Gouesnach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Gouesnac'h redirige ici.
Gouesnach
Gouesnac'h
La chapelle Notre-dame de Vray Secours, à Gouesnach.
La chapelle Notre-dame de Vray Secours, à Gouesnach.
Blason de GouesnachGouesnac'h
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Fouesnant
Intercommunalité Pays Fouesnantais
Maire
Mandat
Gildas Gicquel
2014-2020
Code postal 29950
Code commune 29060
Démographie
Gentilé Gouesnachais
Population
municipale
2 679 hab. (2013)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 41″ Nord 4° 06′ 49″ Ouest / 47.911389, -4.113611
Superficie 17,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Gouesnach
Gouesnac'h

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Gouesnach
Gouesnac'h

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouesnach
Gouesnac'h

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouesnach
Gouesnac'h
Liens
Site web mairie.pagespro-orange.fr/mairie-de-gouesnach

Gouesnach [gwenax] (écrit également Gouesnac'h) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive gauche de l'estuaire de l'Odet qui le borde à l'Ouest, et est bordée à l'Est par l'axe Quimper-Bénodet ; sa limite nord est formée par le ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou qui sépare la commune de Quimper, et sa limite sud par le ruisseau de l'Anse de Kerandraon, qui la sépare de Clohars-Fouesnant, deux affluents de rive gauche de l'Odet formant des rias appendices de celle du fleuve précité. Gouesnach forme une presqu'île, une sorte d'enclave, raisons pour lesquelles cette commune est restée isolée et rurale jusqu'à une période récente, et le fait que la prononciation bretonne soit restée la seule usitée localement l'indique bien. Le développement récent de Quimper fait que la commune est désormais englobée dans la banlieue du grand Quimper et est de plus en plus urbanisée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pendant l'été 2013, une plage a été temporairement aménagée à Pors Meillou grâce à l'apport de 26 tonnes de sable[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Au nord-ouest, l'estuaire s'encaisse profondément entre Gouesnach et Plomelin dans une succession de courts méandres aux falaises boisées appelés les Vire-Courts dont la sinuosité constitue une limite au tonnage des bateaux remontant jusqu'au port de Quimper.

Le sous-sol de la commune est presque totalement granitique (ce granite contient des pegmatites à béryl[2]) ; quelques affleurements de micaschistes sont toutefois visibles au niveau du bourg et de ses alentours.

Le finage communal est très vallonné, les altitudes allant du niveau de la mer jusqu'à 59 mètres (ce point culminant se trouve au sud-ouest du manoir de Boutiguéry). Si la partie orientale de la commune est plus plane, formant un plateau d'une quarantaine de mètres d'altitude (c'est aussi l'altitude du bourg), les dénivelés s'accentuent vers l'ouest, en raison des nombreux vallons, creusés par de tous petits affluents de l'Odet, qui échancrent ce plateau.

L'encaissement de la ria de l'Odet et les fortes pentes boisées de la rive qui en résultent expliquent l'absence de véritables infrastructures portuaires, même si quelques criques abritent ou ont abrité des ports rudimentaires (Pors Meillou, "Abri du Moulin" en français, fut utilisé comme port dès l'époque romaine ; un quai et une cale y furent aménagés en 1875 facilitant le trafic des sabliers transportant le maërl, des goémoniers et le chargement de poteaux de mines à destination du Royaume-Uni ; Éric Tabarly, qui habitait à proximité, utilisa un mouillage non loin pour ses Pen Duick ; d'autres anses aussi furent utilisées comme ports rudimentaires comme Pors-Guen [Pors Gwen], Sainte-Barbe et Pors-Keraign)[3]. Ces trois ports servent désormais de mouillages, identifiés par des bouées, pour environ 90 bateaux de plaisance et sont gérés par l'« Association des plaisanciers de Gouesnac'h »[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un diverticule de l'Odet soumis aussi à la marée, l'Anse de Saint-Cadou, constitue la limite au nord avec Quimper (partie sud et ancienne paroisse d'Ergué-Armel).

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune n'est desservie que par une seule route départementale, la D 234, qui se termine au niveau du bourg et n'est qu'un embranchement de la D 34, l'axe Quimper-Bénodet. Par ailleurs seules des routes communales (chemins vicinaux) desservent la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Probablement issue d'un démembrement de la paroisse de Pleuven, Gouesnach a dû accueillir au Haut Moyen Âge un établissement monastique, ainsi que l'atteste la forme la plus ancienne relevée dans le cartulaire de Quimper au XIVe siècle : Goumenech (prononcé gouvenec'h) dont le composé menec'h semble être le pluriel en langue bretonne de manac'h (moine). Le nom s'est écrit Guouenech (vers 1330), Goumenech (en 1368), Gouvenech (en 1426, 1458 et en 1574), Gouenec'h (en 1516), Gouesnach (en 1621)[5].

