Ambassade de Belgique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ambassade de Belgique
Drapeau de la Belgique
Belgique
Vue de la mission diplomatique
Ambassade de Belgique vue de l'Arc de Triomphe.

Lieu no 9, rue de Tilsitt
Paris 75840
Coordonnées 48° 52′ 30″ nord, 2° 17′ 40″ est
Ambassadeur S.E François de Kerchove d'Exærde
Nomination 2018
Site web france.diplomatie.belgium.be
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Ambassade de Belgique

Voir aussi : Ambassade de France en Belgique
Ambassade de Belgique
Image dans Infobox.
Façade de l'hôtel donnant sur la rue de Tilsitt.
Présentation
Type
Partie de
Hôtels des maréchaux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Architecte
Ingénieur
Matériau
Construction
Commanditaire
Guillermoz de Schutte
Hauteur
21m
Propriétaire
Gestionnaire
Site web
Localisation
Pays
Division administrative
Subdivision administrative
Subdivision administrative
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L'ambassade de Belgique en France est la représentation diplomatique de la Belgique en France.

Elle est située au no 9, rue de Tilsitt, dans le 17e arrondissement de Paris, en région Île-de-France.

Son ambassadeur actuel est Francois de Kerchove d'Exærde, en poste depuis .

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel particulier qu'occupe l'actuelle ambassade est construit à partir de 1866[1] par Charles Rohault de Fleury sur les plans de Jacques Ignace Hittorff datant de 1853, comme l'emsemble des immeubles de la place, lors des travaux du baron Haussmann pour le compte de la Ville de Paris et de l'association Lescanne-Perdoux & Jules Lebaudy.

L'hôtel est vendu en 1874 à Mr. Guillermoz de Schutte, homme d’affaires bremois qui en termine les travaux, laissés à l'état de simples fondations.

En 1876, l'hôtel est vendu à John W. MacKay, industriel milliardaire américain, qui y fait réaliser, avec le concours de son épouse Marie-Louise, les nombreux décors intérieurs de l'hôtel.

En 1896, les MacKay revendent les lieux à Victor Klotz, un riche négociant en soieries, pour la somme d'un million de francs, soit 250 000 francs de moins que leur prix d'achat vingt ans auparavant[1].

Le bien reste dans la famille mais Louis-Lucien Klotz, le neveu de Victor Klotz, avocat puis ministre des Finances et sénateur sous la IIIe République fait de mauvaises spéculations en Bourse et se retrouve criblés de dettes.

L'immeuble est mis en gage par le Crédit foncier qui obtient un jugement de saisie du tribunal de la Seine, ce qui permet à la banque de racheter son gage par adjudication pour la somme de 1,25 million de francs le [1].

En 1941, le Crédit foncier le revend à la société immobilière Étoile-Tilsitt pour 5 millions[1].

L’hôtel est finalement acquis, le par l'État belge pour 105 millions de francs[1]. Tous les services déménagent depuis l'hôtel de La Marck situé au uno 25, rue de Surène pour le nouveau bâtiment de la rue de Tilsitt.

L'hôtel de La Marck reste aujourd'hui la résidence de l'ambassadeur.

Hôtel de La Marck, résidence de l'ambassadeur.

Ambassadeurs de Belgique en France[modifier | modifier le code]

Consulats[modifier | modifier le code]

Il y a un consulat général de Belgique à Marseille.

Il y avait, jusqu'en 2015[2], un consulat général de Belgique à Strasbourg (à l'adresse duquel siège aujourd'hui la représentation permanente de la Belgique auprès du Conseil de l'Europe) et un consulat général de Belgique à Lille. Un consulat de Belgique a autrefois existé à Troyes[3]. Selon le Moniteur belge, des consulats de Belgique ont historiquement existé dans d'autres villes françaises : par exemple à Amiens, Nancy, Reims, Saint-Quentin et Sedan[4] ou encore Rennes et Nice[5], ainsi qu'à Montauban (au 5, faubourg du Moustier)[6].

Il y a actuellement (2021) des consulats honoraires de Belgique à Charleville-Mézières, Dijon, Lille (après la disparition en 2015 du consulat général dans cette ville, création officialisée par une lettre de provision faite à Bruxelles le ), Lorient, Lyon, Metz, Nantes, Tours (rattachés à l'ambassade à Paris) et à Ajaccio, Bordeaux, Montpellier, Perpignan, Toulouse (rattachés au consulat de Marseille), ainsi qu'en Guadeloupe (à Baie-Mahault), en Martinique (au Lamentin) et à La Réunion (Sainte-Marie).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Faisons le tour de la Place de l'Etoile », paristoric.com, consulté le 12 avril 2021.
  2. « Représentation permanente de la Belgique auprès du Conseil de l’Europe », france.diplomatie.belgium.be, consulté le 12 avril 2021.
  3. « Pourquoi tant d’Aubois portent un patronyme flamand ? », lest-eclair.fr, 19 juin 2018.
  4. Moniteur belge / Belgisch Staatsblad, État belge, , 960 p. (lire en ligne), p. 6209.
  5. Moniteur belge / Belgisch Staatsblad, État belge, , 1916 p. (lire en ligne), p. 5535.
  6. « Montauban. Hommage au consul qui a secouru des milliers de réfugiés belges », ladepeche.fr, 30 janvier 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]