Armée catholique et royale de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armée catholique et royale de Bretagne
image illustrative de l’article Armée catholique et royale de Bretagne

Création 1794
Dissolution 1800
Pays France, Bretagne
Allégeance Royal Standard of the King of France.svg
Louis XVII de France, puis
Louis XVIII de France
Type Chouan
Effectif 30 000 à 40 000
Fait partie de Armées catholique et royale
Composée de Armée du Morbihan
Armée de Rennes et de Fougères
Armée du Maine, d'Anjou et de la Haute-Bretagne
Armée des Côtes-du-Nord
Devise In Sapientia Robur,
Sic Reflorescent
(La force est dans la patience,
les Lys refleuriront)
Mascotte Chat huant
Guerres Chouannerie
Batailles Expédition de Quiberon
Commandant historique Joseph de Puisaye
René Augustin de Chalus
Jean de Béhague de Villeneuve
Georges Cadoudal

L'Armée catholique et royale de Bretagne regroupait l'ensemble des contingents de chouans de Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chouans.

Héritière de l'Association bretonne de La Rouërie, cette armée fut créée par Joseph de Puisaye pour unifier les différentes divisions chouannes.

Le 15 octobre 1794, Puisaye fut reconnu lieutenant général de l'armée de Bretagne par le comte Charles d'Artois.

Cependant à la suite de l'échec de l'expédition de Quiberon en juillet 1795, le commandement de Puisaye fut remis en question et une scission se créa principalement avec l'armée du Morbihan dirigée par Cadoudal qui ne reconnaissait plus l'autorité du lieutenant général. Puisaye ne fut alors plus reconnu que par l'armée de Rennes et de Fougères bien qu'il disposait toujours du soutien des princes.

Finalement Puisaye démissionna en 1798, après un court intérim de René Augustin de Chalus, le comte d'Artois nomma alors Marigny pour lui succéder mais celui-ci refusa, le commandement échut ensuite à Béhague qui ne resta que quelques mois en Bretagne durant l'année 1798, et retourna en Angleterre.

Ce fut finalement Georges Cadoudal nommé major-général de Béhague qui assura le commandement véritable avant d'être reconnu officiellement. Mort en 1804, Cadoudal fut nommé Maréchal de France à titre posthume.

Armée catholique et royale de Bretagne (1794-1796)[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale du Morbihan[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale du Morbihan lors de l'expédition de Quiberon (1795)[modifier | modifier le code]

Armée rouge (1795)[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale d'Ille-et-Vilaine[modifier | modifier le code]

  • État-Major :
    • Brigadier des Armées du Roi, général lieutenant de l'armée : Aimé Picquet du Boisguy
    • Colonel, Major-général : René Augustin de Chalus
    • Colonel, Adjudant-général : Jean-Marie Rubin de La Grimaudière
    • Colonel d'état-major : Jean Isidore de Saint-Gilles, dit Du Guesclin
    • Colonel d'état-major : Bertrand de Saint-Gilles
    • Colonel adjudant-général d'état-major : Amador de Busnel
    • Lieutenant-colonel d'état-major : Saint-Germain de Houlme
    • Lieutenant-colonel d'état-major : Chevalier de Chalus
    • Membre du Conseil : Collin de La Contrie
    • Membre du Conseil : Abbé Frétigné

Armée catholique et royale des Côtes-du-Nord[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale du Maine, d'Anjou et de la Haute-Bretagne[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale de Normandie (pour mémoire)[modifier | modifier le code]

  • Indépendante de l'Armée catholique et royale de Bretagne après 1796.

Armée catholique et royale de Bretagne (1799-1800)[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale du Morbihan[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale d'Ille-et-Vilaine[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale des Côtes-du-Nord[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale de Bretagne (1800-1801)[modifier | modifier le code]

Armée catholique et royale de Bretagne (1817)[modifier | modifier le code]

  • État-Major : Chef d'État major : Jean René Louis de Kermoysan.Il signe lors des campagnes de 1815, les conditions des pourparlers et de l'occupation de Vannes par les royalistes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Cadic, Histoire populaire de la Chouannerie, Tome II, éditions Terre de Brûme, édition de 2003, p.61-63.
  2. Mémoires du général d'Andigné, Tome I, p.281.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel du Pontavice, Les Armées Catholiques et Royales au Nord de la Loire: petite histoire des Chouans, p. 172
  • François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie Tome II, édition Terre de brume,2003 p. 331