Pied-droit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pieds-droits sculptés de la porte du minaret de la Grande Mosquée de Kairouan, en Tunisie.
Pieds-droits sculptés de la porte de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers.

Un pied-droit (ou piédroit), appelé aussi montant ou jambage, peut désigner :

  • la partie latérale d'une baie, d'une porte, d'une fenêtre, d'un manteau de cheminée (appelé également jambage)[1] ;
  • le mur vertical supportant la naissance d'une voûte, y compris dans des tunnels ;
  • le pilier carré qui porte la naissance d'une arcade et chacune des pierres de ce pilier.

Dans un pont, les pieds-droits qui sont les appuis extrêmes prennent le nom de culée ; ceux qui sont intermédiaires le nom de pile quand ils sont faits de pierre ou de béton armé, et palée quand ils sont en bois.

Lorsque la baie est fermée par un arc, on donne, de préférence, aux deux montants verticaux qui portent l’arc, le nom de pieds-droits. Les deux montants verticaux d’une baie, porte ou fenêtre, lorsque cette baie est terminée par un linteau se nomment jambage[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle (lire en ligne), Jambage
  2. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, BANCE — MOREL,‎ 1854 à 1868 (lire sur Wikisource)