Riantec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Riantec
Riantec
Église Sainte-Radegonde.
Blason de Riantec
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Lorient Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Michel Bonhomme
2020-2026
Code postal 56670
Code commune 56193
Démographie
Gentilé Riantécois
Population
municipale
5 722 hab. (2018 en augmentation de 9,37 % par rapport à 2013)
Densité 407 hab./km2
Population
agglomération
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 42″ nord, 3° 18′ 33″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 35 m
Superficie 14,06 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Riantec-Locmiquélic
(ville-centre)
Aire d'attraction Lorient
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Hennebont
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Riantec
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Riantec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riantec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riantec
Liens
Site web www.riantec.com

Riantec [ʁijɑ̃tɛk] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Ses habitants sont appelés les Riantécois ou localement les « Culs-salés » (en référence à la pêche à pied pratiquée dans la Petite mer de Gâvres).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Riantec.
Communes limitrophes de Riantec
Locmiquélic Merlevenez
Riantec
Port-Louis Gâvres Plouhinec

Localisation[modifier | modifier le code]

Située sur les bords de la petite mer de Gâvres, Riantec est limitrophe de Port-Louis et Locmiquélic à l'ouest, de Kervignac au nord et de Merlevenez et Plouhinec à l'est. Au sud, la presqu'île de Gâvres protège Riantec de l'Océan Atlantique.

Distante de 5 kilomètres à vol d'oiseau de Lorient et de 19 kilomètres par la route, Riantec, située outre-rade, est une commune de la première couronne de l'agglomération lorientaise.

Description[modifier | modifier le code]

Riantec est une commune au relief peu accidenté, marquée d'abord par sa situation littorale avec ses 9 kilomètres de côtes et ensuite par ses caractéristiques rurales.

Le bras de mer (estuaire du Riant) séparant l'île de Kerner du continent.

Le littoral est très découpé, marqué principalement par l'estuaire ou ria du Riant, pourtant un minuscule fleuve côtier qui sépare le bourg de la presqu'île de Kerner d'une part, par la baie et vasière de Saint-Léon, partagée avec la commune voisine de Plouhinec, d'autre part. La frange littorale, qui occupe la majeure partie de la rive nord de la Petite mer de Gâvres, est rythmée par les marées formant un plan d’eau à marée haute et une vaste étendue d’estrans sablo-vaseux (schorre) à marée basse. Deux îles, l'île de Kerner et l'île aux Pins, très basses et dont de larges parties n'émergent qu'à marée basse, l'estran occupant une large surface, sont accessibles à pied à marée basse.

Le littoral est ainsi décrit par Marcel Brunet : « Lorsqu'on pénètre dans la mer de Gâvres en suivant la côte nord, dès qu'on a quitté les dernières maisons de Locmalo, commencent des falaises granulitiques qui, sans interruption, se prolongent jusqu'à Kerfaut, c'est-à-dire sur plus de 4 km. (...) Les parois des falaises sont revêtues d'un épais manteau d'arène blanc gris (...) [qui] atteint une épaisseur de 1 m à 1 m 50 ; au-dessus s'étalent des lits de galets (...). L'ensemble est couronné de sable et de terre. (...) Près de Riantec la falaise, plus haute, atteint parfois 4 mètres. (...) À Riantec se présente une langue de mer (...) qui s'enfonce dans les terres de près de 2 km. À marée basse, on voit s'élargir une vallée de 200 m à 300 m. À mi-chemin, l'érosion marine se trouve arrêtée par une chaussée artificielle qui sert de pont à la route. (...) À marée basse, la mer de Gâvres est presque totalement asséchée. (...) À marée haute la mer recouvre complètement la baie de Gâvres. Elle vient contre les falaises et les bat avec plus ou moins de violence. Son action destructrice est si considérable qu'on a dû édifier des murs de défense. Malheureusement ils résistent peu et sont bientôt enlevés par la mer. Ainsi, près de Stevins, un mur, construit à frais communs par des propriétaires côtiers, n'a pu les protéger contre l'éboulement. La défense est presque impossible »[1].

L'Île aux Pins, alors appelée Île Saint-Léon, est ainsi décrite en 1912 par le même Marcel Brunet : « Il s'élève près de Kerpun [Kerpuns] une île couverte de dunes, l'Île Saint-Léon, sur laquelle on avait construit autrefois. La mer la détruit chaque jour. Elle offre aujourd'hui l'aspect d'un plateau surmonté d'un seul arbre courbé par le vent, et frangé de petites falaises hautes de 20 cm à 30 cm. D'autres îles ont maintenant disparu »[2]. De nos jours cette île est beaucoup plus boisée, comme en témoigne son nom actuel.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La partie rurale de la commune, traversée seulement par des cours d'eau mineurs dont le Riant, a une structure essentiellement bocagère et présente de nombreux boisements, principalement au nord et à l'ouest du château de Kerdurand, ainsi que dans la partie nord-est de la commune, aux alentours de la chapelle Saint-Jean. Les altitudes restent modestes, s'élevant au maximum à 35 mètres au nord de Mané Branroc'h. Le finage communal est traversé par le petit fleuve côtier Riant, qui a sa source dans la commune voisine de Kervignac, et sert un temps de limite communale avec Merlevenez.

Entre ces deux espaces, s'est développé à partir d'entités distinctes - à savoir le centre bourg et d'anciens villages aujourd'hui agglomérés (Kerner, les Salles) - un tissu urbain continu structuré autour des principales voies de communication. Par ailleurs, de nombreux hameaux et éléments bâtis parsèment la partie rurale du territoire riantecois.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Riantec est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Riantec-Locmiquélic, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[6] et 12 286 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lorient, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 24,7 % 357
Terres arables hors périmètres d'irrigation 12,4 % 179
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 5,4 % 78
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 33,5 % 483
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 2,6 % 38
Forêts de feuillus 4,0 % 57
Forêts de conifères 9,6 % 138
Forêts mélangées 5,5 % 79
Landes et broussailles 1,3 % 19
Forêt et végétation arbustive en mutation 0,1 % 1,5
Zones intertidales 0,9 % 13,5
Source : Corine Land Cover[14]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Rianthec en 1387[15].

Rianteg en breton.

Joseph Loth signale un Riant en vieux-breton, qui aurait signification de « parents », d'une des trois familles fondatrices.

Alan J. Raude, dans une étude publiée sur le blog Ar Gedour, dit que le nom remonte au vieux-celtique *rîgantâkos, dérivé lui-même de *rigant- , royal.