Le nom en breton est Gouenac'h. En français local comme en breton, on prononce [gwenax] (gouénarrh). Le nom officiel de la commune, tel qu'indiqué sur le site de l'Insee[6] est écrit en utilisant la lettre CH au lieu de la lettre C'H, ce qui représente une tout autre prononciation.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

La stèle préhistorique du Cosquer

La présence d'un tumulus surmonté d'un dolmen effondré à Ty-Korn est attesté par E. Flagelle dans ses "Notes archéologiques sur le département du Finistère" publiées en 1877. Un éperon barré a été identifié à Saint-Cadou, sur un promontoire de la rive gauche de l'Odet, un autre éperon barré lui faisant face de l'autre côté de l'anse de Saint-Cadou, à Beg-ar-Chastel, dans l'ancienne commune d'Ergué-Armel[7].

Gouesnach : église paroissiale Saint-Pierre, ancien autel païen gallo-romain reconverti en bénitier

Cinq dépôts archéologiques de l'Âge du bronze final ont été à ce jour identifiés à Gouesnach : à Lanhuron (découvert en 1868 par Le Men), Ménez Tosta (dépôt de fondeur[8]. découvert en 1884 par un cultivateur de la commune)[9] et trois dépôts découverts à Kergaradec[10].

Le site de Kergaradec, proche de la ria de l'Odet, fouillé par Muriel Fily en 2004, a livré des centaines de fragments d'armes (épées, racloirs, haches, etc.) d'outils (harnachements, pièces de chars, etc.) et de parures (bracelets, etc.), des lingots de cuivre et des déchets de métallurgie enfouis vers 900 av. J.-C., donc vers la fin de l'Âge du bronze. Ces dépôts se situent à proximité d'une nécropole de la même époque, deux caveaux de l'Âge du bronze se trouvant dans un champ voisin fouillé en 1972[11].

La presqu'île de confluence formée par la confluence de la rivière de Saint-Cadou avec l'Odet serait un ancien oppidum, probablement même un éperon barré ; un long retranchement large de 3 à 4 mètres et haut de 2 à 3 mètres, composé de pierres et de terre a été identifié côté terre par Yves Marie Le Men[12]. Les Romains et Gallo-Romains avaient aussi créé au même endroit un camp retranché surveillant l'axe fluvial.

Plusieurs fouilles archéologiques ont révélé la présence de caches d'armes celtes antérieures à l'invasion romaine. Ils ont laissé diverses traces d'occupation (tuiles du Ier siècle). Une saunerie a été identifiée à Keraing : le four fouillé par Paul du Chatellier contenait environ 400 augets [petites auges] emboîtés les uns dans les autres, ainsi que des vases romains[13].

Douze sépultures, datées entre la fin du IVe siècle et la fin du Ve siècle ont été mises au jour près d'un tumulus de l'Âge du bronze (fouille Stéphane Hingant)[11].

Un ancien autel païen gallo-romain, une stèle moulurée d'un peu plus de un mètre de hauteur, est réemployé comme bénitier dans l'église paroissiale Saint-Pierre.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La période féodale a laissé peu de traces, même si des tessons de poterie ont été retrouvés, ainsi qu'un four à poterie sur la falaise de la rive gauche de l'Odet, près du hameau de Keraïgn, découvert, fouillé et décrit par l'abbé Floc'h, recteur de Gouesnach, en 1886 ; des vases furent trouvés[14]. On peut noter que les familles Penfeuntenyo, Kersaluden et Lanhuron ont des droits de prééminence dans l'église paroissiale.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale et les chapelles[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église paroissiale est refait en 1740 (sa première pierre est posée le ) et, le bâtiment antérieur menaçant ruine, le reste de l'église est reconstruit en 1775[15].

La fontaine proche de la chapelle Notre-Dame-du-Vray-Secours, construite à la fin du XVIIe siècle et dédicacée en 1729, aurait eu des vertus curatives connues dès le Haut Moyen Âge. La coutume voulait qu'elle guérisse les enfants invalides ou en retard physiologiquement.

Le grand pardon de saint Cadou se déroule fin septembre. Il était l'occasion de compétitions de lutte bretonne, car les lutteurs avaient pris pour patron le saint dont le nom signifie « combat » (breton kad).

Une légende purement locale prétend que saint Cadou aurait effectivement habité un ermitage à proximité de la chapelle ou plutôt de la proche chapelle du Pénity, disparue, or ce nom est souvent associé à l'habitat des saints (pénity signifie ermitage en langue bretonne).

La vie rurale[modifier | modifier le code]

Des "baux à palmage"[16] étaient alors signés entre paysans : l'un d'entre eux, à titre d'exemple, signé le entre Jean Le Mœm et sa femme Marie Le Timen, habitant Treffelen en Gouesnac'h d'une part, Yves Nédellec et sa femme Anne Nédélec, habitant Créac'h-Morvan en Clohars-Fouesnant d'autre part, est retranscrit dans un Bulletin de la Société archéologique du Finistère[17]. En voici quelques extraits :

« Entre lesquelles parties est reconnu que lesdits Jean Le Mœm et sa femme, comme fermiers dudit lieu de Treffelen, sous ledit Yves Nédélec, tiennent en leur pocession et saizinne à titre de palmage, m'y croît et perte, suivant l'usement du canton, de et sous ledit Nédellec acceptant, les bestiaux c'y après, scavoir : deux bœufs à labeurs, l'un rouge et l'autre blanc, estimés cent-quatre-vingt-quinze livres ; deux torillons de deux ans estimés soixante-quinze livres ; une vache hors d'âge, garre noir, prisée trente-trois livres ; une autre vache, garre jaune, avec son veau, prisés quarante-cinq livres ; une vache garre rouxane, âgée de cinq ans, prisée quarante-cinq livres ; [etc...], un cheval, garre rouge, prisé quarante-cinq livres, (...) ; faisant les dites sommes ensemble un capital de six-cent-cinquante-trois livres. (...) Lesdits Jean Le Mœm et femme promettent et s'obligent de bien nourrir, soigner, garder et conserver en bon père de famille sans les pouvoir vendre, prêter, n'y échanger, sans l'exprès consentement dudit Yves Nédélec, auquel les bestiaux seront représentés, à sa première réquisition, pour être réestimés. La somme principale prélevée, les profits, s'il s'en trouve, être partagés de moitié et, en cas de perte, être supportée à la susdite raison ; conditionné entre les parties que ledit Le Mœm et femme ne pourront nourrir d'autre bétail leur appartenant, sur les héritages dudit lieu de Treffelen. »

Les seigneurs de Lanhuron[modifier | modifier le code]

La famille Bobet (ou De Bobet) était seigneur de Lanhuron. Briant Bobet est le premier membre de cette famille à avoir laissé une trace dans l'histoire, il était un des gentilshommes de la compagnie de Jean Ier de Rieux[18] en 1351. Pierre Bobet fut lieutenant au siège présidial de Quimper à la fin du XVIIe siècle et un "Bobet de Lanhuron" fut tué en 1754 lors de la bataille de Saint-Cast. Cette branche de la famille Bobet semble s'être éteinte lors de la Révolution française, mais une autre branche fut seigneur de la Renardière près d'Ancenis[19].

Gouesnach vers 1778[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée, dans son "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", publié entre 1778 et 1780, écrit :

« Gouesnach, dans un fond, sur la rivière d'Odet ; à deux lieues et demi de Quimper, son évêché et sa subdélégation, (...) ressortit du siège royal de Concarneau. On y compte 600 communiants[20] (...). Son territoire, terminé au Sud par la mer, et à l'Ouest par la rivière d'Odet, est très fertile et produit des moissons abondantes. Il est plein de vallons et de monticules, qui y répandent une agréable variété ; il est d'ailleurs cultivé avec beaucoup de soin. (...) En 1680, les fiefs de Bodineau[21], Pleumieux[22], Coët-conq et Lieuron-de-Penfentenus furent unis et érigés en baronnie sous les noms de Chantefavic, de Chef-Fontaine, avec haute, moyenne et basse-justice, à M. de Chef-Fontaines. (...) Ses maisons nobles sont Kergos et Lanhuron[23]. »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le décret de l'Assemblée nationale du précise que hors la ville, les paroisses du district de Quimper sont réduites à 18. Parmi elles, « Clohars, qui aura pour succursales les ci-devant paroisses de Goefnac [Gouesnac'h], Pleuven et Perguet [Bénodet actuellement] »[24]. Ce découpage ne fut que provisoire et non repris lors de la création des communes par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ().

François-Marie Saint-Jalmes[25], recteur de Gouesnach à partir de 1786, prêta le le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé, devint procureur de la commune de Gouesnach, puis fut recteur de Mellionnec. Après s'être marié dans cette commune et avoir eu plusieurs enfants, il fut fusillé par les Chouans vers la fin de l'année 1798[26].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les incidents de 1865[modifier | modifier le code]

Adolphe Leleux : Jour de fête en Cornouaille [Lutteurs de Basse-Bretagne] (1864). Le peintre s'est probablement inspiré des lutteurs du pardon de Saint-Cadou.

En 1865, de graves incidents se produisirent à l'occasion du tournoi de lutte bretonne (gouren en breton) organisé traditionnellement chaque année lors du pardon de la chapelle de Saint-Cadou. Des Bigoudens venaient y participer et cheminaient en longeant depuis Sainte-Marine la rive droite de l'Odet jusqu'à hauteur de la chapelle ; ils traversaient alors la ria à la nage, en portant leurs vêtements sur leur tête, jusqu'à la cale de Pors ar Gwin. Lassés d'être chaque année battus par eux, les gars de Gouesnac'h, montés sur des canots, les attendirent cette année-là au milieu du fleuve et les assommèrent à coups de penn-baz (bâtons) ; une demi-douzaine d'entre eux se noyèrent, les autres parvenant à rejoindre la berge tant bien que mal. On ne trouva jamais les coupables ! Mais le préfet du Finistère interdit alors le tournoi pour « troubles à l'ordre public ».

Par contre en 1881, des lutteurs « de Gouesnach et de Saint-Cadou (sic), vingt couples de gaillards aux larges épaules et aux membres robustes », participèrent à Paris à une "Fête des sauveteurs bretons" organisée place du Châtelet à Paris[27].

