Terre-plein (géographie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terre-plein.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Polder.
Terre-plein de Katsushima dans la baie de Tokyo au Japon.

Un terre-plein est une étendue artificielle de terre acquise sur la mer par remblaiement, à l'aide souvent de déchets et de sable, et qui a un niveau altimétrique supérieur au niveau de la mer.

Ce type d'ouvrage ne doit pas être confondu avec les polders, qui sont le résultat d'assèchements de terrains situés en dessous du niveau de la mer, protégés par des digues, et leur affectation originelle a été en général agricole. Les terre-pleins sont eux au-dessus de la mer, avec une vocation initiale maritime ou industrielle (sidérurgie sur l'eau).

Le terre-plein correspond à une pratique courante au Japon, pays à l'espace constructible limité, où il est appelé umetate-chi (埋立地?). Les umetate-chi ont d'abord été construits en contact avec le rivage naturel, puis on a édifié des îles entièrement artificielles, comme les îles artificielles de Kobe (l'île de Rokkō, l'île du Port et l'aéroport de Kobe) ou l'aéroport international du Kansai en baie d'Osaka. Elles sont reliées par des ponts à d'autres îles du même type ou à la terre ferme.

Cette technique de gains de terre sur la mer n'est pas unique au Japon. Des aéroports ont été partiellement gagnés sur l'eau, à Nice ou San Francisco par exemple, et les ports coréens ou chinois (Shanghai) s'agrandissent selon les mêmes procédés, mais le Japon a utilisé plus systématiquement ce moyen pour dégager de nouveaux espaces.

Ces dernières années, l'utilisation de ces terrains artificiels s'est diversifiée et de nouveaux quartiers urbains (habitat, bureaux, palais de congrès, espaces de loisirs) occupent ces remblaiements sur la mer. Ainsi un terre plein peut servir aujourd'hui au développement d'une forêt plantée directement sur le terrain.[précision nécessaire]