Tournugeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tournugeois
Image illustrative de l’article Tournugeois
Paysage naturel bordant la Saône, à Tournus.

Pays France
Subdivision administrative Bourgogne-Franche-Comté
Subdivision administrative Saône-et-Loire
Villes principales Tournus
Relief Monts du Mâconnais à l'ouest (450 à 500 m) et plaine de la Saône à l'est (200 m)
Régions naturelles
voisines
Chalonnais
Haut-Mâconnais
Clunisois
Bresse

Le Tournugeois est une région naturelle du département de la Saône-et-Loire, située entre le Chalonnais au nord, le Haut-Mâconnais au sud et la Bresse à l'est.

Cette micro-région du nord du Mâconnais et du Val de Saône a comme ville principale, la ville de Tournus, point de contact entre le Mâconnais et le Chalonnais, à la limite entre les parlers d'oïl et le francoprovencal[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le tournugeois qui correspond approximativement à l'ancienne communauté de communes du Tournugeois, présente plusieurs aspects[2] :

  • à l'ouest (secteur de Brancion) : les monts du Mâconnais, dont les pentes se présentes en paliers jusqu'à la crête dont le point culminant au niveau de la Roche d'Aujoux se situe autour des 500 mètres d'altitude. la vigne est très présente dans le paysage.
  • à l'est (secteur de Lacrost) : les prémices de la Bresse, avec des paysages moins ondulés et composés de vastes étendues de champs et des espaces naturels peu habités, ce qui a pu donner lieu à la création d'espaces naturels telle que la réserve naturelle nationale de La Truchère-Ratenelle, situé en bordure de Saône.

Géologie[modifier | modifier le code]

Au sud de Tournus, la petite région du Tournugeois est très vallonnée et présente des sols bruns calcaires et calciques. Issus du Jurassique moyen, ces sols sont par endroits entremêlés de rendzine. Associés à une exposition et une altitude favorables, ces terres ont été travaillées et entretenues par les viticulteurs donnant ainsi naissance aux vignobles du Mâconnais[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, les seigneuries de Brancion et d'Uxelles sont unies et composent un ensemble homogène que contrôlent les deux châteaux principaux que sont Brancion et Uxelles, complété par ceux de Boutavant et Nanton. La cité de Tournus est quant à elle liée à son abbaye et devint un centre religieux important[4].

Au début de la Révolution, le Tournugeois, à l'instar du Mâconnais dans son ensemble, fut frappé par un vaste mouvement de révolte populaire, pendant le phénomène dit « de la Grande Peur » (fin juillet 1789), (soulèvement dit « des Brigands » ayant débuté à Igé et s'étant rapidement propagé entre Tournus, Cluny et Mâcon, donnant lieu, notamment, à l'incendie de plusieurs châteaux).

La communauté de communes du Tournugeois créée le a fusionné avec la avec la communauté de communes du Mâconnais - Val de Saône pour former la communauté de communes Mâconnais-Tournugeois le .

Lieux du Tournugeois[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Parmi les lieux les plus emblématiques du Tournugeois (limité à l'ancienne communauté de communes, classés ou inscrit aux titres des monuments historiques, figurent :

Autres monuments[modifier | modifier le code]

ces cabanes en pierres sèches qui datent de la grande période d'extension de la vigne au XVIIIe siècle sont typiques des régions viticoles dont le Tournugeois fait partie. Certaines sont encore visibles le long de la RD56 qui relie Tournus à Lugny [5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Dard et Gabriel Jeanton, Le Tournugeois historique et pittoresque : vieux châteaux, vieux manoirs, vieilles maisons, Le Livre d'histoire, impr., Paris, 2010.
  • Anne-Marie Robert-Juret, Les patois de la région de Tournus : les travaux de la campagne, Paris, 1931.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Taverdet, Tournus, frontière linguistique ?, bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de Tournus, tome CXVI, Tournus, 2017, pp. 7-17. (ISSN 0153-9353).
  2. Site autourdetournus.free.fr, page sur la région tournugeoise, consulté le 1er janvier 2019
  3. Site vins-bourgogne.fr, page Mâconnais : un paysage rythmé par de multiples reliefs, consulté le 1er janvier 2019
  4. Jean-Pierre Panouillé, Les châteaux forts dans la France du Moyen Âge, Ouest France, 2007 (ISBN 978-2-7373-4424-4), p. 37. .
  5. « Histoire d'une cadole », article de Jean Pierre paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 85 (printemps 1991), pages 15 à 17.
  6. Article dans le Journal de Saône-et-Loire

Articles connexes[modifier | modifier le code]