Saint-Évarzec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Évarzec
Saint-Évarzec
La mairie.
Blason de Saint-Évarzec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fouesnantais
Maire
Mandat
René Rocuet
2020-2026
Code postal 29170
Code commune 29247
Démographie
Gentilé Varzécois ou Saint-Évarzécois
Population
municipale
3 529 hab. (2017 en diminution de 0,62 % par rapport à 2012)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 12″ nord, 4° 01′ 14″ ouest
Altitude Min. 16 m
Max. 102 m
Superficie 24,65 km2
Élections
Départementales Canton de Fouesnant
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Évarzec
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Évarzec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Évarzec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Évarzec
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Évarzec [sɛ̃tevaʁzɛk] (en breton : Sant-Evarzeg) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Évarzec est une commune du Pays fouesnantais située dans le sud du département du Finistère, au nord de la Baie de La Forêt et toute proche de Quimper.

Carte de la commune de Saint-Évarzec.
Communes limitrophes de Saint-Evarzec
Ergué-Gabéric
Quimper Saint-Evarzec Saint-Yvi
Pleuven Fouesnant La Forêt-Fouesnant

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est très vallonné : l'altitude la plus élevée est de 98 mètres au niveau du château d'eau situé dans l'est du finage communal, au nord d'Énez Raden, la plus basse, 11 mètres d'altitude, se trouvant à la limite ouest de la commune, à la confluence du Ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou avec le Ruisseau du Mur ; le bourg est vers une soixantaine de mètres d'altitude. Le finage communal est constitué de deux plateaux granitiques séparés par la vallée du ruisseau de l'anse de Saint-Cadou, d'altitude moyenne de 50 à 70 mètres.

Plusieurs petits cours d'eau ont leur source sur le territoire communal, qu'ils échancrent par des vallées assez encaissées : deux d'entre eux sont des petits fleuves côtiers affluents de rive gauche de la ria de l'Odet, qui ont leur source dans l'est de la commune et coulent vers l'ouest : le Ruisseau du Lendu (qui rejoint l'Odet dans l'Anse de Toulven) et le Ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou, qui alimente les étangs du Moustoir, passe au sud du bourg, avant de former la limite communale avec Pleuven jusqu'à sa confluence avec son principal affluent de rive droite, le Ruisseau du Mur ; ce dernier, qui a sa source dans la commune de Saint-Yvi, forme un temps limite entre cette commune et Saint-Évarzec, avant d'alimenter l'étang du Mur, puis celui de Meil Gwen, et enfin forme dans la dernière partie de son cours limite entre Saint-Évarzec et Quimper (anciennement avec Ergué-Armel). Deux petits fleuves côtiers, l'un étant la Rivière de La Forêt qui a sa source au pied de l'escarpement formé par le Bois de Pleuven (celui-ci se trouve dans la commune de Saint-Yvi), coule vers le sud dans une vallée aux versants encaissés, avant de se jeter dans l'Anse du Bourg à La Forêt-Fouesnant[1], l'autre étant le ruisseau de Pen Al Len (Penalen) qui se jette dans l'Anse de Penfoulic.

Carte de la commune de Saint-Évarzec (OpenStreetMap).

La limite nord de la commune est formée par un tronçon de la vallée du Jet, affluent de rive gauche de l'Odet, qui sépare la commune de celle d'Elliant.

La commune est assez boisée : les versants des cours d'eau précités le sont presque tout au long de leur parcours ; le bois le plus étendu est le bois du Mur, situé principalement au sud de l'étang et du château du Mur, mais les environs du manoir du Moustoir sont également boisés.

Géologie[modifier | modifier le code]

Des affleurements d'amphibolite forment une traînée allant de Saint-Évarzec à Quimperlé[2]. Du leucogranite (un banc affleure de Landudec à Saint-Évarzec en passant par Pluguffan et Plomelin) est exploité dans les carrières de Meilgwen et Poullodec au nord de Saint-Évarzec[3]. La principale carrière est la carrière Lannurien, située à Neiz Vran.

Un filon de quartz commence un peu à l'est du bourg de Saint-Évarzec et ses affleureents sont visibles sur deux kilomètres jusqu'à la rive droite du ruisseau de Penanster ; d'énormes blocs affleuraient, imitant des monuments mégalithiques, dans les taillis du Moustoir et à leur voisinage, mais ils ont disparu utilisés comme matériaux d'empierrement[4].

Habitat[modifier | modifier le code]

Le paysage agraire traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de hameaux et fermes isolées. Mais la proximité de Quimper a considérablement modifié l'aspect de la commune : le bourg, qui était de modeste dimension, a grossi en raison de la construction de plusieurs lotissements à l'ouest, au nord-est et au sud du bourg traditionnel ; la rurbanisation est importante de part et d'autre de la D 783 en direction de Quimper (dans les environs de Croas Kerhornou, Stang Korriquet, Poullogoden, Beg Kervoalic), mais aussi à l'est du bourg, toujours le long de cette même route (Kroas an Itron, Moustoir Nevez) ainsi qu'au sud-est (Carn Yan). Un autre lotissement a été créé à Ménez Rohou, au sud du bourg.

Mais la transformation la plus importante est la création de la Zone industrielle de Troyalac'h, dans la partie nord de la commune, entre la RN 165 (desservie par l'échangeur de Troyalac'h) et la D 765, qui a attiré de nombreuses entreprises industrielles et commerciales en raison de sa proximité avec Quimper.

Transports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Évarzec n'est desservi que par des routes secondaires mais d'importants axes routiers traversent le territoire communal : la voie rapide RN 165 de Nantes à Brest principalement (la commune est desservie par l'échangeur de Troyalac'h), mais aussi la D 765 allant de Quimper à Rosporden (il s'agit de l'ancienne RN 165 d'avant la voie express) traversent le nord de la commune ; la D 783 (ancienne Route nationale 783 déclassée en départementale), qui va de Quimper à Concarneau traverse le centre de la commune, passant à l'est du bourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sendefaduc en 1182, Sent Defridoc en 1192-1202, Sancteverdec fin XVe siècle, Sainctevarzec en 1535, Saint Evarsec 1553, Saint Evarzec en 1629[5]. Dans la charte du duc de Bretagne Conan IV (selon une copie datant du ), Saint-Évarzec est nommé "Sendefaduc"[6].