Le tournoi de Saint-Cadou resta interdit pendant un siècle jusqu'en 1965[28]. Mais les combats continuèrent malgré l'interdiction : par exemple le journal Le Matin du écrit :

« Tous les ans, aux premiers jours d'automne, se déroule (...) le pardon de Saint-Cadou (...). Des luttes ont lieu en cette occasion car saint Cadou, que l'on fête, est reconnu depuis les temps les plus lointains comme le patron des lutteurs. En ces temps, chaque commune des environs désignait son meilleur lutteur pour les combats de la Saint-Cadou, dont le vainqueur emportait pour prix de sa victoire une chemise en grosse toile de lin écru, ou bien quelques mouchoirs d'une étoffe moins rigide. Ces luttes ont conservé leur attrait d'antan et, cette année encore, on a vu tous les lutteurs du pays de Fouesnant se livrer des combats devant une foule d'amateurs régionaux et aussi de touristes, malgré la saison avancée. Après les luttes, eurent lieu des danses, avec flots de rubans[29] »

La récolte du goémon[modifier | modifier le code]

Un arrêté municipal en date du limite à la période du 13 octobre au 30 novembre, seulement entre le lever et le coucher du soleil, la cueillette du goémon d'épave, alors très utilisé comme engrais par les paysans[30].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Gouesnach vers 1900[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre vers 1900, entourée du cimetière

Jean Varenne a décrit la vie municipale et sociale de Gouesnach lors de la Belle Époque dans un numéro de la revue Foën Izella. Gouesnach disposait alors de deux écoles, une de garçons et une de filles, cette dernière, dirigée par les religieuses de Kermaria, était construite sur un terrain appartenant à Madame de La Sablière qui la louait pour un franc symbolique par an ; l'école des garçons par contre appartenait à la commune : elle compte en 1901 74 élèves dans une seule classe qui ne peut en théorie en contenir que 40, d'où la décision prise cette année-là de construire une seconde classe. De nombreux adultes restaient encore illettrés (le par exemple, le maire signe à la place de 5 conseillers municipaux, sur 12 présents, incapables de le faire)[30].

Les chemins étaient alors dans un état déplorable : celui desservant Pors-Guen, « le plus important au point de vue de la circulation » présente des virages dangereux, mais son aménagement est différé en raison des difficultés financières de la commune (délibération du  ; celui desservant l'anse de Pors-Keraign était très fréquenté en raison des transports d'engrais marins (de nombreux habitants de Gouesnach travaillaient alors sur les bateaux sabliers de l'Odet qui allaient chercher du maërl dans les parages de l'archipel des Glénan[31]), mais leur charroi était devenu impossible au sortir de la grève est-il écrit dans une délibération du conseil municipal du  ; le chemin en direction de Quimper est impraticable en raison des ornières et nids de poules, particulièrement dans sa partie située sur le territoire de la commune de Pleuven entre Lesquidic et le Moulin du Pont : le conseil municipal déclare le  : « D'ici peu, les habitants de Gouesnach ne pourront plus se rendre à Quimper »[30].

L'hygiène laissait alors beaucoup à désirer. Les habitants du bourg s'approvisionnaient en eau au puits du presbytère, mais son eau était polluée, souillée par des infiltrations provenant du cimetière proche, qui était alors situé autour de l"église ; de plus il tarissait en période de grande sécheresse. un nouveau puits fut creusé en 1909.

En 1888 et 1899, l'église paroissiale Saint-Pierre, trop exiguë pour recevoir tous les fidèles, est agrandie (ce qui nécessite le déplacement du cimetière) selon les plans de Jean-Marie Abgrall, les bas-côtés nord, puis sud étant successivement reculés[15] et un vicaire est nommé en 1900 pour aider le recteur en place, même si le vicariat n'est officiellement créé qu'en 1904[32]. Un legs fait par une paroissienne permet en 1893 l'installation d'une horloge sur le clocher de l'église.

En septembre 1908 des inconnus abattirent une croix ancienne qui se trouvait en face de l'église de Gouesnach[33].

Lors de la querelle des inventaires, les paroissiens de Gouesnach mirent en échec une première tentative en mars 1906[34], mais cet inventaire fut effectué plus tard. Le Journal Officiel du attribue à la commune de Gouesnach tous les biens qui avaient appartenu à la fabrique de l'église de Gouesnach[35].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Gouesnach

Le monument aux morts de Gouesnach porte les noms de 39 soldats originaires de la commune morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, un au moins (Corentin Quemener[36]) était un marin disparu en mer ; un (Yves Bourgot[37]) est mort en Belgique, la plupart des autres sont décédés sur le sol français dont Pierre Dambiel[38], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre à titre posthume et Alain Coustans[39], tué le même jour au même endroit[40]. Yves Chiquet, soldat du 97e régiment d'infanterie , titulaire de la Croix de guerre, est signalé disparu le  ; son frère Isidore Chiquet avait été tué le [41]. Deux autres frères, Thomas[42] et Louis Quilfen[43] ont également été tués pendant cette guerre[44].

Précédemment, François Cosquéric[45], clairon, marin, fit partie des soldats français tués lors de l'expédition française en Chine dans le cadre de l'Alliance des huit nations pendant la Révolte des Boxers en 1900-1901[46].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le premier téléphone est installé à Gouesnach, chez un commerçant du bourg, Alain Quéméré, en 1919. Un syndicat intercommunal pour l'installation d'un réseau électrique est constitué en 1928, mais l'électrification ne fut réalisée dans l'ensemble de la commune qu'après la Seconde Guerre mondiale ; de même pour le réseau d'adduction d'eau potable.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un maquis du groupe Vengeance, animé par Louis Nicolas, se tint dans la zone de Prat ar Guip, Pors-Meilloù, Pen Prat[47].

Le monument aux morts de Gouesnach porte les noms de quatre soldats originaires de la commune mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : Alain Mendrez, soldat, décédé le  ; Yves Bourrhis, soldat, décédé le  ; Jean Getin, sergent, décédé le  ; Alain Savoye de Puyneuf, commandant, décédé en captivité en Allemagne le à Oppelin en Haute-Silésie[40]

François Gouzien, un jeune cultivateur de la ferme de Kéranroux en Clohars-Fouesnant, mais né à Gouesnach le , après un incident qui avait provoqué la chute d'un soldat cycliste allemand dans le bourg de Fouesnant, fut interné à la prison Saint-Charles de Quimper, puis déporté successivement aux camps de concentration d'Hinzert, puis de Dachau où il mourut le [48].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
  vers 1865 Augustin de Cambourg[49]   C'est lui qui dut se résoudre à faire interdire le pardon des lutteurs de la chapelle Saint-Cadou
  vers 1870 Lecain    
         
Georges Blanchet de La Sablière[50]   Décédé de la fièvre typhoïde au cours de son mandat âgé de 35 ans[51]
1900 Paul de Legge[52]   Élu au bénéfice de l'âge après trois tours de scrutin, au détriment de Noël Cosquéric
1900 après 1904 Noël Cosquéric[53]   Réélu maire le
  Maurice Hélias[54]   Trouvé noyé accidentellement, enfoncé dans la vase, sur la rive de l'Odet[55]
         
Guy Christien   A fait cinq mandats de maire[56]
Michel Simon[57] DVD Retraité fonction publique
en cours Gildas Gicquel DVD Ancien adjoint au maire ; sa liste bat celle du maire sortant de 148 voix
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Gouesnach est jumelé avec Venthon (Savoie)[58] et Eyrecourt en Irlande.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 679 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
465 512 447 548 643 631 636 688 621
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730 725 829 796 831 844 1 013 1 048 1 113
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 123 1 178 1 150 1 077 1 077 1 081 998 950 894
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
901 835 1 134 1 487 1 769 2 119 2 347 2 504 2 535
2013 - - - - - - - -
2 679 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2004[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commentaire : La population de Gouesnach a été multipliée par 5,64 en un peu plus de deux siècles, de 1793 à 2012, mais son évolution dans le temps est contrastée : en augmentation modérée tout au long du XIXe siècle (la population de la commune fait un peu plus de doubler pendant ce siècle, gagnant 658 habitants entre 1793 et 1901, un pic démographique étant atteint en 1906 avec 1178 habitants ; par contre, frappée par l'exode rural, la population décline lentement mais régulièrement pendant les deux premiers tiers du XXe siècle, perdant 343 habitants entre 1906 et 1968 ( - 29, 1 % en 62 ans) ; par contre la commune connaît un essor démographique spectaculaire pendant les trois dernières décennies du XXe siècle et le début du XXe siècle, gagnant 1788 habitants entre 1968 et 2012 (+ 214,1 % en 44 ans) en raison de la périurbanisation (la commune est proche de Quimper et les migrants pendulaires sont nombreux : en 2012, 87,3 % des actifs de la commune travaillaient ans une autre commune que Gouesnach, la commune étant principalement une ville-dortoir) et de son attractivité littorale en raison de la ria de l'Odet, même si les résidences secondaires y sont assez peu nombreuses (10,4 % du total des logements en 2012), la commune n'étant pas une station balnéaire et n'étant pas véritablement touristique même si elle dispose de deux terrains de camping disposant en tout de 160 emplacements.

La population augmente grâce à un excédent naturel constamment positif depuis plusieurs décennies ( + 0,4 % l'an pour la période 2207-2012) ; de 2007 à 2014 inclus, la commune a enregistré 228 naissances domiciliées et 159 décès ( en 2013, 30 naissances et 23 décès[61]) ; en conséquence son taux d'accroissement naturel est positif, le taux de natalité ( 11,2 pour mille entre 2007 et 2012) étant nettement supérieur à son taux de mortalité ( 6,9 pour mille entre 2007 et 2012) ; mais l'augmentation démographique est principalement due à une immigration nette assez importante, même si elle tend à se ralentir ( + 4,4 % l'an entre 1968 et 1975, + 1,8 % l'an entre 1982 et 1990, + 0,8 % l'an entre 2007 et 2012). La population de la commune est relativement jeune ( les 0 à 19 ans représentent en 2012 24,7 % de la population totale et les 65 ans et plus 19,2 %). En raison de son essor démographique récent, le parc immobilier est en moyenne assez récent (41,7 % des logements, essentiellement des maisons individuelles : 97 % du total des logements), ont été construits entre 1991 et 2009 selon une statistique datant de 2010. En 2013, 23 permis de construire ont été déposés[62].

