Pied-droit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pieds-droits sculptés de la porte du minaret de la Grande Mosquée de Kairouan, en Tunisie.
Pieds-droits sculptés de la porte de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers.

Un pied-droit (ou « piédroit »), appelé aussi montant ou jambage, peut désigner :

  • la partie latérale d'une baie, d'une porte, d'une fenêtre, d'un manteau de cheminée ;
  • le mur vertical supportant la naissance d'une voûte, y compris dans des tunnels ;
  • le pilier carré qui porte la naissance d'une arcade et chacune des pierres de ce pilier.

Dans un pont, les pieds-droits qui sont les appuis extrêmes prennent le nom de « culée » ; ceux qui sont intermédiaires le nom de « pile » quand ils sont faits de pierre ou de béton armé, et « palée » quand ils sont en bois.

Lorsque la baie est fermée par un arc, on donne, de préférence, aux deux montants verticaux qui portent l’arc, le nom de pieds-droits. Les deux montants verticaux d’une baie, porte ou fenêtre, lorsque cette baie est terminée par un linteau, se nomment « jambage[1] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Bance-Morel, 1854-1868 (lire sur Wikisource).

Voir aussi[modifier | modifier le code]