Selon Oheix[7] Saint-Evarzec proviendrait de Tefridoc, un saint gallois du VIe siècle[5] connu seulement pour être le moine fondateur de Llandyfrydog, dans l'île d'Anglesey[8]. Mais dans la commune de Landrévarzec, où l'on honore aussi saint Évarzec, une autre explication est fournie : un texte du XIe siècle prouve que ce nom de lieu est formé de trois mots, les deux termes géographiques lan et tref, et le nom d'homme "Hartuc"[9].

Selon René Kerviler, saint Evarzec, patron primitif de Saint-Évarzec, où il a été remplacé par saint Primel, était un abbé du XIIe siècle appelé en latin sanctus Everardus[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des différents menhirs ayant existé sur le territoire communal ne subsiste que celui de Kerhuel ; un tumulus, constitué d'une tombe circulaire de 6 mètres de diamètre, haut de 1,50 mètre, constitué de pierres sèches plates, se trouve à proximité, ainsi qu'une tombe latérale plus modeste (reconstitués sur le terre-plein du Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarc'h). Un dolmen renversé se trouvait à droite de la route allant de Quimper à Rosporden, au km 47,5 et un tumulus dans les bas-fonds de Creac'h Quetta, à proximité de la limite de la commune de Pleuven [il s'agit probablement de celui de Kerhuel][11].

Tumulus circulaire de Kerhuel (datant de l'âge du bronze, réimplanté au Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarch).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Deux voies romaines, reliant Aquilonia (Quimper) à Rosporden pour l'une, à Concarneau pour l'autre, traversaient le territoire de la commune et une villa gallo-romaine[12] a été retrouvée au Cavardy[13].

Charles Armand Picquenard, en fait cette description en 1906 :

« Les ruines du Cavardy (...) sont situées à 300 m à l'ouest du bourg de Saint-Évarzec sur un plateau (...) à environ 70 m d'altitude. L'établissement gallo-romain du Cavardy se composait de son temps de trois constructions : A et B étaient situées à l'ouest du plateau ; C était située plus à l'est (...)[14]. »

En 1906, Charles Armand Picquenard, reprenant en partie une étude de Grenot datant de 1867, décrit ce qui reste de ces villas : des pans de murs s'élevant encore par endroits jusqu'à 2 m de haut, des contreforts atteignant encore plus de 4 m de haut pour la construction A longue de 25,5 m ; une subdivision en trois pièces, dont une grande pièce de 8,5 m sur 6,66 m située à l'ouest, pour la construction B ; une forme presque carrée (7,8 m sur 6,84 m), et son mur est percé de deux ouvertures, pour la construction C (totalement disparue en 1906) ; des monnaies, des tuiles creuses, des poteries rouges et noires, des clous, des fragments de verre, des coquillages, etc. ont été trouvés lors des fouilles. La construction A était encore debout en 1867, servant de maison d'habitation et couverte de chaume (elle aurait même servi de cabaret antérieurement) et des pièces de monnaie datant de Louis XIII trouvées sur place montrent une utilisation continue du site à travers les siècles. Les nombreux pieds de buis commun trouvés aux alentours sont probablement des vestiges des cultures ornementales des gallo-romains qui vivaient là[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Évarzec est issue d'un démembrement de la paroisse de l'Armorique primitive de Pleuven ; toutefois la partie nord dépendait de la paroisse primitive d'Ergué-Armel.

D'après le dictionnaire des châteaux (de Salch, chez Publitotal), il y a deux mottes féodales (celle du Treff était encore visible au milieu du XIXe siècle).

Deux établissements des Templiers auraient existé, l'un au Mur, l'autre à Creac'h Miquel.

Les seigneurs du Mur, seigneurs du dit lieu en Saint-Évarzec, mais aussi de Penanster en Fouesnant, de Kerdavid en Locamand, de Kerdudal en Riec et de Livinot en Bannalec, furent représentés aux réformations et montres de l'évêché de Cornouaille entre 1426 et 1562[15] et disposaient d'une châtellenie ; Jehan du Mur, né vers 1365 (calendrier julien) en est le plus ancien membre connu. La famille du Mur s'est éteinte dès le XVe siècle, fondue en raison du mariage de son héritière, dans la maison du Juch et passa ensuite aux mains de la famille Gouyon de la Moussaye, puis en 1699 devint la propriété de François de Franquetot de Coigny, puis de la famille Éon du Vieux-Châtel[16], qui possédait le château de Kérouzéré juste avant la Révolution française[17]. En 1730, la seigneurie du Mur s'étandait sur 33 tenures, 2 moulins (le "moulin roux" et le "moulin blanc") et le bois du Mur[18].

La seigneurie du Moustoir existe depuis au au moins le XIIIe siècle ; elle s'étendait auusi sur Fouesnant, Locamand, Pleuven, Clohars-Fouesnant et Scaër ; le seigneur du Moustoir avait armoiries et prééminences dans l'église paroissiale ; le manoir actuel date des XVe – XVIe siècles [19].

Les seigneurs du Treff, seigneurs du dit lieu et de Rozhellou en Elliant étaient représentés à la réformation de l'évêché de Cornouaille en 1426[20] ; ils disposaient du droit de haute justice, comme en témoigne le lieu-dit Ménez Justissou où se trouvaient leurs fourches patibulaires. Éon du Treff fut capitaine de Quimperlé en 1389 et de Concarneau en 1392. Le château du Treff fut abandonné assez tôt, sa seigneurie étant englobée dans celle de Toulgoat (en Saint-Yvi), de même que celle du Treff[21].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de la Ligue, le 17 janvier 1576, trente gentilshommes du pays, commandés par messires de Kermassouet et Baud de Vigne-la-Houlle, qui professaient la religion réformée prirent par ruse la ville de Concarneau. Les habitants des paroisses voisines, commandés par de Pratmaria[22] et Jean de Tyvarlen[23] s'assemblent au son du tocsin (« le tocsin sonnait dans les paroisses de Fouesnant, Pleuven, Saint-Évarzec et autres, et nous entourions la place , à la tête de 8 à 10 000 paysans » et se dirigent vers Concarneau, aidant à la reprise de la ville par les catholiques[24].

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

En 1759 la paroisse de Saint-Évarzec devait chaque année fournir 14 hommes pour servir de garde-côtes[25].

