Deuxième bataille de Coron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deuxième bataille de Coron
Informations générales
Date 19 septembre 1793
Lieu Coron (Maine-et-Loire)
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Charles Ronsin
Antoine Santerre
Piron de La Varenne
Forces en présence
17 000 hommes 12 000 hommes
3 canons
Pertes
24 canons perdus

Guerre de Vendée

Coordonnées 47° 07′ 42″ nord, 0° 38′ 35″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Deuxième bataille de Coron

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Deuxième bataille de Coron

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Deuxième bataille de Coron

La bataille de Coron se déroula lors de la guerre de Vendée.

La bataille[modifier | modifier le code]

Alors que l'armée de Nantes et l'armée de Mayence progressaient vers Tiffauges, l'Armée d'Angers du général Rossignol était sortie de sa base afin de prendre les Vendéens en tenaille conformément au plan de Saumur. Cette armée s'était divisée en deux forces, la première commandée par Santerre et Ronsin était sortie de Saumur, la deuxième commandée par Duhoux de Hauterive avait quitté Angers.

Le 19 septembre les troupes du général Santerre se déployèrent sur les hauteurs devant Coron, et se trouvaient en présence des 12 000 Vendéens commandés par Piron de La Varenne. Santerre avait 17 000 hommes sous ses ordres mais 7 000 seulement étaient des soldats expérimentés.

Cependant le combat s'engagea et les Républicains parvinrent rapidement à s'emparer du bourg de Coron, mais l'artillerie, voulant se redéployer, s'empêtra dans des chemins étroits et les avant-gardes durent se replier pour dégager les canons. Profitant de cette confusion les Vendéens lancèrent une contre-attaque qui provoqua la panique des Républicains, ceux-ci prirent rapidement la fuite en direction de Saumur.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p.133.
  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p.71.