Charles de Gaulle - Étoile (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles de Gaulle (homonymie).

Charles de Gaulle - Étoile
Quais de la ligne 2.
Quais de la ligne 2.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 8e, 16e, 17e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 28″ nord, 2° 17′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : 8e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 8e arrondissement de Paris)
Charles de Gaulle - Étoile

Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
Charles de Gaulle - Étoile

Géolocalisation sur la carte : 17e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 17e arrondissement de Paris)
Charles de Gaulle - Étoile

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Charles de Gaulle - Étoile
Caractéristiques
Voies 5
Quais 6
Zone 1
Transit annuel 9 067 635 (2013)
Historique
Mise en service (1)
2 Sud
(2)
2 Sud (5)
(5)(6)
Nom inaugural Étoile
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 1812
Ligne(s) (1)(2)(6)
Correspondances
RER (RER)(A)
Bus RATP (BUS) RATP 22 30 31 52 73

92 341 OpenTour

Le Bus Direct (BUS) Le Bus Direct 1 2
Noctilien (N) N11 N24 N53 N151 N153
(1)
(2)
(6)

Charles de Gaulle - Étoile est une station des lignes 1, 2 et 6 du métro de Paris, implantée sous la Place Charles-de-Gaulle. Initialement appelée Étoile, elle est située à la limite des 8e, 16e et 17e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Les quais des lignes 1 et 6, parallèles entre eux, ont été construits sous la partie nord de la place Charles-de-Gaulle. Ceux de la ligne 2, quasi perpendiculaires aux précédents, sont implantés au niveau inférieur, sous le début de l'avenue de Wagram.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station Étoile est ouverte seulement le , après la ligne 1 ; les trains la traversaient jusque-là sans y marquer l'arrêt.

Arrivée d'une rame MP 73 de la ligne 6 en station (vidéo).

Il s'agit d'un lointain successeur de la station terminus du tramway Paris - Saint-Germain, dont l'exploitation cessera en 1935. Elle tire son nom de la place de l'Étoile, telle que celle-ci est alors dénommée.

Le , le terminus de la ligne « 2 Sud », constituée du tronçon Étoile – Trocadéro de l'actuelle ligne 6, est ouvert[1]. La ligne est prolongée d'une station, de Trocadéro à Passy, le 5 novembre 1903, puis jusqu'à Place d'Italie le 24 avril 1906[1].

Le , la station de la ligne « 2 Nord » est ouverte à son tour. Le , celle-ci devient plus simplement la « ligne 2 » à la suite de l'absorption de la ligne « 2 Sud » par la ligne 5 le 14 octobre de la même année, qui effectue alors le trajet Étoile - Lancry (actuelle Jacques Bonsergent) jusqu'au 15 novembre 1907 où elle est prolongée de Lancry à Gare du Nord[2].

Le , la ligne 5 cède sa place à la ligne 6 qui effectue alors le trajet Étoile - Nation[1], inchangé jusqu'à aujourd'hui.

Le , juste après l'ouverture du RER, la station, de même que la place éponyme, change de dénomination ; elle est dorénavant baptisée Charles de Gaulle - Étoile en hommage au résistant et président français Charles de Gaulle, communément appelé le général de Gaulle.

La station est modernisée dans les années 1970 avec la pose de carreaux de couleur sable dans les couloirs de correspondance et l'application du style « Mouton-Duvernet » dans l'ensemble des points d'arrêt (équipés par la suite de sièges de style « Motte » rouges). Cette dernière décoration a depuis été retirée de la station de la ligne 1 à sa rénovation dans le cadre de l'automatisation de celle-ci, au cours de laquelle les quais ont été rehaussés avant de recevoir des portes palières.

En 2012, 9 037 623 voyageurs sont entrés à cette station[3]. Elle a vu entrer 9 067 635 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 22e position des stations de métro pour sa fréquentation[4].

