La Motte-Picquet - Grenelle (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Motte-Picquet (homonymie).

La Motte-Picquet - Grenelle
Quai commun des lignes 8 et 10, vers Créteil et Gare d'Austerlitz.
Quai commun des lignes 8 et 10, vers Créteil et Gare d'Austerlitz.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 15e
Coordonnées
géographiques
48° 50′ 57″ nord, 2° 17′ 53″ est

Géolocalisation sur la carte : 15e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 15e arrondissement de Paris)
La Motte-Picquet - Grenelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
La Motte-Picquet - Grenelle
Caractéristiques
Voies 6
Quais 5
Longueur (6), (10) (direction Gare d'Austerlitz) ː 75 m
(8), (10) (direction Boulogne) ː 105 m
Transit annuel 8 280 583 (2013)
Historique
Mise en service 2S(5)(6) :
(8) :
(10) :
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 17-04
Ligne(s) (6)(8)(10)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 80 82
(6)
(8)
(10)

La Motte-Picquet - Grenelle est une station des lignes 6, 8 et 10 du métro de Paris, située dans le 15e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est implantée à l'intersection du boulevard de Grenelle, de la rue du Commerce et de l'avenue de La Motte-Picquet, les quais étant établis :

  • sur la ligne 6 (entre les stations Dupleix et Cambronne), à l'est du carrefour sur le boulevard de Grenelle, surplombant son terre-plein central selon un axe approximativement orienté nord-ouest/sud-est ;
  • sur les lignes 8 (entre Commerce et École Militaire, sans compter l'actuelle station fantôme Champ de Mars la séparant de la deuxième) et 10 (entre Avenue Émile Zola et Ségur), au nord du croisement et de façon partiellement superposée sous l'extrémité de l'avenue de La Motte-Picquet, selon un axe approximativement orienté nord-est/sud-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mises en service[modifier | modifier le code]

La station est ouverte sous le nom de La Motte-Picquet le avec la mise en service du prolongement de la ligne 2 Sud depuis Étoile (aujourd'hui Charles de Gaulle - Étoile) jusqu'à Place d'Italie[1],[2]. Ses quais sont établis en aérien.

Le , la ligne 2 sud est absorbée par la ligne 5, laquelle effectue alors le trajet Étoile - Lancry (actuelle Jacques Bonsergent)[3].

Schéma des remaniements de lignes en 1937.

Le , la station prend son patronyme actuel de La Motte-Picquet - Grenelle[2] à l'occasion de l'ouverture du point d'arrêt souterrain à quai central de la ligne 8, sur son premier tronçon entre Opéra et Beaugrenelle (aujourd'hui Charles Michels)[4]. Il s'agit des actuels quais desservis par les ligne 8 en direction de Créteil et 10 en direction de Gare d'Austerlitz. Dans l'objectif d'exploiter la ligne 8 au départ d’Opéra avec deux branches (Porte d'Auteuil et Balard), cette station avec quai central avait été conçue pour accueillir les trains en provenance des deux branches et qui emprunteraient ensuite le tronc commun jusqu'à Opéra[4]. Il avait été prévu que l'actuel quai de la ligne 10 à destination de Boulogne soit le quai desservi par l'autre sens de circulation, pour les deux destinations, la divergence s'effectuant après la station[4]. Ce quai ne fut cependant pas construit lors de l'ouverture de la station souterraine[4].

Un important remaniement affectant les lignes 8, 10 et 14 de l'époque est réalisé la nuit du 26 au [5] : la ligne 8 est redirigée d’Auteuil vers Balard tandis que la ligne 10 hérite du tronçon abandonné par la ligne 8, tout en continuant au-delà de la station par une nouvelle section jusqu'à Vaneau, où elle retrouve son tracé originel jusqu'à Jussieu[4], la nouvelle ligne 10 ne fonctionnant toutefois qu'à partir du 29 juillet (date d'inauguration du tronçon jusqu'à Duroc)[5]. La station subit alors une profonde restructuration pour adopter sa configuration actuelle : le quai, initialement prévu pour être desservi par les trains de la ligne 8 à destination des deux branches est construit, et reçoit les trains de la ligne 10 à destination d’Auteuil, tandis qu'un autre quai est construit en dessous (en raison de la faible largeur restant entre la station et les immeubles) afin de recevoir les trains de la ligne 8 redirigés vers Balard[4]. La station à quai central conserve ses trains en direction de l'est (Porte de Charenton) tandis que l'autre voie accueille les trains de la ligne 10 à destination de Jussieu[4]. La hauteur du tunnel au niveau où la ligne 8 rejoint le quai central trahit son trajet initial, la voie ayant été abaissée pour que la ligne 8 vienne rejoindre son nouveau tracé en passant sous la ligne 10[6].

Du 17 mai au , le tronçon entre Place d'Italie et Étoile de la ligne 5 est intégré temporairement à la ligne 6, qui relie alors Étoile à Nation[7]. La section absorbée lui est définitivement cédée le .

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La station doit sa dénomination à son implantation au croisement de l'avenue de La Motte-Picquet et du boulevard de Grenelle. La première voie rend hommage à l’amiral Toussaint-Guillaume Picquet de La Motte (1720-1791), tandis que la seconde renvoie à l'ancienne commune de Grenelle qu'elle délimitait par le nord jusqu'à son annexion à Paris en 1860, trente ans à peine après sa création.

Modernisations[modifier | modifier le code]

Le quai de la ligne 8 en direction de Balard est rénové après 1969 en adoptant le style « Mouton-Duvernet » avec des carreaux à plusieurs tons orangés, tranchant radicalement avec le blanc dominant de l'origine du métro[8], ainsi que d'une rampe d'éclairage caractéristique de ce type d'aménagement, lequel est par la suite complété de sièges de style « Motte » rouges. Les autres points d'arrêt des lignes 8 et 10 sont quant à eux modernisés en style « Andreu-Motte », comme un tiers des stations du réseau entre 1974 et 1984, en l'occurrence de couleur orange. Celui de la ligne 10 à destination de Boulogne conserve ses faïences biseautées d'origine, tandis que la station commune aux lignes 8 vers Créteil et 10 vers Gare d'Austerlitz reçoit un carrelage plat blanc. Les banquettes en carrelage orange plat typique de ce style décoratif disparaîtront ultérieurement de ces deux stations.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs d'accès à la ligne 6 ont été rénovés le 14 novembre 2007 et ses quais en 2008[9], puis ce fut au tour du restant des couloirs et d'une partie du point d'arrêt de la ligne 8 en direction de Balard en 2014, mettant fin à la décoration de style « Mouton » de ce dernier du côté du quai uniquement (le piédroit côté voie conservant ses carreaux orangés), au profit d'un retour au traditionnel carrelage blanc biseauté.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2011, 8 099 346 voyageurs sont entrés à cette station[10]. Elle a vu entrer 8 280 583 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 29e position des stations de métro pour sa fréquentation[11].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose de cinq accès :

Les piédroits des couloirs de correspondance sont décorés par endroits de carrelage biseauté de couleur marron à mi-hauteur ainsi que de plusieurs blasons de la famille de Toussaint-Guillaume Picquet de La Motte (d'azur à trois chevrons d'or, accompagnés de trois fers de lance d'argent en pal les pointes en haut). Une fresque représente la barrière de la Cunette, une des portes du mur des Fermiers généraux située autrefois en ce lieu.

Quais[modifier | modifier le code]

Quais de la ligne 6.

La station aérienne de la ligne 6 est de configuration standard : elle possède deux quais de 75 mètres de long séparés par les voies du métro. En revanche, la station souterraine possède une configuration particulière : au niveau supérieur se trouvent les voies des lignes 8 et 10 en direction du nord de part et d'autre d'un quai central, mesurant respectivement 105 et 75 mètres de longueur, ainsi que la voie de la ligne 10 en direction de Boulogne située dans une demi-station séparée par un piédroit, comprenant une voie unique à quai latéral mesurant 105 mètres de long, cas unique sur cette ligne. Au niveau inférieur, sous cette voie, se trouve la demi-station de la ligne 8 en direction du sud, également à quai et voie uniques de 105 mètres de long.

Les quais de la ligne 6 sont couverts d'une verrière dans le style des marquises des gares de l'époque. Les piédroits verticaux sont recouvert de carreaux en céramique blancs biseautés côté intérieur, et de briques dessinant des motifs géométriques côté extérieur. Les cadres publicitaires sont en céramique blanche et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les sièges de style « Motte » sont blancs et disposés sur des banquettes de forme convexe recouvertes de carreaux en céramique blancs plats. L'éclairage est semi-direct, projeté au sol par des plafonniers bleus, sur les piédroits par des tubes en partie dissimulés et sur la charpente par des projecteurs de lumière bleue.

Quai de la ligne 8 en direction de Balard, avant la rénovation de 2014.

La demi-station inférieure de la ligne 8 possède des piédroits presque entièrement verticaux ainsi qu'un plafond de faible hauteur, horizontal au-dessus de la voie et incliné du côté du quai, sauf à l'extrémité nord-est qui se trouve sous une courte voûte elliptique de hauteur plus importante. Il est partiellement décoré dans le style utilisé pour la majorité des stations de métro, tout en ayant conservé une partie de sa décoration « Mouton-Duvernet », dont les carreaux à deux tons d'orangés alignés, ne subsistant que sur le mur du côté de la voie, ont la particularité d'être posés verticalement et non horizontalement contrairement aux autres stations ayant reçu ce style, et d'avoir des dimensions plus importantes (modèle que l'on ne retrouvait que dans quelques couloirs de certaines stations). Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent le piédroit du côté du quai (où ils sont surmontés de frises marron à losanges qui ne décorent habituellement que les couloirs), les tympans, la courte voûte et les débouchés des couloirs, tandis que le restant du plafond est peint en blanc et muni d'un éclairage en bandeau-tube proche de celui-ci. Présents uniquement côté voie, les cadres publicitaires sont métalliques, éclairés par le haut, et le nom de la station est écrit en typographie Parisine sur plaques émaillées. Les sièges de style « Akiko » sont de couleur jaune.

Le quai de la ligne 10 en direction de Boulogne possède une voûte elliptique ; ses aménagements sont de style Andreu-Motte avec une rampe lumineuse orange et des sièges « Motte » de même teinte. Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont en faïence de couleur miel et le nom de la station est également en faïence dans le style de la CMP d'origine.

La station commune aux lignes 8 vers Créteil et 10 vers Gare d'Austerlitz possède également une voûte elliptique et un aménagement de style « Andreu-Motte » orange, mais dont seules subsistent les deux rampes lumineuses. En outre, cette décoration est mariée avec les carreaux en céramique blancs plats, lesquels sont posés verticalement et alignés au lieu d'être disposés en quinconce comme il en est d'usage sur le réseau, particularité que l'on ne retrouve qu'à la station Père Lachaise sur la ligne 2 et, jusqu'en 2017, à Gare du Nord sur la ligne 4. Ces carreaux recouvrent les piédroits, la voûte, les tympans et les entourages des trémies d'escaliers. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est en police d'écriture Parisine sur plaques émaillées. Les sièges de style « Akiko » sont de couleur orange.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 80 et 82 du réseau de bus RATP.

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  2. a et b Clive Lamming, Métro insolite [détail de l’édition], p. 45.
  3. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 197.
  4. a b c d e f et g Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 238-243.
  5. a et b Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 272.
  6. Julian Pepinster, Le Métro de Paris
  7. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  8. « Métro parisien : de la décoration au design », sur transportparis.canalblog.com (consulté le 17 mars 2018).
  9. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le 1er novembre 2019).
  10. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 21 juin 2013).
  11. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]