Blanche (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanche.

Blanche
Vue d'ensemble des quais.
Vue d'ensemble des quais.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 9e, 18e
Coordonnées
géographiques
48° 53′ 00″ nord, 2° 20′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Blanche

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Blanche

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Blanche

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Blanche
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 4 251 153 (2013)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 3107
Ligne(s) (2)
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 30 54 68 74

OpenTour

Noctilien (N) N01 NOCTILIEN.png N02 NOCTILIEN.png
(2)

Blanche est une station de la ligne 2 du métro de Paris, située à la limite des 9e et 18e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est implantée sous le boulevard de Clichy, à l'est de la place Blanche. Approximativement orientée selon un axe est-ouest, elle s'intercale entre les stations Place de Clichy et Pigalle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entrée de la station en hiver (février 2009).

La station est ouverte le , soit deux semaines après la mise en service du tronçon entre Étoile (aujourd'hui Charles de Gaulle - Étoile) et Anvers de la ligne 2 Nord (qui deviendra plus simplement la ligne 2 le ). Jusqu'alors, les trains la traversaient sans y marquer l'arrêt.

Elle doit sa dénomination à sa proximité avec la place Blanche d'une part et la rue Blanche d'autre part, cette dernière descendant vers le sud en direction de la place d'Estienne-d'Orves. Cette rue était autrefois traversée par des voitures, chargées de plâtre en provenance de la plâtrière de Montmartre, qui laissaient derrière elles des traînées de poudre blanchissant le quartier.

Depuis les années 1950 jusqu'en 2010, les piédroits sont revêtus d'un carrossage métallique avec montants horizontaux bleus et cadres publicitaires dorés éclairés. Avant sa dépose pour rénovation de la station dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, il était complété de sièges « coque » caractéristiques du style « Motte », en blanc.

En 2011, 4 252 071 voyageurs sont entrés à cette station[1]. Elle a vu entrer 4 251 153 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 113e position des stations de métro pour sa fréquentation[2].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose d'un unique accès intitulé « Boulevard de Clichy », débouchant sur le terre-plein central de ce boulevard, face au no 59. Constitué d'un escalier fixe, il est orné d'un édicule Guimard, dont les éléments subsistants font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par l'arrêté du [3].

Quais[modifier | modifier le code]

Blanche est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro et la voûte est elliptique. La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : les bandeaux d'éclairage sont blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte, les tympans, et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont en céramique blanche et le nom de la station est inscrit en police de caractère Parisine sur plaques émaillées. Les sièges sont de style « Akiko » de couleur orange.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 30, 54, 68, 74 et la ligne à vocation touristique OpenTour du réseau de bus RATP et, la nuit, N01 et N02 du réseau Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Toulier (dir.), Mille monuments du XXe siècle en France, Paris, Éditions du patrimoine, coll. « Indicateurs du patrimoine », 1997, 416 p. (ISBN 2-85822-190-1), p. 207.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]