Paperolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christ portant sa croix, Marie-louise en paperolles, musée Charles de Bruyères.

Les paperolles (ou paperoles) sont une technique de décoration utilisant d'étroites bandelettes, ou frisures de papier, enroulées sur elles-mêmes et fixées sur un support ou dans un cadre. En dehors du Québec, où le terme français est conservé, on les désigne souvent par le mot anglais correspondant : « quilling » ou « paper quilling ». Ce terme vient du mot anglais Quil pen, signifiant plume d'oie. L'extrémité de la plume est fendue afin d'y d'insérer la bande de papier et de l'enrouler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette discipline est basée sur l'enroulement de bandes de papier pour former boucles, cercles et autres navettes, lesquelles sont collées sur l'arrête d'un support pour constituer un sujet en trois dimensions, elle est surtout pratiquée pendant la Renaissance par des organisations pauvres pour vénérer Dieu, embellir les messages sacrés et, ainsi, promouvoir leurs croyances[1]. À partir du XVIIIe siècle, le genre se démocratise dans certains pays d'Europe où cette discipline devient populaire en s'installant dans le domaine de la décoration[1]. Dans la même période, les paperolles sont utilisées dans les couvents pour la confection minutieuse de petits tableaux-reliquaires[2].

Dans un contexte littéraire – notamment en relation avec l'œuvre de Marcel Proust –, les paperolles sont de petits morceaux de papier pliés et collés sur les feuillets du texte, témoignant des nombreux ajouts et enrichissements voulus par l'auteur tout au long du processus créatif[3].

Aujourd'hui les paperolles bénéficient d'un regain d'intérêt en tant que loisir créatif mais aussi en tant qu'Art[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Quilling Papers Art Designs - 4Time2Fun
  2. « Un reliquaire à paperolles », sur lemontroyal.qc.ca
  3. Marcel Proust. Fragments d'œuvres et correspondance. I Feuillets de cahiers et paperoles provenant de cahiers conservés dans le fonds Proust et entrés postérieurement, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits [lire en ligne]
  4. (en) Sarah Cunningham, « Quilling: Interview with Sarah Yakawonis », sur thalo.com,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ayako Brodedek, Nouvelle encyclopédie de l'origami et des arts du papier, édition dirigée par Claire Waite Brown, L'inédite, 160 pages, (ISBN 978-2-35032-220-9)
  • Martine Chavent, Paperoles, canivets : images des saints : Lyon, musée de Fourvière, Lyon, Commission de Fourvière, , 13 p.
  • Jean-François Lefort, Les paperoles des Carmélites : Travaux dans les couvents en Provence au XVIIIe siècle, Marseille, Jean Laffitte, , 93 p. (ISBN 2-8627-6089-7)
  • Reliquaires : du reliquaire de Saint-Césaire d'Arles aux paperoles des moniales provençales : Pont-Saint-Esprit, Pont-Saint-Esprit, Musée d'Art sacré du Gard, , 48 p. (ISBN 2-9105-6721-4)
    Catalogue d'exposition
  • (en) Melinda Florian et William James Papp, Jr., Rolled, Scrolled, Crimped, and Folded: The Lost art of Filigree Paperwork, New York, Florian Papp, , 48 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]