Supposant que Riantec soit une paroisse ancienne, on peut s'attendre à ce que son nom soit celui d'un saint qui ait patronné sa fondation, comme Allaire (Sant Alar), Elliant, Edern, etc. Mais on ne connait pas de « Saint Riantec ». Par contre, on trouve au Pays de Galles un nom de même origine, celui de la mère de Saint Iltud (le patron de Ploerdut) : Riein-wlid, « Riein la pudique ». RIEIN vient de*Rîgantia, qui donne, en breton armoricain *Riant. D'autres noms de lieux bretons sont dérivés de Rïant : la Riantais en Petit-Auvergné (44), Les Riantières en Saint-Mars-la-Jaille (44), La Riandière en Gausson (22), La Riante en Plénée-Jugon (22), la Riandais en Bréal (35), la Riandière en Mécé (35). 

Riantec peut donc être une ancienne *Plebs Rîgantâca, « paroisse rïantienne » sous le patronage de la mère de Saint Iltud, Santez Rïant (comme Irvillac, Plebs Ermeliac, tient son nom de Ermel-Ervel). Le site donne une piste pour expliquer comment une sainte étrangère, Radegonde, est devenue patronne de la paroisse. La légende de la fontaine cultuelle raconte en effet que la source avait jailli au pied du cheval de la sainte. Une sainte cavalière, voilà qui est révélateur, car elle nous ramène vers une déesse de la religion druidique, EPONA, que l'on appelle aussi RIGANTONA et qui est bien connue en Galles sous le nom de Rhiannon (voir le conte mythologique de Pwyll, prince de Dyved). Pour Alan J. Raude, Il est clair que le nom de Rïant aura drainé vers la sainte des éléments du culte de Rigantona, et que même le nom de *Riganton a dû être utilisé en vieux-breton. Aussi, lorsque les clercs francisants du XIIe siècle ont cherché une remplaçante romano-francque pour cette sainte bretonne, Radegonde, leur a fourni une consonance approximative qui n'était pas pire que Hilaire pour Alar et Ignace pour Iniaw[16].

Les Riantécois sont surnommés les "Culs-salés" : ce sobriquet viendrait de la pêche à pied : les femmes attendaient le dernier moment pour quitter la petite mer de Gâvres, se faisaient rattraper par la marée et souillaient leur jupe ; elles rentraient donc…le cul salé ![17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

S'il existe des traces d'activité humaine préhistorique puis à la période romaine (par exemple une ancienne voie romaine dont le tracé est en gros parallèle et à l'est de la RD 781 et est emprunté partiellement par le GR 34 au sud de Petit Branroc'h), l'occupation par les Bretons du territoire riantecois remonte à la fin du Ve siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Issue du démembrement de l'ancienne paroisse de l'Armorique primitive de Plouhinec, la paroisse de Riantec (dont le nom vient du ruisseau Riant) mentionnée pour la première fois dès 1387, englobait primitivement les territoires de Riantec, de Locmiquélic, de Gâvres et de Port-Louis. Trois familles nobles se partageaient alors les terres : les familles De La Croizetière, La Fouesnardière, et Kerdurand.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée cite comme maisons nobles en 1530 : « Rochedan, à la demoiselle de Pommeraye ; Ker-Pulz, ou Ker-Palz, à Marie de Kerpulz ou Kerpalz ; les Salles, au sieur de Cadoudal ; Toulelan (Toul-Lann), à Pierre de Combourg ; Coetnos-Ker-bern, à N... ; et Ker-Sabiec, à Claude des Portes »[18].

François Burin de Ricquebourg, gouverneur du Port-Louis, Hennebont et Quimperlé, obtint en 1743 l'érection des landes de Riantec en fief, sous le titre de "Burin-Ricquebourg". Son fils François-Simon Burin de Ricquebourg, prêtre au Port-Louis, afféagea ces terres aux époux Lantour, bourgeois de Lorient, le  ; c'est l'origine de la terre dite de Lantour en Riantec[19].

Le château de Kerdurand fut construit au début du XVIIIe siècle par Jean Durand, marchand et bourgeois au Port-Louis. Il fut vendu à plusieurs reprises au cours de ce siècle, notamment à François Stéphan en 1745 et à Jean Rousse, chirurgien de la Compagnie des Indes, en 1762[20].

En 1753 Thomas Rapion de La Placelière[Note 3] et son épouse[Note 4] achètent le manoir noble de Kersabiec[Note 5] et la métairie qui en dépendait. Un aveu du indique que Madame de la Placelière, devenue veuve, possède « toutes prérogatives et prééminences en l'église paroissiale de Riantec (..), [qu']elle a droit de banc et parquet au haut du chœur de ladite église et tombes élevées de terre de deux coudées et droit d'avoir des armes es vitres d'icelles ». Elle avait aussi droit de prééminence en « l'église de Saint-Pierre au Port-Louis ainsi qu'à la chapelle du couvent de Sainte-Catherine-sur-Blavet ». Elle disposait aussi du droit de haute, moyenne et basse justice, y compris « d'avoir patibulaires à deux poteaux et gibets pour la punition des crimes et autres marques de justice »[21].

Les îles Crozet doivent leur nom au navigateur Julien Crozet, né à Port-Louis, au lieu-dit la Croizetière, aujourd'hui sur le territoire de la commune de Riantec. Les îles Crozet furent découvertes par l’expédition de l’explorateur français Nicolas Thomas Marion-Dufresne qui fit débarquer son second, Julien Crozet, sur l’île de la Possession le . Crozet prit alors possession de l’archipel au nom de la France. Le capitaine britannique James Cook nomma ces îles d’après Julien Crozet, ayant également donné le nom de Marion-Dufresne à l’île Marion voisine de celle du Prince-Édouard.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Riantec en 1778 :

« Riantec, au bord de la mer ; à 9 lieues à l'ouest de Vannes, son évêché et son ressort ; à 18 lieues de Rennes et à une lieue un quart de l'Orient, sa subdélégation. Cette paroisse relève du Roi et compte 3 200 communiants[Note 6] ; la Cure est à l'ordinaire. Le territoire, borné au sud par la mer, referme des terres très fertiles et assez exactement cultivées. Il offre à la vue des monticules et des vallons. Dans l'île Sainte-Catherine, formée par la rivière de Blavet, est un couvent de Récollets fondé l'an 1446 par Louis de Rohan[Note 7], seigneur de Guémené, et Louise de Rieux[Note 8], son épouse. L'an 1590 les seigneurs d'Arradon forcèrent ce couvent où le duc de Mercœur avait mis garnison qui fut presque toute passée au fil de l'épée. Le petit nombre qui échappa fut dangereusement blessé.[18] »

PLusieurs riantécois participèrent à la Guerre d'indépendance américaine dans l'escadre du comte de Ternay, dont François Le Borgne (mort le ), Louis Perot (mort le ), Jean Lescouët (mort le ), Toussaint Thomé, ainsi que, dans l'escadre du comte de Grasse, Jean Le Guen[22].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Julien Le Formal[Note 9] fut nommé en 1788 recteur des deux paroisses de Riantec et Port-Louis. Il fit le choix de résider à Riantec (à la différence de Jacques Colomb, le recteur précédent, qui résidait à Port-Louis), ce qui mécontenta les paroissiens de Port-Louis. Il refusa, ainsi que les autres membres du clergé de Riantec de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé (devenant donc prêtre insermenté), à la différence du clergé de Port-Louis qui le fit, mais continua à administrer clandestinement la paroisse de Riantec, même si Pierre Le Blays fut élu curé constitutionnel de Riantec le par l'assemblée électorale du district d'Hennebont. Lors du Concordat de 1801, Port-Louis fut érigé en paroisse distincte, mais Julien Le Formal fut maintenu curé de Riantec[23].

