Le Villars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villars.

Le Villars
Le Villars
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Tournus
Intercommunalité Communauté de communes Mâconnais-Tournugeois
Maire
Mandat
Marie-Andrée Tivant
2014-2020
Code postal 71700
Code commune 71576
Démographie
Population
municipale
281 hab. (2015 en augmentation de 7,66 % par rapport à 2010)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 55″ nord, 4° 55′ 54″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 270 m
Superficie 5,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Le Villars

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Le Villars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Villars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Villars
Liens
Site web mairie-levillars71.fr
Vue depuis un ULM.

Le Villars est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Villars, village de 269 habitants, est implanté sur le seul promontoire rocheux de la rive droite de la Saône avant les abords de Lyon[réf. nécessaire]. Il domine le pays de Bresse et offre à l'est une large vue sur les monts du Jura, les Alpes du Nord et le mont Blanc. Dans le voisinage immédiat de Tournus (3 km au sud), il est facilement accessible par la nationale 6 ou les bords de Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tournus Rose des vents
Plottes N Préty
O    Le Villars    E
S
Farges-lès-Mâcon La Truchère
Sermoyer (Ain)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'homme s'est installé sur les lieux dès la Préhistoire, comme en témoigne l'importante station découverte au lieu-dit « les Evasas » puis, beaucoup plus tard, les Romains s'y sont établis et baptisèrent le lieu Villare ou Villarium. Siège d'un prieuré de bénédictines dépendant de l'abbaye de Tournus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[1]   Jean Mathey    
mars 2008 mars 2014 Jean-François Chopard    
mars 2014 en cours Marie-Andrée Tivant    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 281 habitants[Note 1], en augmentation de 7,66 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400415426426444535602581577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
539541506502459413386378393
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
356347332330317269310310281
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
295301271269286235241259272
2015 - - - - - - - -
281--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancien prieuré du Villars, dont il subsiste l'église Sainte-Marie-Madeleine, qui date de l'époque romane (XIe et XIIe siècles). Elle est composée de deux vaisseaux. L'une des nefs, au nord, est l'église paroissiale ; l'autre au sud, était l'église des moniales bénédictines. Une seule et vaste toiture recouvre l'ensemble des deux voûtes. La récente rénovation de l'église paroissiale a permis de découvrir sur la voûte en cul-de-four de l'abside un christ en gloire d'un style très proche de celui de Berzé-la-Ville, près de Mâcon. Le portail du nord est précédé d'un narthex.
  • Un calvaire érigé au XIXe siècle place de l’Église[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À l'extérieur du mur nord de la mairie, des plaques ont été apposées en l'honneur des hommes célèbres qui sont nés ou ont vécu dans le village :

  • Alfred Cortot (1877-1962), l'un des grands pianistes français du XXe siècle, dont la renommée fut mondiale ;
  • Gabriel Voisin (1880-1973), pionnier de l'aviation et de l'automobile dont les productions ont été et demeurent célèbres ;
  • Désiré Mathivet (1887-1966), statuaire, fut élève de Bourdelle et ami de Picasso. Tous trois reposent dans le cimetière du Villars ;
  • Edgar Varèse (1883-1965), cousin d'Alfred Cortot, deviendra un compositeur exigeant et célèbre pour son talent de « libérateur des sons ».

Autrement :

  • Jean-Baptiste Debrun (1750-1831), général des armées de la République et de l'Empire ;
  • Anatole France : c'est dans ce village qu'Anatole France situe un épisode de son roman La Rôtisserie de la Reine Pédauque et que vécut et mourut le général Debrun héros de Valmy à la tête des volontaires de Saône-et-Loire ;
  • Pierre Tiran (1928-2009) sculpteur, ami de Maxime Descombin, a vécu et travaillé dans la commune à laquelle il a fait don d'une sculpture monumentale installée en bordure de la RN 6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Calvaire dont le piédestal est gravé d'une inscription pouvant prêter à sourire : « Maire curé », en référence à un ancien curé du Villars dénommé Maire. Source : revue « Images de Saône-et-Loire » n° 37 (avril 1978), p. 29.