C'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CH.
image illustrant la linguistique
Cet article est une ébauche concernant la linguistique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

C apostrophe H
CʼH cʼh CʼH cʼh
Graphies
Capitale CʼH
Bas-de-casse cʼh
Lettre supérieure CʼH, cʼh
Lettre inférieure CʼH, cʼh
Utilisation
Alphabets breton
Phonèmes principaux [h], [x] ou [ɣ]

C'h (minuscule c'h), appelé C apostrophe H, est un trigramme de l'alphabet latin composé d'un c, d’une apostrophe et d’un h.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Le trigramme « cʼh » est utilisé en breton. Dans d’autres langues, le trigramme peut se rencontrer dans les noms, de lieu ou de personnes, d’origine bretonne.

En breton, il considéré comme une seule lettre, mais est utilisé pour représenter plusieurs phonèmes. Il correspond (sans tenir compte des variantes dialectales de prononciation) :

Il a donc une prononciation distincte du digramme ch de cette même langue, qui correspond à la consonne fricative post-alvéolaire sourde [ʃ] (comme du français).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’ancêtre du trigramme est le digramme ch, qui est, par ailleurs, toujours présent en breton. L'apostrophe a été introduite en 1659 par le père Julien Maunoir dans son ouvrage Le Sacré-Collège de Jésus (livre de catéchisme en breton, avec dictionnaire, grammaire et syntaxe), et cette nouvelle distinction a alors permis d’améliorer la correspondance graphie-phonie.

L'abandon de l’apostrophe dans la francisation des noms bretons est une erreur courante. Pour les toponymes, quelques communes de Bretagne comme Gommenec'h (22), Kermoroc'h (22), Ploulec'h (22), Plourac'h (22), Guilligomarc'h (29), Plouezoc'h (29) ont conservé l'apostrophe dans le code officiel géographique, mais d'autres l’ont perdu comme Brech (56), Le Juch (29), Pont-de-Buis-lès-Quimerch (29), Tourch (29).

Ordre alphabétique[modifier | modifier le code]

Dans l'alphabet breton, le CʼH est classé entre le CH et le D, le CH étant lui-même classé après B (cette langue n'utilise pas le C seul).

Cependant, il existe aussi un ancien ordre alphabétique où le trigramme se trouve entre le « ch » et le « i », le « ch » étant alors classé après le « h »[1].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

Clavier C’hwerty par l’association KAD (Korvigelloù An Drouizig).

Il n’existe aucun encodage du ‹ cʼh › sous la forme d’un seul caractère. Il est toujours réalisé en accolant la lettre ‹ c ›, une apostrophe, et la lettre ‹ h ›.

Comme apostrophe, l’Office public de la langue bretonne recommande l'utilisation de la lettre modificative apostrophe ‹ ʼ › (U+02BC ; cf. le Common Locale Data Repository (CLDR)[2]), mais les utilisateurs emploient couramment l’apostrophe typographique ‹ ’ › (U+2019), ou encore l’apostrophe dactylographique ‹ ' › (U+0027).

Unicode (latin de base, lettres modificatives avec chasse) :

  • Capitale CʼH : U+0043 U+02BC U+0048
  • Majuscule Cʼh : U+0043 U+02BC U+0068
  • Minuscule cʼh : U+0063 U+02BC U+0068

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Alphabets of Europe Breton brezhoneg Version 1.2, sur le site de Michael Everson.
  2. CLDR

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]