Château-Gaillard (Vannes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillard et Château-Gaillard.

Château-Gaillard
Image illustrative de l’article Château-Gaillard (Vannes)
Tour polygonale du Château-Gaillard
Nom local Hôtel du Parlement de Bretagne
Période ou style Médiéval
Type Hôtel particulier
Fin construction 1410
Propriétaire initial Jean de Malestroit
Destination initiale Habitation
Propriétaire actuel Ville de Vannes
Destination actuelle Musée d'histoire et d'archéologie
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)
 Inscrit MH (1937)[1]
Coordonnées 47° 39′ 25″ nord, 2° 45′ 29″ ouest[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Vannes

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Château-Gaillard

Géolocalisation sur la carte : Vannes

(Voir situation sur carte : Vannes)
Château-Gaillard

L’ancien Hôtel du Parlement de Bretagne ou Château-Gaillard, est un ancien hôtel particulier situé dans la commune française de Vannes dans le Morbihan. Construit au début du XVe siècle, le château-Gaillard accueille depuis 2000 le musée d'histoire et d'archéologie de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château est bâti sur des terres appartenant primitivement aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Le terrain devient ensuite la propriété de Gaillard Tournemine (dont il tire son nom), de Thomas Faverill, de Jean de Crésolles, de la famille Pantin et de Jean de Malestroit.

Construit en 1410 par Jean de Malestroit, évêque de Saint-Brieuc entre 1406 et 1419 et de Nantes entre 1419 et 1443, chancelier de Jean V depuis 1408, cette demeure médiévale passe entre les mains de d'Hervé de Malestroit, de Jean de Mésanger et des chanoines de Nantes avant d'être rachetée en 1457 par le duc de Bretagne. C'est dans cette cour souveraine que les vassaux du duc votent les impôts. En 1485, François II confie le rôle des États dans les contentieux à une cour de justice, Parlement de Bretagne. Le château sert alors d'auditoire au Parlement ainsi que de demeure au président.

Le château restera le siège de l'administration du Parlement jusqu'en 1535, trois ans après la signature du traité d'Union de la Bretagne à la France, voté par les États de Bretagne en 1532. En 1554, alors que le Parlement s'installe définitivement à Rennes[3], le roi de France Henri II vend l'hôtel. Au XVIIe siècle, l'hôtel appartient à Pierre de Sérent, président du présidial de Vannes, qui commandite la réalisation du cabinet des Pères du désert composé de 66 panneaux de bois, représentations de tous les pays et de toutes les époques d'après des gravures reproduisant l'œuvre du peintre Maarten de Vos.

En 1912, la Société polymathique du Morbihan rachète le Château-Gaillard et le confie à la municipalité vannetaise en 2000 afin de créer un musée d'histoire et d'archéologie qui permet la conservation et la présentation au public de ses collections. Le Château-Gaillard fait l’objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [4].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'ancien hôtel du Parlement de Bretagne est composé de deux corps de logis à fenêtres à meneaux, desservis par un escalier à vis situé dans une tour polygonale en pierre. À l'arrière, un autre escalier à vis, plus étroit, dessert les divers niveaux. Ce bâtiment est orné de peintures et boiseries Renaissance et d'un plafond à caissons. La toiture est supportée par une charpente en carène de bateau.

La Pierre de Justice ou mémorial breton de la Lande de Justice de Crach, ainsi que diverses pierres (dont des lec'hs et Borne milliaire) trouvées dans le département, étaient autrefois exposées dans la cour donnant sur la rue Noé. Cette Pierre de Justice a été inscrite monument historique le [1].

Musée d'histoire et d'archéologie[modifier | modifier le code]

Le musée d'histoire et d'archéologie présente des collections permanentes d'archéologie[5]. La base Palissy recense 74 monuments mobiliers classés au titre des monuments historiques au musée[6].