La population communale atteignait 2 654 habitants au [61]. La densité de population atteint 153,7 hab. par km² en 2012 alors qu'elle n'était que de 48,9 hab. par km² en 1968.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gouesnach est située dans l'académie de Rennes.

La ville possède deux écoles, à la fois écoles maternelles et écoles élémentaires, l'école publique de l'Odet et l'école privée Notre-Dame-des-Victoires.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un cabinet médical dans lequel deux médecins exercent en 2015, ainsi que d'une pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La polyculture et l'élevage ont toujours été prédominants et l'existence d'un fabricant de cidre traditionnel ("Les Vergers de Kermao"[63]) bénéficiant de l'A.O.C. cidre de Cornouaille montre que le pommier y est toujours cultivé.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le calvaire de Gouesnac'h(XVe siècle), exposé au musée breton de Quimper.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • La chapelle Notre-Dame-du-Vray-Secours, construite initialement en 1698, est reconstruite dès 1729) ; elle est en forme de croix latine et sa façade est ornée d'un écusson timbré d'une couronne qui porte les armes de René Amaury de Montbourcher, chevalier, marquis du Bordage et de La Moussaye, seigneur du Mur, de Henvez et de Guériven, son fondateur. La chapelle possède une statue de sainte Barbe qui proviendrait de cette chapelle disparue ainsi que des tombes de nobles ; une fontaine se trouve à proximité[65].
  • La chapelle Saint-Cadou date pour partie de 1578) (cette date est inscrite sur la porte en anse de panier située sur son côté sud) mais son origine est plus lointaine, la légende rapportant que saint Cadou, qui voyageait dans la région, aurait demandé aux paysans de Kerzinaou la permission de construire à cet endroit un ermitage ; son transept date de 1620. La chapelle était en ruines en 1874 mais elle fut alors restaurée ; elle est en forme de croix latine, avec un chevet peu saillant ; elle possède un retable du XVIIe siècle (sans doute dû à l'atelier Le Déan ?), très ornementé. Son "pardon des lutteurs", qui se tient traditionnellement chaque premier dimanche d'août, est célèbre, connu principalement pour les combats de lutte bretonne qui y sont organisés[66]. Ces combats se seraient déroulés dans un passé lointain près de la chapelle Saint-Cadou de Melgven (désormais dénommée chapelle Notre-Dame de Coat-an-Poudou), mais des gars de Gouesnac'h auraient un jour enlevé la statue de saint Cadou et auraient depuis organisé ce pardon des lutteurs sur le placître de la chapelle ; l'affluence des pèlerins et des lutteurs était telle qu'il fallut construire un oratoire, dédié à saint Herbot (le second patron de la chapelle), à proximité de la chapelle pour célébrer la messe en plein air. Le vainqueur des combats emporte le maout (un bélier)[5].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Chapelle Sainte-Barbe (ruinée) ; elle se trouve non loin de la rive gauche de l'Odet[67]. Deux fontaines se trouvent à proximité, le "fontaine de Sainte-Barbe"[68] et la "fontaine aux chiens", dénommée ainsi car la légende rapporte que les chiens enragés venaient y boire et mouraient après avoir bu quelques gorges de son eau[67].
  • Chapelle Saint-Maudet, disparue ; elle dépendait du manoir de Lanhuron et se trouvait sur les bords de l'Odet[5].
  • Oratoire Ve-VIIe siècle (ruiné)
  • Oratoire de Saint-Herbot (XVIe)
  • les châteaux et manoirs des rives de l'Odet :
    • le château de Penfrat[69] date principalement de la 2e moitié du XIXe siècle (1859) (mais des agrandissements successifs datent de 1895 (aile gauche) et 1936 (aile droite); il est de style néo-Louis XIII ; il fut initialement construit comme relais de chasse pour la famille de Cambourg par Joseph Bigot.
    • le domaine de Boutiguéry domine les "Vire-courts" de l'Odet ; acheté initialement en 1841 par Carl de Kernet, le site correspond à une ancienne motte castrale ; une ruine encore visible dominant l'Odet est probablement une ancienne tour à feu datant du Haut Moyen Âge ; le "château" actuel correspond en fait aux écuries construites par Carl de Kernet, qui décéda en 1887 avant d'avoir pu construire le véritable château qu'il projetait ; sa sœur Hermine, épouse de La Sablière, hérita du domaine ; son parc à l'anglaise de plus de 20 ha, entretenu depuis des décennies par Christian de La Sablière, son propriétaire et désormais sa fille possède plus de 30 000 rhododendrons et azalées à la floraison printanière spectaculaire. Sa visite est autorisée pendant le printemps[70].Boutiguéry est le plus grand conservatoire de rhododendrons hybridés de France, de nombreuses variétés ayant été créées par son propriétaire[71].
    • le château de Lanhuron, dont le parc est classé par les Monuments historiques (Référence base Mérimée : IA29000345)
  • les sites naturels des bords de l'Odet :
    • Pors Meillou
    • Pors Keraign
    • Pors Gwen, avec sa vue sur le pont de Cornouaille