La paroisse de Riantec est érigée en commune, qui inclut alors Gâvres et Locmiquélic en 1790.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Riantec en 1845 :

« Riantec : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Lézenel, Kervern, Sterville, Brunroch, Loquimélic, Kerdeff, Keroustin-le-Guennic, Saint-Diel, Groucharnet, le Bois, Kerner, Kerviniec, Kercouarin, Kerpuns. Superficie totale : 1 966 hectares dont (...) terres labourables 702 ha, prés et pâturages 321 ha, bois 121 ha, landes ou marais 591 ha, étangs 15 ha, marais salants 13 ha (...). Moulins : 8 (de Kervins, de Kerberonne, de Locjean, de Sterbouest, à eau ; de Kerbel, de Raulo, de Stervins, de Locjean, à vent) ; étang de Stervins. La commune de Riantec, pittoresquement située sur l'Océan, du côté où s'ouvre la Rade de Lorient, est aussi un des points fortifiés qui protègent l'entrée de cette rade. Plusieurs batteries sont élevées dans les parties qui dominent l'entrée de la rivière ou qui battent le large (la batterie Verte). Ces batteries, quoique formidables jadis, ne sont pas toutes, il faut le dire, en rapport avec les forces de la marine moderne et réclament de grandes améliorations ; cependant elle croisent leurs feux avec ceux de Port-Louis. La pêche de la sardine est la principale industrie de cette localité ; bon nombre de presses y sont employées à la préparation de sardines renommées de Port-Louis. La route de Port-Louis à Landévant coupe ce territoire de l'ouest à l'est, tandis que la route de Port-Louis à Hennebont passe sur sa partie nord, courant de l'ouest-sud-ouest au nord-est. On voit près du village de Kerpréhet un dolmen dont la table principale repose sur deux supports. Géologie : constitution granitique. On parle le breton et le français.[24] »

Un décret du du ministre de l'intérieur érige en commune distincte « la presqu'île de Gavre et l'île de Ksalm », distraits de la commune de Riantec ; le chef-lieu de la nouvelle commune est fixé à Gâvre[25]. Gâvres est aussi érigé en paroisse le .

À peine Gâvres avait-il été érigé en commune indépendante qu'une polémique oppose des habitants de Riantec au maire de Gâvres à propos de la coupe du goémon de rive, le maire de la nouvelle commune ayant décidé par décret d'en réserver le droit aux seuls habitants de Gâvres sur son territoire communal. L'affaire alla jusqu'en Cour de cassation[26].

Les pêcheurs de Riantec participaient tous les ans, le jour de la Saint-Jean (), comme ceux des ports voisins, à la Fête des Courreaux de Groix comme en témoigne un article datant de 1862[27]. Déjà en 1835 Louis-Antoine Dufilhol écrivait en cette occasion à propos des pêcheurs participant à cette cérémonie : « Ceux de Riantec sortent du fond de leur baie et semblent d'abord voguer au milieu des champs : leurs volis se promènent au milieu des pommiers ; mais bientôt ils pointent le cap sur la batterie du Talut et laissent à bâbord les rochers du Taureau »[28].

Une double épidémie de variole frappa Riantec en 1866, la première, frappant surtout Locmiquélic, entre janvier et mars fit 93 morts parmi les 340 malades, la seconde en décembre fit 12 morts parmi les 29 malades. Lors de cette seconde épidémie c'est le village de Kerdreff, peuplé de 335 âmes qui souffrit le plus, y tuant 10 personnes (2 enfants, 2 hommes et 6 femmes). Dans son rapport du sur cette épidémie de variole de Riantec en 1869 (laquelle provoqua dans la commune 438 malades et provoqua 105 décès), le docteur Bodélio écrit : « Les mères n'ont jamais pu comprendre que le vaccin ne pouvait mettre à l'abri de la variole qu'à condition d'être inoculé dix jours au moins avant l'infection variolique dans les organes ». En 1869 une épidémie de fièvre typhoïde fit dans le seul village de Kerner, qui n'avait que 300 habitants, 70 malades et provoqua 50 décès[29].

En 1874 une pétition d'habitants de Riantec demanda « le rétablissement, dans le plus bref délai, de la royauté en la personne d'Henri V, héritier légitime de la couronne de France »[30].

Le le préfet du Morbihan suspendit de ses fonctions le vicomte Fréderic de La Goublaye de Nantois « attendu [qu'il] a ouvert et poursuivi, malgré nos instructions, (...) une enquête sur la moralité du desservant de sa commune, (...) que le presbytère a été plusieurs fois menacé, que des scènes scandaleuses ont eu lieu dans l'église paroissiale, et que les religieuses de la commune, qui ont fait preuve du dévouement le plus admirable dans de récentes épidémies ont été insultées et poursuivies à la sortie de l'église, sans que M. le maire ait rien fait pour empêcher ses administrés de se livrer à ces actes coupables »[31]. Si le maire s'en prenait ainsi au curé, c'est parce que ce dernier avait « entrepris de décider ses paroissiens à faire abandon des biens achetés par leurs familles pendant la Révolution (...) ; il n'a pas craint, du haut de sa chaire, de menacer plusieurs personnes de rigueurs ecclésiastiques si elles ne consentaient point à ce qu'il appelle une "restitution" »[32].

La tempête du provoqua la disparition d'une chaloupe de pêche de Riantec avec 7 hommes à bord entre Groix et Belle-Île[33].

Benjamin Girard décrit ainsi Riantec en 1889 :

« Cette grande commune, la plus populeuse du canton de Port-Louis, est située entre l'Océan et la Rade de Lorient ; sa population, en grande partie maritime, se livre à l'industrie de la pêche côtière. Son église paroissiale paraît remonter à l'époque du Moyen-Âge. Plusieurs batteries défendent les abords de Riantec. Près du village de Kerprehet on remarque un dolmen, dont la table repose sur deux supports. Une cale-débarcadère sera prochainement construite aux Salles, où elle rendra d'utiles services aux bateaux de pêche.[34] »

En 1892 et 1893, une épidémie de typhus exanthémathique frappe 556 malades en 15 mois à Riantec[35]. Une autre épidémie de typhus avait déjà frappé Riantec entre et [36] ; « Riantec étant une localité maritime, l'importation du typhus y était facile »[37]

En , Breurec, un ancien soldat de la garde mobile fait prisonnier pendant la Guerre de 1870, qui avait été condamné par la justice allemande à 20 ans de travaux forcés dans des mines pour avoir tenté de s'évader alors qu'il était prisonnier de guerre, et qui n'avait pas pu donner de ses nouvelles pendant tout ce temps, revint à Riantec après avoir été libéré et appris que son épouse s'était remariée et que tous ses biens avaient été partagés entre ses héritiers[38].

Le journal La Croix du indique que « l'école des Sœurs de Riantec (Morbihan) vient d'être laïcisée. Les deux religieuses avaient 130 et 199 élèves tandis que dans deux communes voisines les écoles laïques en réunissaient deux pour une et quarante [pour l'autre] pour 4 maîtresses »[39].

Le , environ 1 500 pêcheurs, y compris 300 patrons de barques, de Port-Louis, Gâvres, Riantec, Plouhinec et Plœmeur, décidèrent de ne plus prendre la mer, protestant contre le prix auquel leurs sardines étaient achetés par les usiniers et les conditions générales de vente[40].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le premier pèlerinage de l'année à Sainte-Anne-d'Auray était appelé "pèlerinage de Riantec" car c'est cette paroisse qui, il y a environ 300 ans avant 1900, en avait donné la première l'exemple. Cette tradition perdurait au débout du XXe siècle : par exemple lors de celui de 1900 « les Gâvrais et les Riantecois étaient assez nombreux pour organiser dans la clôture et dans la basilique une magnifique procession aux flambeaux » ; le plus de 500 pèlerins de la région de Lorient, les uns en train, les autres en voiture, participèrent au "pèlerinage de Riantec"[41].

Riantec est ainsi décrit en 1903, lors de la crise sardinière :

« Riantec : du linge qui sèche sur les haies, une rue tortueuse ; puis, devant la mer, une place où se dresse une vieille église à dôme d'ardoise, un grand Christ cloué haut sur une croix et cinq ormeaux sous le branchage desquels sont assis mélancoliquement des hommes coiffés de bérets, aux figures rudes de marins. (...) « Il y a ici (...) 80 bateaux de sardiniers ; à 7 hommes d'équipage, cela représente environ 2 400 personnes qui souffrent actuellement de la misère. Elles ont à manger du pain sec ; parfois un peu de poisson quand les maris en rapportent. Quand aux pommes de terre, elles sont épuisées » [dit le garde maritime]. (...) Les maisons des pêcheurs de Riantec, couvertes de chaume où verdissent l'herbe et la mousse, sont éparpillées sur une trop grande étendue pour que je puisse en visiter beaucoup. Celles que j'ai vu étaient soigneusement entretenues. On mange du pain sec, mais au moins c'est une table propre. (...) J'avais remarqué dans les rues de Riantec que toutes les femmes étaient vêtues de noir des pieds à la tête. À l'une d'elles je demandai pourquoi. « Parce que beaucoup de familles sont parentes entre elles » m'a-t-elle répondu. Je ne comprenais pas. Elle expliqua : « Eh ! bien, oui, nous sommes toujours en deuil ou à la veille de l'être ». Et elle me montra la mer, qui déferlait tout doucement devant nous, alanguie et sournoise (...) Le maire [de Plouhinec ], M. Uhuel, un homme encore très jeune et qui porte le costume spécial du pays, gilet de velours noir à double rangée de boutons et chapeau à grands bords d'où pendent ds rubans (...) me dit que, dans les quatre-vingt-dix villages qui dépendent de la commune qu'il administre, il y avait 350 pêcheurs de sardines, représentant environ 1 200 personnes avec leurs familles. Il y en a 120 très malheureux. C'est à ce point que dans les chaumières de la côte (...) on mange du pain noir avec quelques coquillages qu'on va chercher, et qu'on fait des quêtes à domicile pour l'avoir, ce pain noir [42] »

Le gouvernement Combes décida la fermeture au de l'école privée catholique tenue par les Sœurs de la Sagesse à Riantec[43].

L'ancienne église paroissiale Sainte-Radegonde de Riantec, détruite par un incendie le (carte postale Henri Laurent).

Le journal L'Ouest-Éclair du écrit que l'entrevue entre les curés et les vicaires de Port-Louis et Riantec avec l'agent du fisc lors de la tentative d'inventaire des biens d'église a été des plus courtoises. « Sur le refus d'ouvrir les portes de ces églises, le receveur de l'enregistrement est reparti sans objection (...) Le bruit courait dans la région que l'abbé Martin, vicaire à Port-Louis et l'abbé Gouguec, vicaire à Riantec, avaient été conduits, menottes aux mains, à la prison de Lorient ; ce bruit est sans fondement ».[44].

Le des incidents éclatèrent à Riantec opposant un ostréiculteur, Lecomte, qui avait obtenu une concession de 6 hectares sur l'île de Kerner et des pêcheurs de Riantec et Locmiquélic dont les femmes avaient l'habitude de ramasser des coquillages, notamment des palourdes, sur les grèves de la Petite mer de Gâvres lorsque chômaient les usines de sardines ; celles-ci reprochaient à l'ostréiculteur de privatiser une partie du domaine public maritime, ce dernier arguant que celui-ci faisait en tout deux cents hectares et que le naissain qu'il produisait servait aussi, en s'échappant de ses parcs, à rendre les coquillages plus abondants ; 40 femmes et 70 enfants de pêcheurs envahirent le parc et le saccagèrent. Il fallut envoyer des gendarmes pour garder le parc ostréicole[45]. Le 600 manifestants envahirent l'île Kerner et saccagèrent le parc ; des membres du parquet de Lorient, qui s'étaient rendus sur place, faillirent être victimes de la marée montante ; au retour leur véhicule s'embourba ; ils durent descendre dans les flots et pousser la voiture pendant que le cocher fouettait sa bête à tour de bras[46].

Le « Le dundee de pêche Marie-Madeleine, de Riantec, patron Leglohaec, a été pris par les courants au moment où il sortait de la Petite mer de Gâvres pour aller au large, et s'est jeté sur les rochers de Belorchs, entre Gâvres et Port-Louis. (...). L'équipage a été sauvé ».[47].

En 1909 des maisons de Riantec étaient toujours couvertes en chaume comme en témoigne l'incendie survenu le qui détruisit « trois fermes recouvertes en chaume » dans le village de Saint-Riel[48].

Le « le conseil d'arrondissement, après avoir pris connaissance des délibérations du conseil municipal [de Riantec] et de la commission syndicale, des pétitions d'un certain nombre de protestataires (...) vote à l'unanimité l'érection en commune de la section de Locmiquélic. Cette nouvelle commune comprendra tous les terrains situés sur la rive gauche de la route de Port-Louis à Hennebont »[49]. En raison de la partition, Riantec qui comptait lors du recensement de 1910 7 211 habitants, n'en eût plus que 3 575 et la nouvelle commune de Locmiquélic 3 689[50].

Le journal La Croix du écrit que l'école laïque de Riantec « est dirigée par un instituteur, secrétaire de mairie, qui est marié civilement et n'a pas fait baptiser ses enfants. Plutôt que d'envoyer à cette école ses trois fils, un pauvre ménage de la localité, le ménage Tréhin, à qui l'on allouait 7 fr. 50 par mois pour l'entretien d'un enfant assisté, a confié ses enfants à l'école libre. Dès lors, la municipalité radicale a fait rayer la subvention des époux Tréhin »[51].

Le journal Le Rappel écrit dans son édition du que le dundee 927 de Riantec, patron Jouanno, ayant six hommes d'équipage, parti pour la pêche, n'ayant pas donné de ses nouvelles depuis 3 semaines, est considéré comme perdu[52]. Le l'épave du dundee Sainte-Hélène-de-Dreano, aussi de Riantec, est retrouvée près de Noirmoutier ; ce naufrage fit quatre victimes[53].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Riantec porte les noms de 165 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; quatorze d'entre eux au moins sont péris en mer (par exemple les deux frères Adrien et Michel Bernarde, Jean Evanno, les deux frères Aimé et Gildas Jegousso, ainsi que deux autres originaires de Port-Louis, matelots à bord du dundee Bayard-sans-Peur, coulé par le sous-marin U-91 le ) ; un (Louis Guillemoto) est mort des suites de ses blessures à Malte, trois au moins sont morts en Belgique (Jean Kerlo, Benjamin Mollo et Pierre Mollo), la plupart des autres sont décédés sur le sol français dont par exemple Martin Danigo, soldat au 123e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Sainte-Menehould (Marne), décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire[54] ; autres exemples : l'abbé Emmanuel Le Corvec, né le à Riantec, soldat au 62e régiment d'infanterie, blessé mortellement au Fort de Vaux le et l'abbé Albert Jouanno, né le à Riantec, sergent au 69e régiment d'infanterie, blessé mortellement le à Bieuxy (Aisne) et décédé deux jours plus tard[55].

Un soldat originaire de Riantec, Pierre Le Bihan[56], du 33e régiment d'infanterie coloniale, a été fusillé pour l'exemple le à Courtémont (Marne) pour « avoir tué ou blessé des camarades »[57].

Marcel Dréan, un marin de commerce originaire de l'île Kerner, fut officiellement déclaré mort par l'Inscription maritime à la suite du naufrage de son bateau, un cargo mixte, torpillé par un sous-marin allemand dans l'Atlantique Nord à la fin de l'année 1917. Il revint à Riantec.. le jour de la cérémonie funèbre en son honneur[58].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le pont de Riantec sur l'estuaire du Riant donnant accès à la presqu'île de Kerner et l'église paroissiale Sainte-Radegonde vers 1930 (carte postale colorisée).

Le l'antique église Sainte-Radegonde de Riantec, datant du XIe siècle, dédiée à sainte Radegonde[59], fut totalement détruite de manière accidentelle par un incendie ; rien ne put être sauvé. Le l'église en ruine s'écroula, ensevelissant plusieurs enfants sous ses décombres : l'un d'entre eux fut tué et un autre grièvement blessé[60]. L'église fut reconstruite entre 1923 et 1927 d'après les plans de l'architecte René Guillaume[61].

Le Locmiquélic se sépare de Riantec, devenant une commune distincte[62].

La tempête du [63] fit de nombreux dégâts et des victimes à Riantec, notamment à l'Île de Kerner. Le journal L'Ouest-Éclair lança une souscription pour venir en aide aux victimes de toute la côte lorientaise[64].

Le une barque montée par deux pêcheurs de goémon de Riantec chavira à la suite d'un coup de vent près de la pointe de Gâvres ; l'un des pêcheurs se noya[65].

Dugast, ostréiculteur à Riantec, jouissait d'une entreprise à réputation mondiale, fournissant en huîtres et en coquillages les restaurants les plus renommés de Paris, de Bruxelles et la Compagnie générale transatlantique. Il créa en 1938 un établissement ostréicole à Sidi-Abderahman au Maroc[66].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Riantec porte les noms de 20 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles Frédéric Bregent, matelot canonnier à bord du cuirassé Bretagne, mort lors de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir le  ; Robert Le Bozec, maître canonnier à bord de l'aviso Surprise, coulé le lors d'une attaque anglaise sur Oran par l'HMS Brilliant ; Paul Dugast, matelot au 1er régiment de fusiliers marins (1re division française libre), tué à l'ennemi le à Radicofani (Italie) ; André Caradec, mort en captivité en Allemagne le [54].

Le gendarme Pierre Brasquer, né le à Riantec, en poste à Pont-Croix (Finistère), est mort le à l'hôpital de Douarnenez des suites de ses blessures reçues alors qu'il ripostait à l'attaque par une colonne allemande des habitants de Plozévet qui s'étaient rassemblés pour fêter l'arrivée prochaine des troupes alliées[67]. La 63e Promotion de l' École de gendarmerie de Châteaulin lui a rendu un hommage solennel en le prenant pour parrain en .

L'école privée de garçons de Riantec est ouverte en 1935 et un nouveau bâtiment bâti en 1938[68].

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Scourzic[69], maître mécanicien et Léon Naveos[70], marin, firent partie des 51 victimes lors du naufrage de la frégate météorologique Laplace qui heurta une mine datant de la Seconde Guerre mondiale et coula en dix minutes le en baie de La Fresnaye.

Cinq soldats originaires de Riantec sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine : Jean Bertic[71], Joseph Guérizec[72], Henri Le Goastellec[73], Albert Nicol[74] et M. Quer.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2004, le phare de Kerbel, construit en 1853, de 25 mètres de hauteur, désaffecté,fut vendu aux enchères pour 285 000 euros[75].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Archéologique[modifier | modifier le code]

Le dolmen de Kerporel.

Plusieurs sites archéologiques sont recensés sur le territoire de Riantec :

Historique[modifier | modifier le code]

À défaut d'édifices, monuments ou sites classés, Riantec possède un certain nombre d'éléments patrimoniaux remarquables.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâti[modifier | modifier le code]

Riantec comptait avant 1880 deux zones habitées, au bourg et à Kerner, et quelques groupes d'habitations disséminés sur son territoire.

Par la suite, les constructions ont été édifiées autour des noyaux d'urbanisation préexistants et des voies d'accès à la commune.

Caractérisée par une grande hétérogénéité de son bâti, la commune abrite essentiellement de l'habitat individuel. Outre un bâti traditionnel, antérieur à 1880, constitué de maisons de pêcheurs pour l'habitat maritime et de longères pour l'habitat rural, les différentes formes d'habitat individuel caractéristiques des évolutions architecturales contemporaines fondent le tissu urbain communal.

Naturel et paysager[modifier | modifier le code]

Ce patrimoine naturel tant maritime que rural dont dispose Riantec abrite une faune et une flore riche protégée à divers titres.

Espaces d'intérêt européen[modifier | modifier le code]

Riantec
L'île aux Pins dans la petite mer de Gâvres.

Natura 2000

La petite mer de Gâvres, les zones humides du Dreff et de la Croizetière sont concernées par le site Natura 2000 du « massif dunaire de Gâvres-Quiberon et zones humides associées».

ZNIEFF

Abritant des espèces rares et menacée, Riantec, particulièrement sa frange littorale, est également visée par un périmètre de zone naturelle d'intérêt écologique, floristique et faunistique. La ZNIEFF de la Croizetière, d'une superficie de 47 ha, est au centre du triangle d'espaces non urbanisés séparant les communes de Locmiquélic, Port Louis et Riantec ; elle abrite des plantes protégées comme l'asphodèle d'Arrondeau et l'orchis grenouille (Coeloglossum viride)[77].

ZICO

La Petite mer de Gâvres, l'Île de Kerner et l'Île aux Pins ainsi que les marais du Dreff, d'anciens marais salants, sont inclus dans une zone d'intérêt communautaire pour les oiseaux. En effet, ces zones abritent une grande variété d’oiseaux utilisant la vasière comme zone d’alimentation à marée basse et de repos à marée haute.

Espaces d'intérêt local[modifier | modifier le code]

Outre les zones visées par l'intérêt communautaire, les landes de Lotour et le vallon du Riant sont repérés localement au titre de leur intérêt faunistique et floristique.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Riantec (Morbihan).svg

Les armoiries de Riantec se blasonnent ainsi :

D'azur au chevron d'argent chargé de trois mouchetures d'hermine de sable à plomb, accompagné en chef de deux cormorans éployés d'or et en pointe d'une fontaine couverte du même ouverte du champ.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le , et devenu effective le . La ville devient ainsi la 184e commune de Bretagne a l'avoir signé[78].

La commune dispose depuis 2009 d'une école primaire Diwan[79] qui scolarise 62 élèves à la rentrée 2018.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune (et en conséquence le nombre de ses habitants) est réduit en 1867, pour la création de la commune de Gâvres, et en 1919, pour celle de Locmiquélic.

La population de Riantec a connu une évolution positive de 1975 à 2009 (+884 habitants).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[80]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[81].

En 2018, la commune comptait 5 722 habitants[Note 10], en augmentation de 9,37 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0713 2973 0323 5603 6753 9783 9824 0823 910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1864 6205 0924 2744 6274 9705 5005 7175 981
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 4056 8897 2173 6113 6833 6113 6693 7053 911
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 1214 1264 1284 6164 8464 7654 9105 0775 290
2018 - - - - - - - -
5 722--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[82] puis Insee à partir de 2006[83].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Riantec est membre, depuis , de Lorient Agglomération, communauté d'agglomération regroupant 25 communes et 205 749 habitants [84].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1865 après 1865 Le Bozec    
avant 1875 après 1887 Vicomte Frédéric Marie de La Goublaye de Nantois[85]   Conseiller général du canton de Port-Louis entre 1871 et 1883. Habitait le château de Kerdurand.
         
         
avant 1912 après 1921 Pierre Corvest    
         
avant 1943 1945 Marcel Bernadé   Conseiller général entre 1943 et 1945.
mars 1977 1981
(démission)
Henri Le Moller DVD Chef mécanicien
1981 mars 1989 Henri Le Breton   Vétérinaire
mars 1989 mars 2001 Roger Keraudran[86] DVD Officier d'administration à l'arsenal de Lorient.
mars 2001 mars 2008 Marc Roberdel[87] PS  
mars 2008 janvier 2010
(décès)
Michel Le Gall SE Retraité de la construction navale
février 2010
Réélu en 2014[88] et 2020[89]
En cours Jean-Michel Bonhomme SE[88] Officier de marine retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2004, le pourcentage d'actifs dans la population riantecoise était de 40,4 % dont 10,4 % de chômeurs.

En 2000, les établissements basés à Riantec employaient 560 personnes et le centre hospitalier de Kerdurand, dépendant de l'hôpital de Port-Louis constituait le principal employeur de la commune avec 120 salariés.

Par ailleurs, en 1999, seulement 19,7 % de la population ayant un emploi résidait et travaillait à Riantec.

Activités[modifier | modifier le code]

Commerce et artisanat

L'activité commerciale et artisanale est répartie sur l'ensemble du territoire communal avec une concentration au niveau du bourg pour le commerce et à Villemarion pour l'artisanat. L'autorisation de construire une station d'épuration a été donné fin mai 2009; celle-ci devrait traiter les eaux de Riantec, Port-Louis et Locmiquélic[90].

Pêche

À Riantec, l'essentiel de l'exploitation des ressources maritimes est historiquement liée à la pêche à pied.

Profondément ancrée dans la culture locale, la pêche à pied en petite mer de Gâvres de palourdes et de coques a longtemps contribué à l'alimentation de la population mais est devenue une activité ludique et éducative constituant un atout touristique.

Agriculture

En 2004, l'agriculture occupait 39,1 % du territoire avec 564 hectares de surface agricole utile (SAU) mais accuse une diminution progressive tant de la surface exploitée que du nombre de sièges d'exploitation basées à Riantec.

Les exploitations riantecoises partagent majoritairement leur activité entre l'élevage porcin et bovin et la culture céréalière notamment à destination de l'alimentation animale.

Tourisme

L'activité touristique réduite à Riantec peut s'appuyer sur la petite mer de Gâvres et son intérêt tant écologique que pédagogique.

Par ailleurs, sans être une station balnéaire, la baignade est possible à marée haute dans la petite mer de Gâvres notamment à partir des petites plages (les Salles, Stervins, les Chelles) du littoral communal.

La campagne riantecoise par la diversité de ses paysages dispose de potentialités.

Associations[modifier | modifier le code]

  • 15 associations sportives
  • 15 associations culturelles
  • 6 associations à caractère patriotique
  • 3 associations environnement-nature
  • 8 associations scolaires
  • 4 associations sociales ou caritatives

Équipements et infrastructures[modifier | modifier le code]

Touristiques[modifier | modifier le code]

Parc de Kerdurand

Le parc de Kerdurand est agrémenté d’un parcours sportif et d’une piscine.

Maison de l'île de Kerner

Espace découverte du monde végétal, animal et minéral de la petite mer de Gâvres.

Scolaires et périscolaires[modifier | modifier le code]

Les structures d’enseignement présentes sur le territoire de Riantec permettent d’accueillir les enfants scolarisés de la maternelle au collège.

3 écoles maternelles
  • École maternelle de la Petite Mer
  • École maternelle Saint-Joseph
  • École maternelle Diwan (immersive en breton. À la rentrée 2020, 31 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan (soit 6% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[91].
3 écoles primaires
1 collège
  • Collège de Kerdurand
1 halte garderie
  • Relais des Homards

Socioculturels[modifier | modifier le code]

Riantec
Bibliothèque municipale.

Les équipements socioculturels sont essentiellement répartis sur le bourg et à Kerdurand.

Le bourg
  • Salle audiovisuelle utilisée notamment en tant que cinéma ;
  • Bibliothèque ;
  • Salle polyvalente Henri-Queffélec.
Kerdurand
  • Maison des jeunes ;
  • Club du 3e âge ;
  • Château de Kerdurand à la disposition des associations et du centre de loisir.

Sportifs et de plein air[modifier | modifier le code]

Riantec
Sentiers à la campagne comme sur le littoral.

À quelques exceptions près, les infrastructures sportives riantecoises sont regroupées à Kerdurand

  • 3 terrains de football
  • 1 terrain de rugby
  • 2 courts de tennis
  • 2 terrains multisports
  • 1 parcours sportif
  • 2 piscines
  • 1 boulodrome couvert
  • 1 salle de sport dans l’annexe du château de Kedurand
  • 1 salle de sport dépendant du collège de Kerdurand
  • 1 dojo
  • 1 centre équestre.

Par ailleurs, le site de Riantec, entre mer et campagne, offre des opportunités de randonnées pédestres, équestres et cyclistes.

L’espace de la petite mer de Gâvres se prête à la pratique d’activités nautiques comme le kayak de mer, la planche à voile ou encore le kitesurf.

Déplacements[modifier | modifier le code]

Réseau viaire[modifier | modifier le code]

Outre les voies communales, Riantec est traversée par trois routes départementales :

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune de Riantec est desservie par le réseau CTRL[92] :

Ligne 15 Riantec - Kervignec ↔ Port-Louis - La Pointe
Ligne 16 Riantec - Sébastopol ↔ Port-Louis - La Pointe

Le réseau outre-rade de la CTRL permet une desserte en bus interne aux communes de Riantec, Port-Louis et Locmiquélic et une liaison par bateau à destination de Gâvres et à travers la rade vers Lorient.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Événements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

  • Marché : le mercredi matin à côté de l'église Sainte-Radegonde ;
  • Cinéma : les weekends à la salle audiovisuelle.