Le , une partie des plaques nominatives des quais des lignes 2 et 6 sont provisoirement remplacées afin de célébrer la victoire de la France à la Coupe du monde de football de 2018, comme dans 5 autres stations[5]. Charles de Gaulle - Étoile est humoristiquement renommée « On a 2 Étoiles » avec deux petites étoiles de couleur jaune inscrites en bas de la plaque (au-dessous du « 2 »), en référence à la deuxième étoile décrochée par l'équipe de France, par ailleurs projetée la veille aux côtés de la première sur l'Arc de triomphe dont la station assure la desserte.

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station comporte plusieurs accès[6] :

Quais[modifier | modifier le code]

Les quais de la ligne 1, en légère courbe à l'ouest, sont de configuration standard : au nombre de deux, ils sont séparés par les voies du métro et la voûte est elliptique. La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : les bandeaux d'éclairage sont blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux de céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont en céramiques blanches et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur panneaux rétro-éclairés incorporés pour la plupart à des caissons parés de bois. Les quais sont équipés de sièges « Akiko » de couleur bordeaux ainsi que de portes palières.

La station de la ligne 2, en légère courbe, est également à disposition classique sous une voûte elliptique. En revanche, contrairement à celle de la ligne 1, elle a conservé son style « Mouton-Duvernet » des années 1970 avec des piédroits et tympans recouverts de carreaux en deux principaux tons d'orange posés verticalement et alignés, une voûte enduite et peinte en blanc ainsi que des bandeaux lumineux caractéristiques de ce style décoratif. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est écrit en police de caractère Parisine sur plaques émaillées. Les sièges « coque », caractéristiques du style « Motte », sont de couleur rouge.

Le terminus de la ligne 6 forme une boucle sous la place avec une station accolée à celle de la ligne 1, constituée d'un quai étroit à la gauche de la rame pour la descente des voyageurs et d'un autre plus large à sa droite pour la montée, selon la solution espagnole. Du fait de cette contrainte, il ne s'agit que d'un terminus « commercial » et les trains repartent immédiatement après pour effectuer un arrêt prolongé lié à la régulation à la station Kléber qui joue donc le rôle de terminus. Comme pour la station de la ligne 2, les quais sont aménagés en style « Mouton » avec des carreaux orangés présentant toutefois davantage de nuances, alignés verticalement et horizontalement sur les piédroits et les tympans, ainsi qu'une voûte elliptique peinte en blanc et un bandeau d'éclairage typique de cette décoration. Un second dispositif d'éclairage constitué de tubes partiellement dissimulés éclaire les publicités aux cadres métalliques gris, présents uniquement sur le quai de débarquement, et le nom de la station est en lettres capitales sur plaques émaillées. Comme sur la ligne 2, les sièges « Motte » sont de couleur rouge, mais uniquement disposés sur le quai d'embarquement.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est reliée par des couloirs de correspondance à la gare RER du même nom de la ligne A.

Elle est desservie par les lignes de bus 22, 30, 31, 52, 73, 92 et 341 du réseau de bus RATP, auxquelles s'ajoutent la ligne à vocation touristique OpenTour. En outre, la nuit, elle est desservie par les lignes N11, N24, N53, N151 et N153 du Noctilien. Enfin, la station est desservie par la ligne 1 du réseau de bus Le Bus Direct (Paris Aéroport) vers l'aéroport de Paris-Orly, et la ligne 2 vers l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

À proximité[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film Peur sur la ville de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo et Charles Denner, sorti en 1975, une partie de la poursuite de Marcucci dans Paris se déroule dans les couloirs de la station. Le film Les Rois mages de Bernard Campan et Didier Bourdon (2001) met en scène les trois mages revenus sur terre après deux mille ans : sur la piste de l'étoile, ils finissent par découvrir le nouveau-né qu'ils recherchent dans les couloirs de la station Charles de Gaulle - Étoile.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  2. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 197.
  3. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 19 décembre 2013.
  4. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr, consulté le 31 août 2014.
  5. « RATP : six stations de métro au nom des Bleus », sur leparisien.fr (consulté le 24 juillet 2018)
  6. Charles de Gaulle - Étoile: Sorties, sur le site Sorties du Métro.fr consulté le 7 octobre 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]