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Foen Izella : spécial Gouesnac'h mars 2010
  • L'Odet, Serge Duigou, Éditions Palantines, Plomelin, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/fouesnant/gouesnach/gouesnac-h-plage-un-petit-coin-de-paradis-24-07-2013-2182226.php
  2. Les pegmatites intragranitiques à béryl de Gouesnach, "France. Bureau de recherches géologiques et minières", 1964, https://books.google.fr/books?id=-7wcAQAAMAAJ&q=Gouesnach&dq=Gouesnach&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwifwJjM-77JAhWLbBoKHVJXDzgQ6AEITjAI
  3. http://www.bretagne.com/fr/patrimoine_maritime/en_finistere/ports/pors_meillou
  4. http://gouesnach-village.eklablog.fr/les-plaisanciers-de-gouesnac-h-a106298330
  5. a, b, c et d http://www.infobretagne.com/gouesnach.htm
  6. la fiche de Gouesnach sur le site de l'Insee
  7. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rao_0767-709x_1996_num_13_1_1043
  8. Paul du Chatellier, Cachette de fondeur à Gouesnach (Finistère), "Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme", 1884, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k445331g/f290.image.r=Gouesnach
  9. Jacques Briard, "Le dépôt de fondeur de Ménez Tosta en Gouesnac'h", Travaux du laboratoire d'Archéologie et de Préhistoire de la faculté ds sciences de Rennes, Rennes, 1968
  10. http://www.academia.edu/1064585/Les_depots_de_la_fin_de_lAge_du_bronze_final_de_Kergaradec_a_Gouesnach_Finistere_note_preliminaire_sur_une_decouverte_recente_de_lhorizon_metallique_de_lepee_en_langue_de_carpe
  11. a et b Yves Menez et Stéphane Hingant, "Fouilles et découvertes en Bretagne", éditions Ouest-France, INRAP, 2010 [ISBN 978-2-7373-5074-0]
  12. Yves-Marie Le Men, "Oppidums du département du Finistère", 1873
  13. Paul du Chatellier, "Revue archéologique du Finistère", 1886 et H. Quilgar, Les époques préhistorique et gauloise dans le pays de Guérande (Loire-Inférieure), "Comptes-rendus, procès-verbaux, mémoires... / Association bretonne", 1912, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5687891d/f210.image.r=gouesnach
  14. Abbé Floc'h, Exploration d'un four à poterie, en Gouesnach (Finistère), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1888, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f318.image.r=Gouesnach
  15. a, b et c http://fr.topic-topos.com/eglise-saint-pierre-gouesnac-h
  16. Contrat passé devant notaire par lequel une personne confie des bêtes à une seconde personne qui se charge de les engraisser. Les revenus générés sont partagés entre les deux parties
  17. Formule de bail à palmage, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", Société archéologique du Finistère, 1888, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f65.image.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  18. Père de Jean II de Rieux
  19. Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle", 1903-1929, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1120067/f442.image.r=Gouesnach
  20. Personnes en âge de communier
  21. Bodinio, en Clohars-Fouesnant
  22. Peut-être Pleuven ?
  23. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778-1780, consultable https://archive.org/stream/dictionnairehist02og#page/142/mode/2up
  24. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f410.image.r=Perguet.langFR
  25. François-Marie Saint-Jalmes, né en 1750 à Plouguernével, ordonné prêtre en 1775, recteur de Gouarec en 1782
  26. Daniel Bernard, Recherches sur la chouannerie dans le Finistère, revue "Annales de Bretagne", 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f119.image.r=Gouesnach
  27. Journal Le Temps n° 7 356 du 12 juin 1881, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k228407z.r=Gouesnach
  28. Serge Duigou et Jean Failler, "La Cornouaille dans tous ses états, éditions Palantines, 2013, [ISBN 978-2-35678-086-7]
  29. Journal Le Matin n° 19 214 du 28 octobre 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5854029/f4.image.r=Gouesnach
  30. a, b et c Jean Varenne, Passage du 19e siècle au 20e siècle à Gouesnach, revue "Foën Izella", consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/mairies-communes-du-pays-de-fouesnant-php2-fn73y
  31. Alex Nicol, "Le Tsar de Bénodet: Les enquêtes de Gwenn et Soazic", (ISBN 978-2-897-17759-1), consultable https://books.google.fr/books?id=5dWTBQAAQBAJ&pg=PT27&dq=Gouesnac%27h&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Gouesnac'h&f=false
  32. Journal La Croix no 6 592 du 2 octobre 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220436d/f2.image.r=Gouesnach
  33. Journal La Croix no 7 829 du 4 octobre 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2571843/f5.image.r=Gouesnach
  34. Journal des débats politiques et littéraires no 74 du 16 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k482249p/f2.image.r=Gouesnach
  35. Journal officiel de la République française n° du 9 décembre 1909, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6250068n/f8.image.r=Gouesnach
  36. Corentin Quemener, né le à Gouesnach, marsouin au 3e régiment d'infanterie coloniale, disparu en mer lors du naufrage du Provence II le , torpillé par un sous-marin allemand au large du Cap Matapan alors qu'il servait de transport de troupes
  37. Yves Bourgot, né le à Gouesnach, soldat au 169e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Staden (Belgique), inhumé dans la nécropole nationale Saint-Charles de Potyze à Ypres
  38. Pierre Dambiel, né le à Gouesnach, tué à l'ennemi le à Estrées-Deniécourt (Somme), inhumé dans la nécropole nationale de Maucourt (Somme)
  39. Alain Coustans, né le à Ergué-Gabéric, soldat au 262e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Estrées-Deniécourt (Somme)
  40. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=29060&dpt=29&idsource=3415&table=bp01
  41. Journal Ouest-Éclair, no 6274 du 4 janvier 1917, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k581820c/f5.image.r=Gouesnach
  42. Thomas Quilfen, né le à Gouesnach, soldat au 46e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Varennes-en-Argonne (Meuse)
  43. Louis Quilfen, né le à Gouesnach, soldat au 118e régiment d'infanterie, disparu le à Tahure (Marne)
  44. Journal Ouest-Éclair no 6 294 du 26 octobre 1916, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5674044/f5.image.r=Gouesnach
  45. François Cosquéric, né le à Gouesnach, fils de François, batelier, et de Marie Anne Boussard
  46. Journal Le Rappel no 11 523 du 28 septembre 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7548990q/f2.image.r=Gouesnach
  47. Revue Foën Izella , n° de décembre 2014 et http://gouesnach-village.eklablog.fr/entends-tu-le-vol-noir-a114147880?noajax&mobile=1
  48. Jean René Canevet, "La guerre 1939-1945 à Fouesnant", consulable https://books.google.fr/books?id=igwqd8jAvQUC&pg=PA141&dq=Gouesnac%27h&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Gouesnac'h&f=false
  49. Le vicomte Augustin de Cambourg, né le à Plougoumelen (Morbihan), décédé le à Gouesnach, fut aussi président de la Société des courses de Quimper. Il habitait le château de Penfrat, voir journal Le Figaro n° 171 du 19 juin 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2866487/f2.image.r=Gouesnach
  50. Edmond Marie Georges Blanchet de La Sablière, né le au château de Lanniron en Ergué-Armel ; en 1882 il explore l'archipel du Svalbard, en 1884 le nord de la Russie, puis en 1886 le nord du continent américain ; il épouse le à Pluvigner Marthe Hascoët de Saint-Georges ; devenu maire de Gouesnach, il fait construire la cale et le quai de Pors Meilloù, pour faciliter le déchargement du maërl et aussi le trafic lié à la briqueterie de son domaine qu'il remet en état ; il décède le au château de Keronic en Pluvigner ;voir http://boutiguery.fr/histoire-2/une-famille-dexplorateurs
  51. Décédé chez son beau-père à Pluvigner (Morbihan), voir journal La Croix n° 4 812 du 25 décembre 1898, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k218217f/f4.image.r=Gouesnach et journal Le Gaulois n° 6 226 du 28 décembre 1898, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k530499g.r=Gouesnach
  52. Paul Ange Marie de Legge, vicomte, propriétaire (il habitait au château de Lanhuron), né le à Quimper, décédé en mai 1914, marié avec Eugénie de Kermel, née le à Lannion, décédée le à Gouesnach. Il est qualifé de « vicomte réactionnaire » par le journal Le Rappel du 15 août 1901, voir http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75489469/f2.image.r=Gouesnach
  53. Noël Cosquéric, né le à Gouesnach, cultivateur, marié le à Gouesnach avec Marie Cosquéric
  54. Maurice Hélias, cultivateur, né le à Pleuven, époux d'Anne Goarin, née le à Gouesnach
  55. Journal La Croix n° 9 498 du 3 mars 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k258855w/f5.image.r=Gouesnach
  56. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20080114&article=20080114-2315302&type=ar
  57. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20080323&article=20080323-2759257&type=ar
  58. http://www.ouest-france.fr/bretagne/gouesnach-29950/jumelage-20-ans-damitie-mer-montagne-avec-venthon-2769705
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  61. a et b http://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/fouesnant/gouesnach/demographie-trente-naissances-en-2013-16-01-2014-2370065.php
  62. http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-29060
  63. http://www.cidref.fr/les-cidreries/les-vergers-de-kermao
  64. Journal Ouest-Éclair n° 5 758 du 30 avril 1918, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k582301s/f3.image.r=Gouesnach
  65. http://fr.topic-topos.com/chapelle-notre-dame-du-vrai-secours-gouesnac-h
  66. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-cadou-gouesnac-h
  67. a et b http://fr.topic-topos.com/vestiges-de-la-chapelle-sainte-barbe-gouesnac-h
  68. http://fr.topic-topos.com/fontaine-de-sainte-barbe-gouesnac-h
  69. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002879
  70. http://www.boutiguery.fr/
  71. http://www.apjb.org/fr/parcs/boutiguery.html
  72. Journal Le Gaulois n° 13 409 du , consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k536205w/f2.image.r=Gouesnach
  73. L'Ouest-Éclair no 8527 du 21 février 1925, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5847880/f5.image.r=Quimerch.langFR