Littérature[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Thomas Rapion de La Placelière, né le à Lorient, capitaine de vaisseau de la Compagnie des Indes, décédé en mer le alors qu'il commandait la Diane.
  4. Jeanne Céleste Perrault, née le à Lorient, décédée le à Lorient.
  5. Kersabiec est situé en Locmiquélic ; le manoir a disparu pendant la Seconde Guerre mondiale.
  6. Personnes en âge de communier.
  7. Louis II de Rohan, seigneur de Guémené, baron de Lanvaux, décédé en 1508.
  8. Louise de Rieux, née le à Ancenis.
  9. Julien Le Formal, né le à Pluvigner, décédé le à Riantec.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Brunet, "La baie de Gâvres et ses enveloppes : contribution à l'étude de l'évolution des côtes du littoral atlantique breton", 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56518086/f16.item.r=Riantec
  2. Marcel Brunet, "La baie de Gâvres et ses enveloppes : contribution à l'étude de l'évolution des côtes du littoral atlantique breton", 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56518086/f18.item.r=Riantec et https://www.geoportail.gouv.fr/carte?c=-3.3041476852677127,47.700442726578615&z=15&l0=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.CASSINI:WMTS(0.94)&l1=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN50.1950::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&l2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&l3=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.ETATMAJOR40::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&permalink=yes
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Riantec-Locmiquélic », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 31 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lorient », sur insee.fr (consulté le 31 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  14. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 19 avril 2021).
  15. Dans les archives du chaître de Vannes
  16. « [TOPONYMIE] RIANTEC & RIGANTONA - Ar Gedour Mag - Actualité spirituelle et culturelle de Bretagne », sur www.ar-gedour-mag.com (consulté le 20 janvier 2016).
  17. Céline Le Strat, Les tribus bretonnes, journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 22 juillet 2020.
  18. a et b Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 4, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og/page/128/mode/2up
  19. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", Livre premier, Les bretons. 7, BROU-CARN, 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58176362/f171.image.r=Riantec?rk=3562249;2
  20. http://www.riantec.com/Parc-de-Kerdurand.3722.0.html
  21. Paul Philippe, La parenté malouine et lorientaise de la vicomtesse de Châteaubriand,"Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo", Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 1982, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5324707t/f179.image.r=Riantec?rk=3261818;4
  22. Henri Mérou, "Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f247.image.r=Riantec?rk=4098732;4
  23. Le dernier recteur de Riantec, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6561130v/f121.item.r=Riantec et La petite histoire du Morbihan, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6561153v/f136.image.r=Riantec?rk=85837;2
  24. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiJ8taa2rjuAhXXAGMBHQY1C0QQ6wEwAHoECAEQAQ#v=onepage&q=Riantec&f=false
  25. "Bulletin officiel du Ministère de l'intérieur", 1867, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775444q/f13.image.r=Port-Louis?rk=321890;0
  26. "Bulletin des arrêts de la Cour de cassation rendus en matière criminelle", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5850372t/f27.image.r=G%C3%A2vres?rk=429186;4
  27. Le Monde illustré, n° du 12 juillet 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6214407g/f7.image.r=Riantec?rk=2596579;2
  28. Louis-Antoine Dufilhol, "Guionvac'h, études sur la Bretagne", 1835, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5661485w/f90.image.r=Riantec?rk=4270407;2
  29. Docteur Alfred Fouquet, "Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan", Vannes, 1870, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64838677/f25.image.r=Riantec?rk=42918;4, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528773r/f23.image.r=Riantec?rk=21459;2, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528773r/f10.image.r=Riantec?rk=21459;2 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528773r/f17.image.r=Riantec?rk=21459;2
  30. "France. Assemblée nationale (1871-1875)", n° du 5 février 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65089267/f8.image.r=Riantec?rk=171674;4
  31. Journal Le Pays, n° du 6 avril 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4674494v/f2.image.r=Riantec?rk=665239;2 et journal La Presse, n+ du 6 avril 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&collapsing=disabled&query=%28gallica%20all%20%22Riantec%22%29%20and%20arkPress%20all%20%22cb34448033b_date%22&rk=729617;2
  32. Journal Le Rappel, n° du 7 avril 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75329962/f2.image.r=Riantec?rk=21459;2
  33. Journal Le Pays, n° du 5 janvier 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4673326c/f3.image.r=Riantec?rk=128756;0
  34. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f373.item.r=Benjamin%20Girard
  35. Dr A. Charlier, "Le typhus exanthématique au Havre en 1893 : origine américaine de l'épidémie française de 1892-1893", Société d'éditions scientifiques, Paris, 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5711877k/f23.image.r=tudy.langFR
  36. A. Kelch, "Traité des maladies épidémiques, étiologie et pathogénie des maladies infectieuses", tome 1, 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739225n/f515.image.r=Riantec?rk=2939928;4
  37. Docteur A. Fauvel, "Discussion sur l'étiologie du typhus exanthématique : discours prononcé dans les séances des 27 mai, 3 et 10 juin 1873 ", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30418727/f52.item.r=Riantec
  38. Journal La Lanterne, n° du 21 juillet 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7505566n/f4.image.r=Riantec?rk=42918;4
  39. Journal La Croix], n° du 28 juin 1891, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k212731r/f3.image.r=Riantec?rk=128756;0
  40. "Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l'arbitrage survenus pendant l'année 1897", 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6426459k/f236.item.r=Riantec
  41. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 28 mai 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6389032/f3.image.r=riantec?rk=1566531;2 et n° du 2 mai 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641421r/f4.image.r=riantec?rk=1630909;2
  42. Le Petit Journal, n° du 31 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k616331f/f3.image.r=Riantec?rk=1716746;4
  43. Journal La Croix, n° du 19 janvier 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k256046w/f3.image.r=Riantec?rk=515024;0
  44. Journal L'Ouest-Éclair, n° du , consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641005b/f2.image.r=riantec?rk=42918;4
  45. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 12 juin 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641828n/f1.image.r=G%C3%A2vres?rk=1266100;4, n° du 19 juin 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641835v/f4.image.r=Riantec?rk=4291866;4 et n° du 23 juin 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641839c/f4.image.r=G%C3%A2vres?rk=171674;4
  46. Journal La Croix, n° du 19 mai 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k257068m/f6.image.r=Riantec?rk=987129;2
  47. Journal La Croix, n° du 19 juin 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2570944/f6.image.r=G%C3%A2vres?rk=364808;4
  48. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 mai 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6421726/f4.image.r=riantec?rk=2060096;0
  49. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 octobre 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6437866/f4.image.r=riantec?rk=429186;4
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 16 mai 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642896k/f4.image.r=riantec?rk=858373;2
  51. Journal La Croix, n° du 3 décembre 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k258780q/f1.image.r=Riantec?rk=171674;4
  52. Journal Le Rappel, n° du 24 mars 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7552447d/f5.image.r=Riantec?rk=236052;4
  53. Journal La Croix, n° du 29 mars 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k258878q/f6.image.r=Riantec?rk=665239;2
  54. a et b memorialgenweb.org Riantec : monument aux morts
  55. "Le Collège Saint-François-Xavier de Vannes au champ d'honneur (1914-1918)", 1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k930130w/f239.image.r=Riantec?rk=4678134;4 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k930130w/f185.image.r=Riantec?rk=4678134;4
  56. Né en 1874 à Riantec
  57. Anne Lessard, « 14-18. 51 fusillés bretons et toujours pas de réhabilitation », sur Le Telegramme, (consulté le 9 octobre 2020).
  58. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 18 mai 1919, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k645818d/f3.image.r=riantec?rk=2274689;2
  59. C'est la seule église de Bretagne dédiée à cette sainte, voir Sainte Radegonde de Riantec, "La Semaine religieuse de Poitiers", n° du 10 août 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5689804v/f23.image.r=Riantec?rk=493564;4. Il existe aussi à Riantec une fontaine de sainte Radegonde.
  60. Journal La Lanterne, n° du 5 février 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7511395q/f4.image.r=Riantec?rk=321890;0
  61. « Riantec », sur Infobretagne (consulté le 3 juillet 2018).
  62. "Le Bulletin législatif Dalloz : lois, décrets, arrêtés, circulaires, etc.", 1919, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54741452/f786.image.r=Riantec?rk=6051532;0
  63. http://tempetes.meteofrance.fr/spip.php?article154
  64. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 mai 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6585620/f4.image.r=riantec?rk=107296;4
  65. Journal La Croix, n°du 12 décemebre 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4431981/f2.image.r=G%C3%A2vres?rk=2532201;2
  66. Journal Le Petit Marocain, n° du 20 novembre 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46908578/f5.image.r=Riantec?rk=3648086;4
  67. memorialgenweb.org Pierre BRASQUER
  68. Journal La Croix, n° du 15 février 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4142137/f4.image.r=Riantec?rk=386268;0 et n° du 2 décembre 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4435038/f4.image.r=Riantec?rk=922751;2
  69. Jean-Marc Scourzic, né le à Merlevenez - Memorialgenweb.org
  70. Léon Naveos, né le à Nostang - Memorialgenweb.org
  71. memorialgenweb.org Jean BERTIC
  72. memorialgenweb.org Joseph GUERIZEC
  73. memorialgenweb.org Henri LE GOASTELLEC
  74. memorialgenweb.org Albert NICOL
  75. "Sites et monuments : bulletin de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique générale de la France", octobre 2004, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9777545x/f70.image.r=Riantec?rk=2017177;2
  76. https://www.ouest-france.fr/bretagne/riantec-56670/dimanche-cest-le-pardon-de-saint-jean-locjean-2658525
  77. https://inpn.mnhn.fr/docs/ZNIEFF/znieffpdf/530015426.pdf
  78. « Ya d'ar brezhoneg. La charte signée », dans Le Télégramme, pages Riantec, le 25 février 2016, consulté sur www.letelegramme.fr le 21 juillet 2018
  79. « Diwan ouvre une école immersive en langue bretonne à Riantec », consulté sur www.ouest-france.fr le 21 juillet 2018
  80. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  81. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  82. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  83. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  84. INSEE, recensement 2012
  85. Frédéric Marie de La Goublaye de Nantois, né le à Lamballe (Côtes-du-Nord), décédé le à Rennes (Ille-et-Vilaine).
  86. https://www.ouest-france.fr/bretagne/riantec-56670/roger-keraudran-ancien-maire-est-decede-2127263
  87. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20040330&article=7779545&type=ar
  88. a et b « Jean-Michel Bonhomme réélu maire », sur Ouest-France, .
  89. « À Riantec, Jean-Michel Bonhomme réélu maire pour la troisième fois », sur le Télégramme, (consulté le 29 mai 2020).
  90. Arrêté du 27 mai 2009 portant autorisation exceptionnelle de construction de la station d'épuration des eaux usées de Port-Louis/Riantec/Locmiquélic sur le territoire de la commune de Riantec (Morbihan)
  91. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  92. le site de la CTRL
  93. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58087173/f9.item.r=Riantec
  94. Henri Bourde de La Rogerie, "Les bretons aux îles de France et de Bourbon (Maurice et la Réunion) au XVIIe et au XVIIIe siècle", 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33445575/f215.image.r=Riantec?rk=3133062;4
  95. Angelo Mariani, "Figures contemporaines, tirées de l'album Mariani....", 1894-1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205990n/f221.image.r=Riantec?rk=4613756;4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]