article du 17 mai 2013
  10. « Ligne SNCF Quimper-Brest. Un syndicat tire la sonnette d'alarme », Ouest-France, article du 3 février 2014
  11. « Modernisation de la ligne Brest-Quimper », sur TER Bretagne (consulté le 12 décembre 2016)
Annales des ponts et chaussées, 1855 (voir dans la bibliographie)
  1. a, b et c p.  382 lire
  2. p.  383 : « La convention a été approuvée par un décret impérial en date du 20 juin 1855 ».
  3. pp. 384-386 lire
  4. p. 399 lire
  5. « Ouverture du chemin de fer de Châteaulin à Landerneau », pp. 94-99 lire
  6. « Ouverture du chemin de fer de Châteaulin à Landerneau », p.  94.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « no 982 - 2 mai 1855 : Chemin de fer de Nantes à Châteaulin, avec embranchement sur Napoléonville. - Concession », dans Annales des ponts et chaussées, 3e série, Victor Dalmont, 1855, p. 382–386
    (loi et cahier des charges, intégral)
  • Annales des ponts et chaussées, Victor Dalmont, , 720 p. (lire en ligne)
  • « Inauguration du chemin de fer de Lorient », Louis de Kerjean, dans Chroniques, Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou, part 2, J. Forest aîné, Nantes, 1862, p. 330-334
    (C'est à Lorient qu'a lieu l'inauguration de la section, Savenay - Lorient, intégral)
  • « Inauguration du chemin de fer de Napoléonville, le 18 décembre 1864 », François Napoléon Marie Moigno, Les Mondes: revue hebdomadaire des sciences et leurs applications aux arts et à l'industrie, Volume 7, 1865, p. 369–372 lire (domaine public) (consulté le 02/10/2009).
  • « Finistère : 1 - Ligne de Châteaulin à Landerneau », dans Annales des Ponts et Chaussées, 4e série, 2e semestre, Dunod, 1868, p. 89-91
    (descriptif du tracé et coût, intégral)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :