Cotre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (septembre 2015).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

image illustrant le nautisme
Cet article est une ébauche concernant le nautisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le cotre (de l'anglais cutter) est un gréement de bateau à voile, généralement ponté et à quille (contrairement au dériveur), et qui ne possède qu'un mât central, sauf s'il est équipé d'un tapecul. Le cotre diffère du sloop en ce qu'il porte une surface de voile divisée à l'avant (au moins 2 voiles d'avant).

La bôme située en bas du mât supporte la grand-voile ; le foc et la trinquette sont en avant du mât. Dans les gréements traditionnels, la grand-voile est à corne et le foc est amuré à un bout-dehors parfois très long.

Le principal avantage du cotre était la division des voiles d'avant et donc leur surface, ce qui permettait une manipulation plus facile. La généralisation des enrouleurs de génois a quelque peu enlevé de l'intérêt à ce type de gréement sur les bateaux de plaisance actuels.

Au temps de la marine à voile les cotres étaient les plus petites unités des flottes militaires. Ils pouvaient être armés de plusieurs canons légers. Le Renard, dernier bateau corsaire armé par Robert Surcouf, en est un exemple caractéristique.

Leur gréement généreusement voilé, et en particulier leurs multiples voiles d'avant, leur donnaient d'excellentes qualités de vitesse et de manœuvrabilité, avec en particulier une capacité à remonter au vent bien meilleure que les navires à voiles carrées. Ils étaient très utilisés de ce fait comme bateaux-pilotes dans les ports, et pour des missions de liaison et de surveillance côtière. Pour cette raison, les marines britannique et américaine continuent à appeler cutters leurs garde-côtes.


Galerie[modifier | modifier le code]

Quelques cotres encore visibles[modifier | modifier le code]