Une épidémie de typhus et de dysenterie culmina entre 1758 et 1761 : 214 décès sont constatés en quatre ans, soit le quart de la population paroissiale ; le typhus frappé encore en 1772, la petite vérole en 1773 et 1774 ; l'année 1787 connut 57 décès. Sur la période 1743-1792 on compte 1 673 naissances et 1 821 décès (dont 534 enfants de moins de 1 an)[26].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Saint-Évarzec en 1778 :

« Saint-Evarzec ; sur une hauteur ; à une lieue et demie au sud-sud-est de Quimper, son évêché ; à 39 lieues de Rennes et à 3 lieues de Concarneau, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse compte 700 communiants[Note 1] ; la cure est à l'alternative. Le territoire, borné à l'ouest par la rivière d'Odet [faux, Saint-Évarzec était séparé de l'Odet par les paroisses de Pleuven et Ergué-Armel ], et coupé de ruisseaux qui arrosent des prairies, offre à la vue des terres en labeur, des arbres à fruits et plusieurs cantons de terres incultes dont le sol est entièrement stérile. Les Murs-Hunes [en fait les seigneuries du Mûr et du Henvez] et Guériven forment une haute justice, qui appartient à M. le comte de Coigni [Coigny] [Note 2]. Les manoirs de Montarlan et de Montergoët sont très anciens[27]. »

Une autre seigneurie importante était la seigneurie du Moustoir (du breton mouster ("monastère, prieuré"). Son seigneur n'hésitait pas à se plaindre de ses paysans, écrivant qu'il se trouve « aux environs du manoir une grande quantité de souches dont les arbres ont été abattus. Les paysans ne font point de difficultés de donner en plein jour des coups de pioche dans ces bois : ils renouvellent cette manœuvre pendant un mois ou deux, et enfin le pied entamé tombe nécessairement. Chaque jour fournit des exemples multipliés de cet abus (...) Les bois taillis sont également dans le plus grand désordre[28].

La paroisse de Saint-Évarzec dépendait de deux juridictions seigneuriales : les deux-tiers nord dépendaient de la sénéchaussée de Concarneau, le tiers sud de la juridiction de "Mur, Henvez (en Fouesnant) et Gueriven ( en Pleuven)" qui appartenait en indivision à ces trois seigneurs et dont le siège était à Saint-Évarzec jusqu'en 1783, avant d'être transféré à Pleuven.

Au XVIIIe siècle les familles seigneuriales ne résidaient pas sur place, mais à Paris, pour les familles de Coigny et d'Arenberg (Charles Léopold, prince et duc d'Arenberg (1721-1778), est alors seigneur du Moustoir, qui lui a été apporté en dot par son épouse Louise de la Mark), et à Rennes pour la famille Rosnyvinen de Piré.

Le "général"[Note 3] de la paroisse se tenait régulièrement sous le porche sud et élisait chaque année un "procureur terrien" qui administratif la paroisse et deux fabriciens, qui géraient la fabrique.

En 1780, 66,3 % de la superficie de la paroisse étaient cultivés, pour partie en terres chaudes, pour partie en terres froides[Note 4] et prés fauchables[29].

Les paysans étaient astreints aux corvées : par exemple une ordonnance du , les habitants des paroisses d'Ergué-Armel, Saint-Évarzec, Clohars-Fouesnant, Gouesnac'h et Pleuven « se rendront au nombre de vingt hommes de chaque paroisse, et chaque jour alternativement suivant les rôles qui seront à cette fin arrêtés » pour réparer un tronçon du « chemin de la ville de Quimper à celles de Concarneau et Rosporden » jusqu'à ce que les réparations « soient finies et parfaites » ; les paysans devaient aussi souvent participer à des transports (par exemple de bois depuis la forêt de Carnoët) liés aux arsenaux de Brest et Lorient[30].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances de Saint-Évarzec est rédigé le [31] (une réunion s'était déjà tenue le , mais l'avocat Coroller, sénéchal de la juridiction de Cheffontaines et représentant aussi celle de Mur, Henvez et Guéréven, les empêcha alors de délibérer) ; il est quasi identique à celui de Pleuven. Jean Daniel (de Kerongar, le seul à savoir lire sur les 28 paroissiens présents) et Jean Francès[Note 5] représentèrent les Varzécois à l'assemblée du tiers état de la sénéchaussée de Concarneau.

La loi du supprima momentanément la paroisse de Saint-Évarzec, rattachée à celle d'Ergué-Armel[32].

Déclarés biens nationaux, le domaine de Kerthomas, qui appartenait aux Dames Augustines de l'hospice Sainte-Catherine de Quimper, fut vendu le , le presbytère et le parc Saint-Philbert le 11 messidor an IV (), le manoir et la métairie du Moustoir le 9 vendémiaire an IV (), la métairie et la chapelle du Treff le 29 vendémiaire an IV (). Les biens de la seigneurie du Mur ne furent pas déclarés biens nationaux car leur propriétaire, Auguste de Coigny, n'avait pas émigré[33].

Les paysans étaient astreints aux corvées : par exemple une ordonnance du , les habitants des paroisses d'Ergué-Armel, Saint-Évarzec, Clohars-Fouesnant, Gouesnac'h et Pleuven « se rendront au nombre de vingt hommes de chaque paroisse, et chaque jour alternativement suivant les rôles qui seront à cette fin arrêtés » pour réparer un tronçon du « chemin de la ville de Quimper à celles de Concarneau et Rosporden » jusqu'à ce que les réparations « soient finies et parfaites » ; les paysans devaient aussi souvent participer à des transports (par exemple de bois depuis la forêt de Carnoët) liés aux arsenaux de Brest et Lorient[34].


Les paysans étaient astreints aux corvées : par exemple une ordonnance du , les habitants des paroisses d'Ergué-Armel, Saint-Évarzec, Clohars-Fouesnant, Gouesnac'h et Pleuven « se rendront au nombre de vingt hommes de chaque paroisse, et chaque jour alternativement suivant les rôles qui seront à cette fin arrêtés » pour réparer un tronçon du « chemin de la ville de Quimper à celles de Concarneau et Rosporden » jusqu'à ce que les réparations « soient finies et parfaites » ; les paysans devaient aussi souvent participer à des transports (par exemple de bois depuis la forêt de Carnoët) liés aux arsenaux de Brest et Lorient[35].


