Brandivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Morbihan
Cet article est une ébauche concernant une commune du Morbihan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Brandivy
Le manoir de Kergal.
Le manoir de Kergal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Grand-Champ
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes agglomération
Maire
Mandat
Jean-Marie Fay
2014-2020
Code postal 56390
Code commune 56022
Démographie
Gentilé Brandivyen
Population
municipale
1 271 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Population
aire urbaine
11 906 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 29″ nord, 2° 56′ 39″ ouest
Altitude 78 m (min. : 28 m) (max. : 171 m)
Superficie 25,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Brandivy

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Brandivy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brandivy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brandivy

Brandivy [bʁɑ̃divi] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg domine la vallée du Loc'h, très encaissée à cet endroit.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Brandevi[1]. De Bre, signifiant la colline et de Saint Ivy[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne trève de Grand-Champ, Brandivy devient une paroisse indépendante en 1802, et une commune en 1862.

La baronnie de Lanvaux[modifier | modifier le code]

La baronnie de Lanvaux, dont le château-fort[2] se trouvait aux bords de l'étang de La Forêt, fut l'une des plus anciennes de Bretagne, les seigneurs de Lanvaux siégeant aux États de Bretagne. Le plus ancien membre connu de la famille est Allain de Lanvaux, qui fonda près de son château l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux, de l'ordre de Cîteaux. Par la suite, à la mort de Geoffroi de Lanvaux seigneur de Bourguerel la famille se divise en deux lignées [3]:

  • Alain de Lanvaux son fils aîné, attesté entre 1224 et 1270 est seigneur de Lanvaux et de Bourguerel dont le fils
    • Geoffroi et le petit-fils Alain (entre 1298 et 1314) sont dépossédés par le duc de Bretagne. le fils du dernier, Pierre, prend le nom de la famille de sa mère de Trogoff.
  • Olivier de Lanvaux, son fils cadet époux d'Adelice d'Hennebont, qui lui apporte un tiers du Kemenet-Héboé. Il se révolta en 1238 contre le duc de Bretagne Jean Ier le Roux, mais battu, il fut emprisonné au château de Suscinio jusqu'en 1248 et ses domaines de Lanvaux et d'Hennebont furent confisqués, la baronnie de Lanvaux étant désormais totalement rattachée au domaine ducal.
    • Leur fils, Geoffroi de Lanvaux, attesté jusqu'en 1289, prit le nom de Geoffroi d'Hennebont. Il épouse Catherine de Rohan.
      • Leur fille, Alice d'Hennebont, attestée de 1256 à 1283, dame de Tyhenri en Plouay, épousa le chevalier Eudon Picaut.

La baronnie fut cédée par le duc Jean IV en 1383 à la collégiale Saint-Michel de Brech, près d'Auray, sauf « les ruines du château, le parc, la forêt et la pêche de l’étang » que le duc de Bretagne se réserva. En 1464, cette partie fut donnée par François II à André de Laval, seigneur de Lohéac, maréchal de France, qui reprit le titre de baron de Lanvaux. Louis II de Rohan-Guémené[4], seigneur de Guémené en fit de même en 1485, ainsi que ses successeurs Louis IV en 1508 et Louis V en 1527, lequel, ainsi que ses héritiers, négligea ce titre par la suite[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Denise Kervadec    
2014 en cours Jean-Marie Fay DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 271 habitants, en augmentation de 9,85 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 086 1 088 1 072 1 164 1 098 1 162 1 170 1 171 1 163
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 178 1 152 1 141 1 187 1 108 1 074 981 917 831
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 - -
753 753 856 930 1 037 1 251 1 271 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Lecornec, Le site à enclos de Kerlande à Brandivy, Annales de Bretagne, no 80, 1, 1973, p. 61-70.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brandivy, geobreizh.bzh.
  2. « Ancien château fort de Lanvaux, Brandivy », sur topic-topos (consulté le 13 janvier 2014)
  3. Frédéric Morvan La Chevalerie bretonne Presses Universitaires de Rennes, Rennes 2009 (ISBN 9782753508279), « Généalogie n°22 Les Lanvaux ».
  4. Louis II de Rohan-Guéméné le Grand (vers 1444-25/05/1508), seigneur de Guéméné, baron de Lanvaux, seigneur de La Roche-Moysan, du Mortiercrolles, de Condé-sur-Noireau, de Tracy et de Vassy, marié le avec Louise de Rieux
  5. abbé Le Mené, « Généalogie des seigneurs de Lanvaux », sur infobretagne (consulté le 13 janvier 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .