Les Rois mages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Rois mages
Réalisation Bernard Campan
Didier Bourdon
Scénario Bernard Campan
Didier Bourdon
Acteurs principaux
Sociétés de production Pathé
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 97 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

 Pour les mages (L'Évangile selon Saint Matthieu), voir Rois mages. Pour la chanson de Sheila, voir Les Rois mages (chanson)

Les Rois mages est un film français, sorti en 2001, réalisé par Bernard Campan et Didier Bourdon. Il marque le retour sur le devant de la scène du trio comique Les Inconnus.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Gaspard, Melchior et Balthazar sont tombés dans une faille temporelle : en voulant rejoindre l'étable de Jésus, ils se retrouvent en 2001 à Paris, notamment chez des producteurs de télévision très enclins à profiter de l'opportunité médiatique. Balthazar rencontre une jeune comédienne, Macha tandis que Melchior rencontre Jo, un jeune maghrébin de banlieue. Les trois rois vont finalement se retrouver et entraîner Macha et Jo involontairement dans leurs aventures.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournages[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le producteur du film, Claude Berri, fait une apparition habillée de noir dans une scène de rue.

Le film contient plusieurs clins d'œil à leurs sketchs de La télé des Inconnus et du premier film des Inconnus, Les Trois Frères, notamment :

  • Les scènes du métro : Les Trois Frères
  • L'arrachage du P.-V : Contractuelles
  • L'émission d'Emmanuel Chain : Le Jeu de la Vérité Vraie
  • La polémique de la publicité pendant le journal : SFP (Winner Society Corporation of Publicité)
  • La magnifique charpente (la Tour Eiffel) : La Set (peinture sculpture)

Les Rois mages sont compris en même temps par des locuteurs différents lors de l'émission télévisée (italien, anglais, japonais, allemand), ce qui est une référence à l'épisode de la Pentecôte où les apôtres reçoivent le don de polyglottisme.

Le personnage de Hoeder (Claude Brosset) est l'anagramme d'Hérode. Il y fait plusieurs fois référence au cours du film par ses répliques et son comportement tyrannique. La recherche de l'enfant à la fin du film sur la place de l'Étoile rappelle le massacre des Innocents : si Hoeder veut filmer l'enfant, Hérode voulut lui tuer tous les nouveaux-nés pour éliminer le Messie. La recherche de l'enfant sur cette place paraît d'ailleurs vaine puisque Jésus ne naît pas au cœur de Bethléem mais à la marge, une étable, dont la station de métro semble bien être le symbole moderne.

C'est dans la station Bonne Nouvelle que l'enfant est découvert, ce qui fait référence à la venue du Messie. Ainsi dans l'Évangile de Luc (2:10), un ange apparaît aux bergers pour leur annoncer la naissance de Jésus en ces termes : «Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie: c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.» Le mot grec εὐαγγέλιον (euangelion) signifie lui-même «bonne nouvelle».

Jo et Macha représentent Joseph et Marie : ils adoptent le bébé et leurs prénoms sont les débuts de prénoms du couple biblique : Jo pour Joseph, Macha pour Marie. Par ailleurs, Macha est aussi la forme slave du prénom Marie.

La phrase grecque prononcée par Balthazar lorsqu'il conteste l'existence du hasard est une citation d'Héraclite : ἔστι γὰρ εἱμαρμένα πάντως (esti gar heimarmena pantôs). Elle signifie «En effet il s'agit tout à fait de la providence».

Lien externe[modifier | modifier le code]