Eilat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eilat
(he) אילת
Blason de Eilat
Héraldique
Eilat
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District sud
Région historique Néguev
Maire Meir Yitzhak Halevi
Démographie
Population 50 100 hab. (2016)
Densité 591 hab./km2
Géographie
Coordonnées 29° 33′ 22″ nord, 34° 57′ 03″ est
Altitude 16 m
Superficie 8 478,9 ha = 84,789 km2
Divers
Date de création 1951
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Eilat

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte topographique d'Israël
City locator 14.svg
Eilat
Liens
Site web http://www.eilat.muni.il/

Eilat (אילת en hébreu, arabe : إيلات ('aylaat) ou arabe : أيلة ('aylat), aussi arabe : أم الرشراش ('Um 'al-Rashrash)) est une ville et un port de 50 000 habitants, fondée en 1952[1], situé à l'extrême sud de l'État d'Israël, sur les bords du golfe d'Eilat, aux portes du désert du Néguev, entre l'Égypte et la Jordanie.

Eilat, station balnéaire réputée de la mer Rouge.

C'est aussi une station balnéaire appréciée pour son climat et son ensoleillement. Elle est reconnue pour la plongée sous-marine et ses excursions dans le désert du Néguev mais aussi sur la mer Rouge. La proximité des frontières des États voisins permet de se rendre en Égypte ou en Jordanie.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port d'Eilat.

Eilat est l'un des trois ports d'Israël (avec Haïfa et Ashdod) et sert pour l'importation de biens provenant d'Extrême-Orient. Eilat est devenue une zone de libre-échange en 1985.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Eilat est une station balnéaire prisée des touristes. La ville compte une cinquantaine d'hôtels dont de nombreux sont classés cinq étoiles (King Salomon, Dan, Royal Beach, Hilton Queen of Sheba, Le Méridien, Herrods et The Princess).

Les récifs coralliens et les milliers de poissons de la Mer Rouge font d'Eilat un spot de plongée appréciée aussi bien par les plongeurs confirmés que par les débutants qui peuvent, par exemple, plonger avec des dauphins en liberté au Dolphin Reef.

Eilat est connue pour ses nombreuses attractions telles que l'observatoire sous-marin « Coral World », une salle IMAX. En effet la ville comporte de nombreux bars, discothèques, et restaurants. La promenade d'Eilat, située en centre ville au bord de la mer, est l'une des artères les plus fréquentées de jour comme de nuit. Les magasins y sont ouverts jusqu'à minuit.

La population d'Eilat comprend un grand nombre de travailleurs étrangers, estimé à plus de 10 000, dont beaucoup travaillent dans les métiers de la construction.

Transport[modifier | modifier le code]

Malgré sa situation isolée (au moins d'un point de vue national), Eilat est relativement accessible car la ville est dotée de deux aéroports : le « Eilat center hotel airport » pour les vols petits courriers et l'aéroport d'Ovda, situé dans le désert à 60 kilomètres d'Eilat, pour les vols internationaux. Il existe aussi des autobus faisant la liaison Jérusalem-Eilat et Tel-Aviv-Eilat via Beer-Sheva en environ 4 à 5 h de route. Le projet de train à grande vitesse Tel-Aviv Eilat, à l'étude depuis plusieurs années, a été relancé par le gouvernement en 2012. Il permettrait de relier les deux villes en deux heures.

La ville est desservie par deux points de passage des frontières, le passage frontalier de Taba qui se connecte à Taba en Égypte et le Wadi Araba Crossing qui se connecte à Aqaba en Jordanie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois nommée Asiongaber, Eilat était l'un des points d'où partaient les flottes de Salomon qui se rendaient à Ophir.

Eilat est mentionnée à plusieurs reprises dans la Bible, d'abord comme l'une des stations des enfants d'Israël, après l'Exode hors d'Égypte. Le Roi David conquit Édom et repris ainsi Eilat. Dans le deuxième livre des Rois 14:21-22, il est écrit : « Et tout le peuple de Juda prit Azaria, âgé de seize ans, et l’établit roi à la place de son père Amatsia. Azaria rebâtit Elath et la fit rentrer sous la puissance de Juda, après que le roi fut couché avec ses pères. »

Puis à nouveau dans 16:6 : « Dans ce même temps, Retsin, roi de Syrie, fit rentrer Élath au pouvoir des Syriens ; il expulsa d’Élath les Juifs, et les Syriens vinrent à Élath, où ils ont habité jusqu’à ce jour. »

La zone d'Eilat a été déclarée comme faisant partie de l'État juif lors du plan de partage de la Palestine établi à l'ONU en 1947.

Au cours de la guerre israélo-arabe de 1948-1949, le seul bâtiment de la région, une ancienne station de police ottomane nommée Oum Rashrash en arabe, a été prise sans combat le dans le cadre de l'opération Ovda, à laquelle les Brigades HaNéguev et Golani ont participé. Ayant oublié d'emporter un drapeau israélien avec eux, les soldats ont improvisé un « drapeau à l'encre » afin de réclamer pour Israël le domaine sur lequel serait construit Eilat.

Initialement conçue comme un simple avant-poste militaire, Eilat a grandi rapidement. Les anciennes mines de cuivre de Timna ont été rouvertes et un port construit, le pipeline Eilat-Ashkelon fut créé et les touristes commencèrent à arriver.

Le port d'Eilat est vite devenu vital pour le développement du pays naissant. En 1949, l'Égypte refusa le passage par le canal de Suez aux bateaux battant pavillons israéliens ou à tout navire transportant des marchandises à destination ou en provenance des ports israéliens. De ce fait, Eilat et son port devinrent des points cruciaux de la communication, du commerce et des échanges avec l'Afrique et l'Asie, et pour les importations de pétrole. Sans un port sur la mer Rouge, Israël n'aurait pas été en mesure de développer efficacement ses relations diplomatiques, les échanges culturels et les liens au-delà du bassin méditerranéen et en Europe.

Une telle situation se produisit en 1967 lorsque l'Égypte ferma le détroit de Tiran aux expéditions israéliennes entraînant la fermeture du port d'Eilat. Israël en fit un casus belli, conduisant à l'éclatement de la guerre des Six Jours.

Après les traités de paix signés avec l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994, les frontières d'Eilat avec ses voisins ont finalement été ouvertes.

En dépit de la montée du terrorisme dans le monde, Eilat est restée relativement sûre, avec une moyenne de 2 à 3 incidents par décennie au cours des 30 dernières années. Le dernier attentat-suicide a eu lieu dans une boulangerie d'un quartier résidentiel le . Trois Israéliens furent tués dans l'explosion.

Climat[modifier | modifier le code]

Eilat, couleurs des roches du Néguev

Le climat d'Eilat est très sec. En effet, comme dans le désert du Neguev tout proche, l'humidité est inférieure à 10 % et les températures sont très élevées. En été, elles peuvent dépasser régulièrement les 40 °C, atteignant parfois les 45 °C à l'ombre. Durant l'été, Eilat est la station balnéaire du Golfe d'Eilat où les températures maximales sont les plus élevées. En effet, à Eilat, on peut relever parfois des températures maximales de 3 à 4 °C supérieures à celles de Sharm el Sheikh (Egypte), ville pourtant située plus au Sud sur le Golfe d'Eilat ; le phénomène inverse se produit en hiver, mais dans une moindre mesure (1 à 2 °C en moyenne de plus à Sharm el Sheikh).

Sur Eilat, le soleil règne presque toute l'année. Rares sont les jours nuageux et encore plus rares sont les jours pluvieux (2 mm de pluie seulement durant la saison 2007/2008[2].

La température de la mer Rouge à Eilat reste entre 21-27 °C (70-81 °F) tout au long de l'année. Plus de 100 sortes de corail et 800 espèces de poissons vivent dans ces eaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[3]
1955 500
1961 5 300
1972 13 100
1983 18 900
1995 32 500
2008 47 300
2015 49 700
2016 50 100

En 2007, plus de 200 Soudanais réfugiés en Égypte sont arrivés illégalement en Israël mais comme ils travaillaient l'État a décidé qu'ils pouvaient rester à Eilat.

En 2016, la population de la ville atteint 50 100 habitants.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Eilat entretient des relations actives avec les villes jumelées ci-dessous :

Vue panoramique de la baie d'Eilat

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]