En 1793, 718 des 774 habitants habitaient les 65 écarts de la paroisse, le bourg n'abritant que 56 personnes. Les écarts les plus habités étaient ceux de Neiz Vran (35 habitants), Kerhornou (23 habitants), Mousterlein et Kerdraon (20 habitants chacun), Cosquer et Mouster-Coat (19 habitants chacun)[36].

François Guillaume Kerliézec Royou[Note 6], avocat, est nommé agent national de Saint-Évarzec en 1793[37].

Le 20 floréal an IV (), le vicaire et recteur élu de Saint-Évarzec, jureur, Jacques Lavallot[Note 7], est tué par arme à feu (il a reçu deux balles, l'une dans une vertèbre, l'autre dans le poumon droit) et le tabernacle du maître-autel de l'église est pillé (il a été ouvert grâce à une clef que le sonneur de cloche, Allain Le Breton, a dû remettre sous la contrainte), le saint ciboire, le soleil et le calice en argent volés, ces exactions étant commises par une bande de chouans non identifiés[38].

Le sainte Marie-Magdeleine serait apparue, près de la fontaine de Pollogoden, à un cultivateur de la commune, Yves Chiquet[Note 8]. La nouvelle fut grand bruit dans la région, même si, après enquête, celui-ci fut poursuivi et condamné à trois décennies de prison[39].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Pauvreté, analphabétisme et vie agricole[modifier | modifier le code]

Selon une enquête de la préfecture portant sur l'année 1811, 150 hectares de seigle, 150 ha de sarrasin, 80 ha d'avoine, 7 ha de pommes de terre et 3 ha de froment étaient cultivés. La commune aurait eu alors 240 vaches, 120 bœufs, 10 taureaux et 300 veaux, ainsi que 60 chevaux, 50 juments, 30 poulains et, par ailleurs, 140 porcs.

Les terres étaient amenées grâce au maërl provenant des parages de l'archipel des Glénan et débarqué au fond de la ria de La Forêt ; de là le maërl était acheminé par charrettes attelées de deux chevaux ; ce transport était difficile en raison de la distance et du mauvais état des chemins menant à la mer.

Le Jean-Marie Daniel, alors maire, écrit au préfet du Finistère : « Il n'y a personne dans l'élection municipale [en dehors de lui] qui sut lire et écrire, et même dans [toute] la commune de Saint-Évarzec, il n'y en a que deux sachant lire et écrire ».

Cultivateur de Saint-Évarzec (dessin de 1848, François Hippolyte Lalaisse, Galerie armoricaine)

En 1851 la commune comptait 75 agriculteurs propriétaires, 164 fermiers et domaniers, 146 journaliers, 176 domestiques et 2 bûcherons, ainsi que 62 personnes exerçant des professions non agricoles[40].

Saint-Évarzec en 1845[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Évarzec en 1845 : « Saint-Évarzec : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. Géologie : granite ; gneiss au sud du bourg. On parle le breton »[41].

En un incendie criminel ravagea le village de Mousterland (Mouster Lan) en Saint-Évarzec : « Treize corps de logis, douze bêtes à cornes et le mobilier du fermier ont été entièrement la proie des flammes. (...) Le village incendié appartenait au maire de Quimper (...). L'incendiaire, nommé Troboë, cultivateur à Saint-Évarzec, a été arrêté »[42].

Un bref mandat de maire[modifier | modifier le code]

Augustin Dumarnay[Note 9], qui habitait le manoir du Moustoir, élu maire le à 14 heures, décède le même jour à 18 heures. Sa veuve Eugénie Le Bescond de Coatpont, qui avait hérité entre autres de 12 fermes situées à Saint-Évarzec, ainsi que du manoir, du moulin et de l'étang du Moustoir, finança la construction d'une école privée, ouverte en , tenue par les religieuses de Kermaria, et baptisée "école Saint-Augustin" en mémoire de son mari. Augustin Dumarnay avait aussi offert le vitrail central du chevet de l'église paroissiale en 1872, et sa veuve fit de nombreux autres dons, comme la croix du cimetière en 1886, l'école privée des garçons en 1894, etc.[40]

La création des écoles[modifier | modifier le code]

L'école Saint-Augustin, école privée de filles, passe de 60 élèves en 1882 à 140 en 1902 ; l'école disposait d'un internat (26 internes en 1902) ; cette école a 50 élèves en 1955 et fermé en 1971.

L'école Saint-Louis-de-Gonzague, école privée de garçons, tenue par les Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel, ouvre en 1894 ; maintenue en activité en dépit de la loi sur les congrégations, elle est agrandie en 1910 par la construction d'un deuxième bâtiment, perpendiculaire au premier, et à nouveau en 1951.

L'école de hameau de Menez Bras[modifier | modifier le code]

Fin XIXe, la construction de 67 écoles de hameaux a été autorisée dans le Finistère par deux décrets :

  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 18 écoles de hameaux sur l'arrondissement de Quimperlé ; toutes ont été bâties.
  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 50 écoles de hameaux sur les quatre autres arrondissements du département (Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper) à choisir dans les communes « dont le territoire est le plus étendu et les ressources les plus restreintes » ; 49 ont été bâties dont 1 à Saint-Évarzec (Menez-Bras)[43]. Son nombre d' élèves n'a jamais, dépassé 12. Elle a fermé en 1970.

La fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1867 le chemin allant de Quimper, via Saint-Évarzec, à Fouesnant et Mousterlin est classé "chemin d'intérêt commun" : « ce chemin permet aux habitants de Fouesnant et Saint-Évarzec de prendre les engrais de mer (...) »[44]. Mais en 1871 le Conseil général du Finistère change d'avis et décide que c'est le tracé par Pleuven, au détriment du tracé via Saint-Évarzec, qui est classé "chemin d'intérêt commun" no 12 « attendu que la circulation générale se porte par Pleuven et qu'une notable économie des dépenses départementales doit résulter de ladite substitution » en dépit des protestations du Conseil municipal de Saint-Évarzec[45].

En 1881 le nouveau maire, Jean Bouard, écrit que « le chemin de Troc'h-Yalac'h [Troyalac'h] [est] impraticable et dangereux » ; une pétition du indique qu' « un précipice véritable est à son entrée sur le chemin de Rosporden ». En 1884 le conseil municipal reconnaît que, l'hiver, la route menant à Ergué-Gabéric, et donc à la chapelle de Kerdévot, n'est qu'une impasse : « les bêtes doivent traverser le Jet à la nage »[40].

