Matelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue culturel particulier sur le Canada et la France et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les section à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Des matelots dans la mâture au milieu du XIXe siècle. Le terme matelot est issu du vocabulaire de la marine à voile.

Matelot est le terme utilisé pour désigner un grade au sein de nombreuses marines, ou un homme d'équipage dans la Marine marchande. Le terme est issu de la marine à voile, puisque étymologiquement le matelot est l’« homme du mât. »[1]

Historique[modifier | modifier le code]

Dans la marine à voile, le matelot fait le service des voiles et, sous les ordres des maîtres, il exécute toutes les opérations de la garniture (mâtes et vergues), du gréement et de la manœuvre[1]. Les matelots les plus qualifiés dans le maniement des voiles étaient appelés gabiers et étaient très recherchés[2]. Un officier de marine très compétent était dit aux XVIIe et XVIIIe siècles « bon matelot ». Mais le terme avait dans la bouche de certains officiers généraux quelques chose de méprisant : dire d’un officier qu’il est bon « matelot signifiait aussi que s’il savait naviguer il était incapable de commander, notamment au combat[1]. L’officier-matelot (roturier) était en quelque sorte un bon pilote par rapport à l’officier-homme d’épée (gentilhomme) réputé seul capable d’exercer un commandement militaire[1]. Néanmoins, Colbert qualifie Ruyter d’« habile matelot » et écrit à Duquesne que le Hollandais est peut-être même le « plus grand » (1676) [1]. Matelot qualifie aussi le camarade avec lequel un marin partage alternativement son hamac en fonction de leurs quarts respectifs. Enfin, dire d’un vaisseau qu’il est le « matelot avant » (ou arrière) de tel autre vaisseau signifie qu’il le précède (ou le suit) immédiatement dans la ligne de file[1]. De nos jours, le terme désigne toujours les plus bas grades du corps des équipages.

France[modifier | modifier le code]

Matelot de 2e classe, embarqué sur le Porte-Avion nucléaire "Charles de Gaulle"

Matelot de 2e classe est la toute première distinction dans l'ordre hiérarchique du corps des équipages de la Flotte et, plus généralement, de la Marine nationale. Il est également porté par les mousses, tout au long de leurs scolarité à l'Ecole des mousses

En principe, tout matelot ayant terminé ses classes reçoit le brevet d'équipage, ce qui lui confère la distinction de la 1re classe.


Canada[modifier | modifier le code]

Il existe quatre grades de matelot dans la Marine royale canadienne des Forces canadiennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Vergé-Franceschi 2002, p. 952.
  2. Vergé-Franceschi 2002, p. 646.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Marine à voile. Matelot ne signifiait pas l'homme du mât, mais compagnon partageant le même hamac, attribué pour deux hommes par manque de place et parce que l'équipage divisé en deux bordées se reposait à tour de rôle. Origine: bas néerlandais mattenoot, compagnon de couche.

Sources:

Jean Boudriot, Le Vaisseau de 74 canons, collection Archéologie navale française.

Le Robert, dictionnaire historique de la langue française.