Montre (militaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réformation (nobles))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montre.

Une montre est une revue, un recensement de la noblesse au Moyen Âge. Une réformation est un contrôle de l'état de «noble» et des privilèges liés à cet état.

Définitions[modifier | modifier le code]

Montres[modifier | modifier le code]

Les montres rassemblent les nobles, rassemblés par paroisse et en armes. Le but principal est de contrôler l'état de l'équipement militaire des nobles d'une province, en fonction de critères qui dépendent du rang et de la fortune de chaque noble. Des exemptions sont possibles, mais les nobles défaillants s'exposent à des sanctions[1].

Institution des montres par le roi de France[modifier | modifier le code]

Jean II souhaite « encadrer au service de l'État l'immense fourmillement des hommes de guerre soldés ». Le pays abonde en gens de guerre mais pas forcément bien équipés ni disciplinés. Ils peuvent fuir le champ de bataille ou se transformer en pillards pendant les périodes de trêve. D'autre part, les impôts étant difficiles à faire rentrer, il convient d'éviter les gaspillages. Il est courant que des hommes se présentent dans plusieurs compagnies en se prêtant mutuellement leurs équipements pour recevoir plusieurs soldes.

Le 30 avril 1351, une nouvelle ordonnance augmente les soldes contre l'institution de revues (la montre) contrôlant les troupes. Chaque combattant doit faire partie d’une compagnie sous l’ordre d’un capitaine, les chevaux sont marqués pour éviter que les mêmes montures puisse être montrées dans deux unités différentes. Les soldes sont donc versées à vue à l'issue de la montre ce qui permet de solder une seule fois les combattants et seulement s’ils sont correctement équipés56.

Cette ordonnance crée une véritable armée royale en lieu et place des troupes seigneuriales, peu disciplinées. Les barons, vassaux et arrière-vassaux sont logés à la même enseigne et intégrés dans des compagnies. Les capitaines de ces unités sont responsables de la tenue et de la disponibilité de leur troupe, et doivent rendre des comptes au connétable et aux maréchaux.

Lors de la fameuse montre de Blois du 20 janvier 1370, c'est Du Guesclin lui-même qui passe en revue la montre de son fidèle compagnon Guillaume Boitel et le récompense largement pour sa contribution aux victoires sur les Anglais.

En Bretagne

Une ordonnance de 1450 de Pierre II de Bretagne explique l'équipement requis à fournir dans cette province les décennies suivantes[2].

Réformations[modifier | modifier le code]

Les réformations sont des contrôles permettant de vérifier qui est bien "noble". Pour échapper à certains impôts, tels les fouages, par exemple la Réformation des fouages en Bretagne en 1426 où les nobles doivent prouver leur noblesse. Ces documents sont conservés aux archives départementales de Loire-Atlantique et ont été en partie publiés[3],[4],[5],[6],[7].

L'exemple de la Bretagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Norbert Bernard, "Que sont les montres?", http://www.tudchentil.org/spip.php?article6
  2. http://www.tudchentil.org/spip.php?article41
  3. "LA REFORMATION DES FOUAGES DE 1426, diocèse de TREGUIER" d'après les manuscrits originaux, texte établi par Hervé Torchet, préface de Michel Pastoureau, illustrations heraldiques par Annick Chauvel,REFT, 2003, 24 x 32 cm, 336 pages
  4. "REFORMATION DES FOUAGES DE 1426, diocèse de LEON" de Hervé Torchet Réf REFL, 2010, 2 volumes sous boitage cartonné, 24 x 32 cm, 280 p. + planches de blasons couleur, 342 p
  5. "MONTRES GENERALES & REFORMATION DES FOUAGES DE BRETAGNE AUX XVe ET XVIe SIECLES, Tome I, Evêché de Saint-Brieuc", de Eric Lorant et Jérôme Floury MRSB, 2003, 912 p.
  6. "LA REFORMATION DES FOUAGES DE 1426, Diocèse de SAINT-MALO", de Hervé Torchet FOSM, 2005, 24 x 32, 600 p. 240 p.
  7. "REFORMATION DES FOUAGES DE 1426, diocèse de Cornouaille" de Hervé et Yann Torchet Réf RFC, 2001, 2 volumes sous boitage cartonné, 24 x 32 cm, 280 p. + planches de blasons couleur, 342 p.
  8. http://www.infobretagne.com/vannes_montre.htm
  9. http://www.tudchentil.org/IMG/pdf/Reformation_de_1536_en_Cornouaille.pdf
  10. http://www.tudchentil.org/spip.php?article100

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Delsalle et Arnold Preneel, Hommes d'armes et gens de guerre du Moyen-Âge au XVIIe siècle, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Didactiques », 2007, 264 p.