Une épidémie de choléra sévit à Saint-Évarzec entre le et [46]. Une épidémie de variole sévit en 1889, entraînant le décès de plus de 30 enfants.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'agriculture au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1901 on recensait à Saint-Évarzec 71 cultivateurs propriétaires, 161 fermiers, ouvriers agricoles et journaliers, ainsi que 11 domestiques ; par ailleurs on dénombrait 36 salariés non agricoles et 71 non salariés de professions diverses (dont 3 ménétriers, 3 vanniers et 2 mendiants, ainsi que 7 instituteurs). En 1902, 556 ha de céréales étaient cultivés (dont 276 ha d'avoine, 128 de sarrasin, 92 ha de seigle, 55 ha de blé) et par ailleurs 9 ha de haricots et 5 ha de chanvre ; les herbages et les cultures fourragères couvraient 1 035 ha[40].

Les querelles liées à la laïcité[modifier | modifier le code]

Le , le recteur, l'abbé Coroller, eut son traitement[Note 10] suspendu en raison de l'emploi abusif du breton , notamment lors du catéchisme.

Malgré le vote de la loi sur les congrégations, les sœurs enseignantes de l'école Saint-Augustin purent un temps continuer à enseigner, à la demande de la municipalité varzécoise. Le journal La Croix du annonce la fermeture de l'école congréganiste de Saint-Évarzec, qui était tenue antérieurement par les Filles de Jésus, sur décision du gouvernement d'Émile Combes[47]. En l'école des garçons tenue par les Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel est fermée à son tour[48].

L'inventaire de l'église paroissiale fut dressé le .La veille, « les fidèles massés devant les portes se sont opposés, et cela malgré le désir de leur recteur, à me laisser pénétré dans l'église » écrit le percepteur de Rosporden, chargé de l'inventaire[40].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les premiers morts pour la France de Saint-Évarzec (année 1914) pendant la Première Guerre mondiale (journal L'Ouest-Éclair du ).

Le monument aux morts de Saint-Évarzec (réalisé en 1920 par deux artisans de la commune) porte les noms de 83 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; ils seraient même 89 selon un autre décompte : parmi eux, 22 varzécois sont morts pour la France en 1914, 27 en 1915, 11 en 1916, 14 en 1917 et 15 en 1918. Treize d'entre eux au moins sont morts sur le front belge (principalement à Arsimont, Rossignol et Maissin) , un (Michel Calvez) est mort en Serbie dans le cadre de l'Expédition de Salonique, un (Jean Crédou) est mort en captivité en Suisse et deux autres (Yves Goyat, Jean Séhédic) en captivité en Allemagne, la plupart des autres sont décédés sur le sol français. Douze familles ont perdu deux enfants et l'une d'elles en plus un gendre (Jean-Louis et Yvon Ollivier, tous deux décorés de la Croix de guerre et de la Médaille militaire, le gendre étant Noël Guillermou). Louis Bernard est mort de maladie après la fin de la guerre le à Rueil[49].

Un incendie survenu dans la nuit du dans une maison du bourg de Saint-Évarzec fit 4 victimes qui périrent carbonisées[50].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'émigration (exode rural) atteint son maximum dans la commune entre 1921 et 1931 avec 347 départs, soit presque 35 personnes par an en moyenne.

L'électrification commence en 1930, notamment pour la mairie et les écoles. La majeure partie de la population était très réticente, ce qui a contribué à retarder les travaux. Les hameaux du nord de la commune ont été, en 1959, les derniers à être électrifiés[40].

Des paysans de la région d'Elliant - Coray - Saint-Yvi - Saint-Évarzec émigrèrent entre Beaumont-du-Périgord et Villaréal dans la décennie 1930. Yves Guéguen[Note 11], né à Saint-Évarzec, agriculteur, devint maire de Sainte-Sabine (Dordogne) le [51].

Une organisation sociale qualifiée de « magnifique » par J. Argouarc'h, le journaliste auteur de l'article, est décrite sur les terres appartenant au propriétaire du manoir du Moustoir en 1937 : « De chaque ferme dépend un penty avec un lopin de terre. Quand le fermier a atteint un certain âge, 50 ou 60 ans, et que l'aîné de ses fils, revenu du régiment, s'est marié, le père se retire dans la maisonnette et laisse la direction de l'exploitation à son fils. Celui-ci, tout en étant le patron de la ferme, trouve auprès de son père l'expérience acquise par une longue carrière agricole et les conseils dont il peut avoir besoin. Ce père termine ses vieux jours auprès de son enfant et petits-enfants sur la terre même où il est né et où il a peiné pendant qu'il était valide »[52].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1941, l'école Saint-Pierre (de la commune de Saint-Marc), 50 élèves et leurs maîtres, fut évacuée à Saint-Évarzec, un pensionnat dénommé Saint-Louis de Gonzague étant alors créé[53].

Le , un avion de chasse anglais tombe dans un champ près de Neiz-Lan à Saint-Évarzec[54] ; le pilote, blessé, est fait prisonnier par les Allemands[55].

Selon un rapport du maire de l'époque, le , des soldats allemands enterrent une personne dont ils refusent de fournir l'identité dans le cimetière de Saint-Évarzec[56].

Le monument aux morts de Saint-Évarzec porte les noms de 20 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles Jules Kerzulec, décédé le à Damas (Syrie) François Cosquéric, décédé le à Montedoro (Italie) et Jérôme Gourmelen, engagé dans l'armée américaine, mort le . Deux varzécois (Pierre Troboas, François Tanguy) sont morts alors qu'ils étaient prisonniers de guerre en Allemagne[49].

Le sept jeunes varzécois (Alain Cornec, René Chalony, Daniel Plonéis, Jean-Louis Chiquet (14 ans), Louis Le Bihan, Jean Furic, Hervé Le Breton), membres du réseau de résistance "Vengeance" furent arrêtés par les Allemands, puis déportés ; tous moururent en déportation. En tout une vingtaine de Varzécois prirent le chemin des stalags.

Le , des membres du kommando de Landerneau torturent à Saint-Évarzec Mme Ollivier et son neveu Jean Autret[57] (celui-ci est traîné attaché derrière une voiture dans le bourg de Pleuven et est mort ensuite en déportation), ainsi que son commis Hervé Le Breton[58].