Monument Notice Classement Date Photographie
Croix de procession de saint Coulomb Notice no PM56001350 classement Croix de Saint-Coulomb.JPG
254 haches à douille armoricaine Notice no PM56001351 classement Haches à douilles (Vannes).jpg
Portrait de Clotilde de la Bourdonnaye Notice no PM56001361 classement
Tapisserie d'Aubusson fin XVIIe de 346 par 400 cm Notice no PM56001362 classement
Tapisserie d'Aubusson fin XVIIe de 286 par 280 cm Notice no PM56001363 classement
Dalmatique Notice no PM56001364 classement
Cabinet des Pères du désert
Décor du Cabinet des pères du désert Notice no PM56001360 classement Chateau-Gaillard Cabinet des Pères du Désert.JPG
Lambris de revêtement Notice no PM56001684 classement
Série de 9 toiles
Le reniement de saint Pierre Notice no PM56001685 classement
La guérison de l’aveugle par le Christ Notice no PM56001686 classement
Le Christ et une femme Notice no PM56001687 classement
Le Borgne dans la tempête Notice no PM56001688 classement
La Prédication de saint Jean-Baptiste Notice no PM56001689 classement
Le Christ et le mendiant Notice no PM56001690 classement
Les Pèlerins d'Emmaüs Notice no PM56001691 classement
Le Christ et huit apôtres Notice no PM56001692 classement
Carnard et palais Notice no PM56001693 classement
Série de 57 petits tableaux
Paulus Notice no PM56001694 classement
Henricus Notice no PM56001695 classement
Vulmarus Notice no PM56001696 classement
Antiochus Notice no PM56001697 classement
Identification inconnu Notice no PM56001698 classement
Venerius Notice no PM56001699 classement
Benedictus Notice no PM56001699 classement
Suatacopius Notice no PM56001701 classement
Hilarion Notice no PM56001702 classement
Jérôme Notice no PM56001703 classement
Nona Hierosola Notice no PM56001704 classement
Sara Notice no PM56001705 classement
Ephrem Notice no PM56001706 classement
Pelagia Notice no PM56001707 classement
Meinradus Notice no PM56001708 classement
Romoaldus Marinus Notice no PM56001709 classement
Symmachus Notice no PM56001710 classement
Thais Notice no PM56001711 classement
Amata Notice no PM56001712 classement
Arsenius Notice no PM56001713 classement
Beatus Notice no PM56001714 classement
Plamon Notice no PM56001715 classement
Epha Notice no PM56001716 classement
Dydimus Notice no PM56001717 classement
Paternus Notice no PM56001718 classement
Abraham Notice no PM56001719 classement
Dorotheus Notice no PM56001720 classement
Robertus Notice no PM56001721 classement
Otilia Bavara Notice no PM56001722 classement
Epiphanius Notice no PM56001723 classement
Basilius Notice no PM56001724 classement
Nephalia Gnossia Notice no PM56001725 classement
Helenus Notice no PM56001726 classement
Theodorus Notice no PM56001727 classement
Malchus Notice no PM56001728 classement
Paphnutiv Notice no PM56001729 classement
Saint Jean-Baptiste Notice no PM56001730 classement
Possidonius Notice no PM56001731 classement
Eulugtus Notice no PM56001732 classement
Simeon Stylita Notice no PM56001733 classement
Palamon et un inconnu Notice no PM56001734 classement
Gnuphrius Notice no PM56001735 classement
Sylvia Ruifina Notice no PM56001736 classement
Sophronia Tantaltina Notice no PM56001737 classement
Marie-Madeleine Notice no PM56001738 classement
identification inconnu Notice no PM56001739 classement
identification inconnu Notice no PM56001740 classement
identification inconnu Notice no PM56001741 classement
Tometa et Nicosa Notice no PM56001742 classement
identification inconnu Notice no PM56001743 classement
identification inconnu Notice no PM56001744 classement
Spiridion Notice no PM56001745 classement
Erena Notice no PM56001746 classement
Tosaphat Notice no PM56001747 classement
Thanael Notice no PM56001748 classement
Iacobus Notice no PM56001749 classement
Maria Egiptia Notice no PM56001750 classement

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. de la Martinière, Le plus ancien manoir de Vannes, in Bulletin de la société polymathique du Morbihan, p. 93-152.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :