Pigalle (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pigalle.

Pigalle
L'un des accès à la station.
L'un des accès à la station.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 9e, 18e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 56″ nord, 2° 20′ 15″ est

Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Pigalle

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Pigalle

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Pigalle
Caractéristiques
Voies 4
Quais 4
Zone 1
Transit annuel 6 201 914 (2013)
Historique
Mise en service (2)
(12)
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 3106
Ligne(s) (2)(12)
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 30 40 54
Noctilien (N) N01 NOCTILIEN.png N02 NOCTILIEN.png
(2)
(12)

Pigalle est une station des lignes 2 et 12 du métro de Paris, située à la limite des 9e et 18e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station se trouve sous la place Pigalle, les quais étant établis :

  • sur la ligne 2 (entre les stations Blanche et Anvers), à l'est de ladite place et orientée est-ouest, selon l'axe du boulevard de Clichy ;
  • sur la ligne 12 (entre les stations Abbesses et Saint-Georges), en courbe au débouché de la rue Frochot, en partie sous le tunnel de la ligne 2 qu'elle croise perpendiculairement.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte aux le avec la mise en service du tronçon Étoile (aujourd'hui Charles de Gaulle - Étoile) - Anvers de la ligne 2 Nord de la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (dite CMP), qui deviendra plus simplement la ligne 2 le 17 octobre 1907.

Elle doit sa dénomination à son implantation sous la place Pigalle et, au sud de cette dernière, à la rue Jean-Baptiste-Pigalle où vécut le sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785), voies portant aujourd'hui son nom.

Le , la station de la ligne A de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris (dite Nord-Sud) est ouverte en remplacement du terminus provisoire de Notre-Dame-de-Lorette, et en constitua à son tour le terminus nord (depuis Porte de Versailles) jusqu'au , date à laquelle la ligne est prolongée jusqu'à Jules Joffrin.

Le , la ligne A devient la ligne 12 à la suite de l'absorption de la société du Nord-Sud le par sa compagnie concurrente : la CMP.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station ont été rénovés le 29 avril 2005[1]. Les bandeaux d'éclairage des couloirs de correspondance avaient alors la particularité d'être ponctués de quelques tubes diffusant une lumière bleue, devenue blanche par la suite.

En 2011, 6 172 069 voyageurs sont entrés à cette station[2]. Elle a vu entrer 6 201 914 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 57e position des stations de métro pour sa fréquentation[3].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose d'un accès réparti en trois entrées débouchant sur le terre-plein central du boulevard de Clichy, dont la principale, située à l'est de la place Pigalle, est ornée d'un édicule Guimard. Cet entourage, dessiné en 1900 par Hector Guimard, fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par l'arrêté du 29 mai 1965[4]. Les deux autres bouches de métro, implantées plus au centre de la place à hauteur des nos 20 et 22 du boulevard, sont agrémentées de balustrades dans le style caractéristique de la société du Nord-Sud.

Quais[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 12.

Les quais des deux lignes sont de configuration standard : au nombre de deux par point d'arrêt, ils sont séparés par les voies du métro situées aux centre et la voûte est elliptique.

La station de la ligne 2 est aménagée en style « Ouï-dire » bleu : les bandeaux d'éclairage, de même couleur, sont supportés par des consoles courbes en forme de faux. L'éclairage direct est blanc tandis que l'éclairage indirect, projeté sur la voûte, est multicolore. Les carreaux en céramique blancs sont plats et recouvrent les pieds-droits, la voûte et les tympans. Les cadres publicitaires sont de couleur bleue et cylindriques, et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les quais sont munis de banquettes « assis-debout » bleues.

La station de la ligne 12 est établie en courbe et sa voûte est semi-elliptique, forme spécifique aux anciennes stations du Nord-Sud. La décoration est de style « Andreu-Motte » avec deux rampes lumineuses orange, des banquettes en carreaux marron plats et des sièges « Motte » orange. Ces aménagements sont mariés avec le carrelage blanc plat qui recouvre les piédroits et les tympans, tandis que la voûte est peinte en blanc. Les débouchés de couloirs sont traités en carreaux blancs biseautés classiques. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est écrit en police de caractère Parisine sur plaques émaillées.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 30, 40 et 54 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N01 et N02 du réseau Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le 22 avril 2019)
  2. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 21 juin 2013).
  3. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  4. « Métropolitain, station Pigalle », notice no PA00086752, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Toulier (dir.), Mille monuments du XXe siècle en France, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Indicateurs du patrimoine », 1997 (ISBN 2-85822-190-1), p. 210.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]