Trois autres Varzécois ont été fusillés par les Allemands : Jean-Louis Gloanec (surpris en train de lacérer des affiches) le à Vannes ; son frère Yves Gloanec (pour une raison inconnue) le au Moulin du Mur en Saint-Évarzec ; Anna Kerzulec, épouse Homo, (en représailles de l'assassinat d'un officier allemand à Rosnoën) le à Saint-Ségal.

Jacob Mendrès, né le à Saint-Évarzec (fils de Jacob Mendrès[Note 12], soldat mort d'une maladie contractée au front en 1918), fut un militant communiste et un résistant FTPF (il prit alors le nom de "Jacques Guéguen") pendant la Seconde Guerre mondiale, participant notamment à des actes de sabotage dans l'arsenal de Brest dès le et à des actions symboliques comme le pavoisement du bourg de Lambézellec par des drapeaux tricolores le . Il intégra ensuite le "bataillon Stalingrad", participant notamment à l'attaque du château de Trévarez et devenant chef de la section "Leningrad" au sein de ce maquis. Il est décédé à Quimper le [59].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le premier tracteur de la commune est acheté en 1948 ; un important arasement de talus est effectué en 1960 ; la première CUMA est créée en 1985[40].

La construction de la voie rapide (RN 165) en 1979 en direction de Nantes et en 1987 en direction de Brest nécessite un remembrement des terres agricoles l'avoisinant et suscite la création du parc industriel de Troyalac'h à partir de 1983.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[60]
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1795 Jean Daniel    
1795 1801 Jean Francès[Note 13]   Cultivateur.
1801 1819 Jean Daniel[Note 14]   Décédé en cours de mandat.
1821 1827 Louis Jannès [Note 15]   Cultivateur.
1827 1828 Alain Le Breton[Note 16]   Cultivateur.
1828 1831 Lallour    
1831 1836 Primel Michelet[Note 17]   Cultivateur.
1836 1843 Jean-Marie Daniel[Note 18]   Cultivateur.
1843 1881 Jean Baptiste Kerliezec-Rohou[Note 19]   Maire pendant 38 ans.
1881 1881 Augustin Dumarnay[Note 20]   Secrétaire en chef à la mairie de Quimper. Décédé 4 heures après son élection.
1881 1884 Jean Bouard[Note 21].   Cultivateur. Décédé en cours de mandat.
1884 1888 Corentin Hostiou[Note 22]   Cultivateur. Décédé en cours de mandat.
1888 1890 René Cornic[Note 23]   Cultivateur. Décédé en cours de mandat.
1890 1902 Jean Le Meur   Décédé en cours de mandat.
1902 1907 Jean-Louis Calvez[Note 24]   Cultivateur.
1907 1920 Alain Bouard[Note 25]   Cultivateur. Décédé en cours de mandat.
1921 1925 Corentin Calvez[Note 26]   Cultivateur.
1925 1929 François Govin[61]   Propriétaire. Décédé en cours de mandat.
1930 1945 Jean Guéguen[Note 27]   Cultivateur.
1945 1959 Joseph Chiquet (père)[62]   Cultivateur.
1959 1967 Joseph Chiquet (fils)   Fils de Joseph Chiquet, maire entre 1945 et 1959.
1967 2001 Alain Guillou    
2001 juillet 2020 André Guillou DVD[63] Architecte
juillet 2020 En cours René Rocuet[64] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7729008081 1571 0391 0301 0021 0621 053
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1161 0851 1551 1271 2511 3201 4861 5071 549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5661 5501 5861 4841 5071 3741 3371 4041 345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3791 3621 9172 5252 9662 8973 0563 4423 559
2017 - - - - - - - -
3 529--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[65] puis Insee à partir de 2006[66].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie culturelle et événements[modifier | modifier le code]

  • Le Cercle Kañfarded Sant-Evarzeg , cercle de danses celtiques.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Tous les ans plusieurs événements sont organisés par les associations de la commune :
    • Foot (USSE) : soirée antillaise, tournoi de foot ;
    • Les foulées varzécoises : le feu de la Saint-Jean ;
    • Moisson et traditions : la fête de la moisson ;
    • L’Espace Jeunes : la fête de la musique.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone d'activités de Troyalac'h.
  • "S.C.O Monique Ranou", repris par le groupe Intermarché en 1992. L'usine produit une gamme complète de charcuterie de qualité distribuée dans les rayons libre service des supermarchés du groupe Mousquetaires : Intermarché, Ecomarché et Netto.

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Primel.
  • L'église paroissiale est dédiée à saint Primel, un saint cornouaillais (il existe un Menez sant Premel dans la paroisse voisine de Pleuven)[67]. L'église possède un fragment d'un clou de la Vraie Croix enchâssé dans un clou reliquaire[68]. Une pierre tombale datant probablement du XIIIe siècle, coupée en deux par un ancien curé de la paroisse pour lui servir de poteaux pendant l'Entre-deux-guerres, a retrouvé sa place dans l'église.
  • Chapelle Saint-Philibert et Sainte-Marie-Magdeleine: de plan rectangulaire, elle a été initialement construite au début du XVIe siècle à proximité du site de la chapelle actuelle, mais, tombant en ruines, elle fut presque entièrement reconstruite (sauf le chevet) en 1870 grâce à un legs d'Adolphe Porquier, faïencier à Quimper ; elle a été restaurée en 1928[69]. Saint Philibert est invoqué pour les rhumatismes et pour les maux d'entrailles et sa fontaine, qui contient des pierres armoriées désormais indéchiffrables et qui pourrait dater des Templiers, était par le passé très fréquentée. Cette chapelle, initialement dédiée au seul saint Philibert l'est aussi à sainte Marie-Magdeleine depuis son apparition à un cultivateur de la commune en l'an V du calendrier révolutionnaire[39].
  • Chapelle Sainte-Véronique : de plan rectangulaire, elle a été construite en 1857 à l'emplacement d'une ancienne chapelle. Sainte Véronique était invoquée pour préserver de la fièvre[70].
  • Chapelle du Dréau, dédiée à saint André et à saint Éloi. De plan rectangulaire, elle se trouve à l'emplacement d'un ancien camp romain et date partiellement du XIIIe siècle (elle dépendait alors du manoir du Treff), mais principalement du XVIIe siècle. Son pardon a lieu le deuxième dimanche de juillet.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le menhir de Kerhuel fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1968[71].
  • La croix de l'ancien cimetière, qui date du XVIe siècle, se trouve désormais au carrefour de Croas an Itron, sur la route de Concarneau.
  • La croix de Kerléguen date probablement du XVIIIe siècle ; elle est située près de la fontaine Saint-Primel, laquelle alimente un lavoir au bassin long et étroit, pavé de dalles régulières, et bordé d’un double muret maçonné. Elle est encastrée dans une structure maçonnée présentant une niche voûtée en plein cintre abritant deux statuettes[72].
  • La croix de la mission de 1886 a été transférée dans le nouveau cimetière en 1939[73].
  • L'ancien château du Mur, son étang et son bois.
  • Le manoir du Moustoir : de style gothique, il date de la fin du XIIIe siècle et a conservé son imposante fortification, un rempart carré bordé d'un parapet à mâchicoulis qui a dans l'un de ses angles une échauguette. Ce serait une ancienne commanderie des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. C'est désormais un hôtel de charme renommé "Les Empreintes"[74].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le manoir de Kerinou.

