Jaurès (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaurès.
Ne doit pas être confondue avec la station Boulogne - Jean Jaurès.

Jaurès
Station aérienne de la ligne 2, vue du boulevard de la Villette, côté 10e arrondissement.
Station aérienne de la ligne 2, vue du boulevard de la Villette, côté 10e arrondissement.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 10e, 19e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 54″ nord, 2° 22′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Jaurès

Géolocalisation sur la carte : 19e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 19e arrondissement de Paris)
Jaurès

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Jaurès

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Jaurès
Caractéristiques
Voies 6
Quais 6
Zone 1
Transit annuel 6 226 202 voyageurs (2017)
Historique
Mise en service (2) :
(7)(7bis) :
(5) :
Nom inaugural Rue d'Allemagne
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 22-12
Ligne(s) (2)(5)(7bis)
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 26 48
Noctilien (N) N13 NOCTILIEN.png N41 NOCTILIEN.png N42 NOCTILIEN.png N45 NOCTILIEN.png
(2)
(5)
(7bis)

Jaurès est une station des lignes 2, 5 et 7 bis du métro de Paris, située à la limite des 10e et 19e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 2 est située au dessus du boulevard de la Villette, la station de la ligne 5 sous l'avenue Jean-Jaurès et la station de la ligne 7 bis sous l'avenue Secrétan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 2.

La ligne 2 est prolongée entre Anvers et Bagnolet (devenue Alexandre Dumas) le 31 janvier 1903[1] mais la station n'est ouverte que le 23 février 1903[réf. nécessaire] sous le nom de Rue d'Allemagne[2]. Pendant cette très courte phase de transition, les trains y passaient sans s'arrêter. Le 2 avril 1903, la ligne 2 est prolongée jusqu'à Nation[1].

Le 18 janvier 1911, la station souterraine de la ligne 7 (actuelle 7 bis) est ouverte en même temps que la branche de Pré-Saint-Gervais de cette ligne[3]. De même que la station Berlin devient Liège juste avant la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France le , la station est renommée Jaurès le 1er août 1914 : le début de la Première Guerre mondiale succédait de quelques jours à l'assassinat de Jean Jaurès (le ), un nom de remplacement fut ainsi facilement trouvé pour cette station desservant un arrondissement populaire (19e)[2][source insuffisante].

Le 12 octobre 1942, la station souterrain de la ligne 5 est mis en service en même temps que le prolongement de cette ligne de Gare du Nord à Église de Pantin[4]. Le 3 décembre 1967, la ligne 7 cède sa place à la ligne 7 bis qui effectue alors le trajet Louis Blanc - Pré-Saint-Gervais grâce au débranchement de cette branche de la ligne 7[3]. La ligne 5 est prolongée jusqu'à Bobigny - Pablo Picasso le 25 avril 1985[4]. La desserte est inchangée depuis.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro », la station est en travaux du au [5].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2017, la station a vu entrer 6 226 202 voyageurs, ce qui l'a placée à la 54e position des stations de métro pour sa fréquentation[6].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose de trois accès débouchant au droit des numéros suivants :

Quais[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 5 direction Place d'Italie.

Les stations des trois lignes sont de configuration standard avec deux quais séparés par les voies du métro. Les quais de la ligne 2 sont aériens, implantés sur un viaduc, tandis que ceux des lignes 5 et 7 bis sont souterrains, sous une voûte elliptique.

Les quais de la ligne 2 sont équipés de marquises, comme toutes les stations aériennes de la ligne. L'éclairage est réalisé grâce à des tubes transparents recevant les néons. Les pieds-droits sont constitués de vitraux dépolis surmontant des allèges recouvertes de carreaux en céramique blancs et plats. Sur le quai en direction de Nation, une partie de ces vitraux supporte une œuvre qui combine des motifs abstraits, où domine le bleu-blanc-rouge du drapeau français, suggérant la foule qui, le , s’empara de la prison de la Bastille, représentée en blanc au centre de l’œuvre[7]. Réalisée en 1989 par le plasticien Jacques-Antoine Ducatez, elle est visible aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur[7]. La présence de ce vitrail dans cette station s'explique par la proximité des quais de Valmy et de Jemappes, en référence aux deux victoires décisives des guerres révolutionnaires consécutives au renversement de la monarchie en France[7]. Le vitrail rend également hommage au pacifiste Jean Jaurès, fondateur du journal L'Humanité, assassiné le par le nationaliste Raoul Villain[7]. À l'angle de la marquise et du piédroit, du lierre s'étale sous cette dernière, planté en 2017, par la société Les Jardins de Babylone, dans le cadre de la végétalisation des espaces RATP[8],[9]. Les quais, dépourvus de publicité, sont équipés de sièges du style « Motte » bleus et le nom de la station est inscrit en police de caractère Parisine sur plaques émaillées.

Les quais de la ligne 5 sont équipés de deux bandeaux d'éclairage blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du « Renouveau du métro » des années 2000. Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les pieds-droits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les quais sont équipés de bancs constitués de lattes et le nom de la station est inscrit en faïence dans le style de la CMP d'origine. Elle est donc décorée dans un style identique à celui appliqué à la majorité des stations du métro de Paris. Seuls les cadres publicitaires sont particuliers : en faïence de couleur marron et avec des motifs simples, ils sont surmontés de la lettre « M ». Ces mêmes cadres ne sont présents que dans 7 autres stations du métro parisien.

Les quais de la ligne 7 bis sont eux-aussi équipés de deux bandeaux d'éclairage blancs et arrondis « Gaudin » et de carreaux en céramique blancs biseautés sur les pieds-droits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont en céramique blanche et le nom de la station est inscrit en police de caractère Parisine sur plaques émaillées. Les sièges sont de style « Akiko » de couleur orange.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes de bus 26 et 48 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N13, N41, N42 et N45 du réseau de bus Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

La ligne 2 du métro suit un parcours aérien en viaduc au milieu du boulevard de la Villette, qui franchit le canal Saint-Martin juste à son intersection avec l’avenue Jean-Jaurès, prolongée par la rue La Fayette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 150-151.
  2. a et b Clive Lamming, Métro insolite [détail de l’édition], p. 45.
  3. a et b Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 223-226.
  4. a et b Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 198.
  5. « La RATP rénove ses stations », sur www.ratp.fr (consulté le 30 octobre 2014).
  6. Trafic annuel entrant par station (2017), sur le site data.ratp.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  7. a b c et d « La Bastille à Jaurès », sur metro.paris (consulté le 6 juin 2018).
  8. « Jardins de Babylone met en scène la végétalisation de la station de métro Jaurès ! », article sur le site de la société prestataire, www.jardinsdebabylone.fr, juillet 2017 (consulté le 18 novembre 2018).
  9. « Osons l’innovation : Jaurès, première station végétale de Paris conçue et réalisée par Jardins de Babylone », article sur le site de la société prestataire, www.jardinsdebabylone.fr, 2017 (consulté le 18 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]