Clarisse Crémer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clarisse Crémer
Image illustrative de l’article Clarisse Crémer
Clarisse Crémer à Lorient
devant son Imoca Banque populaire X.
Contexte général
Sport Voile
Période active depuis 2016
Site officiel http://clarissecremer.com
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité France
Naissance (31 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Poids de forme 65 kg (en 2018)[1]
Surnom « la Machine[2] »

Clarisse Crémer, née le à Paris, est une navigatrice professionnelle qui pratique la course au large en solitaire à bord de différents voiliers monotypes. Après des débuts professionnels dans le marketing, elle décide de faire de la voile, qui était jusque là un hobby, une activité à temps plein. À bord d'un bateau de la classe Mini, elle gagne en 2017 avec Erwan Le Draoulec la Mini-Fastnet puis, en solitaire, remporte la Transgascogne avant de terminer 2e de la Mini Transat en bateau de série. Après une saison sur un monotype Figaro, elle prend en 2019 la barre de l'Imoca Banque populaire X, avec lequel elle termine 12e au Vendée Globe 2020-2021 en 87 jours 2 heures et 24 minutes, signant ainsi la meilleure performance féminine de l'histoire de cette course.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, débuts dans l'entrepreneuriat[modifier | modifier le code]

Née le 30 décembre 1989[2] à Paris[3], Clarisse Crémer grandit en Île-de-France[4]. Elle est l'arrière-petite-fille de Victor Chatenay, homme politique français, sénateur, député et maire d'Angers de 1947 à 1959[5]. Elle découvre la régate à 15 ans en participant aux régates du trophée des Lycées, mais ce n'est qu'à HEC qu'elle va vraiment s'y adonner. Présidente du Club de voile d'HEC, elle participe au Tour de France à la voile de 2010[6]. À partir de 2011, elle suit les deux projets de son fiancé[2], Tanguy Le Turquais[6], qui va participer aux Mini Transats de 2013 et 2015. Cette expérience donne à la jeune femme le goût de la course au large[7].

Elle sort diplômée d'HEC en 2013. L'année suivante, elle fonde avec son frère la société Kazaden[8], « un site Internet qui permet de réserver des séjours outdoor[7] ».

2015 - 2017 : Mini Transat, premiers pas dans la course au large[modifier | modifier le code]

Clarisse Crémer sur son classe 6,50 de type Pogo 3 remorqué vers la ligne de départ lors de la Mini-Transat de 2017 qui doit l'amener aux Antilles.

En 2015, elle décide de changer de vie et s'installe en Bretagne[6], à Locmiquélic[2] dans le Morbihan. Elle devient consultante à son compte en stratégie digitale et webmarketing, au sein du réseau La Colloc, à Lorient. La même année, à 25 ans, elle décide de participer à la Mini Transat 2017, une course à la voile qui s'effectue à bord de petits voiliers de course de 6,50 mètres de long. Cette régate, qui part de La Rochelle et se termine aux Antilles, est considérée comme le passage obligé pour tout navigateur aspirant à devenir un professionnel de la course au large. Pour financer son projet, elle lance avec des amis une campagne marketing en tournant des petits sketchs (« Clarisse sur l'Atlantique ») où elle partage avec humour sa quête d'un premier sponsor puis ses différentes aventures maritimes. Cette campagne remporte un large succès d'audience et lui permet de trouver les financements souhaités. Elle y démontre aussi sa maitrise des moyens de communication modernes en faisant partager sa passion avec humour et sincérité[9].

Clarisse enchaîne les régates de la classe Mini pour se préparer à la Mini Transat. En juin 2017, elle gagne avec Erwan Le Draoulec la Mini-Fastnet[10]. En août, elle gagne en solitaire la Transgascogne[11]. En octobre, elle s'aligne au départ de la Mini Transat, suscitant des interrogations : elle fait figure de bonne communicante, mais on se demande si le résultat va suivre[12]. Elle termine 2e en Série sur son Pogo 3 derrière son ancien coéquipier Erwan Le Draoulec[10].

2018 - 2019 : Entrée dans le circuit professionnel[modifier | modifier le code]

Après cette excellente performance, elle entre en 2018 dans le circuit de régate des Figaro, un monotype de 9,10 mètres de long. C'est l'étape logique suivante pour une carrière dans la course au large en solitaire. Elle participe en double, avec Tanguy le Turquais, à la Transat AG2R La Mondiale qui se déroule entre Concarneau et Saint-Barthélemy dans les Antilles françaises[13]. Ils arrivent 14e. En 2019, Crémer passe navigatrice professionnelle à plein temps[14]. Elle prend alors le départ de la mythique Solitaire du Figaro, « les championnats du monde annuels de la course au large »[14]. Elle affronte les plus grands noms de la voile : Michel Desjoyeaux, Alain Gautier, Loick Peyron, Armel Le Cléac'h… Elle termine 29e sur 47 concurrents, un classement honorable pour une « bizuth »[15] .

2019 - 2021 : Vendée Globe 2020-2021[modifier | modifier le code]

L'Imoca Banque populaire X à bord duquel Clarisse Crémer effectue le Vendée Globe 2020.