Sport[modifier | modifier le code]

L'Union Sportive de Saint-Evarzec (USSE) est un club de football évoluant dans les championnats de district. Il y a également une équipe de rink hockey.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Allouis, "Saint-Évarzec d'hier à demain" (deux tomes) 1996, (ISBN 2-9505606-1-X)
  • Michel Daniel (né le à Saint-Évarzec) a décrit la vie paysanne dans la commune dans ses « Mémoires » (plusieurs extraits sont cités dans le livre de Jean Allouis).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Personnes en âge de communier.
  2. Auguste Gabriel de Franquetot, comte de Coigny, né le , décédé le  ; Colonel en chef de la Légion Royale, maréchal de camp en 1780. Sa mère était Marie-Corentine de Névet, née le à Plonévez-Porzay. Il est un petit-fils de François de Franquetot de Coigny.
  3. Le "général" comprenait un représentant de l'autorité royale [du sénéchal de Concarneau], le recteur et une douzaine de paroissiens choisis parmi ceux soumis à l'impôt.
  4. Les terres froides étaient cultivées une fois tous les "x" années après écobuage à la différence des terres chaudes cultivées tous les ans.
  5. Jean Francès, né en 1756 à Clohars-Fouesnant, cultivateur à Rue d'Allahe, décédé le , rue Haute à Saint-Évarzec.
  6. François Guillaume Kerliézec Royou, né le paroisse Saint-Julien à Quimper, décédé le à Saint-Évarzec
  7. Jacques Lavallot, né en 1735 à Peumerit-Quintin .
  8. Yves Chiquet, né le à Poullogoden en Saint-Évarzec, décédé le à Poullogoden en Saint-Évarzec.
  9. Augustin Dumarnay, né le à Pont-l'Abbé, secrétaire en chef à la mairie de Quimper.
  10. En vertu du Concordat de 1801 les prêtres étaient payés par l'État.
  11. Yves Guéguen, né le à Kerguent en Saint-Évarzec, décédé le à Sainte-Sabine-Born.
  12. Jacob Mendrès, né le à Pleuven.
  13. Jean Francès, né le à Placarven en Clohars-Fouesnant, décédé le , rue Haute, à Saint-Évarzec.
  14. Jean Daniel, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Saint-Évarzec.
  15. Louis Jannès, né le à Elliant, décédé le à Penterc'h en Saint-Évarzec.
  16. Alain Le Breton, né le à Kerourien en Saint-Évarzec, décédé le à Saint-Évarzec.
  17. Primel Michelet, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Saint-Évarzec.
  18. Jean-Marie Daniel, né le à Saint-Évarzec, 29247, décédé le à Saint-Évarzec.
  19. Jean Baptiste Kerliezec-Rohou, né le à Saint-Évarzec
  20. Augustin Julien Marie Guilliers Dumarnay, né le à Pont-l'Abbé
  21. Jean Bouard, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Créachanveil en Saint-Évarzec
  22. Corentin Hostiou, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Kerguel en Saint-Évarzec.
  23. René Cornic, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Saint-Évarzec.
  24. Jean-Louis Calvez, né le à Coataniou en Saint-Évarzec, décédé le à Saint- Évarzec.
  25. Alain Bouard, né le à Créac'h Veil en Saint-Évarzec, décédé le au bourg de Saint-Évarzec.
  26. Corentin Calvez, né le à Luzurtul en Saint-Évarzec.
  27. Jean Guéguen, né le à Saint-Évarzec, décédé le à Saint-Évarzec.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. Tome 3, E-K, 1890-1905, Hachette, Paris, consultable Gallica
  2. Charles Barrois, Légende de la carte géologique de Châteaulin, "Annales de la Société géologique du Nord", 1885, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724016b/f77.image.r=Pleuven?rk=2403445;2
  3. Louis Chauris, Les leucogranites des environs de Quimper (Massif armoricain) .., "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 1974, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96870776/f56.image.r=Evarzec?rk=150215;2
  4. Charles Picquenard, Le séisme du 20 septembre 1924 à La Forêt-Fouesnant, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9689077t/f41.image.r=Evarzec?rk=42918;4
  5. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Évarzec » (consulté le 2 février 2017)
  6. Chartes de Conan IV, duc de Bretagne, relatives aux biens de l'Ordre du Temple et de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, "Bibliothèque de l'École des Chartes", 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12408h/f447.image.r=Evarzec?rk=2017177;2
  7. "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1912.
  8. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  9. R. Latouche, Valeur historique des légendes, "Recueil de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Tarn-et-Garonne", 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727817f/f88.image.r=Evarzec?rk=64378;0
  10. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58167704/f159.image.r=Evarzec?rk=1437775;2
  11. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique", tome 2, 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763804h/f572.image.r=Evarzec?rk=2253230;0
  12. Charles Armand Picquenard, « L'occupation romaine dans le bassin de l'Odet », Bulletin de la Société archéologique du Finistère,‎ (lire en ligne)
  13. http://www.saint-evarzec.com/ma-commune/presentation-et-histoire/20090101-le-patrimoine.htm
  14. a et b Charles Armand Picquenard, « Ruines et substructions gallo-romaines du Cavardy et du Stanq (canton de Fouesnant, Finistère) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère,‎ (lire en ligne)
  15. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", édition 2, tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f216.image.r=Evarzec?rk=1609450;0
  16. Nicolas Éon du Vieux-Châtel, né vers 1718, seigneur du Vieux Chastel et de la Villebague, négociant, décédé le à Saint-Coulomb près de Saint-Malo
  17. http://www.infobretagne.com/saint-evarzec.htm
  18. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, 1991, (ISBN 2-9505606-0-1)
  19. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  20. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", édition 2, tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f459.image.r=Evarzec?rk=1609450;0
  21. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  22. Vincent de Coatanezre, seigneur de Pratmaria (en Quimper).
  23. Jean de Tyvarlen, seigneur du Guilguiffin ; le château de Tyvarlen se trouvait en Landudec, voir http://patrimoine-landudec.olympe.in/Fr/Themes/chateau-tyvarlen.html.
  24. Édouard Gorges, "Chroniques bretonnes. Fontenelle, histoire de la Ligue en Bretagne", tome 1, 1844, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5543439g/f130.image.r=Evarzec
