Tournugeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tournugeois
Image illustrative de l’article Tournugeois
Paysage naturel bordant la Saône, à Tournus.

Pays France
Subdivision administrative Bourgogne-Franche-Comté
Subdivision administrative Saône-et-Loire
Villes principales Tournus
Relief Monts du Mâconnais à l'ouest (450 à 500 m) et plaine de la Saône à l'est (200 m)
Régions naturelles
voisines
Chalonnais
Haut-Mâconnais
Clunisois
Bresse

Le Tournugeois, micro-région, est une portion de la Saône-et-Loire située entre le Chalonnais au nord, le Haut-Mâconnais au sud et la Bresse à l'est.

Cette micro-région du Mâconnais a pour petite capitale la ville de Tournus, point de contact entre le Mâconnais et le Chalonnais, à la limite entre les parlers d'oïl et le francoprovencal[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Région aux contours assez mal délimités, il offre offre plusieurs visages :

  • à l'ouest : les monts du Mâconnais, dont les pentes mènent par paliers jusqu'à la crête faîtière avec un point culminant avoisinant les 500 m au niveau de la Roche d'Aujoux ; la vigne conserve une place importante ;
  • à l'est : les prémices de la Bresse, avec des paysages qui s’aplatissent sensiblement, où l'on trouve de vastes étendues de champs et des espaces naturels peu habités, ce qui a pu donner lieu à la création d'espaces naturels (réserve naturelle nationale de La Truchère-Ratenelle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début de la Révolution, le Tournugeois, à l'instar du Mâconnais dans son ensemble, fut frappé par un vaste mouvement de révolte populaire, pendant le phénomène dit « de la Grande Peur » (fin juillet 1789), (soulèvement dit « des Brigands » ayant débuté à Igé et s'étant rapidement propagé entre Tournus, Cluny et Mâcon, donnant lieu, notamment, à l'incendie de plusieurs châteaux).

Lieux du Tournugeois[modifier | modifier le code]

Parmi les lieux les plus emblématiques du Tournugeois figurent :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Dard et Gabriel Jeanton, Le Tournugeois historique et pittoresque : vieux châteaux, vieux manoirs, vieilles maisons, Le Livre d'histoire, impr., Paris, 2010.
  • Anne-Marie Robert-Juret, Les patois de la région de Tournus : les travaux de la campagne, Paris, 1931.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Taverdet, Tournus, frontière linguistique ?, bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de Tournus, tome CXVI, Tournus, 2017, pp. 7-17. (ISSN 0153-9353).