Sa carrière prend un tour inattendu en novembre 2018. Le Team Banque populaire cherche pour le prochain Vendée Globe une navigatrice de moins de 30 ans compatible avec les valeurs de son sponsor pour occuper le terrain médiatique qu'elle a été obligée de délaisser pour préparer le futur maxi-trimaran d'Armel Le Cléac'h. Clarisse Crémer, qui a démontré son potentiel de navigatrice et qui s'est avérée une brillante communicatrice, est contactée car elle a le profil idéal malgré sa relativement courte expérience professionnelle. Ronan Lucas, responsable de l'équipe Banque Populaire, lui propose de participer au prochain Vendée Globe. Cette course mythique, au cours de laquelle les navigateurs font le tour de la Terre en traversant les zones de navigation les plus dangereuses, et qui se déroule à bord de voiliers monocoques de 18,5 mètres de long pouvant réaliser des moyennes de 20 nœuds, est considérée comme l'Everest de la course au large en solitaire. Son sponsor lui confie l'Imoca[2] Banque populaire X, l'ancien Macif à la barre duquel François Gabart a remporté le Vendée Globe 2012-2013 et la Route du Rhum 2014. En 2015, le bateau est devenu SMA ; passé aux mains de Paul Meilhat, il a remporté la Route du Rhum 2018[4],[7],[15],[16].

Le Team donne à Crémer un formateur chevronné : Armel Le Cléac'h a remporté une précédente édition et est un des marins de la course au large les plus expérimentés. Le , commence l'initiation à la navigation sur Imoca. L'objectif est d'aguerrir Crémer pour le Vendée Globe 2020-2021[16]. Les 3 et , Crémer et Le Cléac'h courent en duo la Fastnet Race. Ils terminent à la 3e place de la classe Imoca, bon résultat à bord d'un bateau de 2011 à dérives droites[17]. Les deux navigateurs courent ensemble la Transat Jacques-Vabre 2019. Ils terminent 6es, et à la première place des bateaux à dérives droites[18].

Le , elle prend le départ de la neuvième édition du Vendée Globe[19]. En accord avec son équipe, elle s'est donné comme objectif principal d'arriver à bon port (le taux d'abandon est traditionnellement très élevé sur cette course) et choisit de ménager son voilier lors de la traversée de la première grosse dépression, ce qui la fait décrocher du peloton de tête. Par la suite, elle maintient son avance sur pratiquement tous ses poursuivants et termine la course en douzième position le , après 87 jours 2 heures 24 minutes et 25 secondes en mer, signant ainsi le meilleur temps féminin de l'histoire du Vendée Globe[20], tout en rappelant à l'arrivée que « la voile est un sport mixte »[21].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 2016
    • 7e : Championnat de France Espoir sur Pile Poil 902 (P3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan du Tour de France à la voile », sur clarissecremer.com, 31 juillet 2018 (consulté le 28 juillet 2019).
  2. a b c d et e « Clarisse Crémer », sur voile.banquepopulaire.fr, 27 juin 2019.
  3. « Clarisse Crémer, princesse de l'Atlantique », sur filovent.com, 2019 (consulté le 29 juillet 2019).
  4. a et b « Portrait. Clarisse Crémer, skipper et nouvelle égérie de Banque Populaire », sur Ouest France, Sport Voile, .
  5. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/vendee-globe-l-ancien-maire-d-angers-peut-etre-fier-de-son-arriere-petite-fille-f4cc1fe2-652b-11eb-8d62-86e6be96563a
  6. a b et c « Pourquoi la Mini-Transat ? », sur clarissecremer.com, 2 septembre 2015 (consulté le 28 juillet 2019).
  7. a b et c « Clarisse Crémer : « Passer d’HEC au Vendée Globe, c’est juste un truc de dingue » - La Solitaire - Voile », sur Sport24, 2019-01-24cet13:58:48+0100 (consulté le 28 juin 2019).
  8. « Clarisse, une concurrente unique en son genre ! », surclarissecremer.com (consulté le 29 juillet 2019).
  9. « Clarisse sur l'Atlantique - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 6 janvier 2021)
  10. a et b « Clarisse Crémer », sur classemini.com (consulté le 28 juillet 2019).
  11. Perrine Vangilve, « Clarisse Crémer : « La Mini Transat va être palpitante », sur voilesetvoiliers.ouest-france.fr, 9 mai 2019 (consulté le 28 juillet 2019).
  12. « Mini-Transat : Clarisse Crémer, reine de la com mais pas seulement », sur voileactu.blog.lemonde.fr, 29 septembre 2017 (consulté le 28 juillet 2019).
  13. « Le projet Transat AG2R 2018 », sur Clarisse Crémer - #HeureuxEtFous (consulté le 4 avril 2020)
  14. a et b « Le projet Solitaire du Figaro 2019 », sur Clarisse Crémer - #HeureuxEtFous (consulté le 4 avril 2020).
  15. a et b Jacques Guyader, « PORTRAIT. Clarisse Crémer, skipper et nouvelle égérie de Banque Populaire », Ouest France,
  16. a et b « Mise à l'eau du monocoque Banque Populaire X », sur voile.banquepopulaire.fr, 24 juin 2019 (consulté le 28 juillet 2019)
  17. a et b (en) « A great victory for Charal in the 2019 Rolex Fastnet Race », sur yachtsandyachting.com, 6 août 2019 (consulté le 7 août 2019).
  18. a et b « Banque populaire sixième en Imoca », sur transatjacquesvabre.org, 10 novembre 2019 (consulté le 11 novembre 2019).
  19. « Les skippers inscrits au Vendée Globe 2020 », sur vendee-tourisme.com (consulté le 27 décembre 2020).
  20. a et b (en) « WSSR Newsletter No 322. Clarisse Cremer. RTW Women Monohull Singlehanded. 09/02/21 », WSSRC, (consulté le 12 février 2021)
  21. Stéphane Roy, « Clarisse Crémer, 12e du Vendée Globe et première femme au classement », sur sport.fr, (consulté le 4 février 2021).
  22. « Classement général », sur transat.ag2r, 15 mai 2018 (consulté le 29 juillet 2019).
  23. « Général », sur lasolitaire-urgo.com (consulté le 29 juillet 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]