  25. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne...", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f6.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  26. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  27. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 4, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og/page/226/mode/2up
  28. "Inventaire du manoir du Moustoir en Saint-Évarzec en 1783", cité par Pierre Carrie, revue "Foen Izella", numéro 49, juin 2017.
  29. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  30. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  31. http://www.infobretagne.com/saint-evarzec-cahier-doleances.htm
  32. "Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f411.image.r=Evarzec?rk=1566531;2
  33. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  34. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  35. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  36. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  37. Yves Tripier, Les agents nationaux en Bretagne, "Dix-huitième siècle : revue annuelle", 1986, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k32756m/f227.image.r=Evarzec
  38. Daniel Bernard, « Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère », revue "Annales de Bretagne,‎ (lire en ligne)
  39. a et b http://www.infobretagne.com/saint-evarzec-apparition.htm
  40. a b c d e f et g Jean Allouis, Saint-Évarzec d'hier à demain, t. 2, (ISBN 2-9505606-1-X).
  41. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  42. Le Journal des débats, n° du 26 juin 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4513006/f2.image.r=Evarzec?rk=472105;2
  43. Marie-Paule et Bernard Kernéis, Les écoles de hameaux : deux programmes d' envergure à la fin du XIXe siècle dans le Finistère, revue "Le Lien", Centre généalogique du Finistère, no 151, septembre 2019. Site des auteurs http://www.roch-gad.eu
  44. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", 1867, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564504g/f145.image.r=Evarzec
  45. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", 1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55629544/f540.image.r=Evarzec?rk=107296;4
  46. « Rapport général sur les épidémies de 1893 », Mémoires de l'Académie de médecine (Paris), Masson, 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6345459k/f532.image.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  47. Journal La Croix no 6360 du 3 janvier 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220217g/f3.image.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  48. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 20 janvier 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640589w/f2.image.r=Evarzec?rk=751076;4
  49. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=10715
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 4 janvier 1917, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k581820c/f5.image.r=Evarzec?rk=214593;2
  51. Sylvain Le Bail, "Cœurs de Breizh. Aux Bretons d'ici et d'ailleurs", Les oiseaux de papier, 2009, (ISBN 2916359311)
  52. J. Argouarc'h, Une magnifique organisation sociale à Saint-Évarzec, dans la pays de Quimper, journal L'Ouest-Éclair , n° du 1er juillet 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k630736d/f3.image.r=Evarzec?rk=278971;2
  53. "Bulletin de l'Office central des œuvres de bienfaisance", janvier 1942, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65838877/f547.image.r=Evarzec?rk=1824043;2
  54. Annick Le Douguet, La gendarmerie de Fouesnant sous l'Occupation et à la Libération (lire en ligne)
  55. Éric Rondel, La Bretagne bombardée, 1940-1944, éditions Ouest et Cie, (ISBN 9-782364-28007-6)
  56. Éric Rondel, Crimes nazis en Bretagne : 1941-1944, Sables-d'Or-les-Pins, Éd. Ouest & compagnie, , 255 p. (ISBN 978-2-364-28032-8, OCLC 864818964)
  57. Jean Autret, né le à Quimper, déporté de Compiègne vers le camp de concentration de Neuengamme le , disparu en février 1945, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-ab.htm
  58. Hervé Le Breton, né le à Saint-Évarzec, déporté de Compiègne vers le camp de concentration de Neuengamme le , puis à Bergen-Belsen où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-l.htm
  59. « 1920-2020 : 100 ans d’engagements communistes en Finistère : 50/ Jacob Mendrès (1916-2012) - Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez », sur Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez (consulté le 11 juillet 2020).
  60. Les maires de Saint-Évarzec [1]
  61. François Govin, né le à Quimper, décédé le à Kerrun en Saint-Évarzec. « D'un caractère très excentrique, d'un tempérament bruyant et querelleur quand il a bu, il témoigne une hostilité systématique à toute autorité (...) ; en contact avec des groupements royalistes organisés (...), les Camelots du Roy » (extrait d'un rapport de police en date du )
  62. Joseph Chiquet, né le à Neïsvran en Saint-Évarzec, décédé le à Quimper.
  63. « Résultats municipales 2020 à Saint-Évarzec », sur lemonde.fr (consulté le 11 juillet 2020).
  64. « Saint-Évarzec. Le nouveau maire René Rocuet veut aller vite », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  65. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  66. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  67. René Largillière, "Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne", 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k914005/f129.image.r=Pleuven?rk=2167392;4
  68. https://image.slidesharecdn.com/eglises-fouesnant-phpnyyacj-131020040433-phpapp01/95/eglises-du-pays-de-fouesnant-nyyacj-1-638.jpg?cb=1382246054
  69. https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29247-Saint-Evarzec/125796-ChapelleSaint-PhilibertetSainte-Marie-Magdeleine
  70. https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29247-Saint-Evarzec/125797-ChapelleSainte-Veronique
  71. Notice no PA00090409, base Mérimée, ministère français de la Culture
  72. https://www.saint-evarzec.bzh/2014/11/01/le-patrimoine-420/
  73. http://croix.du-finistere.org/commune/saint_evarzec.html
  74. « Hôtel de charme Les Empreintes - Séminaire et Mariage », sur Hôtel charme Bretagne - Quimper - Séminaire - Mariage (consulté le 11 juillet 2020).